background preloader

Monsanto perd face aux apiculteurs yucatèques

Monsanto perd face aux apiculteurs yucatèques
Les apiculteurs de la péninsule du Yucatán ont remporté un procès contre le géant Monsanto, après deux ans de procédures. Ils s’opposaient à la décision du Ministère de l’Agriculture d’autoriser la plantation d’OGM. Le juge a révoqué l’autorisation et demandé que, conformément à la constitution mexicaine, des référendums soient tenus dans les communautés autochtones Santa Elena, Ticul, Oxkutzcab, Tekax, Tzucacab, Peto et Tizimin avant tout changement en la matière. (En ces temps où la finance semble dicter tous nos faits et gestes, il faut avouer qu’un juge qui rappelle le droit à l’autodétermination des peuples, ça fait plaisir!) Le Mexique est un des plus grands exportateurs de miel, le 3e au monde, et 40% de cette production a lieu au Yucatán. 25 000 familles en vivent. Avec les difficultés qu’ont les apiculteurs et les incertitudes liées au syndrome d’effondrement des colonies d’abeilles, phénomène complexe et multifactoriel, on comprend aisément leur inquiétude.

https://vivre.aumexique.com/monsanto-apiculteurs-yucateques/

Related:  La disparition des abeillesMOSANTOMosanto

Abeilles: "intimidation" et "lobbying effréné" pour les pesticides Ce rapport détaille la façon dont les deux entreprises ont manœuvré pour influencer le débat sur les trois substances issues de la classe des nicotinoïdes, depuis la décision de confier à l'agence européenne de sécurité alimentaire (EFSA) le soin d'étudier la question il y a un an. Les deux entreprises sont également accusées de minimiser des études scientifiques, de faire jouer leurs réseaux politiques et de faire passer les partisans de l'interdiction pour des apiculteurs du dimanche. Intimidation Martin Pigeon, un des auteurs du rapport, pointe le changement de ton chez les industriels, qui, auparavant, était plutôt feutré. "Dans ce cas-là, ça a pris des formes beaucoup plus violentes", explique-t-il.

Pertes d’abeilles sans précédent aux Etats-Unis Selon une récente étude, 40 % des colonies sont mortes au cours de l’année. Fait inédit : les pertes estivales ont été supérieures aux dégâts de l’hiver. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Stéphane Foucart L’université américaine du Maryland a rendu publics, mercredi 13 mai, les résultats de son enquête annuelle sur les mortalités d’abeilles. Les chiffres présentés donnent à voir une catastrophe inédite. Selon les données recueillies, les apiculteurs américains ont perdu en moyenne 42,1 % de leurs colonies entre avril 2014 et avril 2015. Monsanto est au courant du lien entre glyphosate et cancer depuis 35 ans Traduction d’un article initialement publié (le 8 avril 2015) en anglais à l’adresse suivante (à consulter également pour les notes de texte, en anglais aussi du coup): Selon des preuves mises à jour par des archives de l’EPA (Environmental Protection Agency, agence de protection de l’environnement) aux États-Unis, il apparaît que Monsanto était pleinement conscient, dès 1981, que le glyphosate est susceptible de causer des cancers chez les mammifères. Récemment, l’agence internationale pour la recherche contre le cancer (IARC) de l’OMS a publié un communiqué dans lequel le glyphosate (le principal composant de l’herbicide Roundup) est classé comme « carcinogène probable » pour l’être humain, et dont la génotoxicité pour les animaux était « suffisamment démontrée » (1). Cette annonce de changement vers une toxicité de classe 2A a donné lieu à une vaste couverture médiatique à l’échelle mondiale, obligeant Monsanto à passer immédiatement en mode défensif, afin de limiter les dégâts.

Abeilles : des députés britanniques demandent l'interdiction de pesticides Un nouveau front s'est ouvert dans la guerre que mènent les défenseurs des abeilles contre les pesticides néonicotinoïdes. Dans un rapport sévère diffusé vendredi 5 avril, les députés britanniques de la Commission de l'environnement volent au secours des butineuses en appelant le gouvernement de Londres à interdire ces traitements chimiques, très largement utilisés dans les cultures de maïs, de colza, de tournesol et de coton. L'interdiction des néonicotinoïdes est à l'étude en Europe, après que des études scientifiques ont démontré le rôle de ces produits dans l'effondrement des colonies d'abeilles et d'autres insectes pollinisateurs. "Nous estimons que les preuves scientifiques sont importantes pour justifier des mesures de précaution, donc nous appelons (...) à un moratoire sur l'usage de pesticides liés au déclin des abeilles", a déclaré la présidente de la commission parlementaire, Joan Walley, membre du parti d'opposition travailliste.

Le monde entier manifeste contre Monsanto Des dizaines de milliers de personnes se réunissent aujourd’hui dans une trentaine de villes françaises pour manifester contre le géant de l’agro-alimentaire Monsanto, célèbre pour sa production d’organismes génétiquement modifiés (OGM). Aujourd’hui, les villes d’une cinquantaine de pays ont annoncé qu’elles participeraient à la manifestation. En France, des marches sont organisées près de 30 villes et notamment à Paris où la manifestation a commencé à 16 heures (heure locale) sur la place de Denfert-Rochereau. Le Salvador bannit le Roundup de Monsanto et connaît des récoltes records Le Salvador a tourné le dos aux grandes multinationales semencières et aux phytosanitaires pour favoriser la culture de graines locales. Depuis, le système agricole du pays aurait gagné en durabilité et en productivité. En septembre 2013, le Salvador votait l’interdiction de 53 produits phytosanitaires à usage agricole. Parmi eux, ce grand pays producteur de café, coton, maïs et canne à sucre retirait du marché le Roundup (glyphosate), désherbant vedette de Monsanto, récemment classé “cancérogène probable” par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Pour protéger le patrimoine semencier salvadorien et assurer la production agricole, le gouvernement de l’ancien président Mauricio Funes lançait en 2011 le Plan pour l’agriculture familiale (FAP). À destination de quelque 400 000 familles d’exploitants, ce plan visait à revaloriser les semences locales et émanciper les petits producteurs des industriels des biotechnologies et de leurs OGM.

Mortalité des abeilles : le nombre d'apiculteurs a baissé de près de 40% en six ans e nombre d'apiculteurs a baissé de près de 40% en six ans, disparition en nette accélération qui suit celle des abeilles, constate un audit de la filière apicole réalisé par l'établissement public FranceAgriMer. Selon cette étude qui dresse un état des lieux de l'apiculture en France en 2010 par rapport à 2004, dernier audit en date, "27.400 apiculteurs soit 4.500 à 4.600 en moyenne" ont disparu chaque année contre 15.000/an sur la décennie 1994/2004. Le nombre de ruches a diminué de 20% à un peu plus d'un million en 2010 contre 1,356 million en 2004, mais la baisse de production de miel de 28% (18.330 tonnes en 2010, contre 25.500) témoigne "surtout de la baisse du rendement moyen par ruche", pointe FranceAgriMer. "On suppose que la baisse du nombre d'apiculteurs est directement corrélée à la disparition des abeilles, même si on n'en a aucune preuve", a indiqué Marion Robert-Vérité, responsable du programme apicole de FranceAgriMer.

Affiches pour la Marche contre Monsanto Vous comprendrez bien que comme vous, notre artiste a besoin d’un revenu minimum pour vivre et ainsi continuer à vous fournir des outils de qualité. Il a donc besoin de fonds pour mettre en place de nouveaux packs de visuels et d’autres projets. Cependant, il comprend que ses services doivent rester accessibles à tous pour qu’ils puissent servir le plus grand nombre et ainsi aider la collectivité à s’organiser. Il tient donc à offrir gratuitement son travail et ses créations. Le danger des OGM n'est pas là où vous croyez La guerre contre les organismes génétiquement modifiés est truffée d'erreurs, de mensonges, de mauvaise foi et autres falsifications jouant sur nos peurs. Les étiqueter ne vous écartera pas du danger et pour cause: il est ailleurs. Les aliments génétiquement modifiés sont-ils dangereux?

LE PEUPLE DES ABEILLES Près du rivage d'une mare, une abeille porteuse d'eau collecte le précieux liquide. Le vent du nord a desséché le thym du plateau du Larzac. Une multitude d’abeilles vient chercher de l’eau sur des fleurs de renoncule aquatique, dans un trou d’eau nommé « lavogne ». Quand les miellées sont importantes, l’humidité du nectar suffit aux besoins de la ruche.

Related: