background preloader

Dans un village de la Drôme, la révolution participative est en marche !

Dans un village de la Drôme, la révolution participative est en marche !
Cet article a initialement été publié dans le journal L’âge de faire. Mardi 20 mai. Ce soir, l’ambiance est studieuse chez Joachim Hirschler. Attablés dans son salon, six villageois planchent sur un projet de réduction de l’éclairage public : pour éviter le gaspillage d’électricité et la pollution lumineuse, les lampadaires ne resteront plus allumés toute la nuit. Alain a conçu des graphiques permettant de visualiser les horaires – différents selon les saisons et les quartiers. Anne-Laure prend des notes pour l’affiche qui sera placardée dans le village. « Et si on faisait un achat en gros de lampes de poche à manivelle, que la mairie revendrait à petit prix aux habitants ? Gap ? Fonctionnement collégial plutôt qu’organisation pyramidale « Si j’avais géré seul l’éclairage public, j’aurais choisi des horaires standards », confie Joachim avec son accent allemand. « Tu t’attends à une discussion PMU… Et tac tac tac, gommettes ! Mercredi 21 mai. « Néo » et « anciens » Jeudi 22 mai.

http://www.bastamag.net/Saillans-la-revolution

Related:  Démocratie Participative (pratique)démocratie oligarchieArticles FRANCE 2014VILLEImpact sur l'organisation interne de la collectivité

La plate-forme des mouvements contre les grands projets inutiles Auditionnés le 14 mars par la Commission spécialisée sur la démocratisation du dialogue environnemental, les mouvements d’opposition aux grands projets inutiles imposés ont présenté une plate-forme de 20 propositions pour « moderniser la démocratie participative ». Banderole déployée devant la Cour d’appel de Rennes, le 7 janvier 2015 (AFP PHOTO / DAMIEN MEYER) Des mouvements d’opposition aux grands projets inutiles imposés ont décidé de marquer les esprits en présentant le 14 mars une plate-forme de 20 propositions destinées à rénover les procédures du débat public (lire ci-dessous l’intégralité de la plate-forme). Ce document d’une vingtaine de pages, très critique, a été remis aux membres de la « Commission spécialisée sur la démocratisation du dialogue environnemental », mise en place par le Conseil national de la transition écologique (CNTE). Occupation du site de Sivens, le 2 novembre 2014 (REMY GABALDA / AFP)

Noam Chomsky et Monique Pinçon-Charlot sur la même longueur d'onde Mathias deguelle reçoit Monique Pinçon-Charlot et Marion Montaigne pour la publication de leur ouvrage 'Riche pourquoi pas toi?' (paru aux éditions : Dargaud). "Riche, pourquoi pas toi ? Info - La réforme de l'enquête publique - SPPPI Paca Pourquoi une réforme ? Avant trop d'enquêtesmal placée dans le processus décisionnelrégime pas en accord avec les contraintes supranationales "cancer de l'administration", "maquis" D'où une réorganisation de l'architecture des enquêtes avec rationnalisation, modernisation & amélioration de la participation du public Et maintenant ?

"Replacer les habitants au cœur des décisions est une priorité" Mohamed Mechmache est le cofondateur du collectif AC-LeFeu et coprésident de la coordination "Pas sans nous". "L'Obs" lui a demandé quelle mesure était selon lui la plus urgente à mettre en œuvre pour en finir avec la ghettoïsation de certains quartiers difficiles. Voici ce qu'il nous a répondu : "Si les choix politiques vont à l'encontre des besoins réels des habitants des quartiers populaires, ils vont les subir plutôt que les accompagner, et ça ne fonctionnera pas. La pédagogie sur les politiques publiques est un enjeu démocratique central. Marion Esquerré. Le Courrier des Maires et des élus locaux. Entretien - Démocratie participative 23/01/2015par Marion Esquerré © JBG/MairiedeParis Emmanuel Grégoire, adjoint au maire en charge des RH, des services publics et de la modernisation de l'administration, revient pour Le Courrier des maires sur la grande consultation sur les services publics municipaux lancée par la mairie de Paris le 21 janvier. L'opération s'inscrit dans la démarche globale de participation citoyenne, en complément du budget participatif mis en œuvre en début la mandature.

Territoires Hautement Citoyens, une méthode pour mettre fin à la crise démocratique Président de l’association Démocratie Ouverte, Armel Le Coz est allé dormir chez les maires et les candidats aux élections municipales, ses bagages lestés de questions sur leur vision de la démocratie. De ce tour de France de plus de 8 000 kilomètres, réalisé d’octobre 2013 à mars 2014, le jeune homme conclut : « la démocratie est en crise ». Son ambition : « élaborer une méthode pour changer les modes de gouvernance dans les territoires. Une méthode qui donnerait, bien en amont de la décision, une nouvelle place aux citoyens ». Créée en 2012, son association, transpartisane, rassemble une centaine d’acteurs francophones de l’OpenGov.

La prise de pouvoir des données et la mort de la politique, par Evgeny Morozov Publié dans The Observer, le 20 juillet 2014. Merci à Guy Weets pour la traduction. © The Guardian Les pionniers de la technologie aux États-Unis préconisent une nouvelle approche de la gouvernance basée sur les données – « La réglementation algorithmique ». Quand «Foreign Policy» met la France en rouge ! Le magazine américain «Foreign Policy», spécialisé en politique étrangère, publie une sorte de classement des pays à risques pour l’année 2014. Ce classement, basé sur une compilation des informations en circulation dans le monde, donne des résultats surprenants. Ainsi, la France se retrouve dans les pays à risques, comme l’Irak ou l’Ukraine… Comment la France se retrouve-t-elle marquée au fer rouge, rejoignant sur la carte du monde des pays à risques comme l’Irak ou l’Afghanistan ?

Trémargat, laboratoire d'alternatives et de démocratie participative à ciel ouvert Un samedi matin gris de novembre. Il pleut des cordes sur Trémargat, un village des Côtes d’Armor, perdu au cœur du Kreiz-Breizh (Centre Bretagne). Pourtant, sur la place centrale, une armée silencieuse a adopté le ciré pour uniforme et, bravant les gouttes, ratisse, bine et nettoie les parterres de fleurs. « On organise un chantier participatif pour terminer l’aménagement du bourg, explique Yvette Clément, la maire, une brouette à la main. Démocratie participative : des propositions pour « renforcer le lien entre élu-e-s et citoyen-ne-s. Marion Esquerré. Le Courrier des Maires et des élus locaux. Forum 15/12/2014par Marion Esquerré © C. Herout Taux d'abstention record, désertion des lieux de participation – quand ils existent –, méconnaissance des institutions et de la fonction d'élus… La 3e édition du forum Femmes et pouvoir s'est penchée sur le fossé qui se creuse entre élus et citoyens.

Moi Citoyen - Pour reprendre le pouvoir dans ses lieux de vie Qu’y a-t-il de commun entre les relations hiérarchiques, l’aménagement d’un quartier, la reprise par ses salariés d’une entreprise en faillite sous forme coopérative, le choix des plantations des espaces verts, la décision de construire un incinérateur ou une zone d’activités, l’interdiction de produire ses propres semences, le conseil de quartier, la monnaie… et le rôle du capitaine ? Rien ? Si. Ce sont des exemples de situations où l’action citoyenne semble impossible et pourtant des moyens d’agir existent. MOI CITOYEN/CITOYENNE, je peux choisir de reprendre le pouvoir dans mes lieux de vie, pour moi et pour les autres. Des lieux de vie « démocratiques » font la place à une citoyenneté active, à la liberté d’innover, d’expérimenter, d’agir dans des organisations transparentes où les décisions sont partagées et collectives.

L'incroyable pactole de la taxe sur les transactions financières Et les résultats sont édifiants. Selon ce cabinet danois, les recettes de cette taxe s'élèveraient chaque année à une somme oscillant entre 17,6 et 28,2 milliards d'euros. Leurs calculs se basent sur la directive retenue par la commission européenne qui projette d’imposer à hauteur de 0,1% les actions et obligations et à 0,01% les produits dérivés. La taxation sur les actions serait la plus importante puisqu'elle rapporterait entre 13,5 milliards d'euros et 22,2 milliards d'euros. Celle sur les obligations permettrait à l'État de récolter entre 4,2 et 6 milliards d'euros. Le ministère tablait sur 2 milliards

Related: