background preloader

Géopolitique

Géopolitique
La géopolitique (du grec ancien : γῆ / gễ « terre » et πολιτική / politikḗ « politique ») est l'étude des effets de la géographie (humaine et matérielle) sur la politique internationale et les relations internationales. C'est une méthode d'étude de la politique étrangère pour comprendre, expliquer et prédire le comportement politique international à travers les variables géographiques. Il s'agit notamment des études régionales, du climat, de la topographie, de la démographie et des ressources naturelles. Plusieurs définitions en ont été données[1] : étude des « relations entre les facteurs géographiques et les entités politiques » (André-Louis Sanguin) ; « discipline qui essaie d’expliquer la formation et l’action des puissances politiques dans l’espace » (Fondation des études pour la défense nationale) ; « analyse géographique de situations socio-politiques » (Michel Foucher). Genèse de la géopolitique[modifier | modifier le code] Histoire[modifier | modifier le code] Dictionnaires Related:  Politique & actualité

Théorie du Heartland Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La théorie du Heartland est le nom donné à une analyse géopolitique globale de l'histoire du monde proposée par le géographe britannique Halford John Mackinder qu'il a publiée en 1904 sous la forme d'un article, présenté à la Royal Geographical Society, titré The Geographical Pivot of History (le pivot géographique de l'histoire)[1]. L'importance de facteurs non-géographiques[modifier | modifier le code] À l'image du déterminisme scientifique de la géopolitique allemande, Mac Kinder est fortement empreint d'un darwinisme géographique. Il constate à cet égard que l'équilibre des pouvoirs bien qu'étant le fruit d'un déterminisme géographique, ce dernier fait toutefois valoir que la dimension humaine ne doit pas être écartée de l'analyse géopolitique. L'île monde et le Heartland[modifier | modifier le code] Mackinder propose une division de l'espace terrestre comme suit: L'importance stratégique de l'Europe de l'Est[modifier | modifier le code]

Francis Fukuyama Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Francis Fukuyama en 2005. Francis Fukuyama, né le , à Chicago, est un philosophe, économiste et chercheur en sciences politiques américain. Intellectuel influent, très connu pour ses thèses sur la fin de l'histoire, Francis Fukuyama est actuellement professeur d'économie politique internationale à la SAIS de l'Université Johns-Hopkins à Washington DC. Idées politiques[modifier | modifier le code] La Fin de l'histoire[modifier | modifier le code] Le concept de « fin de l'histoire » avait d'abord été élaboré par Hegel, puis repris de diverses manières par plusieurs philosophes, dont Alexandre Kojève et critiqué par Karl Marx pour qui l'humanité n'était pas encore sortie de sa préhistoire. Fukuyama publia un premier article sur le sujet (The end of History?) La Fin de l'homme[modifier | modifier le code] Bibliographie (en français)[modifier | modifier le code] Autres[modifier | modifier le code] Voir aussi[modifier | modifier le code]

Réforme territoriale : François Hollande fixe une France à 14 régions Le nombre de régions métropolitaines passera de 22 à 14. Les élections régionales et départementales seront reportées de mars 2015 à l'automne 2015, a annoncé lundi soir le président. Le projet de réforme territoriale du gouvernement fixe à 14 le nombre de régions françaises, contre 22 actuellement, écrit François Hollande dans une tribune qui sera publiée demain dans la presse quotidienne régionale. Selon le nouveau découpage: - Les régions Bretagne, Pays-de-la-Loire, Aquitaine, Nord-Pas-de-Calais, Corse, IDF et PACA restent inchangées - Basse et Haute Normandie fusionnent - Poitou-Charentes, Centre et Limousin sont aussi regroupées. - Alsace et Lorraine fusionnent aussi - Basse et Haute Normandie sont réunies - Picardie et Champagne-Ardenne fusionnent - Auvergne et Rhône-Alpes fusionnent - Bourgogne et Franche-Comté fusionnent - Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon fusionnent Ces régions "seront ainsi de taille européenne et capables de bâtir des stratégies territoriales.

"Le Système veut nous dissoudre" Le chaos n’est plus l’ennemi des classes dirigeantes. Le chaos est devenu la stratégie privilégiée du Système. C’est la thèse développée par Lucien Cerise, essayiste venu de l’extrême gauche et auteur remarqué d’un essai, Gouverner par le chaos, qui décrit l’orchestration rationnelle et méthodique de cette guerre de tous contre tous. Alain de Benoist : Après des études dans le domaine des sciences sociales, en particulier la communication et la sémiotique, vous avez publié en 2010, chez Max Milo, un livre qui ne comportait aucune signature : Gouverner par le chaos (dont une nouvelle édition doit paraître ces jours-ci). Lucien Cerise : Tout d’abord, je précise que je n’ai rien inventé. Je propose donc la définition suivante : l’ingénierie sociale est la modification planifiée, durable et furtive du comportement. Le capitalisme mondialisé est au centre de votre propos. En fait, on ne cherche pas à promouvoir un type d’homme. Que représente à vos yeux Internet ?

Norman Podhoretz Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Norman Podhoretz, né le 16 janvier 1930, est l'un des plus connus des intellectuels néo-conservateurs des États-Unis. Marié à Midge Decter, il est le père de l'éditorialiste John Podhoretz. En 2004, il a reçu la Médaille présidentielle de la liberté, la plus haute distinction que le gouvernement américain puisse décerner à un civil. Éducation[modifier | modifier le code] Norman Podhoretz a reçu une licence de l'université Columbia où il avait étudié avec Lionel Trilling, ainsi que du Jewish Theological Seminary. Carrière[modifier | modifier le code] De 1981 à 1987, Norman Podhoretz était conseiller de l'U.S. De 1960 à sa retraite en 1995, Norman Podhoretz a été rédacteur en chef du mensuel Commentary publié par l'American Jewish Committee. De 1995 à 2003, il a été Senior Fellow du Hudson Institute. Ouvrages de Norman Podhoretz[modifier | modifier le code] Liens externes[modifier | modifier le code] Notes et références[modifier | modifier le code]

François Hollande redessine la carte de France en 14 régions par Elizabeth Pineau et Julien Ponthus PARIS (Reuters) - Quatorze grandes régions métropolitaines, les élections régionales et départementales reportées de six mois, la disparition des conseils généraux en 2020 : François Hollande dévoile dans une tribune à paraître mardi une réforme territoriale qui redessine la carte de France. Dans ce texte qui sera diffusé dans la presse quotidienne régionale, le chef de l'Etat affiche l'"ambition de transformer pour plusieurs décennies l'architecture territoriale de la République". "Le temps est donc venu de simplifier et clarifier pour que chacun sache qui décide, qui finance et à partir de quelles ressources", peut-on lire dans ce message. "Il faut aller vite car il ne nous est pas permis de tergiverser sur un sujet aussi important pour l'avenir du pays", ajoute François Hollande. Le nombre de régions annoncé par François Hollande est finalement de 14, contre 11 à 12 évoquées dans les schémas précédemment présentés par l'exécutif.

Accueil Actes du colloque Le jeudi 11 décembre 2014 Assemblée Nationale Conference proceedings National Assembly L’Académie de Géopolitique de Paris, dans le cadre de ses analyses des questions du monde contemporain, et poursuivant son travail d’approche pluridisciplinaire en totale indépendance des défis actuels, a fait appel aux meilleurs spécialistes du terrorisme pour évoquer dans plusieurs communications la spectaculaire évolution de ce phénomène moderne. Ce colloque s'est penché principalement sur les forces en présence du milieu terroriste, les idéologies sectaires qui les mènent et leur nouveau mode d’expression. The Paris Academy of Geopolitics, as part of its analysis of contemporary world issues and continuing its work of multidisciplinary approach in total independence of current challenges, has appealed to the best specialists on terrorism, via several communications to evoke the dramatic evolution of this modern phenomenon. Première table ronde First round table Mr.

Néo-conservatisme Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le néo-conservatisme ou néoconservatisme est un courant de pensée politique d'origine américaine apparu à la fin du XXe siècle. À l'origine, le terme néo-conservateur était utilisé pour critiquer les sociaux-libéraux qui sont passés du côté du Parti républicain[3],[4]. Les journaux néo-conservateurs prééminents sont Commentary et The Weekly Standard. Histoire[modifier | modifier le code] La presse américaine désigne souvent les néo-conservateurs par le diminutif de « neocons ». Parmi elles, ont été cités : Leo Strauss, en particulier parce qu'il insiste dans son œuvre sur la notion de vérités éternelles contre le relativisme moral : « noble mensonge » (noble liar) chez Platon. Ses adeptes sont parfois d'anciens démocrates, voire, rarement, d'anciens trotskistes, déçus par l'évolution culturelle et intellectuelle depuis les années 1960. Doctrine[modifier | modifier le code] Dans l'horizon de la morale, ils refusent le relativisme et le laxisme.

La France à 14 régions de François Hollande Après des semaines de tergiversations, François Hollande a tranché. Dans une tribune envoyée dans la soirée de lundi 2 juin à plusieurs titres de presse régionaux, avec une certaine confusion, le président de la République a annoncé vouloir un passage de 22 à 14 régions métropolitaines, dans le cadre du projet de réforme territoriale du gouvernement. Lire : Le jour où François Hollande a redessiné la France Cette réforme sera présentée en conseil des ministres le 18 juin, avant d'être discutée en juillet au Parlement. Plusieurs surprises Voir : Les données clés des 14 nouvelles régions Dans le détail, les régions Aquitaine, Nord - Pas-de-Calais, Corse, Ile-de-France et Provence-Alpes-Côte d'Azur restent inchangées. Lire aussi : Les Pays de la Loire restent entiers, mais le débat se poursuit Les régions Poitou-Charentes, Centre et Limousin vont, en revanche, fusionner, tout comme les régions Basse et Haute-Normandie. L'œil de Vidberg : La réforme des régions arrange tout le monde

Le rouge et le tricolore Dans la guerre des identités qui ravagent une planète déchirée par la violence du capitalisme mondialisée, la France agite de son côté le totem de sa « République laïque ». Or ce n’est pas le « bleu-blanc-rouge » qui nous permettra de combattre les crimes de type fasciste des récents attentats terroristes, mais la réactivation de l’idée communiste, explique le philosophe Alain Badiou. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Alain Badiou (Philosophe, dramaturge et écrivain) Aujourd’hui, le monde est investi en totalité par la figure du capitalisme global, soumis à l’oligarchie internationale qui le régente, et asservi à l’abstraction monétaire comme seule figure reconnue de l’universalité. Dans ce contexte désespérant s’est montée une sorte de pièce historique en trompe-l’œil. C’est une imposture de présenter ces guerres et leurs retombées criminelles comme la contradiction principale du monde contemporain, celle qui irait au fond des choses. Identité française : la « République »

Union des républiques socialistes soviétiques Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Union des républiques socialistes soviétiques Союз Советских Социалистических Республик (ru) Devise : Пролетарии всех стран, соединяйтесь! (« Prolétaires de tous les pays, unissez-vous ! ») Hymne : L'Internationale (1922-1944)Hymne de l'Union soviétique (1944-1991) Localisation de l'URSS après la Seconde Guerre mondiale L’Union des républiques socialistes soviétiques[2] (URSS), ou Union soviétique (en russe : Союз Советских Социалистических Республик, abrégé en : СССР écouter ; transcription : Soïouz Sovietskikh Sotsialistitcheskikh Respoublik, SSSR ; littéralement « Union des républiques socialistes des conseils »), est un État fédéral, formé de 15 Républiques socialistes soviétiques, qui a existé du jusqu'à sa dissolution le . Le territoire de l'URSS varia donc dans le temps, surtout avant et à l'issue de la Seconde Guerre mondiale. L'URSS était parfois, dans le langage courant, désignée des noms de Russie, ou de Russie soviétique.

"Shutdown" : Obama accuse les républicains de mener une "croisade idéologique" Combien de temps durera la fermeture partielle des administations américaines, aussi appelée shutdown, provoquée mardi 1er octobre par l'absence d'accord au Congrès sur le vote du budget américain ? Lire : Le "shutdown" des Etats-Unis expliqué en 5 questions Dans une colère froide, le président Barack Obama a accusé, mardi matin, ses adversaires républicains au Congrès d'avoir provoqué le shutdown au nom d'une "croisade idéologique". "Ce bloquage n'est pas lié au budget, ni au déficit. Les républicains de la Chambre des représentants refusent en effet de voter un budget qui ne supprimerait pas le financement de la réforme de l'assurance-maladie ou Obamacare, pièce maîtresse du bilan social du président. Lire : Le volet le plus important de l'"Obamacare" entre en vigueur "Cette paralysie républicaine n'était pas inévitable, je veux que tous les Américains comprennent pourquoi elle s'est produite", a ajouté M. >> Lire l'éclairage : "Quelles conséquences après le désaccord sur le budget ?"

VIVE LA RÉVOLUTION ! QUI a incendié la bagnole de flics ? Des "casseurs" ou des flics déguisés en "casseurs" ? Enregistré au 20 heures de France 2 le 18 mai 2016 Cliquer sur l’image pour voir la vidéo. Question importante : Le coup de la voiture de police incendiée lors de la manif des flics est très louche. Et ce, d’autant plus qu’à la télé, au sujet de cette manif organisée par le syndicat facho Alliance, ils n’ont parlé que de ça, de cette bagnole de police qui a brûlé. Je me demande très sérieusement s’il ne s’agirait pas d’une provocation policière, c’est-à-dire d’une manipulation à base d’un joli spectacle mis en scène par une quelconque police secrète. Pour être plus clair : quelques agents secrets peuvent très bien avoir fait semblant d’attaquer cette bagnole de flic pour lui mettre le feu. En effet, dans ce spectacle, les flics à l’intérieur de la bagnole auraient très bien pu y laisser leur peau si un passant n’avait pas ouvert une portière et un autre fait paravent de son corps. Autres remarques :

Joseph Staline Né Iossif Vissarionovitch Djougachvili, surnommé Sosso (diminutif de Iossif ou de Iosseb) pendant son enfance, il se fait ensuite appeler Koba (d'après un héros populaire géorgien) par ses amis proches et dans ses premières années de militantisme clandestin au sein du Parti ouvrier social-démocrate de Russie (POSDR), auquel il adhère en 1898. Il utilise ensuite le pseudonyme de Staline, formé sur le mot russe сталь (stal), qui signifie acier. Acteur marginal de la révolution d’Octobre, il étend peu à peu son influence politique pendant la guerre civile russe, tissant des liens étroits avec la police politique, la Tcheka, et devenant, en 1922, secrétaire général du Comité central du Parti communiste. Après la mort de Lénine en 1924, il mène un jeu patient d'intrigues souterraines et d'alliances successives avec les diverses factions du Parti, et supplante un à un ses rivaux politiques, contraints à l’exil ou évincés des instances dirigeantes. Jeunesse et formation Politique extérieure Mère

Related: