background preloader

Rabbit

Rabbit
Habitat and range Outdoor entrance to a rabbit burrow Rabbit habitats include meadows, woods, forests, grasslands, deserts and wetlands.[1] Rabbits live in groups, and the best known species, the European rabbit, lives in underground burrows, or rabbit holes. A group of burrows is called a warren.[1] More than half the world's rabbit population resides in North America.[1] They are also native to southwestern Europe, Southeast Asia, Sumatra, some islands of Japan, and in parts of Africa and South America. They are not naturally found in most of Eurasia, where a number of species of hares are present. The European rabbit has been introduced to many places around the world.[2] Biology A skin-skeletal preparation showing its incisors Evolution Because the rabbit's epiglottis is engaged over the soft palate except when swallowing, the rabbit is an obligate nasal breather. Morphology Video of a European rabbit, showing ears twitching and a jump Ecology Rabbits are hindgut digesters. Sleep Lifespan Related:  Autres informations

Fédération Française de Cuniculiculture CUNICULTURE MAGAZINE Volume 30 (année 2003), pages 3 - 7 Le point sur les travaux de recherche concernant l'entéropathie épizoo E/ Résultats de l'enquête épidémiologique conduite par l'AFSSA Une enquête épidémiologique analytique rétrospective a été réalisée entre décembre 2000 et mai 2002. Elle a porté sur 96 élevages en claustration conduits en bandes. Les élevages ont été classés en deux catégories vis à vis de l'EEL d'après le résultats obtenus au cours de 5 bandes consécutives précédant le passage de l'enquêteur. Dans les élevages " cas " les animaux issus des 5 dernières bandes ont présenté le tableau lésionnel typique de l'EEL et la mortalité moyenne en engraissement était supérieure à 12%. Compte tenu du mode de classification, 37 élevages ont été placés dans la catégorie " cas " et 28 dans la catégorie " témoin ". Les analyses mathématiques utilisées pour classer les variables expliquant le mieux les différences entre les élevages " cas " et les élevages " témoin " ont permis d'identifier 4 facteurs explicatifs principaux (tableau 2) .

CUNICULTURE MAGAZINE Volume 31 (année 2004) page 48 Le Cycostat 66G autorisé jusqu'en 2014 pour les lapins en engraissement La robénidine ou plus exactement le Chlorhydrate de Robénidine, commercialisé par la firme Alpharma sous le nom de Cycostat 66G (antérieurement connu sous le nom de Robenz) est un additif alimentaire utilisé pour prévenir le développement intempestif de différentes formes de coccidiose chez le lapin, le poulet et la dinde. Chez le lapin il peut être employé à la dose de 50 à 66 mg de produit actif par kg d'aliment fini. Il s'agit d'un anticoccidien à utiliser de manière préventive et non pour tenter de guérir des lapins qui seraient déjà atteint d'une coccidiose intestinale manifeste. Dans le Cycostat 66 G, la robénidine est dosée à 66 g/kg, ce qui permet d'utiliser le produit commercial à raison de 1 kg/tonne d'aliment.

OATAO - 2008 - Etude de la protection virologique induite par la vaccination contre la myxomatose chez le lapin européen. Bonlieu, Simon. Etude de la protection virologique induite par la vaccination contre la myxomatose chez le lapin européen. Thèse d'exercice, Ecole Nationale Vétérinaire de Toulouse - ENVT, 2008, 118 p. La myxomatose, maladie majeure du lapin européen (Oryctolagus cuniculus), sévit de façon enzootique sur plusieurs continents. C’est une maladie infectieuse, virulente, inoculable, dont l’agent pathogène est un virus de la famille des Poxviridae, genre Leporipoxvirus. Celui-ci provoque, pour sa forme classique, une pathologie souvent létale, caractérisée par une immunodépression sévère et l’apparition de pseudotumeurs cutanées : les myxomes. Repository Staff Only: item control page

OATAO - 2005 - Epidémiosurveillance du lièvre européen dans la région Midi-Pyrénées de 2001 à 2003. Ecole Nationale Vétérinaire Besson, Vanessa. Epidémiosurveillance du lièvre européen dans la région Midi-Pyrénées de 2001 à 2003. Thèse d'exercice, Ecole Nationale Vétérinaire de Toulouse - ENVT, 2005, 80 p. Après avoir rappelé les principaux éléments de biologie du Lièvre européen (Lepus europaeus, Pallas, 1778), l'auteur présente, dans une première partie, les grandes maladies et causes de mortalité affectant cette espèce à l'état sauvage. Dans une deuxième partie, l'auteur se concentre sur l'épidémiosurveillance du Lièvre européen, à partir de données du réseau SAGIR, réseau national français, dans la région Midi-Pyrénées, de 2001 à 2003, et en dresse un bilan en soulignant ses points forts et ses faiblesses. Repository Staff Only: item control page

OFFICE VETERINAIRE FEDERAL - Aide-mémoire concernant l’abattage des lapins. En Suisse, la viande de lapin est un produit de niche. La production actuelle doit garantir des conditions d'abattage respectueuses de l'espèce et un niveau d'hygiène irréprochable. Par ailleurs, le stress que peuvent ressentir les animaux avant d'être abattus influe négativement sur la qualité de la viande. Il est donc important que les lapins d'engraissement en fin de vie soient traités conformément aux besoins de l'espèce. La fourrure du lapin est également appréciée pour confectionner cols, manchons et chaussures. Les lapins doivent être étourdis avant d'être abattus.

Related: