background preloader

Le transport maritime et les rivages de la mer

Le transport maritime et les rivages de la mer
Mer invisible, mer nourricière L’événement est passé inaperçu, comme souvent en France lorsqu’il s’agit des « choses de la mer ». Le 4 juin 2013, la compagnie internationale CMA-CGM (troisième opérateur mondial de transport maritime par conteneurs, environ 10 % du marché) inaugurait son porte-conteneurs « Jules Verne », à ce jour le plus grand du monde, et en profitait pour fêter son trente-cinquième anniversaire. François Hollande, en chemin pour l’inauguration de « Marseille, capitale de la culture 2013 », avait même fait une rapide escale pour prononcer un discours (très) rapide et (fort) convenu. Cet événement n’a guère été couvert par les médias nationaux. Seule la revue Esprit a livré un cahier sur « la mondialisation par la mer » ; Emmanuel Desclèves y explique : « Quand on regarde la télévision en Grande Bretagne, en Norvège ou au Portugal, les thèmes liés à la mer y sont omniprésents. » Gigantisme et standardisation Mettre le globe en boîte Ce coût modique se répartit ainsi :

http://visionscarto.net/transport-maritime-rivages-de-la-mer

Related:  mer et océans : un monde maritimiséMERS ET OCEANSechanges de marchandisesMers & OcéansMers - Océans - Transports

Webdocumentaire. Fish for Cheap Sur le quai N°10 du port de Dakar, au siège de la Sopasen, société de gestion franco-sénégalaise, Adama Lam s'emporte : «le gouvernement s'est soumis aux intérêts étrangers.» Vice-président du Groupe des armateurs et industriels de la pêche au Sénégal (GAIPES), l'homme n'y va pas par quatre chemins et parle de «néo-colonialisme». «On avait demandé des licences pour le thon et elles nous ont été refusées, sous prétexte que la ressource était surexploitée. Or, juste après, on a vu le gouvernement signer un accord avec les Européens. C'est un scandale.» "Le potentiel d'énergie renouvelable de l'océan mondial entre contraintes d'exploitation et enjeux de territorialisation" Jacques Guillaume Qui n’a pas, un jour de tempête, été frappé par la furie des éléments ? Qui en même temps, ne s’est pas interrogé sur les difficultés de maîtriser une telle débauche d’énergie, en mettant en comparaison cette brutalité de la nature avec d’autres formes d’énergie, plus secrètes, plus constantes ou plus faciles à domestiquer ? Il est vrai que l’énergie contenue dans ces mouvements de l’air et de l’eau arrive la plupart du temps à s’exprimer de manière moins violente que pendant de telles phases paroxystiques, grâce à des flux d’intensité variable, qu’ils soient liés aux courants ou aux ondes animant les masses d’eau, ou qu’ils soient engendrés par des mouvements atmosphériques, dépendant eux-mêmes des échanges entre les eaux de surface et l’air sus-jacent. 1. A la recherche des environnements favorables aux EMR

News Republic Panama a fêté vendredi les 100 ans de son célèbre canal, construction emblématique du 20e siècle qui a bouleversé le commerce mondial en reliant les océans Atlantique et Pacifique, mais qui doit désormais se moderniser pour faire face à la concurrence. Le 15 août 1914, après plus de 30 ans de travaux et la mort de 27.000 ouvriers, de paludisme ou de fièvre jaune, ce monument d'ingénierie était enfin inauguré par les Américains. Ils avaient réussi là où les Français, menés par l'ingénieur Ferdinand de Lesseps (père du canal de Suez), avaient échoué entre 1881 et 1904. "Cent ans de portes ouvertes, pour notre fierté", lit-on sur la façade ancienne des écluses de Miraflores, où s'est déroulée vendredi, sous un soleil ardent, une cérémonie présidée par l'administrateur du canal, Jorge Quijano, en présence de centaines d'employés du canal et d'invités. En ce jour, "le monde célèbre un siècle d'ingéniosité.

"L’invention des océans." Christian Grataloup Comme l'écrit l’Encyclopædia Universalis dans son introduction de l’article « Océans et mers » [1], « On sait qu’il existe trois grands océans… ». Ces étendues bleues de nos planisphères complètent ainsi le puzzle des continents. Si l’on prenait au pied de la lettre la vieille expression de « partie du monde », on devrait mettre sous ce terme les cinq continents (plus l’Antarctique) et les trois océans (plus les deux polaires). L’association est justifiée, car les découpages océaniques sont tout autant conventionnels que ceux des terres émergées ; ils ont la même histoire, une genèse essentiellement européenne. Le processus de découpage et de nomination des océans fut même plus tardif et reste d’ailleurs, logiquement, plus fluide.

La mer, au cœur des enjeux du XXI° siècle La conquête des mers n’est pas un événement récent de l’histoire de l’Humanité. Depuis toujours les hommes se sont aventurés en mer et ont cherché à maîtriser les océans afin d’échanger, contrôler, découvrir et s’ouvrir au reste du monde. La mer figure plus que jamais au cœur des enjeux de notre siècle. La maritimisation est un prolongement de la globalisation. L’essor du monde et sa structuration se sont établis par la mer, à tel point qu’aujourd’hui la majorité de la population mondiale vit près du littoral. Face à la croissance démographique, au décollage économique de nouveaux pays et à l’amenuisement progressif des ressources minérales et énergétiques terrestres, les espaces maritimes représentent le gisement de la croissance économique de demain.

Naviguer sur les océans : quels moteurs pour la mondialisation ? Café Géo d’André Louchet et d’Antoine Frémont,Au Café de Flore (Paris) le mardi 25 novembre 2014 Olivier Milhaud nous invite à prendre « moteurs » dans le sens métaphorique comme dans le sens concret. La navigation sur les mers est bien un moteur de la mondialisation, mais les questions techniques, des moteurs des bateaux sont aussi déterminantes pour comprendre la navigation contemporaine. Nos deux intervenants présenteront chacun un sens du mot « moteur ».

Le Marco-Polo, le plus grand porte-conteneurs du monde a fait escale au Havre - France 3 Basse-Normandie C'est mercredi que le géant des mers a fait escale en Normandie. Assisté par trois remorqueurs et deux pilotes,le Marco Polo, qui venait du port belge de Zeebrugge où il a été baptisé mardi a franchi vers 6 heures du matin les digues du nouveau port à conteneurs du Havre. Le navire, qui bat pavillon britannique, est reparti mercredi soir en direction de l'île de Malte, en Méditerranée, à l'issue de ses opérations commerciales. Voir le reportage de France 3 Baie de Seine Le Marco Polo, porte-conteneur, en escale au Havre Une capacité de 16 000 conteneurs

A. Bellayer Roille, "Les enjeux politiques autour des frontières maritimes", CERISCOPE Frontières, 2011 Alexandra Bellayer Roille, "Les enjeux politiques autour des frontières maritimes", , 2011, [en ligne], consulté le 05/02/2015, URL : en 1958 d’encadrer les prétentions d’extension de souveraineté des États sur les différentes zones maritimes. Elle se décline en quatre conventions portant sur la mer territoriale, le plateau continental, les activités de pêche et la conservation des ressources biologiques en haute mer. Une deuxième conférence affine la délimitation de la mer territoriale en 1960. En 1973 se déroule la troisième conférence qui débouche sur la convention des Nations unies sur le droit de la mer du 10 décembre 1982 (convention dite de Montego Bay - CMB) consacrant la dimension économique de la mer en écho aux préoccupations des États en développement.

Droits maritimes, un enjeu géopolitique, par Didier Cormorand (Le Monde diplomatique, juin 2016) Adoptée à Montego Bay (Jamaïque) en 1982, la convention des Nations unies sur le droit de la mer (CNUDM) a, comme son nom l’indique, défini le droit international pour la mer. Elle a introduit le concept de zone économique exclusive (ZEE) ; reconnu le droit des États à étendre leur plateau continental bien au-delà de cette limite ; créé des institutions importantes, telles que l’Autorité internationale des fonds marins (AIFM) (1), pour gérer les ressources de la zone déclarée patrimoine commun de l’humanité (appelée « la Zone »), ainsi que la Commission des limites du plateau continental (CLPC) (2). À ce jour, 166 États ont ratifié cette convention. Parmi les autres, on trouve les pays privés de littoral, mais aussi les États-Unis (le gouvernement a signé, mais le Sénat n’a pas ratifié), Israël, le Venezuela et la Turquie. Cette codification du droit international répondait à la nécessité de préciser certaines normes, telle la largeur maximale autorisée de la mer territoriale.

Bibliographie - ressources en ligne : les grands axes thématiques Le champ d'étude des océans se situe à l’articulation entre milieux, géoéconomie, géopolitique et géostratégie. Il oblige à penser le globe comme système tout en s’appuyant sur les nécessaires emboîtements d’échelles et tout en identifiant clairement un certain nombre d’axes thématiques. Note : Les ressources proposées sont indicatives et ne prétendent pas à l'exhaustivité. Vous pouvez nous faire part de vos suggestions. Epistémologie - « Les géographes et la connaissance scientifique de la mer », FIG 2009, Le titre de mon propos retenu par les organisateurs de ce festival a une signification chronologique évidente. Il désigne une période assez récente qui prend son origine au milieu du XIX s., quand on a commencé à avoir une connaissance scientifique de l’océan, un peu avant la naissance de l’océanographie que l’on fait coïncider, par commodité, avec la grande expédition britannique du autour du monde de 1872 à 1876. Le milieu du XIXe s. est aussi la naissance de la géographie moderne, en tant que discipline autonome, dégagée de l’astronomie et de la cartographie auxquelles elle était assimilée depuis l’antiquité.

Related: