background preloader

Etienne Klein : D'où vient que le temps passe ?

Etienne Klein : D'où vient que le temps passe ?
Related:  Physique quantiquePhysique quantique

Avons nous encore le temps ? Le Nouvel Observateur. — Notre civilisation de l'urgence s'est donné comme principal objectif, et à tous les niveaux de l'activité humaine, de gagner du temps sur le temps. Comment peut-on apprécier cette ambition ? Joël de Rosnay. — Le siècle qui commence est celui de la vitesse, c'est bien certain,. Mais de quelle vitesse s'agit-il ? A titre personnel, la vitesse intervient dans ma vie à la fois comme nécessité et comme plaisir. Dans nos sociétés industrialisées, informatisées, connectées aux autoroutes de l'information, la vitesse peut apparaître comme un dangereux catalyseur de fracture sociale. N.O. — Est-ce qu'il y a lieu, selon vous, de parler d'une accélération de nos modes de vies ; autrement dit, peut-on considérer que l'histoire s'accélère ? J. de Rosnay. — L'accélération est perceptible si l'on considère la manière dont les structures du vivant, puis les celles des sociétés humaines se sont complexifiées au cours d’échelles de temps de plus en plus réduites.

Ondes ou particules? | Jean-François Cliche | La science au quotidien Partons d'une chose que tout le monde connaît: la lumière. La lumière, comme on l'a souvent vu dans cette rubrique, est une onde électromagnétique, c'est-à-dire de l'énergie électrique et magnétique qui se propage dans l'espace, un peu comme une vague à la surface de l'eau. Quand une charge électrique est accélérée ou change de direction (si on «brasse» un électron, par exemple), cela dérange le champ électromagnétique en un point de l'Univers et crée ainsi une «vague électromagnétique» - à la manière d'un caillou qui, jeté à l'eau, en dérange la surface. De la même façon, on croit que l'accélération de toute masse aurait un effet un peu similaire, en créant des ondes gravitationnelles. Invraissemblances Maintenant, dans l'univers en apparence un peu bizarre qu'est la mécanique quantique, il arrive que des ondes se comportent comme des particules, et vice-versa. Des extrêmes Histoire à suivre, donc...

Théorie d'Everett Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le paradoxe du chat de Schrödinger dans l’interprétation d’Everett des mondes multiples (many worlds). Ici, chaque événement est une bifurcation. Le chat est à la fois mort et vivant, avant même l'ouverture de la boîte, mais le chat mort et le chat vivant existent dans des bifurcations différentes de l'univers, qui sont tout aussi réelles l'une que l'autre. La théorie d'Everett, appelée aussi théorie des états relatifs, ou encore théorie des mondes multiples, est une interprétation de la mécanique quantique visant à résoudre le problème de la mesure quantique. Contexte[modifier | modifier le code] Hugh Everett, qui l'a développée, estimait invraisemblable qu'une fonction d'onde déterministe donne lieu à des observations qui ne le sont pas, conséquence pourtant d'un postulat de la mécanique quantique, celui de la réduction du paquet d'onde. Objections[modifier | modifier le code] Développements récents[modifier | modifier le code]

Théorie des quanta Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La théorie des quanta est le nom donné à une théorie physique qui tente de modéliser le comportement de l'énergie à très petite échelle à l'aide des quanta (pluriel du terme latin quantum), quantités discontinues. Son introduction a bousculé plusieurs idées reçues en physique de l'époque, au début du XXe siècle. Elle a servi de pont entre la physique classique et la physique quantique, dont la pierre angulaire, la mécanique quantique, est née en 1925. Elle a été initiée par Max Planck en 1900, puis développée essentiellement par Albert Einstein, Niels Bohr, Arnold Sommerfeld, Hendrik Anthony Kramers, Werner Heisenberg, Wolfgang Pauli et Louis de Broglie entre 1905 et 1924. Historique[modifier | modifier le code] La physique classique en vigueur à la fin du XIXe siècle comprenait les théories suivantes : Problèmes expérimentaux de la fin du XIXe siècle[modifier | modifier le code] Le rayonnement du corps noir[modifier | modifier le code] où . .

Physique quantique Max Planck est considéré comme le père de la physique quantique. La constante de Planck, , joue un rôle central dans la physique quantique, bien au-delà de ce qu'il imaginait lorsqu'il l'a introduite. La physique quantique est l'appellation générale d'un ensemble de théories physiques nées au XXe siècle qui décrivent le comportement des atomes et des particules et permettent d'élucider certaines propriétés du rayonnement électromagnétique. Comme la théorie de la relativité, les théories dites « quantiques » marquent une rupture avec ce que l'on appelle maintenant la physique classique, qui regroupe les théories et principes physiques connus au XIXe siècle, notamment la mécanique newtonienne et la théorie électromagnétique de Maxwell, et qui ne permettait pas d'expliquer certaines propriétés physiques. Histoire[modifier | modifier le code] Louis de Broglie initie alors la mécanique quantique qui permet de modéliser correctement l'atome. Panorama général[modifier | modifier le code] L’énergie

Ondes scalaires (1) Ondes scalaires (1) Nota Bene: la science officielle ne reconnaît pas l'existence des ondes scalaires. Je me permet un petit résumé des diverses informations que j'ai pu avoir à propos des ondes scalaires. Il me semble qu'un excellent compilation sous un oeil éclairé est disponible ici sous la forme d'un livre électronique(en anglais malheureusement): C'est un livre écrit par Bearden (inventeur du MEG) sur lequel je suis tombé et que j'ai dévoré, car il fait une très bonne synthèse de ce que sont les ondes scalaires. Quel intérêt ont-elles? Que sont-elles? Comment se les présenter? La résultante est nulle et produit une onde se propageant dans la même direction, mais ne vibrant plus: une onde scalaire. Mais elles vibrent d'une manière différente: par le changement de leur magnitude dans le temps. C'est une pression qui ne se "voit" pas, qui s'exerce sur le vide dans lequel elles se déplacent. Qui les produit? Lien avec la gravité

De la physique classique à la physique quantique Bonjour Si vous voyez cette page, ce n'est pas normal. LeWebPédagagogique utilise désormais de nouvelles machines, mais votre navigateur semble avoir gardé les anciennes en mémoire... Nos conseils : videz le cache de votre navigateur, redémarrez votre box (en particulier si vous êtes chez Bouygues). Si tout cela ne suffit pas, écrivez nous vincent@lewebpedagogique.com. L'équipe du WebPédagogique Ondes scalaires (2) Ondes scalaires (2) Ondes scalaires: rupteurs atomiques? En fait que je parle de déstabiliser la liaison nucléïque, je ne parle pas de destruction de la liaison, qui est collée par intéraction forte, plus solide que les énergies mises sen jeu par les ondes scalaires. Je parle plutôt d'ajouter ou soustraire de l'énergie à cette liaison, capable d'exciter ou désexciter un atome, et pourquoi pas brouiller la liaison qui existe entre le noyau et les électrons en orbite, rendant les électrons plus mobiles ou moins mobiles, en les liant plus fortement au noyau (puisque les ondes scalaires sont sensées être des ondes de potentiel gravitique et des engendreurs de champ magnétique et électrique par interférence mutuelle). En clair: elles peuvent générer des ondes EM, changer la gravité, et aussi l'écoulement local du temps. Elles sont en quelque sorte l'énergie de base qui sert à actionner d'autres forces. Réception: on a de l'énergie EM au point d'intersection, utilisable sous forme électrique

Physique quantique Physique quantique 1. Introduction 1.1. La nature, corpusculaire ou ondulatoire, de la lumière est discutée depuis longtemps. A partir du début du 20ème siècle, des faits expérimentaux, tels que : l’effet Compton (collision élastique lumière-matière), le rayonnement du corps noir (variation avec la longueur d’onde du flux lumineux émis par les corps), l’effet photoélectrique (extraction des électrons d’un métal par une onde électromagnétique), les spectres de raies (émission de lumière par les atomes gazeux et, en particulier, par l’atome d’Hydrogène), l’expérience de Franck et Hertz (pertes d’énergie subies par des électrons accélérés à la suite de collisions avec les atomes d’un gaz), mettent en évidence le caractère corpusculaire de la lumière. 1.2. 1.2.1. L’effet Compton, la théorie du rayonnement du corps noir, l’effet photoélectrique associent à l’onde électromagnétique une corpuscule appelée photon. 1.2.2. Balle de fusil : ð Proton dans un cyclosynchroton de rayon pour avec . 1.2.3. . .

Ondes scalaires (3) Ondes scalaires (3) Ondes scalaires et ciblage HAARP L'addition de signaux permet d'augmenter la puissance de manière localisée, donc de viser, mais on comprend aussi que ça permet de produire, et ce, seulement au niveau de la zone de ciblage, une série d'ondes scalaires très puissantes, capables de destruction énormes, de réchauffer l'atmosphère ou au contraire de la refroidir. Si on reprend l'exemple de l'utilisation des radiations pour la chimiothérapie: On envoie des rayons irradiants à travers le corps selon des axes qui traversent la zone cancéreuse. N'empêche que tous les axes du corps à travers lesquels les rayons irradiants passent morflent un peu, et l'état général du corps s'en ressent. Comme la conclusion qui s'impose semble être que ce n'est pas l'onde électromagnétique qui cause des dégâts, les ondes scalaires font donc le jeu. Pourquoi les ondes scalaires passent à travers la matière plus facilement? <<< Précédent | Suivant >>> 1 2 3 4

Avant le Big Bang ? Le Big Bang et l'évolution de la matière (Crédit : CNRS) Avant le Big Bang ? - 7 Photos La cosmologie est sans aucun doute la science dont les implications philosophiques sont les plus importantes. Martin Bojowald (Crédit : Kavli Institute). Le sujet de la gravitation quantique est extrêmement vaste et il faudrait probablement des centaines de pages pour lui rendre justice. John Wheeler Bryce DeWitt (Crédit : University of Texas). Pour faire court, on cherche à appliquer les règles de quantification standards dites canoniques aux équations d’Einstein, ce qui veut dire qu’on cherche à mettre ces dernières sous une forme dite Hamiltonienne bien connue avec la mécanique analytique. On peut alors construire une équation de Schrödinger avec une fonction d’onde dont le carré donne la probabilité de trouver la géométrie de l’espace-temps dans un état donné. décrit par une équation de Klein-Gordon avec un potentiel V( ). (t), se déplaçant dans un potentiel compliqué. Carlo Rovelli (Crédit : CGPG).

Particule élémentaire Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le modèle standard[modifier | modifier le code] Particules élémentaires du modèle standard[modifier | modifier le code] Fermions[modifier | modifier le code] Leptons[modifier | modifier le code] Parmi les douze fermions du modèle standard, six ne sont pas soumis à l'interaction forte et ne connaissent que l'interaction faible et l'interaction électromagnétique : ce sont les leptons. Quarks[modifier | modifier le code] Parmi les douze fermions du modèle standard, six seulement connaissent l'interaction forte au même titre que l'interaction faible et l'interaction électromagnétique : ce sont les quarks. L'interaction forte est responsable du confinement des quarks, à cause duquel il est impossible d'observer une particule élémentaire ou composée dont la charge de couleur résultante n'est pas « blanche ». rouge + vert + bleu = blancrouge + antirouge = blancvert + antivert = blancbleu + antibleu = blanc Bosons[modifier | modifier le code]

Related: