background preloader

Les 6 facteurs émotionnels du bien-être au travail

Les 6 facteurs émotionnels du bien-être au travail
Dans une interview, Beatriz Arantes, psychologue et chercheuse chez Steelcase, une entreprise spécialisée dans le mobilier de bureau et l’aménagement des espaces de travail, nous avait expliqué en quoi l’expérience émotionnelle était la clé du bien-être au travail. Le résultat d’une étude approfondie réalisée avec une équipe composée d’un ergonome et d’un designer qui montre comment l’émotion joue sur notre efficacité et notre sentiment de bonheur au travail. Beatriz nous détaille ses recherches en passant en revue les 6 facteurs émotionnels qui déterminent le bien-être au travail : la pleine conscience, l’authenticité, l’appartenance, le sens, l’optimisme et l’énergie. 1. La pleine conscience : avoir le choix du lieu de travail « La pleine conscience vient de la philosophie et la méditation orientale. 2. « L’authenticité est le deuxième pilier : agir en cohérence avec nos valeurs. 3. « Le sentiment d’appartenance est aussi fondamental. 4. 5. 6.

Accident du travail : quels sont les bons réflexes ? Droit du travail et Ressources humaines Votre salarié vous informe qu’il s’est blessé sur le lieu du travail ? Vous recevez par courrier un certificat médical d’arrêt de travail faisant référence à un accident du travail ? L’épouse de l’un de vos salariés vous informe qu’il est en arrêt de travail suite à un accident survenu la veille sur son lieu de travail ? Vous êtes l’employeur et vous ne savez pas comment réagir ! Nous vous proposons un petit mode opératoire que vous pourrez consulter autant que de besoin. Pour ce faire, procédons par étape : Etape 1 : Collecte d’informations Dès lors que vous avez connaissance de la survenance d’un accident du travail (via l’appel de l’épouse du salarié, la réception d’un certificat d’arrêt de travail, l’infirmière de votre entreprise, etc), vous disposez de 48 heures pour établir la déclaration d’accident du travail correspondante. Ne paniquez pas ! Etape 2 : Déclaration de l’accident Pour cela, plusieurs méthodes : Etape 3 : Suivi des courriers

Quand les outils RH se mettent au service du bien-être au travail Le monde de l’entreprise est-il en train de basculer du côté « humaniste » de la force ? Il semble que certains experts s’accordent à le dire, tant la performance des entreprises repose, désormais, sur le bien-être des collaborateurs. Pour les managers, l’un des grands défis consiste donc, à faire en sorte que les collaborateurs soient épanouis dans leur job et plus généralement au sein de l’entreprise. Reste à savoir comment et surtout grâce à quels outils créer les conditions de cet épanouissement, sans lequel plus rien ne semble possible. Tour d’horizon avec Alexandre Pachulski, Directeur Général Produits chez Talentsoft. Diriez-vous que le XXIème siècle est celui, où l’entreprise prend enfin conscience que le premier outil de production est, bel et bien, son collaborateur ? D’où la nécessité pour les entreprises de veiller au bien-être de leurs collaborateurs afin de s’assurer une productivité pérenne ? Quelles sont des composantes du bien être ? Par Emilie Vidaud

Le bonheur au travail: les 10 clefs d'un bon équilibre 1. Trouver sa motivation Le sujet n'a rien d'évident. >> Notre dossier complet: Le bien-être au travail Après avoir été identifiés, ces différents indices doivent être classés par ordre d'importance. L'étape suivante consiste à s'entretenir avec son manager pour lui suggérer de jouer sur les leviers de motivation personnels que l'on a ainsi repérés. 2. Lorsqu'on n'obtient pas ce que l'on attend, on en conçoit souvent un sentiment d'injustice qui peut s'exprimer de trois façons différentes, précise Bruno Lefebvre, coach, enseignant, cofondateur de la société AlterAlliance. >> Gros plan sur le bonheur au travail avec L'Express et Arte >> Heureux au travail? >> Découvrez dans quels pays vous seriez le plus heureux au travail Face à une telle injustice, avant même d'être reconnu par son supérieur ou ses collègues, il convient d'abord de se reconnaître soi-même, et ce sentiment-là s'appelle la "fierté", rappelle le spécialiste. 3. "Je ne vaux rien", "Je suis nul", "Je rate tout"... 4. 5. 6. 7.

Trois conseils pour évacuer le stress Bien respirer Une petite marche de quelques minutes permet de mieux respirer. Si vous êtes au bureau, isolez-vous dans une pièce ou dans les toilettes et prenez quelques grandes inspirations en levant les bras bien haut à chaque inspiration et en les abaissant à chaque expiration. C’est efficace ! Maintenez ce bien-être ensuite, continuez à respirer lentement en sentant votre ventre se gonfler. Arriver en avance Le stress est souvent provoqué par une série de petites choses qui, mises bout à bout dans la journée, s’accumulent. Ne pas confondre ce qu'on est et ce qu'on fait Il y a le bon et le mauvais stress, le mauvais étant celui qui nous fait perdre nos moyens. Prenez un papier, un stylo, et écrivez tout ce que vous avez comme qualités, comme atouts.

Des députés veulent faire payer le "burn-out" aux employeurs Une trentaine de députés de la majorité demandent la reconnaissance du burn-out comme maladie professionnelle, ce qui permettra ainsi d'en imputer la prise en charge aux "responsables", les employeurs, dans une tribune publiée dimanche 7 décembre par le "Journal du dimanche". "Nous demandons la reconnaissance de l'épuisement comme maladie professionnelle", indiquent ainsi les élus, tous issus de la majorité. "Cette reconnaissance est indispensable pour faire que les effets de l'épuisement nerveux au travail soient à la charge de ceux qui en sont responsables, c'est-à-dire les employeurs", expliquent-ils. Pour les députés de la majorité signataires, il s'agirait de faire "basculer le financement" de ce syndrome d'épuisement professionnel "sur la branche Accident du travail et maladies professionnelles - financée par les cotisations patronales à 97%". Un salarié sur quatre Cette tribune intervient quelques semaines après la publication par Cegos d'un baromètre sur le stress au travail.

Définition de l'innovation managériale Transformation radicale des modes de collaboration en entreprise en vue : d’évoluer d’une relation « Parent / Enfant » (principe de subordination unilatérale) à « Adulte / Adulte » (principe de Co-responsabilisation) dans le but de : – trouver le plus juste équilibre entre épanouissement personnel et performance professionnelle – créer de nouvelles valeurs pour l’entreprise, ses collaborateurs et son environnement. Selon un sondage mené pour IBM en 2010, 79% des dirigeants mondiaux prévoyaient une très forte augmentation de la complexité du contexte économique dans les 5 années à venir et environ 50% de ces patrons avouaient que leurs organisations n’y étaient pas préparées. Tous les dirigeants s’accordent à dire que la pérennité d’une entreprise repose à présent principalement sur sa capacité d’innovation. Les 5 niveaux d’innovation en entreprise On dénombre 5 niveaux d’innovation en entreprise Pourquoi parler d’innovation managériale ? Qui dit innovation dit invention, nouveauté, création.

Burn-out : êtes-vous à risque ? Le terme est utilisé à toutes les sauces, mais le risque est bien réel : plus de trois millions de Français exerçant une activité professionnelle seraient exposés au burn-out. De l'anglais "brûler de l'intérieur, se consumer littéralement", ce phénomène survient brutalement et ses victimes n'ont souvent rien vu venir. Pourtant, avant que le corps ne s'effondre, il aura fallu parfois plusieurs années d'insidieuse érosion intérieure. Les signes précurseurs existent et les situations favorisant le burn-out sont aujourd'hui bien identifiées. Les repérer et les connaître permet d'éviter des conséquences graves comme l'AVC, l'infarctus ou de lourdes dépressions. Et vous, êtes-vous à risque ? 1. Le burn-out a d'abord été observé chez les professionnels de santé comme les infirmières, les urgentistes, les vétérinaires, les dentistes et les médecins. 50 % de ces derniers seraient d'ailleurs aujourd'hui exposés. 2. 3. À force d'utiliser la machine à plein régime, elle se rompt. 4. 5. 6. 7. 8.

10 question sur la qualité de vie au travail. - Qualisocial L’Anact publie sous forme de questions-réponses un document de 18 pages sur la qualité de vie au travail, QualiSocial le résume pour vous. 1) C’est quoi la QVT ? La Qualité de Vie au Travail dépend des conditions dans lesquelles les salariés exercent leur travail, du contenu de leur travail et de la capacité de ceux-ci à s’exprimer et à agir sur ce contenu. 2) La QVT : pour faire quoi ? Une démarche QVT sert à : Reconnaître et soutenir la qualité de l’engagement des salariés pour poser un regard plus positif sur le travailFédérer les énergies et apporter de la cohérence dans les actions portant sur des sujets tels que le stress, le temps de travail, la mobilité, etc.Piloter la performance autrement en conciliant les nécessités du marché, celles de l’entreprise et celles des individus qui la composent. 3) Quelle démarche pour mettre en œuvre la QVT ? Une démarche QVT s’articule en 4 étapes : Concevoir la démarchePoser le diagnosticExpérimenterPérenniser 4) Par quoi commencer ?

Comment réduire le taux d’absentéisme au travail ? L’absentéisme est un cas de plus en plus fréquent dans les entreprises. Ayant atteint des proportions énormes cette année (18 %), le temps d’absentéisme est équivalent à 16,6 jours d’absence pour un salarié. Les causes de l’absentéisme sont diverses. Pour pouvoir les réduire au minimum, il faut effectuer un diagnostic et revenir aux sources du problème. Trouver la source Avant de résoudre un problème, il est indispensable de savoir d’où il provient. Un facteur externe ou un facteur interne ? Suivant une étude effectuée au sein de quelques entreprises, les responsables des ressources humaines ont affirmé qu’il existe généralement quatre raisons qui sont à l’origine de l’absentéisme des employés. Les solutions envisageables Certaines entreprises utilisent la contre-visite médicale pour réduire les absentéismes, mais nous savons tous que cette méthode ne résout qu’une infime partie du problème. Un problème des RH ou des managers ? Donnez une note à cet article À propos de l'auteur

Étude INSEE : le travail, facteur de bien-être Conditions de vie matérielles, santé, travail et famille : voici, dans l'ordre, les facteurs les plus importants de satisfaction des Français, qui donnaient en 2010 tous critères confondus, une note de 7,3 sur 10 - sur une échelle de 0 (pas du tout satisfait) à 10 (très satisfait) - à la question : "Indiquez votre satisfaction concernant la vie que vous menez actuellement". Le diplôme rend-il heureux ? "Contribuant indirectement à un niveau de qualité de la vie plus élevé, par exemple via un meilleur revenu, un meilleur statut ou de meilleures conditions de vie matérielles", le niveau de diplôme influe cependant peu sur le sentiment de satisfaction. Le chômage, lui, on s'en doutait, fait baisser ce sentiment : les chômeurs affichent un niveau de satisfaction de 6,1, alors que les personnes en emploi ont un niveau de 7,5. Mais, quand ces dernières vivent des difficultés dans leur travail, leur niveau de satisfaction baisse de façon comparable à celui des demandeurs d'emploi.

Equilibre vie professionnelle/ vie privée Un levier de performance pour l’entreprise Le travail est, pour 92% des français, très important. Il est perçu comme un moyen de s’accomplir et une source de développement individuel. Pourtant, ils sont 65% à estimer que le travail prend trop de place dans leur existence. Longtemps les entreprises ont eu une attitude ambivalente concernant le hors-travail, considérant que cela relevait de la sphère privée et non professionnelle. L’entreprise qui veut attirer, motiver et fidéliser ses talents ne peut désormais faire l’impasse sur la question de l’équilibre vie privée – vie professionnelle. Cependant, il n’existe pas de solutions préétablies. Une société et des attentes qui changent La progression toujours plus forte des familles dites biactives – dans lesquelles les deux parents travaillent – est l’un des changements majeurs auxquels les entreprises font face. Un monde du travail à la traine Cependant, les entreprises semblent ne pas avoir pris la mesure du changement. Bonnes pratiques

Comment gagner confiance en soi au travail Prenez deux managers, un homme et une femme, trentenaires tous les deux, aussi performants l'un que l'autre dans leur travail. Proposez-leur une superbe promotion. La cadre n'acceptera que si elle sûre d'avoir 100 % des compétences requises quand l'homme, lui, se contentera d'en avoir 70 % pour signer des deux mains. Toutes les études le montrent : à compétences égales, il est souvent plus difficile pour les femmes d'afficher leurs ambitions. Une modestie, ou une impuissance, hélas interprétée par leurs patrons comme un manque d'implication dans l'entreprise ou d'intérêt pour leur carrière. D'où l'appli mobile gratuite Leader- ship pour Elles, lancée par le gouvernement, le 7 avril dernier, à l'occasion de la journée de l'égalité salariale. « Elles ont le "good girl syndrom", le complexe de la bonne élève », constate de son côté Edouard-Malo Henry, directeur des ressources humaines (DRH) de la Société générale.

Réseaux sociaux d'entreprise : atouts, limites et perspectives Publié le 21/11/2013 Attention, cet article a été publié le 21/11/2013. Ce dispositif d'archives vous donne accès à l'ensemble des publications du site FocusRH. Assurez-vous de lire les dernières dépèches et dossiers publiés en utilisant notre moteur de recherche Les réseaux sociaux d’entreprise (RSE) ont le vent en poupe et, comme tout sujet émergent, naviguent entre expérimentations, frilosité et excès potentiels. De quelle façon les entreprises qui souhaitent mettre en place un RSE abordent-elles ce projet ? Leur mode opératoire est très variable. Quels sont, selon vous, les principaux atouts des RSE ? Ils permettent la mise en œuvre de liens interpersonnels tournés sur la transversalité des échanges et le transfert de compétences, qu’il s’agit d’organiser et de structurer. Existe-t-il des freins à leur déploiement ? Ils sont de plusieurs ordres. Selon vous, le RSE a-t-il vocation à être connecté au SIRH ? La situation peut être envisagée sous plusieurs angles.

Fiche 6.1. Les facteurs psychosociaux du bien-être au travail - ABBET Les principaux facteurs psychosociaux qui influencent le bien-être au travail sont présents dans de nombreux modèles classiques. On y a ajouté des dimensions directement inspirées des réalités du travail dans le non-marchand. Version pdf Fiche 6.1. Facteurs objectifs ou subjectifs ? Les différents facteurs comportent un volet subjectif : une même situation peut être perçue comme stressante par une personne alors qu’une autre la considérera normale ou stimulante. La qualité du travail : l’importance du sens du travail pour l’individu Avoir le sentiment de pouvoir fournir une prestation de qualité. La capacité à gérer positivement les relations avec les usagers Il ne s’agit pas ici seulement des qualités personnelles à gérer une relation, mais aussi de la manière dont l’institution prend en charge les situations : La charge de travail : un équilibre à la fois quantitatif et qualitatif L’autonomie décisionnelle L’équilibre entre efforts et récompenses Faire face aux défis du contexte social

Related: