background preloader

Global Partage

Global Partage

http://www.youtube.com/watch?v=iXhdKw0QhFU

Related:  pas classésReflexion sur nos societes

Frédéric Brunnquell : “Le discount a un vrai prix. On le paie tous les jours.” Le road-movie dans l'Europe low cost de Frédéric Brunnquell le démontre : plus qu'une tendance marketing de crise, le discount révèle une transition économique mondiale. Des prix écrasés aux salariés cassés, du billet d’avion low cost aux conditions de travail au rabais… Dans Nos vies discount, diffusé mardi 29 janvier 2013 à 22h55 sur France 2, le réalisateur Frédéric Brunnquell explore, sur un mode rageur, l’envers du décor du « toujours moins cher ». De l’Irlande de Ryanair à la Roumanie de Renault/Dacia, en passant par l’Allemagne de Lidl et d’Aldi, son film est un voyage de 8000 kilomètres dans l’Europe du low cost, qu’il effectue au volant d’une Logan. Une voiture symbole, pour mieux révéler le lourd coût social du discount et sa vicieuse mécanique. Explications. Pourquoi avoir choisi le mode du road-movie pour montrer le revers de la médaille de la consommation low cost ?

Start-up collaboratives & municipalités: le choc des cultures Uber, Airbnb, Taskrabitt, Drivy…, les start-ups de l’économie du partage rencontrent un succès croissant. Les deux premières, qui sont aussi les plus connues, sont valorisées à 10 milliards et 17 milliards de dollars. Soumis à des réglementations strictes, les acteurs historiques du secteur voient ces nouveaux concurrents, peu soucieux des règles établies sur leurs marchés, d’un mauvais oeil. Dans les villes où ces services s’implantent, les autorités locales sont confrontées au paradoxe de mettre des bâtons dans les roues à des services novateurs et plébiscités par les usagers pour défendre les intérêts des acteurs historiques menacés. La tentation est forte d’y voir une administration coupée des usages, influencée par les lobbys, et obsédée par la régulation. La réalité est autrement plus complexe.

Autiste et Wikipédien — Guillaume Paumier Cet essai est à l'origine de ma présentation du même nom donnée lors de la conférence Wikimania 2015. Ce n'est pas une retranscription fidèle. Il s'agit d'un brouillon, que j'ai décidé de publier maintenant afin d'éviter une attente trop longue ; je vais continuer à le peaufiner au cours des prochaines semaines, et vous pouvez contribuer à son amélioration. La location d'objets Belgique Pour trouver ce que vous cherchez vous avez deux possibilités, la première c’est en utilisant le moteur de recherche sur la page d’accueil (www.ezilize.be/fr) ou bien en allant directement dans la bonne catégorie. Lorsque que vous avez trouvé votre objet et qu’il vous convient, il suffit de cliquer sur le bouton vert “Louer cet objet”, il se situe en haut à gauche de votre écran.Sélectionnez la date et l’heure de la location ainsi que la date de remise de l’objet. Vous pouvez, si vous le désirez envoyer quelques mots au propriétaire.Cliquez ensuite sur “Réserver cet objet”. Le propriétaire reçoit immédiatement un e-mail qui contient vos coordonnées ainsi que votre demande. Vous pouvez suivre tout le déroulement de l’opération dans votre espace sécurisé sous l’onglet “Locations”.

Piller la Grèce L’accord demande au gouvernement grec d’annuler tous les projets progressistes légiférés par Syriza depuis son arrivée au pouvoir il y a 6 mois; de recevoir l’approbation de la troïka avant de décider de nouvelles lois; d’adopter des mesures d’austérité automatiques en acceptant des “coupures de dépenses gouvernementales quasi-automatiques” au cas où les objectifs de surplus budgétaires ne seraient pas atteints; d’accélérer la saisie et la liquidation de commerces et de résidences qui ne peuvent pas payer leurs dettes; et d’affaiblir, ou même éliminer, les normes du travail protégeant les recours collectifs par des employés. Mais la clause peut-être la plus humiliante est celle qui force la Grèce à privatiser la somme effarante de €50 milliards de biens publics. Ceux-ci seront vendus à des investisseurs privés, dont plusieurs seront des étrangers. Le fonds qui gèrera le processus de privatisation se trouvera en Grèce, mais en pratique sera contrôlé par la troïka. Voici un échantillon.

Planète : la véritable guerre des civilisations a commencé Six ans après l'échec de Copenhague, la COP21 réunira fin novembre à Paris les délégations du monde entier. Mais le réchauffement climatique remet en cause les fondements même de la modernité industrielle. Entre les « terriens » – êtres humains et non-humains – qui savent qu’ils appartiennent à la Terre, et « modernes », qui pensent depuis quelques siècles déjà que la Terre leur appartient, le choc des civilisations a commencé. Les inégalités, meilleures ennemies de la croissance La question des inégalités monte en puissance dans le débat public. Plusieurs études montrent à quel point elles ont contribué au ralentissement de la croissance mondiale. Une remise en cause sévère du laisser-faire. Christine Lagarde racontait dans un discours récent à Bruxelles une blague entendue à Wall Street. Lors d'un cocktail réunissant la haute finance dans une tour au-dessus du port de New York, un banquier admirait d'en haut les somptueux yachts à quai. Puis se tournant vers son voisin, il demande: «Mais où sont les yachts des clients?»...

« La dette publique est une blague ! La vraie dette est celle du capital naturel » Reporterre - Quelle idée principale inspire votre livre, Le Capital du XXIe siècle ? Thomas Piketty - Mon travail déconstruit la vision idéologique selon laquelle la croissance permettrait spontanément le recul des inégalités. Le point de départ de cette recherche est d’avoir étendu à une échelle inédite la collecte de données historiques des revenus et les patrimoines. Au XIXe siècle, les économistes mettaient beaucoup plus l’accent sur la distribution des revenus que cela n’a été le cas à partir du milieu de XXe siècle. Mais au XIXe siècle, il y avait très peu de données. Et jusqu’à récemment, ce travail n’avait pas été mené de manière systématique, comme on l’a fait, sur plusieurs dizaines de pays sur plus d’un siècle.

Grèce : petit guide contre les bobards médiatiques Si vous voulez commander le petit guide, rendez-vous à la fin de cette page (ou cliquez ici). Idée reçue n°1 : Annuler la dette grecque : 636 € par Français ? Le discours officiel sur la Grèce Les gens sont débordés Depuis dix jours, plus personne ne répond à nos mails. On s’est dit qu’encore une fois, Tim Kreider avait raison : les gens sont débordés. Voilà ce qu’il en pense, et on n’est pas loin d’être d’accord.

Ethique partout, débat nulle part : halte à la douce tyrannie de nos modes de vie Focalisés sur la défense de nos libertés individuelles, nous ne voyons pas que nos comportements quotidiens nous sont dictés. Entretien avec le philosophe Mark Hunyadi. « Ma cassette ! », criait l'avare de Molière. « Mes droits ! », ressasse l'homme con­temporain. Industrie du foot: l’envers du décor Véritable industrie, avec un chiffre d’affaires de 400 milliards d’euros à l’échelle mondiale, le foot compte des centaines de millions de fans. De quoi insuffler aux entreprises du secteur le sens de la responsabilité, de l’exemplarité envers ceux qui les font vivre ? Pas vraiment.

Après le greenwashing, le socialwashing ? Tous les indicateurs le prouvent, nous ne savons pas créer de la croissance sans puiser dans le stock de ressources naturelles, et donc sans contribuer à la destruction écologique. Il n’y a jamais eu découplage entre l’évolution du produit intérieur brut et celle des émissions de gaz à effets de serre. Les faits sont têtus. Il est donc insensé de prétendre qu’on pourrait traverser la crise climatique sans changer radicalement nos modes de production et de consommation. Le développement durable, qui élude la question de nos modes de vie et fantasme une sortie de crise compatible avec la marche des affaires par la magie de la technique est du point de vue écologique une mystification absolue.

Related: