background preloader

Vertigo - vol 10 - Agriculture urbaine

Vertigo - vol 10 - Agriculture urbaine
Sous la direction de Eric Duchemin (VertigO - La revue électronique en sciences de l’environnement) (Institut des sciences de l’environnement, Université du Québec à Montréal) (Université du Québec à Montréal), Luc Mougeot (CRDI, Canada) et Joe Nasr (Collège Ryerson, Canada) Depuis maintenant plus d’une décennie - selon la plus récente estimation disponible – ils sont mondialement environ 800 millions à pratiquer l’agriculture urbaine (AU). 200 millions d’entre eux réalisent de la production de marché et 150 millions le font à plein temps. Ces gens produisent environ 15% de la production mondiale de nourriture. Selon les prédictions, ce pourcentage pourrait doubler dans la prochaine génération. Depuis 1996, les chiffres disponibles pour certaines villes ont démontré une augmentation du nombre de producteurs, de production et de valeur dans cette activité urbaine.

http://vertigo.revues.org/9848

Relations ville-campagne : quel sens, quelle évolution ? La question des relations ville-campagne implique une investigation reposant sur une connaissance parallèle des mutations urbaines et des mutations rurales (au plan des représentations comme à celui des faits). L’idée de ce qu’est la relation ville-campagne est une véritable boîte noire marquée par l’évolution des idéologies, en particulier des idéologies, anti-urbaines dont l’influence est dominante. Deux entités que la tradition veut distinctes, mais que les évolutions sociales, économiques, professionnelles récentes tendent à rapprocher : d’absorption en périurbanisation, la distinction s’efface. Construire le récit historique des relations entre villes et campagnes est un enjeu important pour situer la période actuelle caractérisée par les « désirs de campagne » et la question de l’accueil de populations en quête de campagnes dans les territoires ruraux. Décrypter le sens des mots Un nouveau modèle

Sites utiles La ville durable française dans la compétition mondiale 1/3 04/11/2014 - Paul-Antoine LECUYER Missionné en début d’année par le premier ministre pour définir les contours d’un « Institut pour la Ville Durable », le conseiller d’Etat Roland Peylet a remis son rapport le 30 octobre 2014. Le document fait le bilan une dizaine d’années d’ambition affichée pour un aménagement durable des territoires. Il dresse un constat... L'agriculture Nantes Métropole mène une politique de soutien et de développement de l'agriculture, composante importante de son identité et acteur économique de l'agglomération nantaise.Avec un territoire marqué par 15 000 ha de zones agricoles et 15 500 ha de zones naturelles (dont 9 500 ha de zones humides), l’activité agricole reste une activité économique importante, avec près de 330 exploitations, 1 400 emplois directs et une très grande diversité de productions et des produits locaux emblématiques. L’agriculture au service de la biodiversitéPour favoriser la prise en compte de la biodiversité dans les pratiques agricoles, Nantes Métropole entreprend des « diagnostics biodiversité » au sein de sept exploitations volontaires, dont la ferme fruitière Les Trois Villages, à Carquefou.

La ségrégation culturelle du territoire s’accentue 7 décembre 2012 - La ségrégation culturelle du territoire a augmenté entre 1999 et 2008. C’est dans les communes où la part des diplômés était la plus élevée que celle-ci a le plus augmenté. Au niveau des quartiers, la ségrégation s’accroît surtout dans les territoires les plus défavorisés. Une analyse de Louis Maurin. Extrait de la note d’information Compas études. Un potager sur le toit - 26 novembre 2013 Imaginez un potager, situé sur le toit d'un gymnase, entouré de buildings d'une dizaine d'étages et offrant une vue panoramique sur toute la ville. Non, vous n'êtes pas dans une des méga-fermes qui poussent au sommet des tours de Brooklyn ou Montréal, mais sur le toit d'un gymnase du 20e arrondissement de Paris, dans le premier jardin sur toit de la ville. Oubliez aussi les retraités en mal d'occupations. Ce matin, c'est une population variée faite d'étudiants, de mères de famille et barbus lookés comme dans un catalogue d'Urban Outfitters qui sont venus en découdre avec les mauvaises herbes. « Pendant la belle saison, les gens viennent jardiner mais aussi lire, prendre le soleil, partager un repas ou bavarder avec leurs voisins. Il y a des enfants partout, c'est très sympa », précise Nadine Lahoud, l'une des habituées de ce lieu de 600 m2, qui vient de repiquer épinards et betteraves. A l'ère des graines tueuses, des oeufs à la dioxine et des lasagnes au cheval, rien de très étonnant.

Farm City Le mode alimentaire américain basé sur une très forte consommation de viande de boeuf est une catastrophe écologique pour la planète - voir là et là, et risque de dévenir un enjeu d'aménagement urbain essentiel dans les décennies à venir - voir là. D'autres vont plus loin en imaginant carrément des immeubles associant en plein coeur de villes des élevages verticaux couplés à des abattoirs. C'est notamment le cas d'Amir Yousefi avec son projet "Carnivore Factory".

Écologie urbaine Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L’écologie urbaine étudie l'ensemble des problématiques environnementales concernant le milieu urbain ou périurbain. Elle vise à articuler ces enjeux en les insérant dans les politiques territoriales pour limiter ou réparer les impacts environnementaux et améliorer le cadre de vie et la qualité de vie des habitants. Cette notion a parfois un sens plus restrictif, désignant spécifiquement l'écologie des organismes vivants dans une zone urbaine, principalement représentés par les espaces verts, publics et privés et les animaux sauvages - mais cet usage tend à se raréfier. Exemple d'indicateurs (retenus par le programme URBIO), sous l'égide de l'ONU (PNUE)

Retour à la terre en pleine ville Dans une salle du centre de formation du parc naturel du Maharashtra, on croise des informaticiens, des avocats, des médecins, des étudiants, des personnes âgées et des adolescents boutonneux. Pour eux, Preeti Patil est une célébrité. Ils ont tous lu comment cette femme, responsable de la restauration au sein de l’administration portuaire de Bombay, a galvanisé son service en transformant la terrasse de 280 mètres carrés jouxtant la cantine en une “forêt” luxuriante. Ils sont sidérés d’apprendre que son potager recycle les 20 kilos de déchets produits quotidiennement par la cuisine de la cantine. Et qu’elle y récolte des légumes incroyablement savoureux, parmi lesquels des épinards, des gombos, des aubergines et des tomates cerises, que les salariés mangent souvent crus et, bien sûr, des fruits comme les goyaves, les pommes cannelle, les mangues, les bananes et même les noix de coco d’un gigantesque palmier planté contre le mur de la terrasse. vvv

Related: