background preloader

Il n’y a pas qu’à Ferguson...

Il n’y a pas qu’à Ferguson...
Ce n’était qu’un adolescent ; un jeune homme noir bien dans ses Nike Shox, plein de vie et de rêves. Comme d’habitude, vacances scolaires oblige, il était sorti passer le temps avec ses amis. Attendu pour un dîner en famille, il n’avait pas prévu de rentrer tard. Il était loin de s’imaginer qu’il vivait ses dernières heures… Poursuivi par la police suite à une accusation de vol, il ne survivra pas, laissant derrière lui tout un quartier en deuil. S’en suivront des nuits de révoltes sans précédent, des incompréhensions, des doutes. De la colère, beaucoup de colère. D’une rive à l’autre, si les circonstances de ces drames ne sont jamais exactement les mêmes, elles ont toujours les mêmes causes et donc, les mêmes conséquences. Aussi, les interrogations de journalistes et/ou de responsables politiques français sur la possibilité de voir se produire la même chose dans notre pays, résonnent telle une vaste tentative de déni.

http://www.liberation.fr/societe/2014/08/25/il-n-y-pas-qu-a-ferguson_1086718

Related:  Zyed et BounaRacisme/colonialisme/post-colonialisme en FranceViolences policièresCitoyen actif pour les droits et les libertés

Zyed et Bouna : le jugement qui relaxe les deux policiers Le tribunal correctionnel de Rennes a prononcé, lundi 18 mai, la relaxe des deux policiers poursuivis pour non-assistance à personne à danger après la mort par électrocution, le 27 octobre 2005, des deux adolescents Zyed Benna et Bouna Traoré, dans un transformateur EDF de Clichy-sous-Bois. La relaxe est définitive. Les familles ont en outre été jugées irrecevables à se constituer partie civile. Le tribunal a considéré que ni Stéphanie Klein, la policière stagiaire qui assurait ce soir-là la permanence téléphonique du central, ni Sébastien Gaillemin qui a participé à la course-poursuite, n'avaient eu "une conscience claire d'un péril grave et imminent". Il a estimé que la phrase prononcée par ce dernier sur les ondes de la police – "S'ils entrent ici, je ne donne pas cher de leur peau" – ne suffisait à établir avec certitude que le policier avait conscience du danger mortel couru par les adolescents. La motivation du jugement rendu lundi 18 mai par le tribunal correctionnel de Rennes :

Les Blancs, une majorité invisible Et puis un jour, il s’est senti devenir blanc. Magyd Cherfi, le chanteur de Zebda, le raconte dans une belle interview (1). «Mes parents me sont devenus étrangers quand je suis devenu blanc.» Zyed et Bouna : dix ans de colère à la barre S’il devait y avoir une raison, une seule, qui justifie la tenue de cette audience publique, elle a été donnée, jeudi 19 mars, par les plaidoiries des deux avocats des parties civiles. Par les voix de Mes Emmanuel Tordjman et Jean-Pierre Mignard, dix ans de colère se sont exprimés à la barre du tribunal correctionnel de Rennes. Dix ans pendant lesquels ils ont porté à bout de bras une attente, celle des familles des deux adolescents morts électrocutés dans un transformateur EDF de Clichy-sous-Bois le 27 octobre 2005, et une certitude, celle que ce drame ne pouvait pas, ne devait pas, rester sans explication dans un Etat de droit. Pour ceux qu’ils défendent d’abord, mais au-delà, pour l’ensemble de la société française à laquelle ils appartiennent. Il faut avoir entendu plaider Me Tordjman pour mesurer la puissance que donne la conviction quand elle se nourrit de rage et s’appuie sur la rigueur.

En France, il y a un marché pour les films avec des acteurs noirs Quand Isabelle Dubar, directrice de la société Happiness Distribution, entend parler de Dear White People pour la première fois, le film de Justin Simien sorti en France le 25 mars, qu'elle distribue, elle est à New York, et elle lit un article dessus dans Time Out. C’est un film qui se déroule sur un campus, qui parle du racisme, de ce que c’est qu’être noir, dans une université majoritairement blanche, et des interrogations sur l’identité. On est alors en octobre 2014, peu après la sortie de Bande de filles en France: «J’avais été assez surprise des réactions au film de Céline Sciamma, notamment de la part de jeunes filles noires qui n’aimaient pas beaucoup ce film, qui ne se sentaient pas représentées, qui trouvaient que chaque fois qu’on parlait des noirs c’était pour les relier à la banlieue.»

Zyèd et Bouna, enfants sacrifiés de la République Chronique extraite du numéro de printemps de Regards, actuellement en kiosques. « S’ils rentrent sur le site, je ne donne pas cher de leur peau. » Tels sont les mots laconiques qui ont précédé la mort de Zyed Benna, dix-sept ans, et Bouna Traoré, quinze ans. Des mots froidement prononcés par un policier conscient de leur engagement sur une voie périlleuse. Un commentaire énoncé sans être assorti d’aucune action pour prévenir un danger pourtant avéré. Dix ans, vingt juges, et toujours le non-lieu

Aznavour appelle à offrir une "existence" aux migrants "Ça me fait beaucoup de peine, beaucoup de mal, de voir ces gens qui défilent avec leurs enfants, perdus", a déclaré ce mardi Charles Aznavour. Le chanteur de 91 ans, qui est né à Paris en 1924, de parents arméniens ajoute: "c'est une chose que je n'ai pas connue, mais je pense que mes parents ont dû vivre cette vie-là". > Campement de migrants à Calais: faut-il craindre un nouveau Sangatte? "Il faut leur trouver une situation, il faut construire leur future existence", a-t-il poursuivi en rappelant son idée, exprimée au printemps, de repeupler les villages français avec ces nouveaux arrivants. Repeupler les villages français "Il s'agirait de nourrir les villages de gens qui ont des professions différentes.

Qui sont les Michael Brown français ? Michael Brown, Freddie Gray, Tamir Rice, Eric Garner… Les noms de ces Afro-Américains victimes de violences policières ont été largement relayés ces derniers mois dans les médias français, et les tensions raciales que leurs décès ont ravivés, de Ferguson à Baltimore, largement couvertes. L’été dernier, Libération revenait, dans une série de portraits de victimes, sur ces bavures des forces de police américaines. Et en France ? Les décès survenus pendant ou à la suite d’une interpellation sont souvent traités sous l’angle du fait divers, et la dimension raciale, largement tue, soulève un documentaire réalisé par Rokhaya Diallo et diffusé ce mercredi à 20h50 sur France Ô (visible en avant-première ici). A lire aussi :Il n’y a pas qu’à Ferguson…

Recensement de personnes tuées par la police ou à cause de son action : 2005-2015 VICTIMES DE LA POLICE ( connus ) DEPUIS 2005 ( en France ) : 2005 : 6 morts, 3 blessés grave ( connus ) : Janvier : Abou Bakari Tandia meurt des suites de sa garde-à-vue au commissariat de Courbevoie (92). 7 Mars : Balé Traoré grièvement blessé à bout pourtant par un policier dans le quartier de la Goutte d’Or ( paris 18) alors qu’il n’avait lui même pas d’arme. Petit guide de tout ce que vous pouvez faire pour venir en aide aux réfugiés Des dons au volontariat, en passant par le crowdfunding, il existe de nombreux moyens de soutenir les migrants et leurs familles restées au pays. La photo du cadavre d'Aylan Kurdi, cet enfant syrien venu s'échouer sur une plage après le naufrage de son embarcation dans la Méditerranée, a fait l'effet d'un électrochoc. La crise des migrants a désormais un visage. Alors que les responsables européens ont promis de lancer dès aujourd'hui des propositions pour l'accueil des migrants, que peut-on faire en tant que citoyen? Comment transformer cette vague d'émotion en aide concrète? Il ne suffit pas de se laisser aller aléatoirement à sa bonne volonté, mais de donner de la bonne manière et au bon endroit.

Nuit debout : vous étiez où, en 2005 ? Nuit debout dépasse la place de la République, à Paris. Deux semaines après son lancement, cette nouvelle forme de mobilisation, inspirée, entre autres, des Indignados espagnols, s’organise, et s’exporte en province. Les prises de parole et les actions se multiplient. Les médias en parlent, souvent, avec bienveillance : personne n’ose insulter l’avenir. Pourquoi la BAC a des manières « rudes et humiliantes » - 7 avril 2016 Didier Fassin - Andrea Kane Anthropologue, sociologue et médecin, Didier Fassin est une des figures des sciences humaines en France. Directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), il est aussi professeur à l’université de Princeton, aux Etats-Unis. Le document qu’il vient de publier aux éditions du Seuil est exceptionnel. « La Force de l’ordre : une anthropologie de la police des quartiers » est une enquête menée durant quinze mois, en deux fois, entre mai 2005 et juin 2007, dans un commissariat d’Ile-de-France, qu’il ne nomme pas. En juin 2007, l’administration lui retire l’autorisation qui lui avait été donnée. Mais la matière récoltée était suffisante.

Délibéré rendu aujourd’hui, 18 mai 2015 à 14 heures : stay tuned ! by gilles_horvilleur May 18

#ZyedetBouna, le procès 2.0 : J1 : J2 : J3 : J4 : J5 : by gilles_horvilleur May 18

La tribune de Sihem Assbague et Rokhaya Diallo dans Libé : Mise en perspective Ferguson -> Situation Francaise. by mediaimmediat May 18

Related: