background preloader

47 % des emplois seraient automatisables d'ici 20 ans

47 % des emplois seraient automatisables d'ici 20 ans
Télémarketeurs, analystes, secrétaires, dockers, employés de banque, réceptionnistes, arbitres sportifs, chauffeurs, caissiers, comptables, ouvriers assembleurs… Tous ces métiers et bien d’autres ont une très forte probabilité, supérieure à 95% selon l’étude d’Oxford réalisée par Carl Benedikt Frey et Michael A. Osborne, d’être remplaçables par des machines. Des tâches que des robots physiques, ou des logiciels et intelligences artificielles, seront en capacité d’accomplir. Que des métiers disparaissent et que d’autres apparaissent, avec l’innovation technologique, n’est pas une nouveauté, loin de là. Des millions et des millions d’emplois qui ne pourront forcément être transformés en nouveaux métiers. Un choc qui pourrait se révéler particulièrement violent pour les pays très industrialisés, comme la Chine ou l’Inde.

http://www.humanite.fr/47-des-emplois-seraient-automatisables-dici-20-ans-549348

Related:  Automatisation / RobotisationrobotisationAutomatisation des métiers / Avénement des machines / A. I.

Les ouvriers chinois, trop chers, remplacés par des robots 10.000 robots sont en train d ‘être mis en place des les monstrueuses usines chinoises de Foxconn pour assembler l’iPhone 6. Pour l’heure, les emplois ne sont pas directement menacés par ces « Foxbots », le plus gros employeur chinois a même du embaucher 100.000 intérimaires pour répondre aux exigences d’Apple : produit au moins 70 millions d’iPhone 6 d’ici début septembre. Foxconn communique bien sur le fait que les robots vont « aider » les ouvriers et non les « remplacer » ; qu’ils vont permettre d’augmenter les cadences.Sauf que si on reprend les intentions du constructeur quelques mois plus tôt, le discours est tout autre. La question qui se pose ici est, est-ce que cette nouvelle révolution industrielle par le numérique, qui pousse bien plus loin l’automatisation des tâches, ne va pas créer une sérieuse crise de l’emploi. C’est bien une crise de l’emploi vers laquelle on se dirige, et elle nous est promise par Bill Gates.

Grosse querelle autour du numérique et des emplois - 14 juin 2015 Content curator, architecte big data, growth hacker : voici venir une foule de nouveaux métiers abscons. Les missionnaires d’une nouvelle ère, celle de la digitalisation. "Après avoir démarré comme un outil d’amélioration de la communication, le numérique s’est transformé en une technologie universelle", observent les économistes de l’OCDE, qui comparent la révolution en cours à l’invention de l’électricité ou de l’automobile. Les technologies de l’information et de la communication (TIC) sont en train de modifier en profondeur l’organisation de toutes les entreprises, quelle que soit leur activité. "Pour 95% des entreprises, on en est juste au début", affirme Christian Poyau, PDG de Micropole et initiateur de la première université du numérique du Medef, organisée les 10 et 11 juin à Paris.

320 métiers menacés par la révolution numérique - Entreprises Vous êtes expert-comptable ? Assistant juridique ? Trader ? Représentant de commerce ? 15 emplois surprenants pour lesquels les robots remplacent déjà l’homme (vidéos) Dans un futur relativement proche, les robots assumeront des tâches physiques qui seront définitivement automatisées mais également des activités cognitives, indique l’entreprise américaine de conseil et de recherche dans le domaine des techniques avancées Gartner. En 2025, étant donné l’acquisition de compétences cognitives des robots industriels, les machines remplaceront un travailleur sur trois, prévoit Gartner. Un emploi sur trois sera assumé par un logiciel, un robot ou une machine intelligente, explique Joshua Barajas sur PBS.

Emploi : le soulèvement des machines ? Selon une nouvelle étude menée dans trois grands pays développés, Japon, États-Unis et Royaume-Uni, les robots pourraient occuper la moitié des emplois en 2035. Mythe ou réalité ? La robotisation de l’emploi annoncée se précise. Travail et automatisation : la fin du travail ne touche pas que les emplois les moins qualifiés Quel est le risque que votre emploi soit automatisé dans les prochaines années ? questionnait une récente étude (.pdf) réalisée par un économiste et un ingénieur d’Oxford et signalée par Martin Lassard sur Triplex. Pour les auteurs, Carl Benedikt Frey et Michael Osborne, 47% des postes décrits dans les nomenclatures professionnelles traditionnelles (soit environ 702 professions analysées) sont susceptibles d’être remplacées par des machines, des formes d’automatisation logicielles ou robotiques. Selon eux, cette évolution devrait se faire en deux temps, la première touchant principalement le secteur des transports et de la logistique, les emplois de bureaux et d’administration et les fonctions de production. Mais dans un second temps, l’automatisation devrait toucher des emplois dans les services, dans la vente et la construction notamment, du fait du développement de robots et logiciels capables de créativité et d’intelligence sociale.

Sophia, le robot humanoïde qui veut "détruire l'humanité" en souriant Elle s'appelle Sophia, a envie de faire des études et de fonder une famille. Et elle sort tout droit de la "vallée de l'étrange". Cette vallée, vous ne la trouverez sur aucune carte. Enfin, si, peut-être sur une carte mère. D'ici vingt ans, la moitié de nos métiers pourront être confiés à des machines "Les robots nous volent nos emplois !" - Oui, mais lesquels ? Une course contre les machines ? Les robots vont-ils nous mettre au chômage ? Deux faits économiques majeurs s’imposeront durant le XXIe siècle : d’une part, le retour des taux de croissance à leur étiage historique aux alentours de 1%. D’autre part, la généralisation de la robotisation qui devrait permettre de remplacer les travailleurs humains dans des secteurs d’activité jusque-là inaccessibles à l’automatisation. On a appelé robots les automates industriels capables d’une certaine diversité de fonctions, comme peindre, souder, mesurer. Toutefois ces machines n’ont aucune autonomie de décision. Depuis une quinzaine d’années, la robotique moderne s’attache à développer cette qualité. Si bien que de nombreux objets entrent dans la sphère robotique sans avoir aucune polyvalence mais parce qu’ils sont doués d’une certaine autonomie de décision.

Artistes, architectes, informaticiens... Quels métiers résisteront aux robots? Les machines ont-elle des chances de vous voler un jour votre boulot? A l'heure où les robots commencent à remplacer les hôtesses d'accueil et même les journalistes, difficile de prévoir où s'arrêtera l'automatisation des métiers. En partenariat avec l'université d'Oxford, Nesta, un centre de recherche britannique à but non-lucratif, se risque pourtant à une analyse prospective dans une étude récente intitulée "Créativité VS robots. L'économie créative et le futur de l'emploi". Ses experts s'appuient sur deux précédents rapports publiés depuis 2013 par les chercheurs américains Frey et Osborne. Ces derniers ont conclu que 47% des métiers existant aux Etats-Unis en 2010 - et 35% au Royaume-Uni - étaient menacés d'automatisation dans les dix à vingt prochaines années.

Emplois publics : des algorithmes à la place des fonctionnaires ? © Fotolia Le traitement massif de données, le big data, promet une révolution de l’action publique, pilotée par algorithmes. Mais la promesse soulève de nombreuses questions, dont celle des emplois publics. Le numérique, nouvelle machine à broyer les emplois Les métiers les plus menacés Cette déflagration de l'économie classique n'est pas sans conséquence sur le marché du travail. Selon le cabinet Roland Berger, le numérique pourrait supprimer jusqu'à 3 millions d'emplois en France à l'horizon 2025. Les journalistes Philippe Escande (Le Monde) et Sandrine Cassini (Les Echos) vont plus loin estimant qu'à moyen terme, un emploi sur trois pourrait disparaître (3). Plus pessimiste encore, Daniel Cohen reprend, pour sa part, une étude de deux chercheurs d'Oxford arguant que 47% des emplois sont menacés de numérisation ! Comptables, auditeurs, vendeurs ou agents immobiliers, les professions dites intermédiaires sont particulièrement visées.

Une intelligence artificielle veut mettre les députés au chômage - Sciences Un chercheur de l'Université du Massachusetts met au point un générateur de discours politiques. L’art oratoire a longtemps été l’attribut privilégié des hommes politiques. Si l’Assemblée nationale a connu ses grands moments d’éloquence parlementaire — on pense entre autres aux discours de Hugo ou de Mirabeau, surnommé « L’Orateur du peuple » — il suffit de regarder LCP pour se rendre compte que les prises de paroles à l’assemblée suivent un certain canevas qui diffère peu d’un discours à l’autre. Cela pose la question intéressante de savoir si une machine suffisamment intelligente ne pourrait tout simplement pas générer ces discours automatiquement. C’est en tout cas ce que s’est demandé Valentin Kassarnig, un jeune chercheur à l’Université du Massachusetts à Amherst qui a mis au point une intelligence artificielle capable d’écrire des discours politiques qui pourraient pratiquement passer pour des vrais.

Les robots, l'intelligence artificielle et l'impression 3D pourraient détruire 5 millions d'emplois d'ici 2020 ÉCONOMIE - Alors que François Hollande théorise sa "troisième voie" contre le chômage en multipliant les annonces, la 4e révolution industrielle vient ternir un horizon qui n'était déjà pas vraiment bleu. Selon le Forum économique mondial (WEF), la fondation qui organise le sommet de Davos chaque année, 5 millions d'emplois vont être détruits dans le monde d'ici à 2020, notamment à cause de l'automatisation. Dans une grande étude intitulée "le futur de l'emploi", le WEF estime que cette 4e révolution industrielle, qui inclut "les développements en matière d'intelligence artificielle, de robotique, de nanotechnologie, d'impression 3D, de génétique et de biotechnologie", va détruire 7,1 millions d'emplois en 5 ans et n'en créer que 2,1 millions. Pour arriver à cette conclusion, les auteurs ont questionné des responsables ressources humaines et développement stratégique de centaines de sociétés dans 15 pays clés, dont la France, sur ce qu'ils prévoient dans leur secteur d'ici 2020.

Related: