background preloader

47 % des emplois seraient automatisables d'ici 20 ans

47 % des emplois seraient automatisables d'ici 20 ans
Télémarketeurs, analystes, secrétaires, dockers, employés de banque, réceptionnistes, arbitres sportifs, chauffeurs, caissiers, comptables, ouvriers assembleurs… Tous ces métiers et bien d’autres ont une très forte probabilité, supérieure à 95% selon l’étude d’Oxford réalisée par Carl Benedikt Frey et Michael A. Osborne, d’être remplaçables par des machines. Des tâches que des robots physiques, ou des logiciels et intelligences artificielles, seront en capacité d’accomplir. Que des métiers disparaissent et que d’autres apparaissent, avec l’innovation technologique, n’est pas une nouveauté, loin de là. Des millions et des millions d’emplois qui ne pourront forcément être transformés en nouveaux métiers. Des chercheurs comme Brynjolfsson posent déjà la question du rôle de l’automatisation dans les 8 % de chômage qui semblent toucher durablement les Etats-Unis alors que la croissance y est revenu. Related:  Automatisation des métiers / Avénement des machines / A. I.Automatisation / Robotisationrobotisation

Grosse querelle autour du numérique et des emplois - 14 juin 2015 Content curator, architecte big data, growth hacker : voici venir une foule de nouveaux métiers abscons. Les missionnaires d’une nouvelle ère, celle de la digitalisation. "Après avoir démarré comme un outil d’amélioration de la communication, le numérique s’est transformé en une technologie universelle", observent les économistes de l’OCDE, qui comparent la révolution en cours à l’invention de l’électricité ou de l’automobile. Les technologies de l’information et de la communication (TIC) sont en train de modifier en profondeur l’organisation de toutes les entreprises, quelle que soit leur activité. "Pour 95% des entreprises, on en est juste au début", affirme Christian Poyau, PDG de Micropole et initiateur de la première université du numérique du Medef, organisée les 10 et 11 juin à Paris. Tout ça pour quoi ? Solde positif en théorie… Pour le camp opposé, cette digitalisation de l’économie sera socialement et irrémédiablement dévastatrice. … négatif selon les prévisions

Disruptive technologies: Advances that will transform life, business, and the global economy The relentless parade of new technologies is unfolding on many fronts. Almost every advance is billed as a breakthrough, and the list of “next big things” grows ever longer. Not every emerging technology will alter the business or social landscape—but some truly do have the potential to disrupt the status quo, alter the way people live and work, and rearrange value pools. Disruptive technologies: Advances that will transform life, business, and the global economy, a report from the McKinsey Global Institute, cuts through the noise and identifies 12 technologies that could drive truly massive economic transformations and disruptions in the coming years. We estimate that, together, applications of the 12 technologies discussed in the report could have a potential economic impact between $14 trillion and $33 trillion a year in 2025. Some technologies detailed in the report have been gestating for years and thus will be familiar. Slideshow About the authors

Les ouvriers chinois, trop chers, remplacés par des robots 10.000 robots sont en train d ‘être mis en place des les monstrueuses usines chinoises de Foxconn pour assembler l’iPhone 6. Pour l’heure, les emplois ne sont pas directement menacés par ces « Foxbots », le plus gros employeur chinois a même du embaucher 100.000 intérimaires pour répondre aux exigences d’Apple : produit au moins 70 millions d’iPhone 6 d’ici début septembre. Foxconn communique bien sur le fait que les robots vont « aider » les ouvriers et non les « remplacer » ; qu’ils vont permettre d’augmenter les cadences.Sauf que si on reprend les intentions du constructeur quelques mois plus tôt, le discours est tout autre. La question qui se pose ici est, est-ce que cette nouvelle révolution industrielle par le numérique, qui pousse bien plus loin l’automatisation des tâches, ne va pas créer une sérieuse crise de l’emploi. C’est bien une crise de l’emploi vers laquelle on se dirige, et elle nous est promise par Bill Gates. Les robots remplaceront-ils les humains au travail ?

Emploi : le soulèvement des machines ? Selon une nouvelle étude menée dans trois grands pays développés, Japon, États-Unis et Royaume-Uni, les robots pourraient occuper la moitié des emplois en 2035. Mythe ou réalité ? La robotisation de l’emploi annoncée se précise. Quels emplois demain ? La BBC proposait déjà un outil visant à estimer les risques de voir son emploi disparaître. > Les métiers qui ont le plus progressé en 30 ans A l’inverse, les métiers de qualification intermédiaire dans le tertiaire (métiers de l’armée, pompiers, intermédiaires du commerce, secrétaires) diminuent. La fin du travail ? Si des métiers vont disparaître, certains vont aussi être créés. > Vrai-Faux : les robots vont détruire nos emplois D’autres emplois sont encore à inventer selon Thomas Frey, directeur du Da Vinci Institute. S'il est difficile de connaître précisément le marché de l'emploi demain, la fin du travail annoncé du travail, oblige déjà à penser l'avenir.

320 métiers menacés par la révolution numérique - Entreprises Vous êtes expert-comptable ? Assistant juridique ? Trader ? Représentant de commerce ? Quelle menace plane sur ces métiers ? Le remplacement des humains par les machines a surtout touché, jusqu'à présent, les tâches manuelles les plus "simples". La révolution numérique en cours menace encore un peu plus les métiers occupés par les travailleurs à faible qualification. Prenez l'automatisation de l'automobile. Selon l'étude américaine, des métiers manuels qui requièrent une qualification "faible" ou "moyenne" comme réparateur de montres, technicien dentaire, boucher, manucure, maçon, boulanger, etc. sont aussi dans l'oeil du cyclone. Mais tous les métiers ne sont cependant pas automatisables. Gilles Quoistiaux

15 emplois surprenants pour lesquels les robots remplacent déjà l’homme (vidéos) Dans un futur relativement proche, les robots assumeront des tâches physiques qui seront définitivement automatisées mais également des activités cognitives, indique l’entreprise américaine de conseil et de recherche dans le domaine des techniques avancées Gartner. En 2025, étant donné l’acquisition de compétences cognitives des robots industriels, les machines remplaceront un travailleur sur trois, prévoit Gartner. Un emploi sur trois sera assumé par un logiciel, un robot ou une machine intelligente, explique Joshua Barajas sur PBS. Selon Ray Kurzweil, directeur de l’ingénierie de Google, les robots atteindront des niveaux d’intelligence identiques à ceux des humains en 2029. Plusieurs économistes estiment qu’une « seconde ère de la machine » permettra de créer davantage d’emplois. Agenda a dressé une liste d’emplois surprenants que les robots exercent déjà. 1. 2. 3. Le robot Botlr a déjà commencé à être employé dans plusieurs hôtels pour assumer les fonctions du porteur de bagages. 4.

Pourquoi le travail et l'emploi vont disparaître INTERVIEW - Paul Jorion, chercheur en sciences sociales, explique comment «l'ordinatisation» des métiers va tuer - et tue déjà - l'emploi à petit feu. Selon une étude réalisée par deux chercheurs de Harvard, 47% des emplois pourront être confiés à des ordinateurs d'ici 20 ans. Pis, il faudra trouver des moyens de «s'occuper», de passer le temps. Il y a quelques mois, Le Figaro vous parlait de David Graeber, cet anthropologue américain qui avait écrit une tribune sur des métiers «inutiles»... En 1930 déjà, l'économiste anglais John Maynard Keynes prédisait - dans une fiction - qu'un siècle plus tard, on pourrait se contenter de travailler 15 heures par semaine, et que le principal problème résiderait dans la répartition du travail. LE FIGARO - Que peut-on dire de ce chiffre? Paul Jorion - Disons que la manière dont il a été obtenu - essentiellement à partir de préjugés - est assez discutable. Aujourd'hui, où en sommes-nous de cette «ordinatisation»? Le métier de trader, par exemple!

Travail et automatisation : la fin du travail ne touche pas que les emplois les moins qualifiés Quel est le risque que votre emploi soit automatisé dans les prochaines années ? questionnait une récente étude (.pdf) réalisée par un économiste et un ingénieur d’Oxford et signalée par Martin Lassard sur Triplex. Pour les auteurs, Carl Benedikt Frey et Michael Osborne, 47% des postes décrits dans les nomenclatures professionnelles traditionnelles (soit environ 702 professions analysées) sont susceptibles d’être remplacées par des machines, des formes d’automatisation logicielles ou robotiques. Selon eux, cette évolution devrait se faire en deux temps, la première touchant principalement le secteur des transports et de la logistique, les emplois de bureaux et d’administration et les fonctions de production. Mais dans un second temps, l’automatisation devrait toucher des emplois dans les services, dans la vente et la construction notamment, du fait du développement de robots et logiciels capables de créativité et d’intelligence sociale. La généralisation de la déqualification

Sophia, le robot humanoïde qui veut "détruire l'humanité" en souriant Elle s'appelle Sophia, a envie de faire des études et de fonder une famille. Et elle sort tout droit de la "vallée de l'étrange". Cette vallée, vous ne la trouverez sur aucune carte. Enfin, si, peut-être sur une carte mère. C'est le nom donné par le roboticien japonais Masahiro Mori à la zone d'inconfort ressenti par un individu, face à un androïde imitant les traits d'un humain sans parvenir à l'illusion totale. Présenté au festival SXSW à Austin (Texas), la semaine dernière, Sophia est un visage humanoïde fabriqué par Hanson Robotics. "OK, je vais détruire l'humanité" Hanson Robotics, fondé en 2003, n'en est pas à son coup d'essai. Il y a peut-être un peu de temps avant qu'ils remplacent les assistantes scolaires en maternelle, cela dit. Qu'on lui pardonne certes, quand elle prend son air ahuri, ou qu'elle grimace comme dans un manga.

47% des emplois pourront être confiés à des ordinateurs intelligents d'ici 20 ans En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus et paramétrer les cookies... Accueil Inscrivez-vous gratuitement à laNewsletter Actualités Alors que le CES fête la high tech de demain, revenons sur une étude de deux chercheurs d'Oxford qui estiment que 47% des emplois aux Etats-Unis pourraient être confiés à des machines intelligentes d'ici 20 ans. A l’heure où la grand messe des technologies futures arrive à son terme à Las Vegas, il nous semble intéressant de revenir sur une étude, publiée en 2013 par deux chercheurs de l’Université d’Oxford. Course contre la machine Pour autant, des chercheurs et observateurs portent un regard plus critique et circonspect sur cette évolution accélérée de la société. Tweeter

Les robots vont-ils nous mettre au chômage ? Deux faits économiques majeurs s’imposeront durant le XXIe siècle : d’une part, le retour des taux de croissance à leur étiage historique aux alentours de 1%. D’autre part, la généralisation de la robotisation qui devrait permettre de remplacer les travailleurs humains dans des secteurs d’activité jusque-là inaccessibles à l’automatisation. On a appelé robots les automates industriels capables d’une certaine diversité de fonctions, comme peindre, souder, mesurer. Toutefois ces machines n’ont aucune autonomie de décision. Depuis une quinzaine d’années, la robotique moderne s’attache à développer cette qualité. Si bien que de nombreux objets entrent dans la sphère robotique sans avoir aucune polyvalence mais parce qu’ils sont doués d’une certaine autonomie de décision. C’est cette autonomie qui différencie aujourd’hui l’automatisation de la robotisation. Les drones prennent des décisions Ce n’est pas un hasard si Asimo nous ressemble tant et possède aussi dix doigts.

D'ici vingt ans, la moitié de nos métiers pourront être confiés à des machines "Les robots nous volent nos emplois !" - Oui, mais lesquels ? Une course contre les machines ? Même chose pour les professions artistiques ou fondées sur des compétences relationnelles. Pour consulter l'infographie de Bloomberg, c'est ici. Pour découvrir quels fantastiques nouveaux métiers pourraient apparaître quand les robots auront volé nos emplois, c'est là. Et pour découvrir quelques idées pour survivre dans un monde sans travail, c'est par là !

Artistes, architectes, informaticiens... Quels métiers résisteront aux robots? Les machines ont-elle des chances de vous voler un jour votre boulot? A l'heure où les robots commencent à remplacer les hôtesses d'accueil et même les journalistes, difficile de prévoir où s'arrêtera l'automatisation des métiers. En partenariat avec l'université d'Oxford, Nesta, un centre de recherche britannique à but non-lucratif, se risque pourtant à une analyse prospective dans une étude récente intitulée "Créativité VS robots. L'économie créative et le futur de l'emploi". Ses experts s'appuient sur deux précédents rapports publiés depuis 2013 par les chercheurs américains Frey et Osborne. Ces derniers ont conclu que 47% des métiers existant aux Etats-Unis en 2010 - et 35% au Royaume-Uni - étaient menacés d'automatisation dans les dix à vingt prochaines années. Imagination et intelligence sociale A partir de leurs conclusions, Nesta a considéré que le caractère créatif d'un métier était sa meilleure protection contre une disparition à brève échéance.

Ces métiers où les salariés risquent d'être remplacés par des robots Un robot va-t-il bientôt vous piquer votre job ? C'est la question à laquelle ont tenté de répondre deux chercheurs de l'université britannique d'Oxford, Carl Benedikt Frey et Michael Osborne, dans une étude publiée en septembre 2013, qui a récemment été déterrée par Bloomberg. Pour arriver à leurs fins, ces universitaires ont analysé 702 métiers listés par le département d'état américain au Travail, selon différents critères censés déterminer leur probabilité de "robotisation" dans les décennies à venir. L'idée étant que plus la tâche est complexe, fait appel à la créativité ou aux relations humaines, et moins elle peut être effectuée facilement par une machine. Les résultats sont étonnants. Parmi les métiers ayant une haute probabilité d'automatisation dans les prochaines années, on retrouve ainsi de nombreux postes dans le secteur de la logistique et des transports (chauffeur routier, conducteur de bus…). Certains jobs devraient toutefois rester à l'abri.

Related: