background preloader

One in 8 Million - New York Characters in Sound and Images - The

One in 8 Million - New York Characters in Sound and Images - The

Portraits d'un Nouveau Monde Concubines Autrefois en Chine, épouses et concubines vivaient sous le même toit, aux yeux et au su de tous. La pratique était encadrée juridiquement. En 1949, elle est interdite par Mao Zedong qui y voit un reliquat de « féodalisme». Le retour des concubines Selon les médias chinois, les concubines seraient plusieurs centaines de milliers dans le pays, 100 000 dans la seule région du Guangdong aux portes de Hongkong. Une nouvelle loi sur le mariage La réapparition des concubines est devenue si flagrante que les autorités ont publié un règlement demandant aux fonctionnaires de quitter leur « deuxième femme », dont l'entretien est soupçonné d'alimenter indirectement la corruption. Les divorces en augmentation constante En Chine, le nombre de divorces a explosé depuis son instauration en 1980 : il est passé de 341.000 en 1980 à 1,4 million en 2007, soit une augmentation de 25% par an, selon les chiffres du ministère chinois des Affaires civiles cité par l'AFP. Crédits France Télévisions

Frédérique Jouval Des soins d'amour Elles ou ils ne vendent pas leurs charmes en vitrine à Amsterdam ou ailleurs mais secourent les personnes handicapés en mal de câlins. Il arrive même que cela soit remboursé par la Ziekenfonds, l'équivalent de notre sécurité sociale. Sujet réaliser aux Pays-Bas - février 2001 Ils se voient trois fois par mois, rarement plus de deux heures. Photographe: Frédérique Jouval Texte: Estelle Lépine Robert Capa / Culture de l'image Endre Ernö Friedmann est né à Budapest. Il découvrit la photographie au côté d’un photographe moderniste reconnu bien plus tard aux Pays-Bas. Dans les années 30, Endre se destine au journalisme mais les difficultés financières et matérielles le poussent vers la photographie. Il travaille donc pour quelques agences. Avec l’arrivée au pouvoir des nazis, il va s’installer en France. En 1938, Robert Capa est reconnu pour être le plus grand photographe de guerre du monde et un fervent démocrate. Robert Capa meurt sur une mine en Indochine en 1954. Dans toutes ses photographies, il tente de prendre l’instant où l’Homme fait face au danger et parfois à la mort, à la vérité. Chartres, Femme tondue pour avoir eu un enfant d’un soldat allemand (Robert Capa, 1944) Le reportage dans les années 30 Au cours des années 1930, le reportage a un aspect filmique. Les photographies de Robert Capa sont devenues une réelle révélation pour la profession en 1938. Tendance humaniste Documentaire vidéo

Jean-Christophe Béchet - Utopie photographique Entre amalgames, argentique, vidéo et argent, où est la véritable essence de la photographie dans tout cela ? Toute la question est là ! La lecture du bloc-notes de Jean-Christophe Béchet, rédacteur du magazine « Réponses Photo », est devenu un moment que je savoure chaque mois à la même date. Jean-Christophe Béchet pose un regard caustique, nostalgique, humain mais en phase avec la réalité de la photographie aujourd’hui. La photographie dépassée sans la vidéo ? Un politicien français a déclaré en juin 2010 : « Vous êtes encore à l’argentique. « … Bientôt ce ne sera plus seulement les photographes argentiques qui seront désignés comme rétrogrades, mais aussi tous ceux qui ne seront pas passés à la vidéo… » Et l’essence de la photographie dans tout cela ? Lorsque le talent ne provient plus de l’artiste mais de celui qui a le plus gros cachet Jean-Christophe Béchet met le doigt sur une évidence : l’évaluation du talent d’un photographe est synonyme de salaire. Le mercato des photographes

Darcy Padilla | Julie 10-10-73 I first met Julie on February 28, 1993. Julie, 18, stood in the lobby of the Ambassador Hotel, barefoot, pants unzipped, and an 8 day-old infant in her arms. She lived in San Francisco’s SRO district, a neighborhood of soup kitchens and cheap rooms. Her room was piled with clothes, overfull ashtrays and trash. She lived with Jack, father of her first baby Rachael, and who had given her AIDS. She left him months later to stop using drugs. Her first memory of her mother is getting drunk with her at 6 and then being sexually abused by her stepfather. For the last 18 years I have photographed Julie Baird’s complex story of multiple homes, AIDS, drug abuse, abusive relationships, poverty, births, deaths, loss and reunion.

VIDKILI, On peut jouer avec la nourriture ? Savoir montrer l'innommable | Roger Blackburn | Le Quotidien Les phrases étaient assassines et le photojournalisme en forme hier, à la rencontre du Cercle de presse du Saguenay une fois cette phrase lancée par Jean-François Leroy, responsable de «Visa pour l'Image», le plus grand festival international de photojournalisme, qui a lieu annuellement à Perpignan, une communauté de 118 000 habitants du sud de la France. Il était accompagné de Jacques Nadeau, photographe au quotidien Le Devoir, porte-parole du Festival de photojournalisme qui se tient présentement à Saguenay. «On écoute, on regarde, on s'intéresse à ce qui se passe et après on prend des photos. On aime l'action, on aime quand ça bouge, on a besoin de voir des gens, on est toujours en manque de ce qu'on voit», décrit Jacques Nadeau quand il parle du métier de photographe de presse. La presse à la dérive Puis, Leroy a écorché la presse européenne en dénonçant les propriétaires de journaux qui sont des banquiers avant d'être des journalistes. Avenir du métier

Saguenay, ville de photojournalisme Saguenay — Saguenay, capitale du photojournalisme? Et pourquoi pas. C'est le «modeste» pari que font les organisateurs du festival de photojournalisme Zoom photo, en cette première édition amorcée le 3 novembre et qui durera tout le mois. Il faut dire qu'avec la qualité des 13 expositions présentées en sept lieux partout dans Saguenay et les bons conseils prodigués en coulisse par Jean-François Leroy, fondateur de Visa pour l'image, le plus grand festival international de photojournalisme qui a lieu chaque année à Perpignan, en France, c'est plutôt bien parti pour Zoom photo. Jacques Nadeau, porte-parole Jacques Nadeau, photographe depuis 20 ans pour Le Devoir et qui est témoin, caméra au poing, de l'actualité du Québec et d'ailleurs depuis bien plus longtemps encore, est le porte-parole de ce festival très couru à Saguenay. Site complet

Daido Moriyama / Culture de l'image Homme nomade, Daido Moriyama est un photographe et un auteur fascinant. Né en 1938, ses souvenirs d’enfance sont liés à l’occupation américaine. Il commence sa vie de photographe en concevant des pochettes d’allumettes pour des bars d’Osaka avant de trouver un emploi dans un studio photo. Ses photographies représentent les côtés les plus sombres de la vie urbaine. La revue Provoke Daido Moriyama sera lié au magazine Provoke qui eut comme cofondateur le photographe Takuma Nakahira, un ami de Moriyama. Revue trimestrielle, Provoke veut apporter un matériau artistique capable de guider la pensée. Les théories artistiques du groupe Provoke ont permis à une nouvelle génération de photographes de rompre avec les conventions. Moriyama et ses contemporains ont espéré prévoir un temps où les photographies allaient communiquer toutes seules. Regarder le monde sous un autre angle ? Daido Moriyama aime regarder le monde au niveau du sol ou du point de vue d’un chien par exemple.

LANDSCAPE STORIES: 10/2010 Marco Zanta Marco Zanta - Photographer, Italy “Things, the city, the house” LS: From your latest projects it stands out in greater detail, research that goes from urban proportion to the pleasure of fragment: things, the city, the house. MZ: Yes, it’s true. Berlin 2010 LS: How important was it for your research to foster further cultural and aesthetic imagery through cinema, art, music? MZ: A lot, truly. London 2010 LS: The lessons learnt from the American masters of colour photography, Italian Renaissance and European landscape painting. MZ: Perhaps as first I would place the tradition of Venetian painting, at least for what it meant for the use of colour. LS: Carlo Scarpa’s rapport with several photographers or Aldo Rossi and Luigi Ghirri … between architects and photographers there is often suspicion or a conflictual relationship. MZ: This is a delicate topic, for various reasons. MZ: Paolo was my age; he’s been, perhaps, the clearest mind we’ve had in the recent decades. Treviso 2010 Tripoli 2010

Related: