background preloader

15 conseils pour vivre et cesser d’être un esclave

15 conseils pour vivre et cesser d’être un esclave
« Off-the-grid » (hors réseau) fait référence à des maisons qui sont autonomes, ce qui signifie qu’on ne compte pas sur l’approvisionnement en eau, les égouts, le gaz naturel, le réseau électrique, ou les services publics similaires municipaux. Une vraie maison hors réseau peut fonctionner totalement indépendamment de tous les services publics traditionnels. « Nous devons faire disparaître la notion spécieuse que tout le monde doit gagner sa vie. Donc nous avons les inspecteurs des inspecteurs et des gens qui font les instruments pour les inspecteurs pour inspecter les inspecteurs. Voici 15 conseils pour ceux qui envisagent de prendre la décision de vivre « hors réseau » 1. Arrêtez de suivre le chemin de l’esclavage de la dette qui vous lie à un prêt hypothécaire et vous oblige à utiliser votre paie juste pour payer vos factures pour le mois, et il ne vous reste jamais rien pour profiter de la vie avec votre famille. 2. 3. Enlevez immédiatement cette fausse idée de votre tête ! 4. 5. 6. Related:  2 livres philophie sociologie etc

vivre sans argent | On peut vivre autrement ! Héloïse et Abélard - Histoire d'amour Pierre Abélard naît en 1079 dans une famille noble. Fils du seigneur du Pallet il est destiné au métier des armes comme ses frères. Mais sa soif de connaissance et sa passion des lettres le font se tourner vers l’éducation. Il se rend à Paris où il enseigne la philosophie. Héloïse naît en 1100. Leur histoire ne reste pas longtemps platonique. Héloïse prend le voile à l’abbaye d’Argenteuil. Abélard se réfugie à l’abbaye Saint-Denis où il devient moine et continue ses travaux de philosophie. Cet amour au fil des mots n’a pas d’âge, il est universel. Abélard meurt en 1142, elle réclame sa dépouille et l’ensevelit au Paraclet.

Peut-on vivre sans argent? Cet homme l'a fait INSOLITE - "Je suis sur le point de pénétrer un monde qui m'est quasiment étranger et, pour la première fois, je me sens vulnérable". Et il y a de quoi. Car le monde que l'idéaliste Mark Boyle s'apprête à découvrir ne connait pas l'argent. Au lendemain de la crise des subprimes, cet Irlandais de 29 ans a fait un rêve, vivre les poches vides pendant un an. Hasard du calendrier, quelques jours plus tôt sortait un autre récit d'expérience tout aussi radicale. Lire aussi:» Psychologie : comment l'argent influence notre comportement » L'argent qui corrompt : comment la pression des marchés dégrade la morale Cette expérience, il la raconte depuis 14 ans sur son blog qu'il alimente depuis une bibliothèque municipale. Et c'est tout ce qui le différencie de Mark Boyle. Le moyen de cette déconnexion? Débrouille Le projet est donc autant économique que social. Grâce à un site de partage, il dégote gratuitement une caravane. L’ameublement continue. Premier constat: tout prend du temps.

La verveine odorante : trésor du balcon Pourvu qu’elle soit placée au soleil et abritée des gelées en hiver, la verveine odorante s’épanouira sur votre balcon. Ses feuilles, au parfum frais et citronné, animeront vos papilles. Au soleil Cette plante se plait dans un endroit bien ensoleillé à semi-ombragé. Cultivée en pot, elle doit être mise à l’abri du gel en hiver, en paillant la terre et en protégeant la plante avec un voile d’hivernage. Doubler l’épaisseur du voile permet une meilleure isolation thermique. La taille A l’automne, taillez les pousses principales à environ 30 cm du sol. Facile à cultiver Un sol plutôt pauvre donne des plantes plus résistantes. La verveine odorante perd ses feuilles en hiver et doit être très peu arrosée durant la saison froide. Secrets de jardiniers Des gouttes du Dr Bach peuvent aider la verveine du Pérou à mieux démarrer. L’adjonction occasionnelle de peaux de banane coupées fin en guise d’engrais (azote) peut faire merveille.

Comment voyager à moindre frais et en faire son mode de vie ? Pourquoi tout quitter ? Mon copain et moi avions des situations très confortables, des CDI et un appart, mais nous en avions marre de passer nos journées à travailler pour quelque chose qui ne nous intéressait pas. Travailler une année en Chine n’a pas vraiment amélioré le problème : le contexte était peut-être dépaysant, mais nous nous ennuyions toujours. Nous avions déjà testé la vie en France, en Espagne et en Chine donc, mais aucun de ces pays ne nous plaisait assez pour nous y installer définitivement. Nous étions tous les deux convaincus qu’une vie heureuse est une vie riche en expériences, en rencontres, équilibrée et surtout, avec toujours la possibilité de choisir. Alors en septembre, nous avons tout quitté et nous sommes partis à l’aventure! Baby, baby, it’s a wild world L’idée, c’est de voyager et découvrir de nouveaux pays et de nouvelles cultures, mais également de s’y immerger parfois pour plus longtemps et même de carrément s’y arrêter si nous en avons envie. On est parés.

Éditions Des femmes Vivre sans argent en France, pas si difficile que ça Après avoir passé trois ans sur le continent américain à « vivre sans argent », c’est-à-dire sans salaire, me voici de retour en France. Ce choix de vie fonctionnait plutôt bien outre-Atlantique et j’étais curieux de voir comment la France et les Français réagiraient à ce genre d’initiatives. Making of Depuis que Benjamin Lesage a ouvert son porte-monnaie de voyageur sans argent à Rue89, nous avons gardé contact. Il est rentré en France fin avril avec sa femme, Yazmin, rencontrée au Mexique. Le jeune couple a un projet fou : monter une communauté sans argent, dans le sud de la France. Cet été, ils sont partis sur les routes – toujours sans le sou – pour visiter des éco-lieux et essayer de trouver l'endroit idéal pour démarrer leur projet, Eotopia. Dans Eotopia, éco-lieu végétalien, « tout sera gratuit, dénué d’échanges commerciaux ». J’étais à Belfort lorsque la douleur surgit et je me mis immédiatement en quête d’un dentiste. Je débroussaillais le terrain du cabinet de dentiste

Les tribulations d'un petit Zèbre Les décroissants : être et ne plus avoir… Fatigués de la course au "toujours plus", ils ont choisi de vivre mieux avec moins. Une nouvelle éthique de vie qu’ils mettent en actes au quotidien. Témoignages. Christilla Pellé Douel Sommaire Qu’on les baptise « décroissants », « créatifs culturels », « consomm’acteurs », que l’on range le mouvement dans un tiroir intitulé « simplicité volontaire » ou « downshifting », peu importe… Car la dynamique est bien là : de plus en plus de personnes, en Amérique du Nord comme en Europe, veulent cesser de se laisser déborder par une vie qui ne leur convient plus. Pour l’instant, impossible de chiffrer avec exactitude l’ampleur de la vague, mais des instituts d’études en marketing évoquent déjà une « tendance significative et en expansion (1) ». 1- Trends Research Institute (institut américain de recherche sur les tendances). Prise de conscience et passage à l’acte

Grand Angle | Tag Archive | Philippe Corcuff Les années 30 reviennent et la gauche est dans le brouillard – Philippe Corcuff Bonnes feuilles et entretien vidéo Par Philippe Corcuff En France aujourd’hui, ça schlingue comme dans un polar ! (extrait de l’introduction, pp.9-11) Dans la France de 2014, les interférences entre des indices diversifiés nourrissent une légitime inquiétude humaniste et démocratique : – le Front national de Marine Le Pen arrivé en tête aux élections … Désobéissance, critique sociale, individualisme, émancipation et révolution – Philippe Corcuff Quelques notes à propos du séminaire ETAPE du 20 juin 2014 autour de Sandra Laugier Je voudrais simplement garder ici la trace télégraphique de quelques pistes ayant émergé lors de la discussion des textes de Sandra Laugier lors de la 9e séance du séminaire ETAPE. Holloway ou une ouverture stimulante de la pensée critique et émancipatrice pour le XXIe siècle à… ouvrir un petit peu plus – Philippe Corcuff Repenser l’utopie – Philippe Corcuff Idées et pratiques libertaires

Les marchés gratuits, la nouvelle tendance anticonso Argentine / / Amérique du sud Né dans la capitale argentine, le concept fait fureur et a déjà conquis de nombreuses villes à travers tout le pays. L’idée est simple, il s’agit de donner le superflu sans rien attendre en retour, pour que plaisir d’offrir ne rime pas avec consommation effrénée. Les marchés gratuits connaissent un grand succès en Argentine. © jforth (Flickr) Une idée qui gagne du terrain Imaginez un instant une brocante ou derrière chaque étal vous seriez accueillis par un : « Servez-vous, tout est gratuit ». Baptisés gratiferias, ces événements ont vu le jour grâce à Ariel Bosio, un jeune argentin lassé de devoir transporter ses possessions de déménagement en déménagement. « J’ai découvert que je pouvais vivre avec moins d’affaires que ce que je possédais et que c’était surtout une question d’habitude ». N’importe qui peut organiser un gratiferia, à la seule condition que le lieu soit public, ouvert à tous et qu’aucun droit d’entrée ne soit exigé. Ni troc, ni réciprocité

10 publicités drôles sur la chute du mur de Berlin Après l’influence de l’homme au tank sur les médias, continuons de revisiter l’Histoire et son influence sur la publicité. Le mur de Berlin fut érigé en plein Berlin dans la nuit du 12 au 13 août 1961 afin de mettre un terme à l’exode des habitants de la RDA vers la RFA. La chute du « mur de la honte », le 9 novembre 1989, marqua la fin de la Guerre froide. De nombreuses scènes de liesse furent immortalisées par les photographes et vidéastes présents et recyclées par la suite par des publicitaires. Si ce sujet tout à fait sérieux a été majoritairement employé par les publicitaires dans un ton très solennel, il a également été traité de manière comique. Nintendo Nintendo parodie la plus célèbre des photos prise le jour de la chute du mur. « Qui êtes-vous ? Lego La désormais célèbre campagne pour les 50 ans de Lego revisitant les grands moments des 50 dernières années. Wind Stopper SGR Music School Une video d’archive détournée de son symbolisme et habilement recyclée. Coral Dulux One to one

Ils travaillent moins, gagnent moins, mais s'enrichissent Ils ont choisi de travailler moins... quitte à gagner moins. Pour s’occuper de leurs enfants, planter des fleurs, s’investir dans une association ou, comme Frédéric et Laure, profiter de la vie. Ce jeune couple, qui avait détaillé son porte-monnaie sur Rue89, expliquait avoir fait le « choix de vie » de travailler moins pour avoir plus de temps. Ils répètent d’ailleurs à l’envi le mot « temps ». Laure est salariée à 80% dans la fonction publique et Frédéric, au chômage, ne cherche pas systématiquement des contrats mais s’occupe des enfants, retape la maison et jardine. Ils vivent « modestement » avec 2 320 euros par mois, sans chercher à « gagner plus ». En France, les salariés bossent en moyenne 39 heures par semaine (Insee, 2012). Ceux qui ont répondu à l’appel à témoins de Rue89 ont un jour décidé de diminuer le nombre d’heures de travail pour faire autre chose. La décision se prend souvent à deux car, comme dans le cas de Sylvain, elle a des conséquences sur le budget d’un couple.

En empruntant le nom de cet utopiste croix‑roussien du XIXème siècle, le CEDRATS souhaite établir un trait d’union entre les multiples et diverses tentatives de créer des alternatives sociales visant à l’émancipation individuelle et collective que nous avons connue depuis deux cent ans. Cependant, avec l’ouverture du CEDRATS, si d’un côté nous voulons maintenir vivante et enrichir cette mémoire et ce patrimoine historique et social, de l’autre nous voulons contribuer à réfléchir et encourager les expériences actuelles qui continuent à creuser des nouveaux chemins visant toujours ce même objectif : s’engager dans le quotidien pour que nos sociétés soient les plus libres, égalitaires et démocratiques possible. Inspiré par le saint-simonisme et le fouriérisme, il fut l’un des premiers utopistes réalisateurs du xixe siècle. En effet, en 1835 avec l’appui des milieux lyonnais mutualistes naissants, il ouvrit plusieurs magasins sous l’enseigne « le Commerce véridique et social ». Expositions

Related: