background preloader

La givebox, la boîte qui donne de la générosité

La givebox, la boîte qui donne de la générosité
Inventée à Berlin il y a trois ans, la Givebox (littéralement « boîte à donner ») s’est propagée un peu partout dans les rues de la ville. Son principe est basé sur l’échange, on y dépose ce dont on ne se sert plus et on y prend ce qui nous intéresse. Depuis, elle est apparue au Canada, en Espagne, en Angleterre mais aussi en France dans des lieux associatifs ou culturels. Ce phénomène qui est amené à se développer est révélateur d’une grande part des citoyens de vouloir « consommer durable ». La première Givebox En 2011, Andreas Richter, un jeune styliste berlinois, voulait se débarrasser d’objets dont il ne se servait plus. Il construisit lui-même cette cabine qu’il aménagea avec quelques étagères et y entreposa les objets qui encombraient son appartement. Donner pour ne pas jeter Dans une givebox on trouve de tout. -> Un objet donné est un objet de moins à la poubelle. Comment installer une Givebox ? Communiquez sur le don Lisez également sur le don :

http://www.consoglobe.com/givebox-boite-don-cg

Related:  Rêvesolutions et GénialeriesSharing Economy & Alternatives

Plus de 2 000 baguettes offertes aux personnes en difficulté - Toute l'actualité de la Guadeloupe en ligne - FranceAntilles.fr À Baie-Mahault, dans certaines boulangeries partenaires de l'opération Baguette solidaire, 800 à 900 baguettes ont pu être collectées avant d'être offertes. (D. R.) Mini-guide du curateur éthique A l’ère du numérique, les contenus disponibles sur le web sont de plus en plus nombreux et de plus en plus relayés. On parle même de la règle des 90/10 : seulement 10% de ces contenus seraient réellement créées, et 90% repris ou simplement rediffusés. La curation se place d’ailleurs dans ces 90%, les curateurs ayant pour mode opératoire de retransmettre des informations glanées sur le web qu’ils jugent pertinentes.

Des hubs de partage pour la consommation collaborative Des hubs de partage pour la consommation collaborative Par Pierre Mallet le 13/04/15 | 10 commentaires | 2,057 lectures | Impression Depuis février 2014, la Fing, Ouishare et leurs partenaires ont mené ensemble un projet de R&D collaborative autour de la consommation collaborative, baptisé Sharevolution, dans le but de produire de nouvelles pistes de connaissances, de réflexions et d’innovation. Après la piste consacrée à la partagabilité des objets, nous vous livrons sur InternetActu.net la synthèse du second axe de ces réflexions, consacrée à l’hybridation de la consommation collaborative en ligne avec le monde physique. Pour l’instant encore, la consommation collaborative est surtout visible grâce à son volet numérique : elle s’incarne essentiellement via des plateformes de partage en ligne telles que AirBnb ou BlaBlaCar.

Chicheboville. Un chèque en carton géant pour payer ses impôts en Normandie : Valentin fait le buzz « Article « Normandie-actu Payer ses impôts ne fait rire personne. En général. Car à Chicheboville, près de Caen, dans le Calvados, Valentin a trouvé le moyen de rendre la tâche plus originale, créant au passage, un véritable buzz sur Internet. Comme le rapportent nos confrères de Liberté-Le Bonhomme Libre, le jeune homme s’est présenté à la Trésorerie de Troarn, mardi 4 novembre 2014, avec son chèque d’un montant de 1 307 euros. CitizenSeeds - Français - P2P Food Lab Sol et terre Pour l’expérience CitizenSeeds, il est préférable de semer dans un sol et sur une superficie similaire. Or, c'est le paramètre le plus difficile à adapter car les jardins des uns ne ressemblent pas aux balcons des autres. Pour permettre au plus grand nombre de gens de participer, nous sommes très flexible dans les types de plans utilisés. Nous fournissons également de la terre amendée pour que la couche supérieure (8 à 12cm) ait des propriétés semblables.

L'Etat de Nécessité [Art.122-7 du Code Pénal]: Le temps politique est désormais révolu, nous passons à l'action ! Depuis quelques jours, un phénomène commence à s'abattre sur les eurocrates, qui si tout le monde y met un peu du sien, pourra permettre rien de moins que de déclencher la tenue d'un référendum sur la sortie de l'euro et de l'Union Européenne, de façon très... alternative ! Cela fait des années que différentes formations politiques réclamant la sortie de l'U.E, l'euro et l'OTAN sont ostracisées par les médias, quand elles ne sont pas pleinement diffamées. Le régime de propagande et de censure a bien assez duré, et quiconque est un peu rationnel sur le système électoral et médiatique actuel, sait que ça n'est certainement pas en 2017 que nous verrons un responsable politique compétent et souhaitant nous libérer de la tutelle de l'U.E et l'OTAN, arriver au pouvoir par le biais du Suffrage Universel. A ceux qui en doutent encore par religiosité partisane, je me plairais à citer Alexis de Tocqueville : "Je ne crains pas le Suffrage Universel, les gens voteront comme on leur dira !" Sylvain

Editions REPAS - Edition REPAS - Evènements Exposition sur Boimondau à la Médiathèque de Valence Un livre au centre d'une histoire revisitée : Il est le fruit de trois années d'un parcours de quête de l'Histoire des communautés de travail et de ces hommes qui les ont « habitées », d'un travail de recherche dans les archives, et de la rencontre des derniers témoins, pour un recueil de paroles qui tente de saisir ce qui a constitué l'essence même de la vie quotidienne de cette expérience. Boimondau, une expérience pour éclairer aujourd'hui ? La journée proposée vise à revisiter l'histoire et le territoire dans lesquels s'inscrivent encore fortement les traces de l'aventure hors normes des communautés de travail. Cette plongée dans la mémoire de Boimondau nous permet de reprendre conscience des innovations sociales qui sont nées à Valence et de (re)découvrir ce qui est possible aujourd'hui, dans le travail et l'économie. La journée est destinée à un public local et régional intéressé par le patrimoine et l'histoire sociale du territoire, l'économie sociale et solidaire et ses acteurs.

Les grainothèques, semences à partager Pour la gratuité dans un monde où tout s'achète Le partage est une manière économique, libre et solidaire de faire (re)découvrir les trésors de la nature à nos enfants, à nos voisins... Alors que les graines reproductibles abondent dans nos jardins, les semences hybrides de l'industrie semencière constituent un véritable racket annuel des paysans et jardiniers. Pour la liberté d’échanger et de reproduire nos graines Le geste de l’échange est déjà interdit chez nos paysans et nombreux sont les projets de lois qui menacent sans cesse notre biodiversité cultivée. L’origine de la désobéissance civile » COORDINATION de la NOUVELLE EDUCATION POPULAIRE Voici le lien d’une vidéo sur l’origine de la désobéissance « civile » : source : Petit rappel: (et résumé, si vous n’avez pas le temps de la visionner). (Rien à voir avec « NDDL »), mais à écouter juste pour l’histoire de… elle peut nous être très utile cependant pour nos actions, nos luttes.. Conférence par François Vaillant rédacteur en chef de la revue Alternative non violente. La désobéissance « civile » pour certains, ou civique pour d’autres, c’est une Action non violente, mais reste « une action politique ».

La gauche ne peut pas mourir, par Frédéric Lordon (Le Monde diplomatique, septembre 2014) Dans le débat public ne circulent pas que des sottises : également des poisons. De toutes les navrances complaisamment relayées par la cohorte des experts et éditorialistes, la plus toxique est sans doute celle qui annonce avec une gravité prophétique la fin des catégories « droite » et « gauche », et le dépassement définitif de leur antinomie politique. On n’a pas assez remarqué la troublante proximité formelle, et la collusion objective, du « ni droite ni gauche » de l’extrême droite et du « dépassement de la droite et de la gauche » (« qui ne veulent plus rien dire ») de l’extrême centre.

Communautés Autofinancées : le microcrédit nouvelle génération Epargner au sein d’un cercle de personnes proches sans passer par une banque, telle est la vocation des Communautés Autofinancées (CAF). Alternative aux dérives du microcrédit et solution pour les exclus de l’univers bancaire, cette forme de tontine améliorée permet d’emprunter à très faible taux d’intérêt. Inspirées des pays du Sud, les CAF essaiment aujourd’hui en Europe. Zoom sur ce modèle participatif dans lequel les épargnants sont à la fois propriétaires et bénéficiaires. Confiance et responsabilité © CAF Honducat "On ne peut pas réformer le code du travail, sans tenir compte du million de micro-entrepreneurs", explique David Ménascé L’Usine Nouvelle : Vous travaillez beaucoup à l’amélioration des conditions de travail au sens large des populations de pays en voie de développement. Quelle leçon tirez-vous de cette expérience qui pourrait nourrir la réflexion dans nos économies développées ? David Ménascé : Avant de vous répondre, je ne pense pas que les situations soient comparables. Ce serait une erreur de transposer directement. Le contexte politique, économique, social est trop différent. Ceci dit, j’ai été amené à travailler avec un groupe agro-alimentaire sur les vendeurs de rue.

Comment voyager à moindre frais et en faire son mode de vie ? Pourquoi tout quitter ? Mon copain et moi avions des situations très confortables, des CDI et un appart, mais nous en avions marre de passer nos journées à travailler pour quelque chose qui ne nous intéressait pas. Travailler une année en Chine n’a pas vraiment amélioré le problème : le contexte était peut-être dépaysant, mais nous nous ennuyions toujours.

Économie collaborative : « La solution n’est pas dans un excès de réglementation » Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Philippe Portier (Avocat aux barreaux de Paris, New York et Luxembourg, JeantetAssociés) Les Français plébiscitent, à l’usage et par sondage, les percées de nouvelles formes organisationnelles d’une économie dopée au numérique. Les expérimentations se démultiplient dans des domaines aussi variés que le transport de personnes (le symbolique Blablacar, le polémique UberPop…) ou de colis (You2You, GoGoRunRun…), le « coavionnage » (Wingly), la finance (crowdfunding, Bitcoin…), la location de logements (AirbnB), le partage de livres (Booxup) ou de canapés (Couchsurfing)… La liste est longue et la presse se fait l’écho journalier de cette vague sociétale qui bouscule les habitudes, les acquis, les rôles, les structures et le rapport à autrui, à la croissance ou à la propriété. Blablacar a réalisé en septembre une levée de fonds record de 200 millions de dollars (183 millions d’euros). Économie uberisée

Related: