background preloader

La Grande Guerre

La Grande Guerre
Related:  civils et militaires durant la Grande GuerreCarnet de guerre

Chronologie et carte - Mémorial de Verdun Front occidental : échec de la guerre de mouvement 1914 : l’année des illusions Le 1er août 1914, l'Allemagne et la France se mobilisent. Le 3 août, l'Allemagne déclare la guerre à la France. Le 4 août, le Royaume-Uni déclare la guerre à l'Allemagne. Si l'enthousiasme de la mobilisation a sans doute été majoré, il est une réel même s'il n'a pas duré. Illusion d'une guerre courte dans les deux camps Des deux côtés, on envisage une guerre offensive mais avec des stratégies opposées. Après des premiers succès, les armées allemandes percent au nord de la France et se dirigent vers Paris. Cette première grande victoire française est liée en grande partie à l'action de la IIIème Armée française qui a réussi à bloquer, aux alentours de Verdun, l'avancée de l'armée impériale du Kronprinz. La guerre s'enlise 1915 : guerre des mines et échec des grandes offensives 1916 : Les grands conflits de la Meuse et de la Somme Allemands et Français entendent forcer la décision sur le front occidental. Revenir

Expo virtuelle "Sur les chemins de la Grande Guerre" Le vin de l'armée, septembre 1917. Pendant le premier conflit mondial, une grande partie de la production viticole française est destinée aux armées. Dans le département de l’Hérault, et plus précisément dans la région de Béziers, le vin produit au sein des exploitations viticoles est acheminé par train spéciaux vers la zone des armées. A Béziers, aux docks de l’État, des fûts vides revenant des armées sont déchargés sur le quai maritime. Dans une gare ferroviaire, des ouvriers assurent, à l’aide de pompes mécaniques, les opérations de transvasement du vin dans des wagons foudres à destination du front. Dans les environs de Servian, des ouvriers agricoles effectuent les vendanges. Informations sur la vidéo Date de l'évènement : Septembre 1917 Lieux : Béziers - Hérault - France Évènement : Le vin de l'armée, septembre 1917.

Première Guerre mondiale: des photos inédites de la vie dans les tranchées HISTOIRE - Ce sont des clichés encore jamais vus de la Première Guerre mondiale. Ils sont l'œuvre du caporal nord-irlandais George Hackney, qui a capturé clandestinement la vie dans les tranchées en France lors de la bataille de la Somme en 1916. S'il avait été vu avec un appareil photo sans autorisation, ce soldat aurait fait face à une cour martiale... D'abord diffusés par la BBC dans un documentaire intitulé The Man Who Shot the Great War (L'homme qui photographia la Grande Guerre), ces photos sont décrites comme une "collection unique" par son réalisateur Brian Henry Martin, offrant "une fenêtre sur ce qu'il était de vivre et mourir sur le front occidental". » Découvrez ces photos inédites de la Grande Guerre ci-dessous: George Hackney/Ulster Museum George Hackney/Ulster Museum George Hackney/Ulster Museum George Hackney/Ulster Museum George Hackney/Ulster Museum George Hackney/Ulster Museum George Hackney/Ulster Museum George Hackney/Ulster Museum

8ème FEI : Une plate forme pour découvrir la guerre 1914-18 au quotidien Comment découvrir ce qu'ont pensé, décidé et ressenti les Français durant la Grande Guerre ? Les familles gardent précieusement les correspondances familiales où l'on sait lire entre les lignes les souffrances et les découvertes. Un efamille a su garder une énorme correspondance et une masse de documents : la famille Résal. Pouvez vous revenir sur le genèse du projet ? Plateforme 14/18 est l’une des nombreuses productions issues du corpus privé de la famille Résal. La plateforme est donc l’une des composantes du projet transmédia (film, ouvrages, création numérique) né des archives de la famille Résal. L’équipe, composée de Marie-Christine Bonneau-Darmagnac, Pierrick Hervé, Guillaume Soulez et Laurent Véray, s’est constituée en 2014 avec comme objectif de réfléchir à une plateforme mettant en valeur l’ensemble du corpus (3500 lettres et 300 photographies). Ensuite, nous avons travaillé de façon assez classique en associant un prestataire (Hégyd) et un chef de projet, Julie Guilbault.

Pour la défense du sol lorrain. Un régiment d’infanterie traverse « Gerbéviller la martyre » (Meurthe-et-Moselle), ville en ruine qui était « un habituel pèlerinage pour les troupes nouvellement arrivées en Lorraine ». Autre lieu « tragique » : la ferme de Léomont (Meurthe-et-Moselle), « cinq fois perdue et cinq fois reprise », qui n’est plus qu’un tas de ruines au sommet d’une croupe couverte de neige. Des marins sont aux commandes d’automitrailleuses et d’une auto-canon et les présentent à la caméra : les mitrailleuses peuvent être mises en position pour le tir contre avions. Des ballons saucisses font « bonne garde ». L’un d’eux s’envole. Informations sur la vidéo Date de l'évènement : Novembre 1915 Lieux : Lorraine Évènement : Pour la défense du sol lorrain.

Les ravages de la guerre 14-18 Contexte historique La guerre de 1914-1918 marque tragiquement l’entrée du monde dans le XXe siècle. Ce fut une guerre mondiale et totale : à des degrés divers, tous les continents y furent impliqués, même si l’essentiel des opérations militaires se déroulèrent en Europe. Prévu et préparé depuis longtemps, le conflit était inéluctable pour l’Allemagne qui avait vainement tenté d’isoler diplomatiquement la France depuis la guerre de 1870. Le mécanisme des alliances – Triple-Alliance et Triple-Entente – devait irrémédiablement fonctionner pour peu que se produisît l’étincelle qui déclencherait les hostilités. Le 28 juin 1914, l’assassinat de l’archiduc François-Ferdinand, héritier de l’Empire austro-hongrois, à Sarajevo, en Bosnie-Herzégovine, fut cette étincelle qui embrasa l’Europe. Alors que les troupes françaises se portent vers le nord et l’est du pays, les Allemands s’engouffrent dans la vallée de l’Oise. Analyse des images Interprétation

RECIT FRANCETV INFO. "Je ne crains pas la mort mais j’ai peur d’avoir peur" : à Verdun, au cœur des tranchées à travers le journal inédit d'un poilu Arrivé à Bisseuil, en Champagne, Louis n’a que peu de temps pour faire connaissance avec ses hommes avant de partir au combat : une cinquantaine de soldats, dont quarante combattants et une dizaine d’hommes affectés à l’intendance. Sa section, la 3e, est composée pour moitié de poilus aguerris, de "braves types un peu frondeurs, mais courageux et dégourdis", et pour moitié de jeunes de la classe 1915. Eux n’ont jamais vu le feu, ce qui convient très bien au jeune officier, toujours angoissé de commander des hommes plus expérimentés que lui. A cet endroit de la Marne, les choses sérieuses commencent. L’état-major est toujours persuadé qu’une victoire de grande ampleur est possible sous réserve de percer le front puis d’envoyer des troupes fraîches pour exploiter la trouée. En clair ? Le 3 septembre, Louis monte au front pour la première fois, près de Mourmelon. A 600 mètres de la ligne de feu, les hommes de Louis commencent à consolider un boyau de terre et de craie. L’enfer est patient.

Le retour à la terre des mutilés De grands centres de rééducation agricole se sont ouverts dans toute la France pour rétablir la santé des mutilés, grâce au travail de la terre, la vie au grand air, une alimentation saine. Qu’ils travaillent dans un potager ou aux champs, des appareils perfectionnés (pinces lumières, corset…) leur permettent de labourer, bêcher, biner, piocher ou encore de conduire un attelage de quatre chevaux tirant une charrue. Cette rééducation a eu pour effet de ramener à l’agriculture des paysans qui n’exerçaient plus depuis longtemps. La récolte des pommes de terre, tout comme l’élevage des animaux de ferme, n’ont pas de secret pour eux. Informations sur la vidéo Date de l'évènement : 1919 Lieux : France Évènement : Le retour à la terre des mutilés.

Mot-clé grande guerre Général Gallieni, 1915 Moment de grâce, 1916 Dreyfus, officier de la légion d’honneur, 1919 Grand’Place d’Arras, 1919 L’adjudant Jean-Pierre Lenoble, 1921 Mise au tombeau du Soldat inconnu, 1921 Bombardement rue de la Lune, 1918 Lunchtime, 1916 Morts pour la France, 1917 Auguste Thin et le Soldat inconnu, 1920 Soldats aveugles, 1916 Poilu sept fois blessé, 1916 Marcel, mobilisé de 1914 Départ des volontaires belges, 1914 Henri, mobilisé de 1914 Soirée à la cave, 1918 14, rue de Rivoli, 1918 Comme des bêtes fourbues, 1916 Bombardement rue de Tolbiac, 1918 Le chemin, la vérité et la vie, 1916 Hôtel de ville de Montdidier, 1919 Obsèques de victimes parisiennes, 1918 Station de métro refuge, 1918 Permission en famille, 1915 « précédents - page 1 de 2 Fil des articles “grande guerre”

Related: