background preloader

Complimentez, il en restera toujours quelque chose (1/4)

Complimentez, il en restera toujours quelque chose (1/4)
Alors que l’on entrevoit toute l’importance que l’évaluation va continuer de prendre à la rentrée, Alain Lieury, chercheur en psychologie cognitive, nous rappelle quelques grands épisodes de la recherche autour de la place de la note, notamment dans la motivation. Il nous livre également les résultats d’une de ses expériences, menée dans un collège. En cette période estivale, voici donc la saga des notes, feuilleton en quatre épisodes, à suivre à la rentrée. Un « marronnier » pour un journaliste est un thème qui revient périodiquement, comme le thème de la mémoire pour les révisions à l’approche des examens. Photo : Philippe Ibars L’Evaluation « contrôlante » : la carotte et le bâton La loi du renforcement est issue des premières recherches quantitatives sur la motivation chez l’animal, précisément sur le rat de laboratoire ne travaillant dans son labyrinthe que s’il est affamé et récompensé. Alain Lieury (A suivre) Sur la librairie Related:  MOTIVATION ENCOURAGEMENTS

Feedback et gommettes (2/4) Nous avons vu dans le précédent épisode de ce feuilleton de la note les effets de l’évaluation contrôlante, positifs en termes d’apprentissage pour ce qui relève du compliment. Passons à l’évaluation informative et à la forme à adopter. Faut-il noter les élèves ? Episode 1 : Complimentez, il en restera toujours quelque chose L’évaluation informative donne à l’évalué des informations sur le niveau de sa performance, comme en sport ou dans les jeux vidéo. L’évaluation informative : but et feedback Des étudiants doivent s’entraîner à soulever des haltères, sous le prétexte de mettre au point des exercices d’aérobic. Photo : Philippe Ibars Notes, lettres, ou gommettes ? Une autre dissociation est à faire entre le principe et le mode de l’évaluation. (à suivre) Alain Lieury, professeur de psychologie cognitive Université européenne de Bretagne (Rennes 2) Sur la librairie L’évaluation, plus juste et plus efficace : comment faire ?

Motivés avec ou sans les notes ? (4/4) Nous avons vu précédemment certains ressorts positifs ou négatifs de la note selon son contexte. Alain Lieury et son équipe ont précisé cette théorie lors d’une expérience grandeur nature dans un collège. Faut-il noter les élèves ? Episode 1 : Complimentez, il en restera toujours quelque chose Episode 2 : Feedback et gommettes Episode 3 : Motivés, motivés Photo : Philippe Ibars L’enquête s’est déroulée en 2012 au Collège Louis Guilloux en Bretagne, sous l’instigation du principal, Loïc Fouillet, et de plusieurs professeurs de l’établissement. Figure 2 : Les élèves de 6e du collège où s’est déroulée l’expérience, sont à 84% motivés positivement Lorsqu’on sépare les scores des motivations selon les classes, « avec » ou « sans notes », on constate d’une façon générale que les résultats sont plutôt en faveur des notes en classe (Figure 3). Figure 3 : Les notes sont plutôt favorables aux motivation positives et au Sentiment d’efficacité scolaire (SEP scolaire) Pour en savoir plus Sur la librairie

Motivés, motivés (3/4) Nous avons vu dans les précédents épisodes que l’évaluation contrôlante n’est efficace que si elle passe par le compliment et que l’évaluation donnant un but et des informations permet d’arriver à de bien meilleurs résultats. Alain Lieury nous invite maintenant à observer ce qui renforce la motivation. Faut-il noter les élèves ? Episode 1 : Complimentez, il en restera toujours quelque chose Episode 2 : Feedback et gommettes L’idée de supprimer les notes, évaluation quantitative, a pour origine l’intuition que d’enlever des contraintes à l’élève est bénéfique à la motivation. Photo : Philippe Ibars A quelle motivation se fier ? Dans la théorie de l’autodétermination de Deci et Ryan, la motivation n’est pas unique et correspond à un continuum entre deux formes extrêmes : la motivation intrinsèque et l’amotivation ou démotivation. Compétition, rébellion et fuite Figure 1 : Les motivations (sous forme de pastilles) dépendraient à la fois du sentiment de compétence et du sentiment d’autonomie.

4 étapes pour favoriser l’engagement des élèves dans les projets scolaires - Infobourg.com Dans son mémoire de maîtrise, l’enseignant Stéphane Côté a identifié 4 points qui semblent être des facteurs clés pour favoriser l’engagement de haut niveau des élèves dans les projets scolaires. Derrière chaque élément se trouve un concept central de l’approche : la motivation personnelle des jeunes. Ces 4 recommandations sont une sorte de conclusion à son projet de mémoire de maîtrise. Elle datent de… 2008, mais sont encore tout à fait d’actualité! On peut consulter le texte complet sur son site. 1. Les recherches de l’enseignant lui ont permis d’identifier qu’une erreur souvent commise par les pédagogues est de créer un climat favorisant la motivation extrinsèque plutôt qu’intrinsèque des élèves. 2. 3. Pour réussir en tant qu’enseignant dans une telle approche par projet, M. 4. Les TIC dans un projet favorisant un haut degré de motivation des élèves ne devraient surtout pas se résumer à mettre au propre une production écrite! À propos de l’auteur Audrey Miller Pour suivre l’auteur :

La classe de zazou - 4 recommandations + l’engagement des élèves. 5.2 Les recommandations Ainsi, quatre recommandations semblent être inhérentes de par les résultats observés (pendant le projet cinéma). Soit qu’une attention toute particulière doit être porté à : 5.2.1 Penser à la motivation des élèves avant toute approche. L’erreur principale que les enseignants semblent faire et qui amène une démotivation claire dans les recherches récentes (Bouffard 2005) auprès des jeunes du primaire, est que l’enseignant ne semble pas avoir en tête, la motivation des élèves lors de ses démarches pédagogiques. L’autre erreur, est que l’enseignant semble faire lors de la mise sur pied d’un projet est de penser en premier au contenu disciplinaire de l’année qu’il a à enseigner. Alors que si l’enseignant s’assurait de concevoir un projet en pensant à tous les niveaux de motivation possible avant de penser à passer sa matière, il aurait, comme le démontre le présent travail, un impact réel sur de multiples niveaux dans sa classe. 5.2.2 La conception du projet.

La différenciation pédagogique L'Illusion d'incompétence fléau méconnu de nos classes? | LeWebPédagogiqueLeWebPédagogique Aujourd’hui, je vais vous parler d’un sujet trop méconnu de nos classes l’illusion d’incompétence. Phénomène, qui selon une étude de Geneviève Marcotte toucherait près de 20% des élèves et qui n’est pas abordé une minute en formation initiale des professeurs et encore moins en formation continue tout au long de leurs carrières. De quoi s’agit t-il ? L’illusion d’incompétence se définit comme: « un décalage entre le potentiel, les compétences et capacités réelles d’un enfant et la perception qu’il en a » Cette illusion d’incompétence se caractérise par un perfectionnisme négatif, des standards de réussite trop élevés que se fixe lui même l’enfant et qui le freine dans ses apprentissages. Elle touche directement à l’estime de soi qui à l’âge du primaire se fonde essentiellement sur la compétence scolaire alors qu’au secondaire cette estime de soi va se baser sur l’apparence physique. Comment nait l’illusion d’incompétence chez un enfant? Selon une étude d’un chercheur québécois Philipps:

Related: