background preloader

Offensive israélienne contre Gaza : les partis pris du traitement médiatique

Offensive israélienne contre Gaza : les partis pris du traitement médiatique
Une information biaisée Le biais principal, qui en conditionne bien d’autres, consiste à traiter sur un pied d’égalité, d’une part, un État doté d’institutions stables, d’une économie moderne et comparable à celle des pays occidentaux, d’une armée parmi les plus puissantes et les plus équipées au monde et, d’autre part, un peuple qui ne possède ni État, ni économie viable, ni armée régulière. Ce pseudo-équilibre entretient l’illusion d’un « conflit » entre deux entités qui seraient quasi-équivalentes, alors que ce n’est évidemment pas le cas. On en arrive ainsi à placer sur un pied d’égalité « Israël » et « Palestine » (parfois « Gaza », ou « le Hamas », nous y reviendrons »), et à oublier totalement le déséquilibre des forces et des légitimités : On vous le dit : « les mêmes ». Une information incomplète « Six dates », donc… Arrêtons-nous sur les trois premières : Tout aurait donc commencé, le 12 juin, avec la disparition des trois jeunes Israéliens. Une information dépolitisée Misère…. Related:  Censure Média mensonge Répress° policière Surveillance InternetPALESTINE/ISRAEL

Outrage as France become first country in world to ban pro-Palestine demos Move follows violence at protests in Paris last weekend Interior Minister Bernard Cazeneuve said there was a 'threat to public order'Thousands across France were set to march again this weekendAnyone who breaks the ban faces a year in prison and a 15,000 euro fine.If they hide their faces the sentence can be increased to three years jail, and a 45,000 euro fine By Peter Allen for MailOnline Published: 10:56 GMT, 18 July 2014 | Updated: 12:30 GMT, 19 July 2014 France's Socialist government provoked outrage today by becoming the first in the world to ban protests against Israeli action in Palestine. In what is viewed as an outrageous attack on democracy, Socialist Interior Minister Bernard Cazeneuve said mass demonstrations planned for the weekend should be halted. Mr Cazeneuve said there was a ‘threat to public order’, while opponents said he was ‘criminalising’ popular support of the Palestinian people. Scroll down for video INCREDIBLE FOOTAGE of Israeli/Palestinian violence in Paris

Israël, les juifs et Gaza A chaque offensive israélienne contre Gaza, nous avons droit à un nouvel éditorial de Bernard-Henri Lévy et à une accumulation de mensonges. Ce fut le cas en décembre 2008, quand l’homme rendait compte de l’invasion israélienne sur la tourelle d’un char. Ce fut le cas en novembre 2012. C’est à nouveau le cas avec sa dernière chronique, « Gaza Paris », parue sur le site de la revue qu’il dirige, La Règle du jeu, le 15 juillet dernier. Premier mensonge, la photo qui illustre l’article et qui prétend montrer la synagogue de la rue de la Roquette assiégée. « Ainsi donc il s’est trouvé des milliers d’hommes et de femmes pour, ce dimanche, à Paris, sous couvert de “défense de la Palestine”, s’en prendre à nouveau aux juifs. De s’en prendre aux juifs ? Car BHL a raison, il faut bannir l’identification juif et Israélien. L’argument revient en boucle tout au long des luttes de ces dernières décennies. Il n’y a que BHL pour croire qu’il n’y a pas de geôliers à Gaza.

Journalistes et politiques : et voici le nouveau "kibezki" Dans les rédactions des journaux il y avait un petit cahier. Ouvert à tous et à toutes. Pour le lire. Et pour y écrire. On appelait ça le « kibezki ». Y étaient énumérées (mais les informations n’étaient pas toujours vérifiables) les étreintes d’untel avec unetelle. Ces derniers jours viennent de paraître deux livres consacrés aux liaisons dangereuses (tiens, pourquoi « dangereuses » ?) Il y a là une atteinte insupportable à la parité. Comment se fait-il que Rama Yade, qui fut ministre, n’ait apparemment aucun journaliste à son tableau de chasse ? Heureusement, et toujours d’après le nouveau « kibezki », une femme sauve l’honneur : Aurélie Filippetti.

Massacre de Gaza : le parti pris éhonté des médias dominants (anglophones) Peu après le crash du vol MH17 de la Malaysian Airlines en Ukraine, près de Donetsk, le 18 juillet, qui a causé la mort de 298 personnes, le site de la BBC a mis en place, à juste titre, un fil d’actualités en continu accompagné de reportages et de commentaires en direct sur cette tragédie. C’était à l’évidence un événement d’ampleur dramatique ayant occasionné la perte tragique de vies humaines tout en ayant de graves implications politiques. C’est pourquoi les lecteurs seraient forcément avides des dernières informations. « Israël à nouveau attaqué par le Hamas » Cependant, depuis le 8 juillet, soit 10 jours avant ce crash, l’armée israélienne bombardait la population civile piégée de Gaza de façons diverses : raids aériens, drones et pilonnage maritime. Le 18 juillet, 300 personnes environ avaient déjà été tuées à Gaza, dont 80% de civils. Tout ceci a fini par changer le 20 juillet après plusieurs jours au cours desquels de nombreux Palestiniens furent tués.

Les médias ignorent le rôle agressif et provocateur de la Ligue de Défense Juive lors des événements de dimanche à Paris Avant propos: nous condamnons sans détour toute forme de haine et de violence. Depuis que nous existons, nous tentons avec fermeté mais ouverture de dialoguer et de débattre pour trouver des solutions au problème de la confiance dans les médias Nous sommes en train de rassembler les informations sur les événements survenus à Paris ce dimanche 13 juillet autour de la synagogue de la rue de la roquette. Les médias omettent totalement d'informer sur le rassemblement qui y était organisé par la LDJ (Ligue de Défense Juive). Nous tentons de retracer l'historique des faits à partir de différents éléments, même si c'est un travail de journaliste... que nous ne sommes pas. Si vous avez des témoignages complémentaires, n'hésitez pas à les mettre en commentaires ou à nous les envoyer sur lesindignesdupaf@gmail.com Il est question, ici, de traitement de l'information et pas de politique, de religion ou d'idéologie. Merci, avant tout, d'être là et de participer à la Qualité de l'info. Bonne journée

Valls victimise encore sa bande (mais pas celle de Gaza) 21 Juillet 2014 – Manuel Valls remet une couche sur l’antisémitisme, à croire que dès qu’Israël bombarde des innocents notre 1er ministre se sent obligé de manipuler l’opinion public. Cette fois-ci en annonçant un tout nouveau concept d’intolérance, ses mots exacts : « un antisémitisme d’une forme nouvelle », qui « se répand sur internet, sur les réseaux, dans nos quartiers populaires, auprès d’une jeunesse souvent sans repère, sans conscience de l’histoire, qui cache sa ‘haine du juif’ derrière un antisionisme de façade et derrière la haine de l’État d’Israël ». Mais ce n’est pas parce que de plus en plus de gens commencent à voir clair dans ce qu’il se passe, qu’il faut se victimiser pour tenter d’inverser la tendance, même si apparement c’est une habitude On comprend très bien que c’est une façon de justifier d’avoir empêché les représentants des opprimés qui se sont rassemblés pour faire entendre leurs peines et leurs ressentiments.

Film - Les nouveaux chiens de garde Les médias se proclament "contre-pouvoir". Pourtant, la grande majorité des journaux, des radios et des chaînes de télévision appartiennent à des groupes industriels ou financiers intimement liés au pouvoir. Au sein d’un périmètre idéologique minuscule se multiplient les informations pré-mâchées, les intervenants permanents, les notoriétés indues, les affrontements factices et les renvois d’ascenseur.En 1932, l’écrivain Paul Nizan publiait Les chiens de garde pour dénoncer les philosophes et les écrivains de son époque qui, sous couvert de neutralité intellectuelle, s’imposaient en véritables gardiens de l’ordre établi.Aujourd’hui, les chiens de garde sont journalistes, éditorialistes, experts médiatiques, ouvertement devenus évangélistes du marché et gardiens de l’ordre social. Sur le mode sardonique, LES NOUVEAUX CHIENS DE GARDE dénonce cette presse qui, se revendiquant indépendante, objective et pluraliste, se prétend contre-pouvoir démocratique.

Un maniaque pro-israélien menace la liberté de la presse en France (SNJ) Nous publions un communiqué du SNJ, auquel nous souscrivons pleinement (Acrimed). Dans le contexte du conflit israélo-palestinien, plusieurs sites Internet français ont été victimes de « piratages » visant à empêcher l’accès à une information pluraliste. Et des journalistes ainsi que leurs familles ont été violentés. Ce personnage a utilisé tous les canaux pour insulter les journalistes qu’il avait dans sa ligne de mire, jusqu’à les menacer de mort. Rue89 a déposé plusieurs plaintes. Comme l’a écrit Pierre Haski, cofondateur et patron de Rue89 : « C’est un développement extrêmement grave qui concerne l’ensemble des médias et le fonctionnement même de la liberté d’expression. Face à ces attaques extrêmement graves contre la liberté de la presse, le SNJ attend des pouvoirs publics une réponse à la hauteur de l’agression. Paris, le dimanche, 17 août 2014

Violence outside Paris synagogue falsely attributed to anti-Semitism A YouTube video showing events preceding a well publicized stand off in front a Paris synagogue that shows the violent encounter was provoked by members of the Jewish Defense League. From multiple expulsions in the Medieval era to L’Affaire Dreyfuss and Vichy collaborationism, French Jews have every reason to be wary of antisemitism. And, sadly, despite the fact that 89 percent of French citizens this year reported having a favorable opinion of Jews, antisemitism appears to be on the rise in the Fifth Republic. But a violent incident that took place in Paris on Sunday widely described as antisemitic, using this narrative as the background, was actually a street fight between pro-Palestinian demonstrators and the Jewish Defense League; one that appears to have been started by the extremist latter in support of Israel’s ongoing bombing campaign that has thus far claimed the lives of almost 200 Palestinians – 80% of them civilians.

Lettre ouverte d'un intellectuel juif à ses pairs (Alain Finkielkraut, André Glucksmann, Bernard-Henri Lévy, Elie Wiesel) Si l'intellectuel juif (mais laïc et agnostique) que je suis se permet de prendre la plume pour vous interpeller aujourd'hui, c'est que, à l'instar de toute personne éprise d'humanisme, j'estime la situation dramatiquement urgente dans la Bande de Gaza, où le conflit israélo-palestinien fait rage. Nul n'ignore mon attachement à Israël, pays que, depuis que mes pères eurent à subir l'indicible martyre de l'Holocauste, je porte dans mon cœur. C'est donc avec conviction que je prône, pour l’État d'Israël, le droit de se défendre lorsqu'il se voit attaqué par des centaines de roquettes tirées par les terroristes du Hamas, lesquels se cachent de surcroît derrière leur propre population, qu'ils prennent lâchement en otage, tel un bouclier humain. A Israël, donc, mon indéfectible soutien en tant que nation. Détruire les tunnels bellicistes du Hamas, oui ! Répondre à la barbarie par la barbarie n'est guère une solution ; cet engrenage ne fait qu'attiser la haine et exacerber ce conflit !

Paul Nizan Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Paul-Yves Nizan Œuvres principales D'abord tenté par l'extrême-droite en raison de traditions familiales, il s'engage dans le Parti communiste français, dont il devient l'un des principaux intellectuels dans les années 1930, et qu'il quitte en 1939 en raison du pacte germano-soviétique, ce qui lui vaut les foudres du Parti, qui pendant très longtemps l'accuse de toujours avoir été un traître, ce qui empêche pendant une vingtaine d'années la réception de son œuvre, jusqu'à une « réhabilitation » grâce au travail de son ancien ami Jean-Paul Sartre. Agrégé de philosophie, il obtient surtout du succès pour ses romans, mais aussi pour son pamphlet Les Chiens de garde. Biographie[modifier | modifier le code] Années de jeunesse et de formation[modifier | modifier le code] Sur le plan politique, Paul Nizan cherche sa voie. En 1926-1927, indécis politiquement et en proie à une dépression, il se rend comme précepteur à Aden (Yémen)[9].

Gaza : le silence tue, la désinformation rend complice Nous publions, sous forme de tribune [1], un texte signé par plusieurs chercheurs, intellectuels, et par le Secrétaire général de la Fédération Européenne des Journalistes. Ce texte a été rédigé en Belgique et adressé en priorité aux médias belges, mais aucun des titres de presse sollicités n’a souhaité le publier. Il dénonce des mécanismes également identifiables dans les médias français (Acrimed). Quel bilan tirer de l’opération israélienne « Bordure Protectrice », 3 semaines après l’accord d’un cessez-le feu ? C’est avec amertume, indignation, mais aussi avec inquiétude que nous nous interrogeons sur le traitement médiatique de la tragédie qui a frappé la Bande de Gaza. Nous, citoyens belges et européens, accusons la majorité des médias d’appliquer – délibérément ou non – la politique des « deux poids, deux mesures » lorsqu’il s’agit d’aborder ces événements atroces. Des médias comparent les statistiques des morts civils palestiniens à celles des soldats israéliens tombés.

Jewish vigilantes go on rampage in Paris and attack pro-Palestinian demonstrators About 150 men took to the streets armed with metal bars and sticksNone were arrested despite going on the rampage in front of policeSix pro-Palestinian demonstrators arrested over synagogue break in By Peter Allen Published: 20:41 GMT, 15 July 2014 | Updated: 06:35 GMT, 16 July 2014 A group of 150 Jewish men were seen brandishing iron bars and cans of pepper spray as they clashed with Pro-Palestinian demonstrators in Paris. Video footage of the clashes show the group chanting racist slogans as they roamed the streets. It came as President Francois Hollande warned that he did not want to see ‘the Israeli-Palestinian conflict imported into France’. Scroll down for video A still taken from the video shows dozens of men in Paris walking down the streets armed with chairs and other weapons, before clashing with pro-Palestinian demonstrators Around 150 mainly young men were seen carrying weapons, like chairs, and chanting racist slogans as they went on the rampage

Related: