background preloader

Une forêt qui se mange

Une forêt qui se mange
A Dartington, dans le sud de l'Angleterre, nous avons visité un jardin expérimental nourricier qui reproduit un écosystème forestier en milieu tempéré. Créé il y a 20 ans, il est aujourd'hui autogéré et produit suffisamment de fruits, feuilles comestibles, champignons, graines et noix pour subvenir aux besoins d’un ménage. Imaginez un jardin d'un hectare qui ressemblerait à une forêt vierge, avec des grands arbres, des arbustes, buissons, des plantes grimpantes, champignons et feuilles mortes au sol. Cette forêt jardin nourrirait en grande partie votre famille, sans que vous y travailliez plus d'une fois par semaine. Enfin, par travail... entendez prendre un panier et des ciseaux pour cueillir salades, myrtilles et autre noix. Nul besoin d'arrosage, de tonte ni de labour, et encore moins d'épandage de pesticides ou d'ajout d'engrais : les plantes se débrouilleraient toutes seules. 550 espèces sur 1 hectareMai 2014. Une forêt est naturellement très productive.

http://www.bioconsomacteurs.org/bio/dossiers/agriculture/une-foret-qui-se-mange

Related:  Lieux de permacultureJardinagePetits paysans & Bio plus productifs que l'industrielserre et cultureTémoignages, exemples

Le Mas de Beaulieu - Terre Siège et "base logistique de l’association", le Mas de Beaulieu est constitué d’un bâtiment et d’un terrain de un hectare situés sur la commune de Lablachère, en Ardèche méridionale. C’est un lieu d’expérimentation, de formation, et de production, avec l’agroécologie comme ligne directrice. Des visites hebdomadaires Visite guidée libre et ouverte à tous chaque lundi à 10h (entre mars et octobre, exception faite le lundi 31 mars 2014) Téléchargez le Plan d’accès Un lieu alternatif en évolution Le Jardin ComestibleLe Jardin Comestible Si on fait un pas vers la nature, la nature va en faire 10 vers nous.Stefan Sobkowiak Au Québec, Stefan Sobkowiak, pomiculteur bio qui trouvait que le fonctionnement de son verger ressemblait un peu trop à celui d’un verger traditionnel : il utilisait les mêmes méthodes de culture (monoculture) et seuls les produits utilisés changeaient. Constatant de nombreuses maladies, il a décidé de se rapprocher de l’état naturel d’une forêt comestible, en mélangeant les espèces et cultivars de fruitiers, et en y associant d’autres plantes, comestibles comme des arbustes à fruits, légumes vivaces, ou fleurs comestibles, ou d’un intérêt agronomique comme des plantes fixatrices d’azote.

Combien faudrait-il de producteurs en France pour manger bio et local ? C’est une question qui revient régulièrement : combien de paysans devrait-on avoir à proximité de nos villes ou communes, si l’ensemble des citoyens décidait de relocaliser leur alimentation, en plus de passer au tout bio ? L’association Terre de Liens nous apporte des éléments de réponse. On parle régulièrement des bons conseils à appliquer pour adopter un rythme de vie sain, afin d’optimiser son propre bien-être et garantir une bonne santé pour la planète. Les vraies bonnes idées sont intéressantes surtout lorsqu'elles se concrétisent. Avant de voir chaque Français se rendre directement à la ferme pour y cueillir ses légumes et discuter avec l’agriculteur, il faut connaitre les conséquences que peuvent avoir la mise en place d'une agriculture bio généralisée et une relocalisation de l’alimentation.

"Entre ciel et terre": une ferme éco-logique en permaculture présenté par ENTRE CIEL ET TERRE Notre histoire ? Depuis quelques années, nous mûrissons un beau projet... La ferme éco-logique "Entre ciel et terre" ... SAD-APT UMR INRA Agroparistech - Kévin Morel Profil Ingénieur agronome diplômé d'AgroParisTech, spécialisé en ingénierie de l'environnement. Il a eu la chance de se familiariser avec les concepts de l'agroécologie dans des contextes de terrain très variés : la gestion d'une plantation de café biologique en agroforesterie dans une réserve amazonienne au Pérou et la microagriculture maraîchère familiale et communautaire en Irlande. Lors de son stage de fin d’étude d’ingénieur il a participé au développement d'un outil de conception collective de systèmes fourragers (le rami fourrager) dans le cadre du projet CASDAR PRAICOS (Prairies-Conseil-Système).

Ça y est ! J’ai compris ce qu’est la permaculture ! Thoiras (Gard), reportage Le hameau de Rouveyrac se niche sur les pentes abruptes d’une vallée cévenole. Sous les châtaigniers, Tom, Simon et Charlotte ont installé une vieille gazinière, un canapé en cuir défoncé et un tableau en bois bricolé. Des livres s’éparpillent sur la table. Guide de botanique, essai sur l’agroécologie, manuel d’outils participatifs... Tout y est.

Le pionnier de l’agriculture de demain Four Season Farm, Maine, USA ©Barbara Damrosch Alors que le tentaculaire Salon de l'Agriculture ouvre ses portes à Paris, faisant la part belle aux méthodes agro-industrielles, certains fermiers se battent pour défendre le courant inverse. Eliot Coleman est de ceux-là. Il est américain, et ce n'est pas un hasard. Si l'agriculture intensive et chimique est prépondérante aux Etats-Unis, une contre-(agri)culture, qui prône un retour aux valeurs humaines et naturelles, se développe avec d'autant plus de vigueur. Eliot Coleman est l’un des pionniers du "Deep organic farming", ou micro-agriculture biologique à haute productivité.

Renversant : ce manuel français du XIXe siècle va nourrir le monde de demain Des melons mûrs à Paris dès le mois d’avril, des tonnes de légumes sur une surface pas plus grande qu’un terrain de foot, jusqu’à huit récoltes en une seule année… Ces performances agricoles incroyables ne sont le fruit ni d’engrais chimiques, ni de modifications génétiques, ni même de connaissances scientifiques de pointe. Et pour cause, ces prouesses datent du XIXe siècle et sont l’œuvre des quelques centaines de jardiniers-maraîchers parisiens qui assuraient alors l’autosuffisance de la capitale en légumes. Longtemps oubliés, ces savoir-faire sont aujourd’hui accessibles à tous à travers un manuel, publié en 1844 et récemment numérisé (merci au site Paysansansfrontieres.com de l’avoir partagé ici). Son nom : Manuel pratique de la culture maraîchère de Paris. Pour ceux qui n’auraient pas le temps d’une telle lecture, nous publions à la fin de cet article quelques morceaux choisis.

Related:  permaculture