background preloader

Histoire

Histoire
L'histoire de la représentation nationale depuis deux siècles est étroitement liée à celle du principe démocratique et du chemin accidenté qu'il a dû parcourir avant de trouver dans nos institutions une consécration définitive. Si les Français ont périodiquement élu des représentants depuis 1789, le mode de désignation et les pouvoirs de ces mandataires ont considérablement varié selon les époques, les périodes d'effacement de l'institution parlementaire coïncidant généralement avec un recul des libertés publiques. A cet égard, les dénominations ne sont pas innocentes. Celle d'Assemblée nationale, choisie dans la ferveur de 1789, ne réapparaîtra - si l'on excepte la brève parenthèse de 1848 - qu'en 1946. Se succéderont entre temps des appellations plus ou moins réductrices (« Chambre des représentants », « Corps législatif », « Chambre des députés » ...) qui traduisent, à des degrés divers les réticences, voire l'hostilité déclarée de... Lire la suite...

http://www2.assemblee-nationale.fr/decouvrir-l-assemblee/histoire

Related:  Affaire DreyfusLa France en République, 1880-1945liberté d'expression, liberté de la presseEDUCATION MORALE ET CIVIQUE

La presse au moment de l'affaire Dreyfus Près de 100 000 articles ont été publiés dans la presse française sur l’affaire Dreyfus entre l’arrestation du capitaine Alfred Dreyfus en 1894 et sa réhabilitation en 1906. La presse de la Belle Epoque est alors en pleine expansion. La demande sociale liée à l’alphabétisation généralisée des Français, la demande politique issue du suffrage universel, l’offre culturelle de la presse avec les feuilletons, les faits divers, les illustrations sans cesse plus nombreuses, enfin les capacités économiques et techniques, avec les rotatives et le transport par chemin de fer, tout se conjugue pour que la presse connaisse un vif essor à la fin du XIXe siècle.

Léon Gambetta Contexte historique Léon Gambetta (Cahors 1838-Paris 1882), avocat, opposé au régime impérial, joue un rôle politique majeur au lendemain de la défaite de Sedan, dans le gouvernement de Défense nationale. Hostile à la capitulation et partisan de la guerre à outrance, il abandonne son mandat de député et démissionne de son poste de ministre après la signature de l’armistice. Réélu en juillet 1871, il siège à l’extrême gauche mais n’hésite pas à s’allier avec les députés centristes pour lutter contre la coalition menée par Mac-Mahon (1873-1879) et soutenir la présidence de Jules Grévy. Président de la Chambre en 1881, il est maintenu à l’écart du pouvoir jusqu’à la victoire de son parti, l’Union républicaine. Le gouvernement qu’il tente alors de constituer, appelé le « grand ministère » parce qu’il voulait y faire entrer tous les chefs républicains, ne peut se maintenir que de novembre 1881 à janvier 1882.

Lettres : Apprendre à rire L’horrible attentat commis contre Charlie-Hebdo interroge sans aucun doute le sens que chaque enseignant donne à son métier. Les réactions de nos élèves ont témoigné des mêmes stupéfaction et douleur que les nôtres : autant dire de valeurs partagées. Pourtant une impression de ratage quelque part subsiste : comment expliquer que sortent du système scolaire des jeunes capables d’actes aussi contraires à ses finalités ? comment admettre que dans certaines classes on ait pu entendre dès le lendemain de la tuerie sinon des justifications, du moins des circonstances atténuantes ? C’est bien entendu que certains considèreront toujours la raison comme un dangereux adversaire. C’est aussi que la société française, et l’Ecole avec elle, continue à exercer un terrible pouvoir d’exclusion et à susciter à son tour le rejet.

Constitution de la République française Le peuple français proclame solennellement son attachement aux Droits de l’Homme et aux principes de la souveraineté nationale tels qu’ils ont été définis par la Déclaration de 1789, confirmée et complétée par le préambule de la Constitution de 1946, ainsi qu’aux droits et devoirs définis dans la Charte de l’environnement de 2004. En vertu de ces principes et de celui de la libre détermination des peuples, la République offre aux territoires d’outre-mer qui manifestent la volonté d’y adhérer des institutions nouvelles fondées sur l’idéal commun de liberté, d’égalité et de fraternité et conçues en vue de leur évolution démocratique. Article 1er

Sciences Po Encyclopédie des violences de masse Violence de masse et Résistance (MV&R) est une publication scientifique en ligne spécialisée dans l’étude des massacres, des génocides, et des résistances locales qu’ils génèrent. MV&R couvre les XXème et XXIème siècles. Son but est de fournir une information fiable sur des événements qui sont parfois difficiles à documenter et qui demeurent profondément enracinés dans les mémoires individuelles et collectives.

Expositions - «Oui, Zola a été assassiné !» «A la fin du mois de septembre 1902, il y avait des travaux de réfection de la toiture d’une maison voisine de l’immeuble où habitait Zola. Quand nous avons su qu’il allait rentrer de Médan à Paris, selon son habitude, nous sommes montés sur le toit voisin et nous avons bouché la cheminée en question. Et le lendemain de son retour, le matin tôt, nous sommes remontés sur le toit et nous avons débouché la cheminée. Personne ne nous a remarqués». La Défense de Paris Contexte historique La défense de Paris En obtenant la majorité au Sénat et le départ de Mac-Mahon, remplacé à l’Elysée par Jules Grévy, les républicains sont enfin installés au pouvoir en 1879. Les souvenirs de « l’année terrible » s’en trouvent dès lors réactivés.

Discours sur la Déclaration des droits de l'homme et du Citoyen (août 1789) Discours sur la Déclaration des droits de l'homme et du Citoyen Séance du 1er août 1789 Le 27 juillet 1789, l'Assemblée nationale constituante décidait d'élaborer une Déclaration des droits de l'homme et du Citoyen dans le souci de calmer la révolte. Pour la majorité des députés la Déclaration est un préliminaire indispensable à la rédaction d'une Constitution. Plusieurs projets de déclaration avaient été transmis au comité de constitution : le 9 juillet, celui de Mounier, le 10 ceux de La Fayette, Lally-Tollendal, le 21 celui de Sieyès et le 27, celui de Clermont-Tonnerre. Mais en raison de l'agitation populaire la question de l'opportunité d'une reconnaissance immédiate des droits des citoyens reste posée.

Cuba : Fidel Castro, entre ombre et lumière Si les États-Unis reconnaissent le nouveau pouvoir en place à Cuba dès 1959, les tensions entre les deux pays ne tardent pas. Fidel Castro mène une réforme agraire limitant la propriété et lance d’importantes nationalisations des terres, allant jusqu’à exproprier des entreprises américaines. Voyant ses intérêts menacés, Washington suspend ses exportations vers Cuba en octobre 1960 et rompt les relations diplomatiques en janvier 1961. Trois mois plus tard, la Maison Blanche soutient des exilés cubains formés par la CIA, qui tentent de débarquer dans la Baie des cochons. L’opération échoue mais n’est pas sans conséquences : Fidel Castro déclare alors le caractère socialiste de la révolution et se rapproche de son allié, l’Union soviétique, qui s’impose alors comme le principal partenaire commercial et économique de l'île – et ce, jusqu’à la chute du régime soviétique en 1991.

La mobilisation des dreyfusards Les rebondissements de l’Affaire L’arrestation et la condamnation d’un officier juif français, Alfred Dreyfus, en décembre 1894, suite à la découverte d’un bordereau anonyme renfermant des informations secrètes destinées à l’Allemagne, parurent clore cette banale histoire d’espionnage. Cependant, celle-ci devait connaître de nouveaux rebondissements lorsque le lieutenant-colonel Picquart établit l’identité du véritable traître, le commandant Esterházy, en mars 1896 et que ce dernier fut acquitté par le conseil de guerre le 11 janvier 1898, au terme d’un procès inique.

Vichy et la propagande Contexte historique La Ligue française anti-britannique et les événements de Dakar Du 23 au 25 septembre 1940, les Forces françaises libres du Général de Gaulle associées à des soldats britanniques lancent une expédition contre les troupes françaises obéissant aux ordres du Gouvernement de l'État Français au large de Dakar et du Cap-Vert. Deux mois après l’attaque anglaise de Mers el-Kébir où une partie de la flotte vichyste est détruite, et à la suite du ralliement de l’Afrique Équatoriale Française à la France Libre, de Gaulle et Churchill espèrent prendre le contrôle de l’Afrique Occidentale Française. L’opération navale (et partiellement terrestre) entreprise par les Alliés se solde par un échec, considéré à l’inverse comme une « victoire » par le régime de Vichy encore sous le coup de la défaite contre les nazis. Analyse de l'image

Related: