background preloader

Les 7 nouveaux visages de la consommation mondiale de luxe

Les 7 nouveaux visages de la consommation mondiale de luxe
Quelque 330 millions de consommateurs dépensent 217 milliards d'euros en produits de luxe dans le monde. On remarque une fragmentation sans précédent du comportement d'achat. Carte d'identité des «7 nouveaux visages de la consommation mondiale de luxe». Près de 10 millions de nouveaux consommateurs entrent chaque année sur le marché du luxe, selon une étude de Bain&Company.* Le nombre de consommateurs de produits de luxe dans le monde a plus que triplé au cours des vingt dernières années, passant de 90 millions en 1995 à 330 millions fin 2013, et devrait atteindre 400 millions d'ici à 2020. Parmi ces 330 millions de consommateurs, 55% oscillent entre l'achat de produits de luxe et celui de produits «haut de gamme». Ils représentent 10% des dépenses mondiales. L'étude constate que le marché du luxe reste entre les mains des baby-boomers, qui représentent 45% de la consommation mondiale du luxe. • L'omnivore: 25% des dépenses avec une moyenne de 2350 euros par an.

http://www.lefigaro.fr/conso/2014/02/15/05007-20140215ARTFIG00091-les-7-nouveaux-visages-de-la-consommation-mondiale-de-luxe.php

Related:  LuxeConsommation

Alerte rouge sur le saumon Les consommateurs commencent à s'alarmer devant l'avalanche d'informations sur la pollution grandissante qui atteint les poissons, qu’ils soient sauvages ou d’élevage. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Laurence Girard Avis de gros temps dans les fjords norvégiens.

Comment la couleur détermine la façon dont nous percevons la nourriture ALIMENTATION - La couleur et la nature des couverts influent sur la façon dont nous percevons la nourriture, rapporte une étude publiée mercredi, qui déconseille ainsi fortement l'usage du rouge pour stimuler l'appétit. "La façon dont nous percevons la nourriture est une expérience multi-sensorielle qui implique non seulement le goût et la texture des aliments, mais aussi l'arôme et la vue", résument les auteurs de l'étude, publiée dans la revue scientifique Flavour. "Avant même que la nourriture soit dans notre bouche, notre cerveau a déjà formé un jugement sur elle, ce qui affecte l'ensemble de notre expérience alimentaire", affirment les chercheurs de l'Université britannique d'Oxford.

Domino's lance le crowdsourcing de pizzas: des clients sont rémunérés s'ils trouvent de bonnes idées de garnitures En Australie, la chaîne Domino's a lancé une application mobile qui permet à ses clients de créer de nouveaux concepts de pizza, de leur trouver un nom accrocheur, et d'en faire la promotion sur les réseaux sociaux. La différence par rapport à d'autres campagnes de publicités participatives, c'est que le «designer de pizza» gagne une commission lorsque son produit se vend bien, jusqu'à deux euros par vente, comme le souligne le Wall Street Journal. Depuis cet été, environ 30.000 Australiens ont participé à cette opération de «crowdsourcing» gastronomique, qui a donné naissance à des assemblages de garnitures particulièrement monstrueux, mais a permis à la marque de faire parler d'elle.

La carte des exceptions alimentaires françaises Début février, nos confrères du Journal du net publiaient une intéressante étude, réalisée grâce aux chiffres fournis par l'institut Nielsen, sur les aliments les plus surconsommés ou sous-consommés dans chaque département français (Corse et Dom-Tom exceptés). Il s'agit, pour chacun d'entre eux, d'identifier l'aliment dont la consommation s'écarte le plus de la moyenne nationale: par exemple, à Paris, la consommation de caviar est supérieure de 224% à la moyenne nationale; la consommation de sauces surgelées, en revanche, est inférieure de 87%. Sur la carte ci-dessus, nous avons identifié clairement, pour chaque département, l'aliment le plus surconsommé, en répartissant les différentes réponses en cinq catégories (boissons alcoolisées, viandes et charcuteries, sucreries et desserts, caviar –cet aliment de luxe est le plus surconsommé dans sept départements– et divers).

La mécanique des applaudissements expliquée par la science Le rideau tombe, fin du show, vous applaudissez. D’abord un «clap-clap» d’usage, un peu mou. Normal. Puis vous regardez discrètement autour de vous, sondez le niveau sonore des «clap-claps» alentour... Et bim, vous êtes soudain envahi d’une frénésie et d’un contentement immense. Emballé, c'est manger Des emballages comestibles, qui ne se jetteraient plus? Sans imaginer l'éradication complète des déchets ménagers, le volume pourrait s'en voir considérablement réduit (avec les conséquences qu'on imagine: un Français produit plus de 540 kg d'ordures ménagères par an, dont 23% d'emballages alimentaires [1] –à la toxicité de surcroît souvent décriée). Réelle avancée technologique, création d'un nouveau segment de marché, ou facétieux gadget de gourmet, à l'instar des caramels à gober avec le papier du chef Heston Blumenthal? Les verres à croquer Loliware, imaginés par le studio de design new-yorkais The Way We See The World, rejoignent cette dernière catégorie.

Related: