background preloader

Face à la corruption du pouvoir politique, des juges espagnols entrent en dissidence

Face à la corruption du pouvoir politique, des juges espagnols entrent en dissidence
Conflits d’intérêts et collusions menacent l’indépendance de la justice, estiment des magistrats espagnols. Certains d’entre eux, qui s’intéressent de trop près à des affaires sensibles, se retrouvent victimes d’acharnement judiciaire ou sont écartés de leurs fonctions par le pouvoir politique. Une situation que dénoncent des avocats et juges. Solidaires des mouvements sociaux, ils participent également à la résistance contre des lois nationales jugées de plus en plus rétrogrades. « Les hommes politiques maltraitent ceux qui, un jour, pourraient avoir à enquêter sur eux. » Le juge espagnol Elpidio Silva est amer. L’année dernière, il a tenté de placer en détention Miguel Blesa, l’ancien PDG de la banque Bankia, impliquée dans la vente frauduleuse de produits financiers toxiques (appelés preferentes) à des milliers d’épargnants en 2009 (lire ici). L’affaire Blesa a révélé des collusions entre les pouvoirs bancaire, politique et même judiciaire. Même le droit international est menacé

« Face à la dimension criminelle de la crise, les élites sont aveugles, incompétentes ou complices Basta ! : Vous analysez les crises financières au prisme de la criminologie. Pour vous, la crise de 2008 est-elle due à des comportements criminels ? Jean-François Gayraud [1] : Le nouveau capitalisme qui se développe depuis les années 80 comporte des incitations et des opportunités à la fraude d’une ampleur inédite. Il ne s’agit pas d’être « mono-causal » et de tomber dans la théorie du complot. Avons-nous avancé depuis la crise de 2008, pour éviter de nouvelles crises ? Entre 2008 et 2012, nous avons connu une révolution, dans le sens astronomique du terme : nous sommes revenus au point de départ ! Comment l’expliquez-vous ? Il y a un problème de déni et d’aveuglement. D’où vient cette situation ? C’est une question de rapport de force entre pouvoir politique et pouvoir financier. Ce qui me frappe, c’est la corrélation entre la financiarisation de l’économie, la montée des inégalités, et la multiplication des fraudes sur les marchés financiers. C’est la question centrale. Oui.

Coupe du Monde 2022 - Le Sunday Times publie «les preuves» d'une corruption en faveur de Qatar 2022 Des milliers de documents à l'appui (mails, lettres, virement bancaires), le Sunday Times affirme que quelque 5 millions de dollars ont été versés à l'initiative de l'ancien vice-président qatarien de la FIFA, Mohamed Bin Hammam, afin d'obtenir un vote du Comité exécutif favorable au Qatar, le 2 décembre 2010. Ces éléments vont dans le sens du dossier publié en janvier 2013 par France Football dans lequel un ancien dirigeant de la FIFA, Guido Tognoni, comparait l'organisation à «une petite mafia». Les responsables de Qatar 2022 et M. Bin Hamman, banni à vie en 2011 pour avoir tenté d'acheter des voix alors qu'il était candidat contre Sepp Blatter pour prendre la tête de la FIFA, ont toujours vigoureusement démenti les accusations de corruption. Ces révélations pourraient poser avec une nouvelle acuité la question que soulevait déjà France Football dans son dossier sur le "Qatar Gate" : le vote doit-il être annulé et la procédure reprise à zéro ?

Economie - Les banques italiennes ont reçu 100 fois trop de billets de 500 euros Les "1000 questions" des victimes du 13-Novembre à la commission d’enquête En savoir plus Ankara veut lancer une opération terrestre en Syrie avec ses alliés En savoir plus Les Eagles of Death Metal font leur grand retour à Paris En savoir plus Ligue des champions : crise interne au PSG avant le 8e de finale contre Chelsea En savoir plus Accord entre les poids lourds du pétrole pour geler leur production En savoir plus "Brexit" : face aux exigences de Cameron, Hollande reste inflexible En savoir plus Valls dit "stop" aux réfugiés : une attitude "regrettable", selon les associations En savoir plus Centenaire 14-18 : "Qui n’a pas fait Verdun, n’a pas fait la guerre" En savoir plus À contrecœur, Laurent Fabius renonce à la présidence de la COP 21 En savoir plus Taylor Swift et Kendrick Lamar, les grands gagnants des Grammys En savoir plus Déjà encensé en Espagne, Zidane passe son premier test européen En savoir plus

Amériques - Un ancien président de l'Assemblée générale de l'ONU accusé de corruption Les "1000 questions" des victimes du 13-Novembre à la commission d’enquête En savoir plus Ankara veut lancer une opération terrestre en Syrie avec ses alliés En savoir plus Les Eagles of Death Metal font leur grand retour à Paris En savoir plus Ligue des champions : crise interne au PSG avant le 8e de finale contre Chelsea En savoir plus Accord entre les poids lourds du pétrole pour geler leur production En savoir plus "Brexit" : face aux exigences de Cameron, Hollande reste inflexible En savoir plus Valls dit "stop" aux réfugiés : une attitude "regrettable", selon les associations En savoir plus Centenaire 14-18 : "Qui n’a pas fait Verdun, n’a pas fait la guerre" En savoir plus À contrecœur, Laurent Fabius renonce à la présidence de la COP 21 En savoir plus Taylor Swift et Kendrick Lamar, les grands gagnants des Grammys En savoir plus Déjà encensé en Espagne, Zidane passe son premier test européen En savoir plus

Chaque signature compte La France ne se sent pas vraiment exemplaire en matière de corruption Les Français se défient de leurs institutions. Selon l'ONG Transparency International, la France se situe seulement au 22ème rang mondial et au 9e rang européen des Etats perçus par leur population comme les moins corrompus, avec une note de 71/100. L'Hexagone est moins bien noté que les pays scandinaves, les Pays-Bas, la Belgique, l'Allemagne ou encore le Royaume-Uni. Défaut de transparence de la vie politique Les partis politiques sont perçus par les Français comme les institutions les plus touchées par la corruption, devant les entreprises, le Parlement, et l'administration. Un long chapitre du rapport est d'ailleurs consacrée au manque de transparence de la vie politique française: déclaration de patrimoine des élus, lobbying au Parlement, financement des partis politiques, cumul des mandats, tout y passe. Coût de la corruption en Europe: 120 milliards d'euros par an Deux tiers des 176 pays évalués obtiennent des scores inférieurs à 50 points.

La corruption continue de faire des ravages en zone euro, selon Transparency International ETUDE De son côté, la France connaît une «crise de confiance sans précédent», alors que le Danemark, la Finlande et la Nouvelle-Zélande se partagent la première place des pays les plus vertueux... Publié le Mis à jour le La corruption continue de faire des ravages dans le monde et touche en zone euro les pays les plus affectés par la crise, Grèce et Italie notamment, dont le classement se détériore, indique Transparency International dans son rapport annuel publié ce mercredi. L'organisation constate que «la corruption continue de faire des ravages dans les sociétés partout dans le monde», et pointe notamment un niveau de corruption «décevant» en zone euro, «dans les pays les plus affectés» par la crise économique et financière, selon un communiqué. Transparency International classe 176 pays selon une échelle graduée de 0 (corruption perçue la plus forte) à 100 (corruption perçue très faible). Le Danemark, la Finlande et la Nouvelle-Zélande, pays les plus vertueux Mots-clés :

Le remède de Machiavel contre la corruption Deux fois par mois, Le Devoir lance à des passionnés de philosophie, d’histoire et d’histoire des idées le défi de décrypter une question d’actualité à partir des thèses d’un penseur marquant. La Commission d’enquête sur l’industrie de la construction (CEIC), ou « commission Charbonneau », a mis fin à l’essentiel de ses audiences publiques en novembre 2014. La juge France Charbonneau rédige actuellement son rapport, dont elle présentera les recommandations au gouvernement et au peuple d’ici le 30 novembre 2015. Son mandat, large, se compose de trois objectifs : 1) examiner l’existence de stratagèmes de corruption et de collusion, 2) dresser un portrait des possibles activités d’infiltration de l’industrie de la construction par le crime organisé, 3) examiner des pistes de solution et faire des recommandations en vue d’établir des mesures permettant de repérer, d’enrayer et de prévenir la collusion et la corruption. Maux Causes Remèdes

Accusations de corruption : Pfizer va régler pour 60 millions de dollars Le numéro un mondial de la pharmacie épinglé. Les autorités américaines ont annoncé mardi 7 août que le groupe pharmaceutique Pfizer avait accepté de payer quelque 60 millions de dollars pour régler des accusations de corruption à l'étranger. Le ministère de la justice a annoncé une amende de 15 millions de dollars pour sanctionner des pots-de-vin versés en Bulgarie, Croatie, Kazakhstan et Russie. Pfizer et sa filiale Wyeth doivent, en outre, verser 45 millions de dollars de restitution dans le cadre d'un accord conclu avec le gendarme de la Bourse, la SEC, pour des faits intervenus dans les mêmes pays ainsi qu'en Chine, République tchèque, Italie et Serbie. Pfizer a souligné de son côté que "ni le ministère, ni la SEC, n'ont allégué que le siège de Pfizer ou Wyeth ait eu connaissance ou approuvé les comportements en question avant que Pfizer prenne les mesures qu'il fallait pour enquêter et en informer" les autorités de façon volontaire, dès 2004.

CP Rapport NIS Europe Un nouveau rapport de Transparency International montre que les règles de transparence encadrant la vie politique et économique française ne sont pas à la hauteur de celles en vigueur dans plusieurs autres pays européens. La France est notamment le seul pays avec la Slovénie où les déclarations de patrimoine et les déclarations d’intérêts des parlementaires ne sont pas rendues publiques. Pour que notre pays se hisse enfin au niveau de ceux qui donnent le plus de garanties contre la corruption, nous attendons du Gouvernement et du Parlement français qu’ils mettent pleinement en œuvre les engagements pris par le Président de la République François Hollande. Paris, 6 juin 2012. Si aucun des 25 pays évalués ne dispose d’un système de lutte contre la corruption totalement efficace, certains se distinguent par des garanties plus solides : les pays scandinaves d’abord, suivis par l’Allemagne, la Finlande, la Suisse et le Royaume-Uni. Lire le résumé exécutif du rapport

L'UMP s'attaque aux associations de lutte contre la corruption - Démocratie Le député de « la droite populaire » Jacques Myard vient de déposer une proposition de loi visant à réduire considérablement les possibilités d’action en justice des associations. Sont principalement visées les associations de lutte contre la corruption, comme Anticor, Sherpa ou Transparency International. Un dernier baroud d’honneur sur fond de multiplication des affaires politico-financières ? L’aile dure de l’UMP vient de lancer une nouvelle offensive contre les associations. Sur le front judiciaire cette fois. Dans l’indifférence quasi générale, le député UMP des Yvelines Jacques Myard, membre de la Droite populaire, a déposé la semaine dernière une proposition de loi « visant à limiter les procédures pénales abusives menées par certaines associations ». « Avec une telle loi, aucune contradiction citoyenne (...) n’aurait été présente lors du procès Chirac pour équilibrer les débats. Un droit français déjà fragile Sans les associations, pas de poursuites de dictateurs Agnès Rousseaux

Related: