background preloader

Edmund Husserl — Wikipédia

Edmund Husserl — Wikipédia
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Edmund Husserl Philosophe allemand XXe siècle Biographie[modifier | modifier le code] Husserl est né le 8 avril 1859 à Proßnitz en Moravie dans l'Empire austro-hongrois (actuelle République tchèque). Il meurt le 26 avril 1938, alors que le national-socialisme menace de destruction ses manuscrits inédits. La radicalisation du projet cartésien[modifier | modifier le code] Mathématicien de formation, Husserl s'intéresse d'abord à la philosophie des sciences, notamment à partir de la question des objets mathématiques. un fondement absolu apodictiqueune méthode d'investigation permettant d'avancer dans ses recherches « Quiconque veut vraiment devenir philosophe devra « une fois dans sa vie » se replier sur soi-même et, au-dedans de soi, tenter de renverser toutes les sciences admises jusqu'ici et tenter de les reconstruire. »[3] Les quatre grands principes de la phénoménologie transcendantale[modifier | modifier le code] Related:  berglacePhilosophes - psychanalystes (H)Edmund Husserl (1859 -1938)

Martin Heidegger — Wikipédia Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Martin Heidegger Philosophe allemand Époque contemporaine Martin Heidegger, né le à Messkirch et mort le à Fribourg-en-Brisgau, est un philosophe allemand important. Après ce qu'il appelle le « tournant » de sa pensée dans les années 1930, il s'intéresse aux questions de langage et à l'exégèse des textes historiques, ce qui l'amène à étudier ses prédécesseurs Kant et Nietzsche, mais aussi les présocratiques, la poésie de Hölderlin, le règne de la technique et bien d'autres sujets. Il est également l'un des philosophes les plus controversés, notamment à cause de son attitude durant la période 1933-1934 où il fut recteur de l'université de Fribourg et adhérent au Parti national-socialiste des travailleurs allemands (NSDAP), dont il se serait éloigné par la suite. Biographie[modifier | modifier le code] Un résumé biographique est fourni en introduction des Cahiers de l'Herne[2]. Premières années[modifier | modifier le code] La tombe de Heidegger.

Jean-François Mattéi Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Mattei. Jean-François Mattéi Biographie[modifier | modifier le code] Jean-François Mattéi naît à Oran en Algérie en 1941. C'est en 1962, à 21 ans, comme la majorité des pieds noirs, que Jean-François Mattéi, issu d'une famille française d’Algérie, quitte l'Algérie[3]. Il est diplômé de sciences politiques à l'Institut d'études politiques d'Aix-en-Provence en 1965 et agrégé de philosophie en 1967. Marié à Anne Jaubert, il a trois enfants, Philippe, Alexandre et Isabelle[4]. Il décède le , à Marseille[5]. Fonctions universitaires[modifier | modifier le code] Professeur à l’université de Nice Sophia Antipolis depuis octobre 1980, il a dirigé le département de philosophie de 1984 à 1988, puis le DEA de la formation doctorale « Philosophie et Histoire des Idées » depuis 1995 et le master « Philosophie » depuis 2004. Il a été élu membre de l’Institut universitaire de France en 1996 et renouvelé en 2001.

husserl - Husserl, Méditations Cartésiennes 1 Olaf, Philautarchie Husserl, Méditation I, « L'acheminement vers l'Ego Transcendantal » Les Méditations Cartésiennes (1929) est l'oeuvre censée nous introduire à la phénoménologie, prolongeant l'idéalisme transcendantale des Ideens. A - L'évidence apodictique Quelle est donc ma compréhension du monde ? - Le Jugement, qui est une visée vers le monde. Retournons à Descartes avec Le Doute. Mais ce doute ne serait-il pas secondaire ? Bref, comme Descartes, Husserl cherche du solide pour bâtir une philosophie qui unifierait le morcellement philosophique de son époque. B - Vers l'Ego Transcendantal Husserl entreprend donc de retourner à l'ego cogito comme sphère subjective transcendantale. L'Ego cogito est une évidence apodictique. J'ai une expérience du monde comme phénomène, j'ai des expériences empiriques. Cette méthode doit reposer sur la seule évidence apodictique de l'Ego Transcendantal, et se doit donc de désavouer toutes les autres sciences, toutes les habitudes, les croyances.

Maurice Merleau-Ponty Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Maurice Merleau-Ponty Philosophe français Époque contemporaine Biographie[modifier | modifier le code] L'enseignant[modifier | modifier le code] À l'âge de cinquante-trois ans, il meurt d'un arrêt cardiaque le soir du , assis à son bureau, où la Dioptrique de Descartes était encore ouverte[2]. « Il laisse une œuvre considérable, inachevée, et singulièrement un livre auquel il travaillait et qui devait constituer son chef-d'œuvre : “Les aventures de la Dialectique” »[3].Claude Lefort est l'exécuteur testamentaire de l'œuvre de Maurice Merleau-Ponty [4]. La rupture avec Sartre[modifier | modifier le code] Philosophie[modifier | modifier le code] Le primat de la perception[modifier | modifier le code] La corporéité[modifier | modifier le code] René Descartes Le langage[modifier | modifier le code] Voir aussi philosophie du langage. Ferdinand de Saussure Les arts[modifier | modifier le code] Les joueurs de cartes, Paul Cézanne

Victor Considerant — Wikipédia Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Victor Prosper Considerant Biographie[modifier | modifier le code] Victor Considerant Portrait par Jean Gigoux Victor Considerant fut élève de son père, Jean-Baptiste, professeur de rhétorique au collège de Salins. Il finit sa vie au Quartier Latin, refusant obstinément de reprendre toute activité politique. Controverse[modifier | modifier le code] Dans son livre Le Complot de la réserve fédérale, le professeur d'université américain Antony Cyril Sutton accuse le philosophe Karl Marx d'avoir pour la rédaction de son manifeste fortement plagié l'ouvrage de Victor Considerant, Principe du socialisme ; Manifeste de la démocratie au XIXe siècle, publié en 1843. Critiques[modifier | modifier le code] Œuvres (par ordre chronologique)[modifier | modifier le code] Voir aussi[modifier | modifier le code] Sources[modifier | modifier le code] Michel Vernus, Victor Considerant. Liens externes[modifier | modifier le code] Références[modifier | modifier le code]

Jacques Lacan Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Lacan. Jacques Lacan, né le à Paris 3e et mort le à Paris 6e[1], est un psychiatre et psychanalyste français. Après des études de médecine, Lacan s'oriente vers la psychiatrie et passe sa thèse de doctorat en 1932[2]. Suivant également une psychanalyse avec Rudolph Loewenstein, il intègre la Société psychanalytique de Paris (SPP) en 1934, et en est élu membre titulaire en 1938. Lacan a repris et interprété l'ensemble des concepts freudiens, mettant à jour une cohérence dégagée de la biologie et orientée vers le langage, en y ajoutant sa propre conceptualisation et certaines recherches intellectuelles de son époque (tel le structuralisme et la linguistique). Figure contestée, Lacan a marqué le paysage intellectuel français et international, tant par les disciples qu'il a suscités que par les rejets qu'il a provoqués. Biographie[modifier | modifier le code]

husserl - Husserl, Ideen 2 D'Olaf, Philautarchie Ideen, section 2 : Considérations phénoménologiques fondamentales Ce sujet fait partie de l'ensemble de sujets portant sur les Ideens. Cette section pénêtre au coeur des principes de la phénoméologie. I - La réduction phénoménologique 1 - Thèse de l'attitude naturelle Que je sois cartésien, kantien ou hegelien, je suis toujours en face d'un monde. 2 - Épokhè, suspension de la thèse Pour Husserl, il n'est nullement question d'élaborer une philosophie qui met en doute le monde. L'épokhè, c'est la mise entre parenthèse, la mise en suspens. Mais maintenant que j'ai suspendu la question de l'existence du monde, que me reste t-il ? 3 - Après réduction : reste la conscience d'un monde Je viens de suspendre la thèse du monde par l'épokhè. La sphère du Cogito subsiste. Maintenant peut s'ouvrir la nouvelle science : l'investigation éidétique de ce Cogito et de son monde. II - L'investigation éidétique de la région "conscience" 1 - Cogito / Cogitatio / Cogitatum 4 - Cogitatio immanent

PHILOSOPHIE Friedrich Wilhelm Joseph von Schelling - Wikipédia Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Friedrich Wilhelm Joseph von Schelling Philosophe allemand Époque moderne Friedrich Wilhelm Joseph von Schelling (né le à Leonberg près de Stuttgart, dans le Wurtemberg, en Allemagne, et mort le à Bad Ragaz, en Suisse) est un philosophe allemand, grand représentant de l'idéalisme allemand et proche du romantisme. L'ensemble de sa vie intellectuelle sera marquée par la quête d'un système qui réconcilierait la Nature et l'Esprit, les deux versants (inconscient et conscient) de l'Absolu. S'ensuit alors la Spätphilosophie (dernière philosophie) de Schelling : ses leçons sur la « philosophie de la mythologie », puis sur la « philosophie de la Révélation », qui analysent la relation de l'Absolu aux manifestations religieuses telles que le polythéisme et le christianisme. Biographie[modifier | modifier le code] Schelling est né le 27 janvier 1775 à Leonberg, dans le Wurtenberg[1]. Friedrich Hölderlin Il mourut le 20 août 1854 à Bad-Ragaz, en Suisse.

Ludwig Wittgenstein Wittgenstein en 1930 signature Ludwig Wittgenstein ne publia de son vivant qu’une œuvre majeure[2] : le Tractatus logico-philosophicus, dont une première version parut en 1921 à Vienne. Dans cette œuvre influencée à la fois par la lecture de Schopenhauer et de Kierkegaard, et par Frege, Moore et Russell, Wittgenstein montre les limites du langage et de la faculté de connaître de l’homme. Le Tractatus a donné lieu à de nombreuses interprétations[3], parfois difficilement conciliables[1]. Son œuvre a eu – et conserve – une influence majeure sur le courant de la philosophie analytique[1] et plus récemment en anthropologie et ethnométhodologie[10]. Biographie[modifier | modifier le code] Ludwig Wittgenstein très jeune, 1890. « …Un jour, quelqu’un lui dit qu’il trouvait l’innocence enfantine de G.E. Ludwig Wittgenstein (en bas à droite), son frère Paul et ses sœurs. Le site où Ludwig Wittgenstein résida à Skjolden. Ludwig Wittgenstein en 1910. Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

La philosophie de Husserl : Phénoménologie et cartésianisme Husserl : Phénoménologie et cartésianisme Edmund Husserl est le fondateur de la phénoménologie, le principal courant philosophique du XXè siècle sur le continent européen. Les concepts fondamentaux de Husserl vont avoir une influence considérable sur Heidegger, Sartre et Merleau-Ponty, … Sa doctrine des Essences et sa critique du « positivisme » sont encore au centre d’une partie de notre réflexion contemporaine. Husserl et quelques écueils philosophiques : le psychologisme, le naturalisme, le positivisme Husserl s’est efforcé, toute sa vie durant, de mener à bien le projet d’une philosophie rigoureuse, revenant aux choses mêmes et inséparables d’une sagesse : quiconque veut vraiment devenir philosophe doit se replier sur soi-même et opérer une réflexion pour conduire ce projet philosophique. - La phénoménologie doit être définie comme l’étude des phénomènes ou d’un ensemble de phénomènes. Husserl combat vigoureusement cette tendance, qui perdure encore de nos jours.

Phénoménologie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. La phénoménologie est l'étude de phénomènes dont la structure se base sur l’analyse directe de l’expérience vécue par un sujet. On cherche le sens de l’expérience à travers les yeux d’un sujet qui rend compte de cette expérience dans un entretien ou dans un rapport écrit. La phénoménologie se classe donc fermement dans le paradigme constructiviste et suggère une vision du monde dans lequel la réalité est multiple. Sur les autres projets Wikimedia : phénoménologie, sur le Wiktionnaire Le terme phénoménologie peut faire référence à : On distingue également : Plusieurs ouvrages contiennent le terme « phénoménologie » :

Friedrich Hölderlin - Wikipédia Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Friedrich Hölderlinpenseur et poète allemand Œuvres principales HypérionLa Mort d'EmpédocleHymnesRemarques sur Sophocle Signature alt=Signature de Friedrich Hölderlinpenseur et poète allemand Friedrich Hölderlin ['fʁi:dʁɪç 'hœldɐlɪn] (1770-1843) est un poète et philosophe très proche de Fichte, Schelling, Hegel, de la haute période classico-romantique en Allemagne – époque que la tradition culturelle occidentale fait encore rayonner autour de la figure emblématique de Goethe[1]. L’énorme élaboration philosophique allemande d’alors, sécularisatrice de la religion par le protestantisme culturel, est partie prenante de cette époque : le grand nom, c’est Emmanuel Kant, que Hölderlin appellera le « Moïse de la nation allemande ». Biographie[modifier | modifier le code] La formation[modifier | modifier le code] La maison natale de Hölderlin à Lauffen am Neckar. Le temps d’Hypérion et d’Empédocle[modifier | modifier le code]

Related: