background preloader

La sérendipité est-elle un mythe

La sérendipité est-elle un mythe
La lecture de la semaine, il s’agit d’un article paru le 27 novembre dernier dans TechCrunch, sous la plume de Henry Nothaft, qui est le co-fondateur d’une entreprise qui développe un assistant personnel virtuel pour les contenus Web. Ce papier s’intitule “Le mythe de la sérendipité”. Selon l’auteur, un des concepts les plus intéressants ayant émergé ces derniers temps dans les médias et les nouvelles technologies est celui de sérendipité. Voici comment il définit le terme de sérendipité : “le fait de montrer aux gens ce qu’ils n’étaient pas conscients de chercher”. Je me permets juste une incise : cette définition de la sérendipité est assez étrange. On aurait plutôt tendance à considérer la sérendipité comme un effet du hasard : je cherche quelque chose et, par hasard, je tombe sur autre chose qui m’intéresse aussi (Wikipédia). Image : pour Google, Serendipity est un film, une romance de 2001 signée Peter Chelsom avec Kate Beckinsale et John Cusack. Xavier de la Porte

http://www.internetactu.net/2010/12/20/la-serendipite-est-elle-un-mythe/

Related:  SérendipitéIntelligence Collectivereflexion sic et doc

De la sérendipité en bibliothèque Sérendipité : effet du hasard ou effet organisé ? - (Par zigazou76. CC-BY-SA Source : Flickr) Vers un monde de données Nous sommes entrés dans un monde de données, dans un monde où les données sont en passe de devenir l’essence même de la connaissance et de l’information. La donnée (data) est la plus petite part d’information accessible, à la manière des zéros et des uns qui constituent les bits d’information à l’heure du numérique. Elle est déterminée par des valeurs, par des champs qui s’appliquent à elle et la qualifie. Avec l’informatisation de notre quotidien, tout devient données.

[FADBEN] Les 21 et 22 mai 2013, l’Institut Français de l’Education accueille une conférence nationale intitulée « Cultures numériques, éducation aux médias et à l’information ». Dans la présentation de cet événement, consultable sur le site de l’IFE, sont définis les enjeux et les objectifs des communications. Il s’agit ainsi « d’assurer à chaque élève une éducation aux médias et à l’information qui soit une voie d’accès efficace aux savoirs et un vecteur de leur partage et que chaque enseignant puisse contribuer à cette éducation. » [1]

Bibliobsession Une bibliothèque ouverte plus longtemps c’est une bibliothèque plus utile au service des citoyens et de l’argent public dépensé plus efficacement sur un territoire. Comme l’a montré le rapport du Conseil National du numérique que j’ai présenté il y a Le secret du curator On parle beaucoup de « curator » ces derniers temps. Que se cache derrière ce nom étrange? Un curator, dans le domaine de l’art, c’est un commissaire d’exposition. Il organise des expositions à partir d’un choix d’oeuvres sélectionnées dans les musées. Dans le domaine du web, un « digital curator » construit des expositions virtuelles avec des textes, des images, du contenu multimédia. Penchons-nous sur le « curator ».

Heuristique et sérendipité : un exemple en images Recherche d'informations sur Internet, sérendipité et heuristique Paru en 2008, l'article de Nick Carr Is Google Making us Stupid? critiquait les effets d'Internet sur nos facultés de cognition. Selon l'auteur, l'usage intensif du réseau et singulièrement des outils de recherche altèrerait nos capacités de concentration et de réflexion.

Du rôle prédictif des données à la gouvernementalité algorithmique Sur Place de la Toile, le 12 décembre dernier, Xavier de la Porte recevait Guillaume Main, consultant et statisticien, qui s’occupe du site Statosphère ; Erick Alphonse, maître de conférences au Laboratoire d’Informatique de Paris-Nord (LIPN) et responsable d’Idaaas, une société qui construit des modèles prédictifs, notamment via PredictiveDB, un logiciel prédictif et Antoinette Rouvroy, chercheuse au Fonds national de la Recherche scientifique, qui travaille sur les formes de pouvoir induites par l’usage des données. Réécouter l’émission en ligne, ou parcourez le transcript augmenté de liens. Il y a de multiples formes de données, rappelle en préambule Xavier de la Porte : données sociales, messages, commentaires, celles qu’on publie chez les autres ou que les autres publient sur soi. Il y a bien sûr les données comportementales : celles qui mesurent ce que vous faites sur l’internet, les données géographiques, les données publiques, les données privées. Erick Alphonse : Oui.

Qu’est-ce qu’une ontologie ? Retour au format normal 3 juillet 2006 Technolangue.net Entretien avec Bruno Bachimont, directeur scientifique à l’INA et enseignant-chercheur contractuel (HdR) à l’Université de Compiègne. La définition des ontologies est héritée d’une tradition philosophique qui s’intéresse à la science de l’Etre. Aujourd’hui, elle signifie la « science des étants » c’est-à-dire l’ensemble des objets reconnus comme existants dans un domaine.

Related:  31 / 12 / 2013