background preloader

Vidéo 9 : Description du fonctionnement du système hormonal féminin de reproduction (vidéo - 6min08)

Vidéo 9 : Description du fonctionnement du système hormonal féminin de reproduction (vidéo - 6min08)
Related:  Neurosciences - A Classer

Vidéo 11 : La Chimie de l'Amour . et l'Amour de la Chimie (vidéo 103min) La Chimie de l'Amour …. et l'Amour de la Chimie Date de diffusion : 04/05/2011Durée : 01:43:17 2011 Année Internationale de la Chimie Pourquoi un événement sur la chimie en 2011 ? C’est une décision des Nations unies. Chaque grand pôle scientifique peut profiter d’un événement de ce type : c’était l’Année mondiale de la physique en 2005, l'Année mondiale de l’astronomie en 2009, etc. Description Environ 400 ans avant JC, par une simple analyse de son environnement, Démocrite arriva à la conclusion que tout ce qui existe dans ce monde est fait d’atomes et de vide. Mot(s)-Clé(s) chimie, unisciel

Apprivoiser ses peurs Par La rédaction d'Allodocteurs.fr Rédigé le , mis à jour le Sommaire Le mécanisme de la peur Une lumière qui se tamise peu à peu, une pénombre qui s'installe, des formes inquiétantes qui apparaissent... Avec la colère, la surprise, le dégoût, la tristesse, la joie, la peur fait partie des émotions primaires, que nous exprimons sans aucun apprentissage. Les amygdales vont statuer sur cette menace et demander si besoin à l'hypothalamus, d'activer notre système d'alerte. Mais cet état n'est pas pour autant permanent. Cet ensemble de réactions permet de faire face au danger. La peur du vide Certains sont accros aux sensations fortes et ont besoin de cette adrénaline dans leur quotidien. Si la peur est un moyen de survie, elle peut également nous échapper. Entre 5 et 25 % de la population serait concernée par une phobie. Films d'horreur : le plaisir d'avoir peur En cas de phobie, le mécanisme qui déclenche la peur est amplifié. Les adultes, eux, sont nombreux à aimer les sensations fortes.

Vidéo 8 : Mode d’action de l’insuline - (vidéo - 3,07min) neur-one Plusieurs intelligences détectées dans le cerveau Dans ce numéro L'auteur Olivier Houdé est professeur de psychologie à l'Université Sorbonne-Paris-Cité. Pour en savoir plus O. A. S. H. A. Du même auteur Qu'est-ce que l'intelligence ? Mais cette vision est en train d'évoluer. Que dit l'imagerie cérébrale ? Voilà d'où est partie la théorie. Voyons donc ce que nous révèle, depuis peu, l'imagerie cérébrale – car, sur ce point, tout le monde est d'accord, Gardner comme Piaget : l'intelligence, qu'elle soit unique ou multiple, est une fonction du cerveau, et ce sont des millions de cerveaux qu'on éduque tous les jours à l'école ou à la maison. Que nous révèle ce « crash test » des intelligences multiples ? Toujours est-il que la multiplicité des intelligences est, dans notre cerveau, une réalité. S'appuyer sur ses points forts Qu'est-ce que cela nous apprend sur notre fonctionnement mental et le développement de notre potentiel ? Jongler avec les intelligences Pour moi, le ressort principal de cette intelligence est la résistance.

Oniros - Reve et conscience : FAQ3 Le cadre général de l'étude des fonctions du sommeil et du rêve : la dualité psycho-corporelle «Les rêves ne sont-ils pas la tierce partie de notre existence ? Pour ceux qui cherchent, le phénomène du rêve n'est-il pas étroitement lié à ce grand mystère de la dualité psycho-corporelle qu'on ne se lassera jamais de sonder ?»Cf. Le sommeil est-il une fonction ou une interruption de fonction ? Dans sa préface au livre de Macario (1857), Du sommeil, des rêves et du somnambulisme dans l'état de santé et de maladie (Lyon-Paris, Périssé Frères, pp. «On a dit et répété que le sommeil est le repos des organes de la vie de relation, qu'il est la manifestation la plus tranchée de la loi d'intermittence qui préside aux fonctions du système nerveux en général et du cerveau en particulier. Les différentes fonctions du sommeil et du rêve 1. Frederik Snyder attribue à l'état de rêve une fonction de sentinelle périodique. Sources : - Le Sommeil et les rêves, Simon Monneret, éd. 2. 3. Par Frédéric Vladyslav

Le menu idéal pour nos neurones Dans ce numéro L'essentiel - Ce que nous mangeons influe non seulement sur notre santé, mais aussi sur nos aptitudes cognitives. - Le cerveau se construit correctement les premières années de la vie s'il est bien nourri en protéines et en graisses. - Puis, sucres, fer, vitamines, acides gras, protéines… doivent alimenter le cerveau en temps et en heure. L'auteur Ingrid Kiefer est psychologue de la santé. Du même auteur À lire aussi C'est désespérant : votre supérieur vient de vous présenter votre nouveau collègue (Pierre) et vous avez déjà oublié son nom… Qui plus est, ce n'est qu'à grand-peine que vous parvenez à suivre les interminables explications de M. Si vous souffrez de troubles de la concentration, peut-être devriez-vous vérifier vos habitudes alimentaires. C'est au cours des premiers stades de la vie, in utero, puis pendant les premières semaines après la naissance et enfin lors de la petite enfance que le cerveau est le plus sensible aux apports alimentaires. Attention...

Parasomnie Les parasomnies font partie des troubles du sommeil avec l’hypersomnie et l’hyposomnie. Ce sont des événements indésirables qui surviennent pendant le sommeil et qui impliquent souvent des comportements complexes et orientés vers un but. Elles se manifestent après l’endormissement, pendant le sommeil ou au moment de l’éveil. Sémiologie [modifier | modifier le code] Les parasomnies correspondent aux comportements anormaux pendant le sommeil, notamment le somnambulisme qui touche 17 % des enfants et 4 % des adultes. Diagnostic[modifier | modifier le code] Aspects cliniques [modifier | modifier le code] Les parasomnies sont une manifestation des états dissociés de sommeil, qui sont un mélange ou une superposition de l’état de veille et du sommeil profond non paradoxal. Parasomnie chez l’enfant [modifier | modifier le code] Chez l’enfant et l’adolescent, les parasomnies les plus fréquentes sont le somnambulisme, les éveils confusionnels, les terreurs nocturnes et les cauchemars. Sommeil

La fin du tout neuronal Dans ce numéro L'auteur Michel Le Van Quyen est chercheur à l'Institut du cerveau et de la moelle épinière (ICM, INSERM U1127, CNRS UMR 7225), à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière de Paris. Christophe André est médecin psychiatre à l'hôpital Sainte-Anne, à Paris. Ils ont coordonné ce numéro. Pour en savoir plus M. F. R. Du même auteur Corps et esprit sont-ils connectés ? Le cerveau ne fait pas tout, tout seul Aujourd'hui, les mécanismes du corps, et en particulier du cerveau, sont de mieux en mieux connus. Mais les neurones ne font pas tout… Malgré une meilleure compréhension des mécanismes biologiques, le lien qui unit le corps à l'esprit reste toujours obscur pour la science. Même avec les techniques de pointe, les scientifiques ne font qu'observer « extérieurement » ces phénomènes, qui, en réalité, échappent dans leur essence à toutes leurs investigations. Penser différemment change le corps Pourtant, les temps changent, et vite, en particulier dans la recherche scientifique.

LE CERVEAU À TOUS LES NIVEAUX! Les plus simples circuits nerveux que l'on puisse trouver sont sans contredit ceux qui sont responsables de nos réflexes. Les réflexes sont en effet des comportements automatiques, rapides et très anciens qui ne nécessitent pas l'intervention de la conscience. Dans un réflexe, on peut tout de même distinguer les trois étapes propres à de nombreux circuits nerveux : l'entrée sensorielle, le traitement de l'information et la sortie motrice. L'exemple ci-contre illustre le réflexe qui contrôle le degré d'étirement de nos muscles pour nous aider à garder notre posture. Il n'y a que deux neurones impliqués dans ce circuit : le neurone sensoriel qui est sensibles à l'étirement du muscle, et le neurone moteur qui maintient le tonus musculaire. Entre les deux, une seule synapse qui s'occupe du traitement de l'information. Cet exemple illustre un réflexe mono-synaptique car il ne comporte qu'une seule synapse.

Comment faire durer l'amour ? Dans ce numéro L'essentiel - Les relations profondes et durables se bâtissent par la répétition de petits moments d'amour. Ces moments ont un effet sur notre corps, notre esprit et notre cerveau, lequel se synchronise avec celui de la personne aimée. - Créer un capital de « moments bienveillants » suppose de réunir certaines conditions : un contexte sécurisé, des rencontres régulières et des activités pratiquées en commun, dans le souci du bien-être de l'autre. - Bien se préparer est essentiel. L'auteur Christophe André est médecin psychiatre à l'hôpital Sainte-Anne, à Paris. Dernier ouvrage paru : Qui nous fera voir le bonheur ? Site : www.christopheandre.com Pour en savoir plus B. B. M. T. O. J. C. Du même auteur Quand un amour commence, on voudrait qu'il soit éternel. Cette vision de l'amour pourrait bien être en train de s'inverser. De quel amour s'agit-il ? Un amour plus vaste Mais quel est cet amour qui dure et qui fait du bien ? Des micromoments d'amour Émotions partagées

Related: