background preloader

Muses

Muses
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Muse. Dans la mythologie grecque, les Muses (grec Μοῦσαι, Moûsai) sont les neuf filles de Zeus et de Mnémosyne. Étymologie[modifier | modifier le code] S'il est établi que leur nom (sing. Μοῦσα [mōːsa]) reflète un ancien *montya, l'étymologie de cette dernière forme reste incertaine. Une hypothèse fait dériver le terme de la racine indo-européenne *men- / *mon- présente dans μένος et dans μνήμη. Une autre hypothèse[réf. nécessaire] proposerait de rattacher le mot à la racine (*mont-) du latin mons (« montagne »), et faire d'elles, primitivement, des nymphes des montagnes, Olympe ou Hélicon. Mythe[modifier | modifier le code] À Delphes, elles portent le nom des trois premières cordes d'une lyre : Aiguë (Nété), Médiane (Mésé) et Grave (Hypaté). La tradition leur attribuait deux résidences : une sur le mont Parnasse, l'autre sur l'Hélicon. Les Muses sont parfois abusivement assimilées aux Piérides. Égérie I.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Muses

Related:  Mythologie grecqueDéesses mineures9musesMuses

Lampades Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Dans la mythologie grecque, les Lampades (en grec : Λαμπάδες) sont des nymphes chtoniennes des Enfers. Elles accompagnent la déesse Hécate. Elles sont associées aux Mystères d'Éleusis. Leurs noms est à l'origine du mot « lampadaire », les Lampades portaient en effet des torches lumineuses. Sources[modifier | modifier le code]

Bacchantes Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Leur fête, appelée bacchanales, se célébrait autrefois en Grèce, en Égypte, et principalement à Rome. Euripide, dans la tragédie des Bacchantes[1], a laissé une description détaillée des servantes de Dionysos, au moment où elles vont célébrer les mystères de ce dieu, en proie à l'extase furieuse qu'il leur inspire. À la fin de cette pièce, Penthée est puni pour avoir résisté à Dionysos : les Bacchantes le déchirent avec un acharnement sauvage, y compris Agavé, la propre mère du jeune homme, qui dans son délire, brandit la tête de son fils qu'elle prend pour une tête de lion[2]. Œuvres dérivées[modifier | modifier le code] Les Bacchantes (- 405) est le titre de la dernière pièce de théâtre d'Euripide.La Bacchante (1808) est une chanson de Pierre-Jean de Béranger (1780 – 1857), reprise depuis par Jean-Louis Murat dans son album Moscou (2005).Ah !

Pégase Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pégase Bellérophon chevauchant Pégase d'après Mary Hamilton Frye, 1914. Muses 1 Sarcophage des Muses (c. 160 de notre ère) Musée du Louvre Les Muses (Gr. Μουσαι; Lat. Musa) étaient neuf soeurs, fruit de neuf nuits d'amour entre Zeus et de Mnémosyne (la Mémoire). Après la victoire sur les Titans il apparut necessaire Toutefois Diodore de Sicile (IV,7,1) qui cite Alcman ) ou Cicéron (De natura Deorum 3.21) leur donnent comme parents Ouranos et Gaia. Thyades Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les thyades, ou thyiades, sont, dans la Grèce antique, des femmes composant le cortège de Dionysos. En état d'ivresse, elles célèbrent son culte en chantant, dansant et en jouant des instruments de musique, dans la montagne. La cérémonie de la résurrection annuelle de Dionysos[modifier | modifier le code]

Peleiades Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. On peut émettre l'hypothèse que le mythe, rapporté par Hérodote au Ve siècle av. J.-C., de la colombe noire qui fut à l'origine de l'oracle de Dodone, est une tentative d'appliquer une étymologie populaire au nom archaïque des prêtresses dont le sens était perdu. Muses Lieux du culte et représentations Le culte des Muses, originaire de la Thrace, plus précisément de Piérie, comme en témoignait leur plus ancien sanctuaire, établi au Libéthrion, sur les pentes orientales de l'Olympe, s'était répandu ensuite en Béotie, où il se constitua autour de l'Hélicon, et eut pour centres les villes d'Ascra et de Thespies. A Thespies on célébrait tous les cinq ans des fêtes en l'honneur des Muses, qui comportaient des concours poétiques. Dans le reste de la Grèce, le culte des Muses n'était pas moins fervent : à Athènes on leur avait consacré une colline voisine de l'Acropole, et elles étaient adorées sur les bords de Pilissos. A Delphes elles étaient honorées aux côtés d'Apollon.

Aédé Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Dans la mythologie grecque, Aédé ou Aœdé (en grec ancien Ἀοιδή / Aoidế, en latin Aoede) est l'une des Muses originelles. Portail de la mythologie grecque Artémis Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le nom d'Artémis[modifier | modifier le code] Divinité des frontières[modifier | modifier le code] Née sur l'île d'Ortygie (« l'île aux cailles »), appelée plus tardivement Délos, Artémis fait du pays des Hyperboréens sa résidence principale[6] où elle règne en maîtresse de la nature sauvage et des animaux. « Que toutes les montagnes soient les miennes », déclare-t-elle dans l'hymne de Callimaque de Cyrène. Elle erre aussi dans les agroi, les terres en friches, incultes et peu fréquentées.

Néréides Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Néréide. Étymologie[modifier | modifier le code] Peinture baroque Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La peinture baroque est liée au mouvement culturel baroque (XVIe - XVIIe siècle) qui est souvent assimilé à l’absolutisme et à la Contre-Réforme. Présentation[modifier | modifier le code] Le Concile de Trente (1545-1563), au cours duquel l’Église catholique romaine doit répondre à des questions de réforme interne soulevées tant par les protestants que par ses propres membres, encourage la création artistique comme support de dévotion mais également comme outil d'enseignement[1]. Les œuvres doivent illustrer la doctrine sans la trahir[2].

Mnémé Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Dans la mythologie grecque, Mnémé était l'une des trois Muses d'origine (béotiennes), filles de Mnémosyne, même si elles furent plus tard neuf. Ses sœurs étaient Aédé et Mélété.

Related: