background preloader

Travail et automatisation : la fin du travail ne touche pas que les emplois les moins qualifiés

Travail et automatisation : la fin du travail ne touche pas que les emplois les moins qualifiés
Quel est le risque que votre emploi soit automatisé dans les prochaines années ? questionnait une récente étude (.pdf) réalisée par un économiste et un ingénieur d’Oxford et signalée par Martin Lassard sur Triplex. Pour les auteurs, Carl Benedikt Frey et Michael Osborne, 47% des postes décrits dans les nomenclatures professionnelles traditionnelles (soit environ 702 professions analysées) sont susceptibles d’être remplacées par des machines, des formes d’automatisation logicielles ou robotiques. Selon eux, cette évolution devrait se faire en deux temps, la première touchant principalement le secteur des transports et de la logistique, les emplois de bureaux et d’administration et les fonctions de production. Mais dans un second temps, l’automatisation devrait toucher des emplois dans les services, dans la vente et la construction notamment, du fait du développement de robots et logiciels capables de créativité et d’intelligence sociale. La généralisation de la déqualification

http://www.internetactu.net/2014/06/17/travail-et-automatisation-la-fin-du-travail-ne-touche-pas-que-les-emplois-les-moins-qualifies/

Related:  Automatisation / Robotisationtravail

320 métiers menacés par la révolution numérique - Entreprises Vous êtes expert-comptable ? Assistant juridique ? Trader ? Représentant de commerce ? Les graphistes toujours en colère contre le travail gratuit - Tout chose, le blog mode et design de Xavier de Jarcy Début novembre, chez les graphistes, on a poussé un soupir de soulagement : le site Wilogo a annoncé qu’il cessait son activité. Rachetée par Adobe en 2014, cette plateforme mettant en compétition des professionnels dans le cadre d’appels d’offres non rémunérés se recentre sur les échanges de photos. Wilogo incarne un fléau qui se répand en dehors de toute réglementation depuis 2003 : le travail gratuit en ligne. Le principe est simple : un commanditaire veut un nouveau logo ?

Stress, maladies, suicides: l'organisation criminelle du travail L’organisation du travail tue le travail : telle est la conclusion qui s’impose lorsque l’on regarde de près les études de plus en plus nombreuses qui décrivent l’évolution dramatique du bien être au travail : fatigue, stress au travail, manque de sommeil, maladies professionnelles, dépression… Une étude publiée le mois dernier montre que le stress au travail augmente le risque d’infarctus. Elle pose en réalité la question plus large des rapports entre santé et travail. En effet, c’est à tous les échelons de l’organisation de la production que la santé est mise à mal.

47 % des emplois seraient automatisables d'ici 20 ans Télémarketeurs, analystes, secrétaires, dockers, employés de banque, réceptionnistes, arbitres sportifs, chauffeurs, caissiers, comptables, ouvriers assembleurs… Tous ces métiers et bien d’autres ont une très forte probabilité, supérieure à 95% selon l’étude d’Oxford réalisée par Carl Benedikt Frey et Michael A. Osborne, d’être remplaçables par des machines. Des tâches que des robots physiques, ou des logiciels et intelligences artificielles, seront en capacité d’accomplir. Que des métiers disparaissent et que d’autres apparaissent, avec l’innovation technologique, n’est pas une nouveauté, loin de là. Des millions et des millions d’emplois qui ne pourront forcément être transformés en nouveaux métiers.

Antonio Casilli : “L’internaute est un travailleur qui s’ignore” Le travail se redessine au contact du numérique et s’immisce dans un quotidien, aux frontières ténues. Un phénomène qui engendre, selon le sociologue Antonio Casilli, ce qu’il appelle le “digital labor”. Entretien. Internaute, surfeur, flâneur de la Toile, on vous exploite, on spolie. Aller de lien en lien, arpenter les arcanes du web ne serait plus un innocent loisir, mais aussi du travail. L’internaute est un travailleur qui s’ignore. Itypa c'est reti-par ! 7 oct. 2014 Et c’est reparti pour une troisième saison d’Itypa (Internet tout y est pour apprendre), le premier MOOC français dont vous êtes le héros (tatatin)… et une grande première pour moi qui rêvais de voir à quoi pouvait ressembler un projet de ce type. Le MOOC commence vendredi 10 octobre, mais il faut déjà s’apprêter comme pour le bal des débutantes : relire ses fiches sur les hôtes, jeter un coup d’œil à la (déjà longue) liste des invités et au programme des festivités, qui dureront jusqu’au bout de la nuit, de mes forces 12 décembre (9 semaines ce n’est pas rien tout de même, va pas falloir s’épuiser en cours de route…). C’est également le moment de constater les ravages du temps et de la procrastination sur ses tenues de soirée outils sociaux (liens de la blogroll constellés de trous, template tout fané, profils pas à jour et, honte suprême, aucune image en bannière de Twitter et Google+).

Du droit à la déconnexion à la detox digitale Le droit du travail pourrait prochainement offrir la possibilité aux salariés de « débrancher » le soir et le week-end. En attendant, des cures de sevrage aident les cyberaddicts à consommer les nouvelles technologies avec modération. C’est une reconnaissance officielle du techno-stress. Depuis maintenant trente ans, les entreprises mettent à disposition de leurs employés toujours plus d’outils numériques sans véritablement s’inquiéter des risques induits. Une exposition à un flux ininterrompu de messages peut pourtant altérer la santé et l’équilibre de sujets sensibles.

Jeux - Jeux-questionnaires Le français en questions 358 questions pour mettre à l'épreuve et améliorer sa connaissance du français 20 questions par niveau Les labyrinthes -- Niveau 1 Parcours en huit étapes (puisées dans une banque de 95 questions) pour tester ses connaissances Les labyrinthes -- Niveau 2 Parcours en neuf étapes (puisées dans une banque de 111 questions) pour tester ses connaissances Les labyrinthes -- Niveau 3 Parcours en dix étapes (puisées dans une banque de 120 questions) pour tester ses connaissances Les labyrinthes -- Niveau 4 Parcours en onze étapes (puisées dans une banque de 154 questions) pour tester ses connaissances

Les robots vont-ils nous mettre au chômage ? Deux faits économiques majeurs s’imposeront durant le XXIe siècle : d’une part, le retour des taux de croissance à leur étiage historique aux alentours de 1%. D’autre part, la généralisation de la robotisation qui devrait permettre de remplacer les travailleurs humains dans des secteurs d’activité jusque-là inaccessibles à l’automatisation. On a appelé robots les automates industriels capables d’une certaine diversité de fonctions, comme peindre, souder, mesurer. Toutefois ces machines n’ont aucune autonomie de décision. Depuis une quinzaine d’années, la robotique moderne s’attache à développer cette qualité. Si bien que de nombreux objets entrent dans la sphère robotique sans avoir aucune polyvalence mais parce qu’ils sont doués d’une certaine autonomie de décision.

Affaire Tefal : l'inspectrice du travail et le lanceur d'alerte condamnés Tefal peut se frotter les mains. L’entreprise d’électroménager (groupe SEB), accusée d’avoir fait pression sur l’inspection du travail de Haute-Savoie, a réussi à faire condamner l’inspectrice Laura Pfeiffer et le lanceur d’alerte, Christophe M., ancien salarié de l’entreprise, licencié depuis pour faute grave. La première pour «violation du secret professionnel et recel de courriels de l’entreprise Tefal», le second pour «détournement de courriels et accès frauduleux à un système informatique». Tous deux ont écopé, dans un jugement rendu ce vendredi matin par le tribunal correctionnel d’Annecy et après une surprenante audience tenue le 16 octobre, de 3 500 euros d’amende avec sursis.

Acigné (35) : Les jeunes expriment leurs opinions dans une boite à sons Mis en ligne le lundi 13 juin 2011. Dans le cadre d’un diagnostic jeunesse, un outil de récolte de paroles anonymes pour les jeunes a été mis à disposition par le CRIJ Bretagne au cours du mois de juin. Cet outil prend la forme d’une cabine téléphonique dans laquelle les jeunes peuvent donner leurs opinions et faire part de leurs préoccupations. « Ce mode de communication destiné aux jeunes est un complément du questionnaire que nous leur proposons de renseigner dans le cadre du diagnostic que nous réaliserons jusqu’en septembre sur la tranche d’âges 10-25 ans. » : Franck Chatel, animateur jeunesse, sport et scolaire à la mairie. Article paru dans Ouest France

Related: