background preloader

Bernard Stiegler : « l’emploi salarié va devenir minoritaire »

Bernard Stiegler : « l’emploi salarié va devenir minoritaire »
Bernard Stiegler lors de son intervention au OuiShare Fest © OuiShare Bernard Stiegler est directeur du groupe de réflexion Ars Industrialis (Association internationale pour une politique industrielle des technologies de l'esprit) et de l’IRI (Institut de Recherche et d’Innovation) qu’il a créé au sein du centre Georges Pompidou. Interview réalisée à l'occasion du OuiShare Fest, festival de l'économie collaborative, à Paris du 5 au 7 mai 2014. Les politiques prennent-ils la mesure de l’impact du numérique sur nos économies ? Absolument pas. Ils raisonnent avec un logiciel qui date de 1950. L’économie collaborative ne dessine-t-elle pas les contours de ce nouveau mode d’organisation du travail ? Michel Bauwens : « le peer-to-peer est l'idéologie des travailleurs de la connaissance »

http://www.wedemain.fr/Bernard-Stiegler-l-emploi-salarie-va-devenir-minoritaire_a551.html

Related:  Articles Best-of - synthétiques & représentatifs | B. StieglerLE TRAVAIL

Nous sommes au bout du modèle fordiste, il faut passer à un modèle contributif Bernard Stiegler est philosophe, théoricien de l’évolution des systèmes techniques. Il a découvert les modèles du libre de façon presque accidentelle, en tant que Directeur de l’INA. Initiateur et président du groupe de réflexion philosophique Ars industrialis créé en 2005, il dirige également depuis avril 2006 l’Institut de recherche et d’innovation (IRI) qu’il a créé au sein du centre Georges-Pompidou. Les modèles ouverts, contributifs et collaboratifs sont de plus en plus nombreux, la contribution s’étend à de nouveaux territoires, comment interprétez-vous cette évolution ? Avant de répondre, il y a un préalable, reconnaître que tous les modèles ne sont pas équivalents. Facebook, c’est contributif, mais par certains aspects, c’est un modèle pire que son équivalent non contributif, je préfère presque TF1.

Travail et automatisation : la fin du travail ne touche pas que les emplois les moins qualifiés Quel est le risque que votre emploi soit automatisé dans les prochaines années ? questionnait une récente étude (.pdf) réalisée par un économiste et un ingénieur d’Oxford et signalée par Martin Lassard sur Triplex. Pour les auteurs, Carl Benedikt Frey et Michael Osborne, 47% des postes décrits dans les nomenclatures professionnelles traditionnelles (soit environ 702 professions analysées) sont susceptibles d’être remplacées par des machines, des formes d’automatisation logicielles ou robotiques. Selon eux, cette évolution devrait se faire en deux temps, la première touchant principalement le secteur des transports et de la logistique, les emplois de bureaux et d’administration et les fonctions de production. Mais dans un second temps, l’automatisation devrait toucher des emplois dans les services, dans la vente et la construction notamment, du fait du développement de robots et logiciels capables de créativité et d’intelligence sociale.

1 500 salariés et 0 manager : le pari de Zappos.com Réunion de "monkeys", les dirigeants de Zappos.com © Robert Scole Zappos.com, un marchand de chaussures en ligne, veut en finir avec l’organisation pyramidale. L’entreprise, qui emploie 1 500 personnes, vient de choisir un nouveau modèle de gouvernance, l’« Holacracy », qui doit conduire à un réagencement total de sa hiérarchie. Exit les managers. L’entreprise sera structurée autour de différentes équipes autonomes – les « cercles » - affectées à des tâches. Les intitulés de postes disparaitront aussi : chaque salarié se verra assigner une ou plusieurs tâches à la place et pourra appartenir à différents cercles en même temps.

Le travail en freelance, un nouveau modèle économique ? En marge du modèle de l’emploi salarié, de nouvelles formes de travail émergent. Parmi elles, le travail en freelance se développe fortement. Et ce n’est qu’un début. L'urgence de tout repenser, entretien avec Bernard Stiegler En mars dernier, nous avons tendu notre micro au philosophe Bernard Stiegler dans les locaux parisiens de l’Institut de recherche et d’innovation qu’il dirige. Le logiciel libre, ses licences, le domaine public, les biens communs : autant de sujets qui intéressent hautement Bernard Stiegler. Mais pour lui, toutes ces problématiques s’inscrivent dans un cadre beaucoup plus vaste, qu’il est urgent de prendre à bras le corps : la révision totale de l’organisation de notre société.

Les intermittents de la colère Après l’occupation de l’Opéra Garnier, puis du Carreau du Temple à Paris, en mars dernier, une intervention lors du Forum de Chaillot sur l’avenir de la culture en Europe qui s’est tenu à Paris les 4 et 5 avril, les intermittents du spectacle se sont invités, le soir du jeudi 8, au « 20 heures » de France 2. Présenté par David Pujadas, le Journal télévisé a été aussitôt interrompu par la chaîne publique. En cause : l’accord sur l’assurance-chômage des intermittents du spectacle L’objet de ces opérations coups de poing, lancées à l’initiative de la Coordination des intermittents et précaires (CIP) ? La signature de l’accord sur l’assurance-chômage, et notamment celle des intermittents du spectacle, conclu le 21 mars entre les organisations patronales et trois syndicats (la CFDT, la CFTC et FO), tandis que deux autres signifiaient leur opposition (la CGT et la CGC).

Une application pour stimuler le débat citoyen « Le peuple n’a jamais eu autant de pouvoir que sur Internet » nous dit Valentin Lacambre. Et ce ne sont pas les grands bouleversements observés dans nos sociétés ces dernières années qui nous prouveront le contraire. Car, tout laisse croire que grâce à Internet, le peuple détient enfin le pouvoir (à nouveau) entre ses mains. Du moins, du bout de ses doigts. Les défricheurs d'idées nouvelles Et si la crise permettait de rebattre les cartes ? De réformer ce capitalisme dérégulé qui ébranle les fondements de notre modèle social et jette des millions de laissés-pour-compte sur le bord de la route ? Sur le terrain, de nombreux acteurs inventent une "nouvelle économie" aux principes très éloignés de l'orthodoxie libérale et de la course aux rentabilités à deux chiffres. Certains revisitent la notion de propriété ou de partage des profits, tandis que d'autres (re)découvrent les vertus de l'échange de temps plutôt que d'argent.

Notes sur Stiegler : Amateur d'art / consommateur d'art - Culture / Ordinaire Blog B. Stiegler est un des chercheurs français (philosophe) qui théorise les pratiques amateur (amatrices, non ?), ou encore ce qu'il appelle "l'amatorat". Ses questions et problématiques croisent donc largement celles de ce blog. Intermittents, en 2003 déjà Retour sur l’été 2003 et les derniers soubresauts d’un serpent de mer de la vie sociale française. À la base de cette crise estivale de 2003, dont tout le monde craint la répétition cette année, on trouve la renégociation des annexes VIII et X de l’Unédic, relatives au régime des intermittents du spectacle. Remise en cause du régime des intermittents Le 26 juin 2003, le Medef et trois syndicats minoritaires signaient un protocole d’accord sur la modification de ces annexes, dans le but de ramener à l’équilibre financier l’assurance-chômage.

Je découvre des modes de gouvernance novateurs Retrouver sa souveraineté et reconstruire le pouvoir du collectif, cela peut commencer par repenser la structure et les modes de fonctionnement de nos organisations pour venir bousculer nos codes hiérarchiques. Des alternatives à nos modèles de gouvernance, telles que l’holacratie ou la sociocratie, permettent de décentraliser le pouvoir et de transformer les relations humaines. Le forum ouvert, les jeux coopératifs, le world-café, le cercle, l'élection sans candidat… sont autant d’autres outils qui encouragent l’émergence de l’intelligence collective et renforcent l’esprit de coopération. Chacun peut s’en emparer pour l’adapter au mieux à son environnement professionnel ou privé. L'holacratie L'holacratie (origine grecque "holos" : une entité qui est à la fois un tout et une partie d’un tout ; "kratos" : pouvoir) entend donner le pouvoir de gouvernance à l’organisation elle-même plutôt qu’aux egos de ses membres, en s'appuyant sur le potentiel collectif de l’organisation.

prendre la mesure de cette phrase : Il est extrêmement urgent de réinventer l’édition à travers une « politique industrielle des technologies de l'esprit » by grekos Jul 11

Related: