background preloader

Notes de lecture : l’autoformation, par P. Carré, A. Moisan et D. Poisson

Notes de lecture : l’autoformation, par P. Carré, A. Moisan et D. Poisson
Voila quelques années que ce livre prend la poussière dans ma bibliothèque sans que je dépasse la lecture d’une vingtaine de pages. Sans doute une réticence vis-à-vis de ces livres qui parlent si bien d’ingénierie pédagogique ou de différenciation, sans jamais sortir d’une écriture universitaire. Bertrand Schwartz écrit en 1989 ce que Philippe Carré présente comme un théorème : Un adulte n’est prêt à se former que s’il y trouve une réponse à ses problèmes, dans sa situation. La phrase est sans doute valable pour les formations et les livres de pédagogie, tant il y a souvent plus d’inspiration pour un formateur dans les livres de jardinage, les jeux de société ou les émissions scientifiques pour enfants. Et pourtant, même si elle ne vous apporte pas l’inspiration pour votre prochain cours, voilà une lecture qui aide à prendre du recul. L’autoformation : une longue histoire Les pionniers cc by – réalisé avec Krita Kant écrit dans son Traité de pédagogie en 1803 : Aux yeux de P. Les années 1970

Styles d’apprentissage : la typologie de Kolb Beaucoup d’encre a coulé au sujet des styles d’apprentissage. Vous aurez sûrement l’occasion de constater que votre apprenant a de la difficulté à saisir des concepts qui paraissent fort simples. Il est fort probable qu’il ait un style d’apprentissage différent du vôtre et que vos stratégies d’apprentissage s’avèrent inefficaces pour lui. Les recherches dans le domaine de l’enseignement nous démontrent qu’on a tendance à enseigner en se basant sur notre propre style d’apprentissage. Or, si notre apprenant n’a pas le même style d’apprentissage que nous, il y aura des difficultés à l’horizon. Il serait donc pertinent pour tout tuteur de se familiariser avec les différents styles d’apprentissage pour la simple et bonne raison que cela les aidera à devenir des tuteurs plus efficaces. Le style d’apprentissage dominant, c’est la manière préférentielle de résoudre un problème. Nous utilisons les quatre styles de base, mais 75% des gens ont un style dominant. Le cycle de Kolb et ses dérivés 1. 2.

Didactique professionnelle | Un cours n'est pas conçu pour celui qui enseigne, mais pour celui qui apprend! | Page 3 Si vous voulez ne pas comprendre, je vous suggère de lire le texte si dessous. Vous allez comprendre les nuances entre langue, langage et sens (représentation). Bonne lecture! À mes débuts comme enseignant, ce fut mon premier constat. Le ton, la vitesse, l’intensité du discours en plus de la quantité d’informations devenaient des composantes dont j’ai appris à tenir compte. Un jour, j’ai eu à donner une formation à une personne sur la façon de brancher son nouvel ordinateur. Avec ces simples mots, je venais de tuer la suite des choses en augmentant inutilement son niveau de stress. J’ai commencé mes explications en montrant à la personne la prise de courant sur le mur et en lui indiquant comment y insérer la prise de l’ordinateur. J’étais découragé, après deux, trois respires profonds, j’ai compris mon erreur, je lui avais communiqué ma compréhension, mais elle n’était pas compatible avec son mode de compréhension. À suivre : 3.

De la pédagogie à l’andragogie | Hugues Lenoir De la pédagogie à l’andragogie [1] Hugues LenoirEnseignant-chercheur à Paris-X en sciences de l’éducation, il est membre du Conseil scientifique de l’Agence nationale de lutte contre l’illettrisme (ANLCI). L’auteur Repères 1. A. B. C. D. 2. A. B. C. D. E. F. Nous nous proposons de donner aux acteurs de l’éducation des adultes quelques principes de base et quelques repères méthodologiques pour leur permettre de réfléchir et d’agir dans le champ de ce que l’on a l’habitude d’appeler la « formation ». L’ensemble des questions que pose cette activité, les recherches anciennes et contemporaines qu’elle a suscitées, les pratiques et les concepts qu’elle utilise sont trop nombreux pour que l’on puisse prétendre en brosser un tableau complet en quelques pages. Puis nous décrirons quelques-uns des outils et méthodes pédagogiques les plus souvent utilisés dans la formation des adultes. La pédagogie des adultes est la mise en acte d’une préoccupation plus vaste : l’éducation permanente. A. B. C. D. A.

Apprentissage : à chacun son style La recherche sur les styles d’apprentissage, dont les origines remontent aux années 1930, connait depuis plusieurs années un renouveau sans doute lié à l’engouement pour la psychologie cognitive et les neurosciences. Ce qui émane de ces recherches, c’est une multitude de points de vue disparates et fragmentés qui contribue à accentuer le flou conceptuel. Marie Gaussel, de l’Institut français de l’éducation (IFE), nous éclaircit l’horizon. Qu’entendez-vous par « style d’apprentissage » ? Ce serait une démarche privilégiée par chaque individu pour appréhender l’acte d’apprendre. 1 - les modèles centrés sur des facteurs génétiques et les préférences innées de l’apprenant comme les sens et la perception, visuels, tactiles, auditifs et kinesthésiques, ou basés sur l’opposition cerveau droit-cerveau gauche. On attend de la recherche d’obtenir des données probantes et fiables, issues d’enquêtes longitudinales et empiriques. Et jusqu’à présent, est-ce cela que l’on a obtenu ?

Triangle pédagogique Houssaye Dans son modèle de compréhension pédagogique, Jean Houssaye définit tout acte pédagogique comme l’espace entre trois sommets d’un triangle : l’enseignant, l’étudiant, le savoir. Derrière le savoir se cache le contenu de la formation : la matière, le programme à enseigner. L’enseignant est celui qui a quelques enjambées d’avance sur celui qui apprend et qui transmet ou fait apprendre le savoir. Jean Houssaye fait remarquer qu’en règle général, toute situation pédagogique privilégie la relation de deux éléments sur trois du triangle pédagogique. La principale critique faite à ce modèle porte sur la non-contextualisation de l’acte pédagogique dans une époque, une culture… En effet, cet acte pédagogique se passe à un moment historique et géographique, dans un environnement humain, politique, et social qui explicite le processus EDUQUER que l’on retrouve dans le slogan « éducation et formation tout au long de la vie » de la Commission Européenne.

Théories de l'apprentissage Fonction du silence en pédagogie : une dimension performative « Le silence est fait de paroles que l’on n’a pas dites » (Marguerite Yourcenar). « Tu dois danser sur le monde, d’un pas alternativement retentissant et muet ». (Paul Claudel)« La vitesse de la lumière est supérieure à celle du son : c’est pourquoi bien des gens ont l’air brillants jusqu’à ce qu’ils ouvrent la bouche ». (Anonyme, évidemment)1. 1Réfléchir à propos de compétences dont les enseignants estiment avoir réellement besoin pour agir, parfois pour survivre, dans le monde scolaire tel qu’il est, voilà le projet de cet article. Pour cela, nous nous intéresserons à l’enseignant qui parle dans sa classe (que ce soit une adresse au collectif classe dans un cours magistral ou lors d’une passation de consignes, à un groupe de quelques élèves, ou à un élève seul), et plus précisément à sa façon de retenir, de capter l’attention des élèves lorsqu’il parle. Nous voudrions mieux comprendre quand et comment l’enseignant y parvient. 12Autre paradoxe : il n’est de silence que relatif.

La pyramide des besoins de Maslow d’un point de vue pédagogique | madamemarieeve Le psychologue Abraham Maslow a établi une hiérarchie des besoins en faisant des recherches sur la motivation. Il a ainsi réalisé, dans les années 1940, la pyramide des besoins. Le fonctionnement doit être perçu tel un escalier. L’individu doit satisfaire les besoins qui sont à la base afin de pouvoir réaliser ceux qui sont au niveau supérieur. Voici l’explication de chacun des niveaux. Besoins physiologiques: Ils sont liés à la survie. Besoin de sécurité : Ce besoin se réfère au fait que tout individu doit se protéger des dangers. Besoin d’appartenance et affectif : Ce besoin a une dimension sociale. Besoin d’estime : Il est le prolongement du besoin précédent. Besoin de s’épanouir : Ce besoin se retrouve au sommet des aspirations humaines. Nous devons tenir compte, en tant qu’enseignant, de ces besoins. Voilà donc la pyramide vue sous un regard ayant une vision pédagogique: Besoins physiologiques : L’enseignant doit toujours s’assurer que l’enfant est prédéterminé à écouter.

Related: