background preloader

Les plastiques, des déchets néfastes pour les écosystèmes

Les plastiques, des déchets néfastes pour les écosystèmes
Les polymères portent de nombreux torts à la biodiversité : étouffement ou famine pour les animaux qui les ont ingérés, pollution du milieu marin, prolifération d'espèces invasives... Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Audrey Garric Les milliards de fragments de déchets qui s'agglomèrent, pour des centaines d'années, dans les gyres au centre des océans, portent de nombreuses atteintes à la faune et à la flore marines. L'exemple le plus – tristement – emblématique est celui des tortues qui s'étouffent avec des sacs plastiques qu'elles prennent pour des méduses. "Ce sont les espèces les plus sensibles aux déchets, explique François Galgani, océanographe et chercheur spécialiste des déchets à l'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer. Les études ont montré qu'un tiers de certaines espèces de tortues échouées avaient ingéré des plastiques." >> Lire l'article : "Le '7e continent de plastique' : ces tourbillons de déchets dans les océans"

http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/05/09/les-plastiques-des-dechets-nefastes-pour-les-ecosystemes_1698047_3244.html

Related:  7ème continentSeptième continentdéchets plastiques

Septième continent : solutions pour la pollution aux micro plastiques Suite et fin de notre plongée au cœur des océans à la recherche du septième continent de plastique. Alors que dans notre dernier article, nous avions vu ce qu’était le septième continent et ce qu’il représentait comme risque. Penchons nous aujourd’hui sur les solutions développées. Tout d’abord, des études ont été réalisées afin de récolter un maximum d’informations sur ce phénomène et sa concentration pour mesurer précisément les impacts et les conséquences sur la biosphère.

Un septième continent composé de déchets Si Christophe Colomb prenait aujourd’hui la mer avec ses trois caravelles depuis Palos de la Frontera [sur la côte atlantique de l’Andalousie] et traversait l’Atlantique, il ne s’arrêterait pas sur les côtes du continent américain, puisqu’il les a déjà découvertes il y a cinq cent seize ans. Il franchirait le canal de Panamá à la recherche des Indes, sa destination initiale. Mais ce n’est pas pour autant qu’il y parviendrait car, à mi-chemin, il tomberait sur un nouveau continent. Il s’agit de la “Grande Plaque de déchets du Pacifique”, le “septième continent”, qui se forme actuellement entre les côtes de Hawaii et de l’Amérique du Nord, à partir de millions de tonnes de détritus plastiques charriées par les courants océaniques.

269 000 tonnes de déchets plastique flottent sur les océans Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Pierre Le Hir Les océans, qui couvrent 70 % de la surface de la planète, sont un immense dépotoir à ciel ouvert, où s'accumulent les déchets plastique de l'humanité. C'est le sombre tableau que brosse, dans la revue PLOS ONE (Public Library of Science) du 10 décembre, une vaste étude internationale (Etats-Unis, Nouvelle-Zélande, Chili, France, Afrique du Sud et Australie). Elle livre, pour la première fois, une évaluation globale de la pollution de la surface de l'ensemble des mers par ces détritus. Les chiffres sont vertigineux : 269 000 tonnes constituées de plus de 5 mille milliards de particules de toutes tailles.

Iles de plastique dans les océans : l'expert Charles Moore fait le point Charles Moore à bord de l'Algalita en campagne d'échantillonnage. Fondateur de l'Algalita Marine Research Institue, il est le premier à avoir lancé un appel de sensibilisation sur le problème du plastique dans les océans. « Chaque fois que je venais sur le pont pour surveiller l'horizon, je voyais une bouteille de savon, une capsule de bouteille ou un tesson de déchet plastique. J'étais là au milieu de l'océan, et il n'y avait nulle part où je pouvais aller pour éviter le plastique », explique-t-il dans sa biographie. © Algalita Marine Research Institute Iles de plastique dans les océans : l'expert Charles Moore fait le point - 5 Photos Dans le monde, 260 millions de tonnes de plastique sont produites chaque année.

Boyan Slat récompensé pour son projet de lutte contre la pollution des océans A tout juste 20 ans, le fondateur du projet « The Ocean Clean-up » (le nettoyage de l’océan), distingué dans la catégorie « inspiration et action », devient le plus jeune lauréat de ce prix. « C’est naturellement un très grand honneur pour moi et surtout la preuve qu’avec de la bonne volonté, on peut arriver à tout », a réagi lundi Boyan Slat devant la presse à l’ONU à Genève. Il s’est félicité de l’engouement autour de son projet, prenant pour preuve la collecte par crowdfunding (financement participatif) en 19 jours seulement des 2 millions de dollars qui lui permettent de poursuivre ses recherches. Alors que la plupart des autres projets envisagent de ramasser les plastiques à l’aide de bateaux sillonnant les océans, Boyan Slat souhaite tout simplement se servir des courants marins pour piéger les débris. « Pourquoi irions-nous vers les déchets alors que les déchets peuvent venir à nous !

L'invasion de plastique est loin de se ralentir Réagissez : Partagez : Notre insatiable appétit pour le plastique sous toutes ses formes est si grand que les efforts de recyclage seront loin de suffire à préserver l’environnement de ses atteintes. Une portion de moules, 300 microparticules de plastique "Pour chaque portion de moules, qui contient environ 300 grammes de chair de moule, nous ingérons 300 microparticules de plastique," d'après les résultats d'une enquête. Des preuves de plus en plus alarmantes s'accumulent que nous ingérons des microfragments de plastique quand nous mangeons du poisson. Une équipe de l'Université de Gand (Belgique) a analysé les moules de la Mer du Nord en vue de déceler la présence de micro-déchets plastiques.

Stop aux sacs en plastique Huit milliards de sacs en plastique sont jetés dans la nature chaque année en Europe. Ces déchets plastiques, symboles de nos sociétés de consommation, défigurent les paysages, polluent les eaux et déciment la faune aquatique - oiseaux de mer, tortues, baleines… Obtenons l’interdiction des sacs plastiques dans l’UE ! Les sacs en plastique sont le symbole du gaspillage inhérent à nos sociétés de consommation : chaque Européen en utilise en moyenne 200 par an - soit près de 100 milliards au sein de l’UE ! Ne servant le plus souvent qu'une seule fois, leur temps moyen d’utilisation -20 minutes- est dérisoire comparé aux siècles nécessaires à leur décomposition. Huit milliards de sacs plastiques ne sont pas jetés à la poubelle mais abandonnés dans la nature chaque année. Ils défigurent les paysages, polluent les eaux et forment d’immenses plaques de déchets sur les océans.

VIDEO. Pollution : l'expédition en route vers le «continent de plastique» - Environnement Ils sont en route. Lundi, les explorateurs des mers sont partis pour une nouvelle expédition à l'assaut du «continent de plastique», le surnom de gigantesques zones où s'accumulent les déchets au milieu de l'océan. Destination : l'Atlantique Nord. Près de 269.000 tonnes de plastique polluent la surface des océans Si, dans certaines régions, les mers du globe sont devenues des véritables décharges à ciel ouvert, l'ensemble des océans est touché par le phénomène des micro-particules. Il aura fallu six ans et 24 expéditions, de la côte australienne en passant par le golfe du Bengale et la Méditerranée, pour arriver à cette estimation. Les océans seraient pollués par 268.940 tonnes de plastiques, réparties sur toutes les mers du globe, et plus particulièrement au niveau des gyres, ces gros tourbillons créés par les courants océaniques dans le Pacifique, l'Atlantique et l'océan Indien. La pollution des océans par le plastique est connue depuis de nombreuses années. On estime que chaque année, six millions et demi de tonnes de détritus sont déversés dans les océans, dont 80% sont en plastique. La majorité provient de la terre (80%), le reste de la navigation en mer.

Le plastique, pas si fantastique Des déchets sur la côte Atlantique. © Algalita Marine Research & Education / Marcus Eriksen C’est un nom qui emballe immédiatement l’imagination. “Le Septième Continent”, une sorte d’île plastique, perdue quelque part au beau milieu de l’océan. Un vortex de déchets flottant au gré des courants. Comme s’il existait réellement une sorte de décharge aquatique où poser pied.

Il y aurait 269.000 tonnes de déchets plastiques dans les océans Ces méduses sont en plastique et peuvent être ingérées par des animaux qui font la confusion entre les deux, comme nous le rappelait l’association Surf Rider avec cette image. La vitesse de fragmentation et le destin océanique de cette matière plastique restent encore très mal connu. © Surfrider Il y aurait 269.000 tonnes de déchets plastiques dans les océans - 2 Photos Publiée dans la revue scientifique Plos One, cette étude internationale (Afrique du Sud, Australie, Chili, États-Unis, France et Nouvelle-Zélande) donne pour la première fois une estimation globale des morceaux de matière plastique flottant dans l’océan mondial.

Un 7e continent de plastique émerge dans l'indifférence générale Jeter un emballage est devenu un geste du quotidien tellement anodin. Mais savez-vous ce qu'il en advient de cet emballage ? L' océan recouvre prés de 71% de la terre. Il est indubitablement une ressource halieutique indispensable à l’Homme et contribue également à la régulation climatique : grâce aux phytoplanctons, l’océan produit et recycle environ 80 % de l'oxygène de l'air. Vortex de déchets du Pacifique nord Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Vortex de déchets du Pacifique nord Le vortex de déchets du Pacifique nord est une zone du gyre subtropical du Pacifique nord, aussi connue sous le nom de gyre[1] de déchets, « soupe plastique[2] », « septième » ou « huitième continent » ou « grande zone d'ordures du Pacifique[2] » (GPGP pour Great Pacific Garbage Patch). Pour les océans, le terme « continent de plastique[3] » est rencontré. Une zone similaire a été découverte dans le nord de l'océan Atlantique[4].

Related: