background preloader

Un étudiant de 19 ans a trouvé une solution pour «nettoyer» les océans

Un étudiant de 19 ans a trouvé une solution pour «nettoyer» les océans
Recevez nos newsletters : Pour intercepter et extraire les objets en plastique qui polluent les océans, ce jeune Hollandais propose la conception d’un «entonnoir géant». Son projet, qui a gagné plusieurs prix, nécessite de trouver 2 millions de dollars. Certains s’en plaignent lorsqu’ils se baignent durant les vacances d’été, d’autres décident de prendre les choses en main. C’est le cas de ce jeune étudiant hollandais de 19 ans. Un entonnoir en action grâce aux courants marins Plusieurs outils ont d’abord été pensés, comme un râteau géant tracté par deux bateaux. Un entonnoir, oui, mais pourquoi faire? Après plus de six mois de tests et de réflexions, le jeune Boyan a présenté son projet «The Ocean Cleanup» devant l’organisation TedXDelft. La même année, le concept a été récompensé par le prix «Meilleur Outil Design» remis par l’université de technologie de Delft (Pays-Bas). Dix ans pour nettoyer la moitié de l’Océan Pacifique » Trouvez la formation qui révélera vos talents Related:  Déchetscontinent de plastique

L'éco-citoyen et les déchets Un gigantesque "continent" de déchets se forme dans le Pacifique Nord 562 042 lectures / 242 commentaires14 décembre 2007 ; révision : 30 mai 2014, 16 h 44 Déchets récupérés en septembre 2007© Oceanographic Research Vessel Alguita Dans le Nord-est du pacifique, entre la Californie et Hawaï, les déchets produits par les activités humaines et déversés dans les océans sont acheminés par les courants marins vers un nouveau "continent"[1] boulimique dont la taille atteint près de 3,5 millions de km² ! En 1997, le capitaine Charles Moore a été le premier à découvrir cette zone improbable de l'océan Pacifique où les déchets plastiques flottants s'accumulent. Ainsi, selon Chris Parry, chef de programme d'éducation du public, de la California Coastal Commission de San Francisco, depuis plus de 50 ans, les déchets tourbillonneraient sous l'effet du gyre[2] subtropical du Pacifique Nord (North Pacific Gyre) et s'accumulent dans cette zone peu connue : peu de routes commerciales et peu de bateaux de pêches l'empruntent. Un "continent" de déchets mortels Sources Notes

Mettre en place une filière de gestion des déchets La gestion des déchets est l’une des principales problématiques pour l’avenir. En effet, sur l'ensemble des ménages français, on arrive ainsi à 26 millions de tonnes de déchets produits chaque année. Et la production de déchets croît en France d’environ 1% par an. En 2004 en France, le poids des déchets par habitants est de 590 kg. 45% des déchets sont recyclables (verres, papiers, emballages) sans être tous pris en compte par la collecte sélective, 20 % des déchets sont putrescibles (jardin, cuisine), et 35 % de divers déchets non recyclables. Mais alors que 43 % des déchets sont incinérés, seulement 13 % sont recyclés. Des solutions doivent désormais être mises en place pour le recyclage, la réutilisation ou la valorisation de ces déchets. Quel impact sur le territoire ? Comment mettre en place une filière de gestion des déchets ? Les installations d’incinération et de stockage devenues plus respectueuses de l’environnement, ont ainsi vu fortement développés : Eco Emballages Ekopédia

EM - Le CNES embarque pour le septieme continent Nous sommes aujourd'hui familiarisés avec le concept de réchauffement climatique et ses effets : fonte de la banquise, élévation du niveau de la mer… Mais peu de personnes ont entendu parler des « îles plastiques », ces déchets de toute sorte rassemblés par les courants océaniques dans certaines zones des océans du globe plus ou moins définies. Charles Moore et Patrick Deixonne, 2 navigateurs soucieux de la planète. Crédits : P. Deixonne. Le CNES s’implique dans l’expédition « 7ème continent » par le biais du projet Argonautica. L'aventure, dont le départ est prévu le 20 mai prochain amènera Patrick Deixonne et ses co-équipiers à la rencontre de la « soupe plastique », ou Great Pacific Garbage Patch comme on l’appelle, au Nord-Est de l’océan Pacifique. En 1997, le capitaine Charles Moore (à gauche sur la photo, accompagné du navigateur Patrick Deixonne) a été le 1er à découvrir cette zone de l’océan Pacifique où les déchets plastiques flottants se rassemblent. Pourquoi cette expédition ?

EPARC et Banques Alimentaires Mise en oeuvre Année principale de réalisation Planning / Déroulement A la fin de chaque repas les fruits, yaourts, fromages ou gâteaux emballés non consommés sont récupérés. En effet le personnel de restauration (serveuses) et les surveillants (employés par la ville d’Angers qui prennent en charge les enfants après la classe et les encadrent le temps du repas et de la récréation) expliquent régulièrement le principe de la collecte et sensibilisent les élèves au gaspillage alimentaire en tenant compte des âges, des écoles et des modes de services. Ensuite le personnel de la restauration stocke quotidiennement ce surplus de produits en chambre froide (voir photo), afin qu’ils soient collectés chaque semaine par le camion de la banque alimentaire. Moyens humains Le personnel de restauration et les surveillants présents lors des repas expliquent régulièrement le fonctionnement. Moyens financiers Pas de moyens financiers en particulier Moyens techniques Partenaires mobilisés

269 000 tonnes de déchets plastiques flottent sur les océans Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Pierre Le Hir Les océans, qui couvrent 70 % de la surface de la planète, sont un immense dépotoir à ciel ouvert, où s'accumulent les déchets plastique de l'humanité. C'est le sombre tableau que brosse, dans la revue PLOS ONE (Public Library of Science) du 10 décembre, une vaste étude internationale (Etats-Unis, Nouvelle-Zélande, Chili, France, Afrique du Sud et Australie). Elle livre, pour la première fois, une évaluation globale de la pollution de la surface de l'ensemble des mers par ces détritus. Les chiffres sont vertigineux : 269 000 tonnes constituées de plus de 5 mille milliards de particules de toutes tailles. Encore les auteurs soulignent-ils que leurs estimations sont « très prudentes » et peuvent être considérées comme un « minimum ». Voir la carte des déchets plastiques Ils ont pu ainsi quantifier la pollution au plastique, qui touche « toutes les zones océaniques, y compris les plus éloignées ». Reste un mystère.

Le plastiglomérat, une nouvelle roche composée de plastique Du plastiglomerat (A) contenant du basalte, du plastique fondu, un bout de corde jaune et vert et un filet rouge, (B) où des morceaux de plastique noir et vert de conteneurs adhèrent à du basalte, (C) avec des pastilles de plastique et des débris ligneux, (D) composé de sable, d'un tube noir, d'un couvercle de bouteille, de pastilles, d'un filet et d'une partie de sac en plastique. © Patricia Corcoran et al., GSA Today Le plastiglomérat, une nouvelle roche composée de plastique - 2 Photos Surnommé « plastiglomérat » par ses rapporteurs, le matériau semi-naturel se compose d'une agrégation de roche volcanique, de sable, de débris de coquillage, de coraux et bien sûr, de matière plastique. Ce dernier peut aussi couler dans le roc et y remplir des fissures. Le phénomène ne se localiserait pas qu'à la Grande Île de l'archipel, ni même qu'à la surface terrestre : des échantillons auraient été collectés sur d'autres îles hawaïennes. A voir aussi sur Internet Sur le même sujet

Qu'est-ce que l'éco-conception ?LeWebPédagogique Dans le cadre du thème Construire l’Offre en marketing - Les facteurs explicatifs du prix par rapport à la concurrence et à l’environnement au programme de Mercatique en STG (voir la fiche Eduscol ici), nous vous invitons à consulter un dossier sur l’éco-conception, réalisé par Valorplast, entreprise en charge de l’organisation du recyclage des bouteilles et flacons plastiques. L’éco-conception consiste à analyser tous les impacts d’un matériau ou d’un procédé industriel (consommation d’eau, d’énergie, de matières premières, émissions, déchets) « du berceau à la tombe » (l’extraction des matières premières, la fabrication, le transport, la distribution, l’usage, la fin de vie) pour prendre en compte la préservation de l’environnement dès la conception. L’évaluation des impacts sur l’environnement est généralement effectuée à partir d’une analyse de cycle de vie. Schéma de l’analyse du cycle de vie (ACV) Pour accéder à ce dossier, cliquez ici ! Pour aller plus loin Eco-conception

17 photos déchirantes des effets de la pollution sur le monde animal "Quand je vois des produits alimentaires qui sont parfois dans une boite qui contient un sachet plastique, qui lui même contient plusieurs autres sachets, ça me fait halluciner" explique un internaute. "A mon boulot je reçois des fois des cartes réseau d'environ 10x10 cm. Elle sont emballées dans un carton de 30 x 30 cm qui est bourré de polystyrene + 1 sachet électrostatique pour la carte + 1 autre sachet plastique dans lequel il y une notice de 20 pages dont tout le monde se fout, et tout ça est joyeusement envoyé à la poubelle et non recyclé". La pollution atteint des limites. Il est temps que chacun(e) prenne conscience de l'impact d'un bouchon de bouteille jeté dans l'océan (ou n'importe où dans la nature d'ailleurs...). Les industriels doivent changer de comportement, autant que nous devons le faire. Le projet MIDWAY est un puissant voyage visuel qui nous plonge au cœur d'une tragédie environnementale étonnamment symbolique

Related: