background preloader

Comment les commentaires «ruinent» les articles

Comment les commentaires «ruinent» les articles
De plus en plus de sites décident de supprimer les commentaires qui faussent la vision des articles et des contenus publiés. «Il y a un jeu auquel j’aime jouer de temps à autres, écrit sur The Atlantic Adam Felder, spécialiste de l’analyse de l’univers numérique. Combien faut-il que je lise de commentaires sur Internet pour perdre foi en l’humanité? Il faut dire que souvent les commentaires, quel que soit le site, de The Atlantic à Yahoo en passant par YouTube, Facebook, Twitter... sont stupides, ignorants, hors sujet, racistes, sexistes, menaçants, agressifs... Pas étonnant, si le sentiment anti commentaires se développe sur le web et si les sites sont de plus en plus nombreux à décider de ne plus en avoir tant ils ont tendance à dévaloriser le contenu publié, les articles et les idées et thèses avancées. L’an dernier Popular Science, qui est tout sauf un site politique et idéologique, a tout simplement décidé de bannir les commentaires de l’ensemble de son site. Partagez cet article

Comment Google saura tout ce que vous faites dans votre maison Google disposera-t-il bientôt d'un véritable œil de Sauron capable de tout voir dans nos maisons ? Le géant de l'internet se positionne pour devenir un acteur incontournable des futures maisons connectées. Après avoir racheté les thermostats Nest pour 3,2 milliards de dollars, il vient d'acquérir la société Dropcam pour 555 millions de dollars. Celle-ci propose de petites caméras reliées à internet afin de surveiller son intérieur depuis son smartphone ou sa tablette. Depuis l'écran tactile, il est possible de zoomer, de pivoter et bien sûr d'enregistrer la vidéo, directement dans le cloud avec possibilité de la partager sur les réseaux sociaux. Mais surtout ces caméras de vidéosurveillance sont capables de détecter si elles filment un objet ou un humain. Dropcam permettra à Nest d'élargir son offre alors que ses thermostats et détecteurs de fumée connectés sont déjà présents chez plus d'un million de personnes (essentiellement des Américains et des Canadiens).

Une stratégie digitale est avant tout une stratégie éditoriale Une stratégie digitale est souvent définie comme une stratégie marketing qui utilise les nouvelles technologies. Une stratégie à part sur les nouveaux supports digitaux que sont le web, les réseaux sociaux, et toutes les nouvelles plateformes communautaires de type forum, etc. Une telle définition orientée sur la différenciation technique des supports ne me semble pas pertinente. En effet, faut-il avoir une stratégie différente selon les supports ? Une marque est-elle différente sur les supports digitaux et sur les supports traditionnels print ou média ? Devenir son propre média grâce aux support digitaux La vraie nouveauté avec le digital c'est que chaque marque peut devenir son propre média. L'espace est illimité et quasi-gratuit. Un nouveau média, une communication continue sous forme de flux Le passage au digital suppose une communication continue sous forme de flux et non plus une communication séquencée de type campagne. La ligne éditoriale définit le média, pas le choix technique

Le logiciel espion Blackshades au coeur d'une grande enquête internationale LE MONDE | • Mis à jour le | Par Yves Eudes et Soren Seelow Les enquêteurs le décrivent comme un « couteau suisse » de la cybercriminalité. Un logiciel espion pour pirate amateur, facile d'utilisation et accessible à tous. Blackshades est un « remote access tool », un outil qui permet de contrôler à distance un ordinateur à l'insu de son propriétaire, d'activer sa webcam ou encore de récupérer des mots de passe ou des données bancaires. Ces quatre dernières années, ce « malware » a été acheté sur Internet par des milliers d'utilisateurs et aurait infecté des centaines de milliers de PC. Une vaste enquête internationale initiée par le FBI et étendue à une dizaine de pays s'est conclue lundi 19 mai par la fermeture de deux noms de domaine proposant ce produit à la vente. Lire notre récit : Chez les rançonneurs du Web Les profils des acquéreurs de ce logiciel espion sont divers. Chez une poignée d'acquéreurs, des captures d'écran de femmes nues ont été saisies.

Médias: abandonner le 20e siècle Une «fuite» fait jaser depuis quelques jours dans l’univers médiatique, parce qu’elle émane non pas du gouvernement, mais du vénérable journal lui-même: un document stratégique de 96 pages sur l’avenir du numérique au New York Times, pondu à usage interne. Joshua Benton, du Nieman Lab, qui effectue depuis des années une veille de ce qui se fait de plus innovant dans les médias, le décrit comme «l’un des documents les plus remarquables» qu’il ait vu. Si j’en parle ici, c’est parce qu’il est riche en leçons pour les médias de science aussi: dans les paragraphes qui vont suivre, on va essayer de comparer les constats et recommandations de ce rapport avec ce qui se fait déjà en journalisme scientifique. Une occasion de se rendre compte qu’il y a de l’innovation dans le journalisme, pas juste dans la communication. Et une occasion de rappeler combien les médias de science, depuis 30 ans, ont souvent précédé les médias généralistes dans leur évolution (les bonnes comme les mauvaises).

Un robot pour corriger le travail des journalistes Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Yves Eudes Tout le monde sait – surtout les journalistes – que les articles de presse contiennent parfois des erreurs factuelles. Une start-up parisienne baptisée Trooclick a décidé d’éradiquer ce problème, en inventant un système automatisé de « fact checking » (vérification de l’exactitude des faits, dates, chiffres, etc.) dans les textes journalistiques publiés sur Internet. Elle vient de lancer une expérimentation centrée sur les articles en anglais traitant de la vie financière des entreprises : introduction en Bourse, fusions-acquisitions, publication de résultats... A ce jour, le système fonctionne avec une centaine de sites d’information : les rubriques financières de grands journaux comme le New York Times, le Wall Street Journal ou le Guardian, des agences Reuters et Bloomberg, et des sites spécialisés comme nasdaq.com ou streetinsider.com. Vérification automatique « 45 % des articles financiers contiennent une erreur » M.

7 raisons pour lesquelles votre entreprise a absolument besoin d’un Community Manager ! Le Community Manager, le magicien de votre stratégie numérique ? L’émergence des réseaux sociaux a créé un nouveau besoin pour les marques, celui d’être représenté. Ces nouveaux lieux d’échanges ont permis aux consommateurs satisfaits ou non, aux grincheux mais aussi à certains concurrents sans vergogne de faire entendre leur voix à votre place. Les marques ont compris, pour la plupart, que l’on parlerait d’elles sur les médias sociaux, qu’elles y soient présentes ou non. On ne coupe pas une conversation, on nous a appris cela tout petit, mais on peut la détourner, la réorienter, on peut engager le dialogue et résoudre des problématiques, souvent minimes, mais qui représentent énormément pour certains consommateurs et qui finissent par altérer votre image de marque. Ainsi, de nouveaux métiers sont apparus, tel le Community Manager pour organiser et structurer la présence des marques sur le Web. Le Community Manager bâtit des relations Le Community Manager crée le buzz

Quelle vie en ligne après votre mort ? Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Alexandre Léchenet Si vous deviez mourir demain, qu’aimeriez-vous qu’il advienne de vos données personnelles ? Personne n'y pense, et pourtant... La Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) a décidé de mettre la « mort numérique » à son programme en 2014. Lire aussi vos témoignages : « Après sa mort, son profil Facebook est devenu un véritable lieu de recueillement » D’un côté, il y a des tombes, fleuries désormais d’un discret QR code (code à scanner avec un téléphone portable pour accéder à un site), promettant un accès à un album souvenir ou un texte choisi par le défunt. « C'est la jungle totale ! Il y a également toutes les traces numériques que l’on laisse derrière soi. Il se souvient d’ailleurs avoir été le premier à interpeller Twitter sur la question en 2009. Sépulture virtuelle Sur Facebook, les proches ont la possibilité de transformer la page en une page mémorielle. Et le testament numérique ne cesse de s’allonger.

Le retour du Gif en webdesign Alors qu’il était synonyme de ringardise dans le web des années 90/2000, le Gif revient sur le devant de la scène. Cet article est un guest-post rédigé par Bono Peppers. Plus d’infos sur l’auteur à la fin de l’article. En effet, on retrouve de plus en plus de gifs dans des présentations de sites (du style Dribbble), de concepts mobile, d’applications, de courtes animation en motion design,… Mais également dans le webdesign : léger, il permet parfois d’ajouter une petite touche d’animation sans être trop lourd en poids, ni obliger l’internaute à cliquer pour lancer une vidéo. Exemples d’utilisation en webdesign Ce premier site, Le singe qui fume sa cigarette est un bel exemple de « cinémagraphie » : un mélange subtil entre photo et vidéo, sous forme de gif. Quelques exemples de présentations de concepts Plus simple qu’une vidéo, léger au chargement : le gif est un nouveau moyen de présenter ses maquettes ou ses concepts graphiques. Et vous, quand est-ce que vous vous mettez au gif ?

« Null CTRL », l’enquête inquiétante sur la sécurité informatique en Norvège Trois couples s'enlacent à la sortie d'une boîte de nuit. La scène peut être capturée par n'importe qui en ligne, utilisant l'outil de contrôle de la caméra de surveillance disponible sur Internet. En Norvège, plus de 2 000 caméras sont accessibles ainsi, parfois filmant la chambre d'un enfant, parfois surveillant une salle discrète. C'est la découverte qu'ont faite Espen Sandli et Linn Kongsli Hillestad, journalistes à Dagbladet, dans leur enquête « Null CTRL » publiée en octobre 2013 et qui a reçu l'European Press Prize en 2013. Leur enquête a commencé avec la découverte de Shodan, un moteur de recherche des objets connectés à Internet. Grâce à cette méthode, ils ont trouvé de nombreux systèmes connectés et ouverts : des caméras leur permettant de surveiller les allées et venues dans une boîte de nuit ; des thermostats les rendant capables de régler le chauffage dans tout un immeuble ou encore des bases de données permettant l'accès à de nombreuses informations personnelles.

Uncovering Algorithms: Looking Inside the Facebook News Feed How can the public learn the role of algorithms in their daily lives, evaluating the law and ethicality of systems like the Facebook NewsFeed, search engines, or airline booking systems? Today, the Berkman Center hosted a conversation about the idea of social science audits of algorithms. Presenting were: Christian Sandvig is a Research Professor and Associate Professor in Communication Studies and at the School of Information at the University of Michigan, where he specializes in research investigating the development of Internet infrastructure and public policy. His current research involves the study of information infrastructures that depend upon the algorithmic selection of content. "The preferential display of our flights, and the corresponding increase in our market share, is the competitive raison d'etre for having created the [SABRE] system in the first place" In the Crandall theory of algorithmic material, one expects the system to be rigged. 1. 2. What's an algorithm audit?

Publicité : une nouvelle technique pour pister les internautes Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Grégor Brandy (Journaliste) et Martin Untersinger Les publicitaires ne sont jamais à court d’idées pour suivre les internautes au fil de leur navigation sur Internet. Des chercheurs des universités de Louvain (Belgique) et de Princeton (Etats-Unis) ont découvert un nouveau moyen de traçage sur le Web, dont les détails sont donnés dans un article publié par les sites Propublica et Mashable. Le principe est assez complexe : lorsqu’un internaute se rend sur une page, un script, c’est-à-dire une série de lignes de code, se met en branle et demande au navigateur de générer une image, invisible pour l'utilisateur. Le navigateur et l’ordinateur, du fait de leurs nombreux paramètres qui varient d’un internaute à un autre, génèrent une image unique pour chaque utilisateur. Plus difficiles à bloquer que les « cookies » Très complexe à bloquer pour le moment Le principal intérêt de ce dispositif ? De nombreux sites français touchés Des tests peu concluants

Related: