background preloader

Warkawater, la tour qui transforme l'air en eau

Warkawater, la tour qui transforme l'air en eau
Parmi les métiers du futur, dont la liste est à découvrir dans We Demain n°7, on trouve le « collecteur d’eau atmosphérique ». Arturo Vittori pourrait bien être le premier d’entre eux. Pour faciliter l’accès à l’eau dans les régions sèches d’Éthiopie, ce designer italien a développé des tours hautes de neuf mètres, chargées de capter l’eau présente dans l’air pour la transformer en eau potable. Warkawater (Warka est le nom d’un figuier africain symbole de fertilité) est constituée d’un filet à mailles fines de nylon ou polypropylène qui condense la vapeur d’eau présente dans l’atmosphère. En bas de la tour, un réservoir permet de collecter jusqu’à 100 litres d’eau potable par jour, selon son créateur. L’ensemble est adossé à une structure tressée à partir de matériaux naturels locaux et ne pèse que 60 kg. De l'eau potable et gratuite Related:  ARCHITECTUREalternativesEau

magnuslarsson.com »A vast 3D printer made of bacteria crawls undetectably through the deserts of the world, printing new landscapes into existence over the course of 10,000 years...« - Geoff Manaugh/BLDGBLOG A 6,000km long stretch of solidified sand dunes is proposed, which will architecturally support the Green Wall Sahara initiative: 24 African countries coming together to plant a shelterbelt of trees right across the continent, from Mauritania in the west to Djibouti in the east, in order to mitigate against the encroaching desert. Sand is solidified into a habitable structure that protects from sand; a permacultural anti-desertification network made from the desert itself. A particular microorganism, Bacillus Pasteurii, is flushed through the dunescape (an analogy could be made to an oversized 3d printer), which causes a biological reaction that turns the sand into solid sandstone. The scheme has also been covered extensively in the press:

La ville d'Amiens éclaire ses habitants avec les feuilles mortes par Virginie Garin , Loïc Farge Les feuilles d'automne, c'est joli sur les arbres. Mais quand ça tombe, c'est un vrai casse-tête pour les services de voirie : il faut les ramasser et s'en débarrasser. Sachant qu'un arbre à feuilles caduques possède en moyenne 30.000 feuilles, à Amiens il y a plus d'un milliard de feuilles à ramasser chaque automne sur les trottoirs et dans les parcs. La ville a trouvé un moyen pour les recycler. Elles vont alimenter l'usine de méthanisation qui transforme des déchets organiques, et notamment les déchets verts, en chaleur et en électricité. Transformées aussi en terreau Cette usine est alimentée toute l'année par les ordures ménagères : les restes de repas, les déchets de jardin, et donc à l'automne les feuilles mortes. Surtout ne les brûlez pas.

Un pommeau de douche pour « changer la manière dont les gens pensent à l’eau » Forte du soutien de grands noms de la Silicon Valley, une start-up ambitionne de « révolutionner le pommeau de douche » pour réduire drastiquement la consommation d’eau, un thème vendeur en pleine sécheresse en Californie. Lancé mardi sur le site de financement participatif Kickstarter, le projet de la start-up californienne Nebia a atteint en quelques heures son objectif de levée de fonds de 100 000 dollars, et les promesses de financement dépassaient 1,38 million de dollars deux jours plus tard. Philip Winter, patron et cofondateur de Nebia, explique : « La campagne sur Kickstarter est incroyable, un déluge de soutien et d’intérêt en provenance du monde entier. Quatre milliards d’économie par an Si tous les Californiens s’y convertissaient, les économies se chiffreraient à quelque 757 milliards de litres d’eau et presque quatre milliards de dollars par an, font valoir ses inventeurs.

Marin Sawa's "Algaerium" Incorporates Algae Into Interior Design Architect and textile designer Marin Sawa‘s beautiful work explores ways that we can incorporate the production of biofuels within our built environments. With her Algaerium, she has created a series of living surfaces and textiles that cultivate and produce green energy in the form of algae. Sawa’s interest in “smart” materials has led her to specialize in multidisciplinary design, where she successfully combines textiles, biology and architecture. She is fascinated by the ‘simplicity’ of these intricate organic materials and qualities that are engineered to be intelligent, but devoid of electronics. Marin Sawa’s intent with the Algaerium was to create and explore algae as spatial installations in urban conditions. By working with the photosynthetic method, she combines algae and light to produce stunning color systems that react and respond to the surrounding environment. The Algaerium is but a taste of how algae can be used as an energy source in the future. + Marin Sawa

Dans les Vosges, l’économie circulaire fait revivre un village À Monthureux-sur-Saône (Vosges), reportage Samedi matin, 8 h, la longue rue centrale et la place du marché sont couvertes de brume. Derrière son petit stand de légumes bio, et malgré les 5 °C qu’affiche la croix verte de la pharmacie, Jean tresse un panier en osier. S’il connaît la recyclerie Minos ? « Bien sûr, j’y ai travaillé un an en contrat d’insertion, en tant qu’agent de collecte. En milieu de matinée, le magasin de la recyclerie fait le plein de visiteurs. Justement, c’est aujourd’hui que se tient la vente mensuelle de la recyclerie. « Enrayer ces cercles vicieux » Devant les trois caisses, tenues par des bénévoles, une trentaine de personnes font déjà la queue. C’est Raynald Magnien-Coeurdacier qui a créé l’association en 2006. Raynald Magnien-Coeurdacier, maire de Monthureux-sur-Saône et fondateur de l’association Minos. Aurélie Dupuy-Lanterne est responsable administrative et des ressources humaines à Minos. Éviter l’effet ghetto et la stigmatisation Comment ?

Nettoyage des océans : le projet de Boyan Slat se concrétise Boyan Slat, 21 ans, fondateur de la société The Ocean Cleanup (le nettoyage de l’océan), a déployé hier dans la mer du Nord son premier prototype pour récupérer les déchets plastiques présents dans les océans. La méthode utilisée est innovante, car elle utilise les courants marins pour piéger les débris. Plus besoin d’un bateau qui sillonne les mers. Mercredi, lors de la conférence de presse au port de Scheveningen, près de La Haye, à l’ouest des Pays-Bas, il a déclaré avec une logique implacable : « Pourquoi irions-nous vers les déchets alors que les déchets peuvent venir à nous? » Ce prototype est un modèle réduit du système étudié par Boyan et son équipe. Comme l’a expliqué Bojan, c’est un projet ambitieux : « En déployant un seul de ces systèmes durant dix ans, nous pourrions nettoyer la moitié de la grande plaque de déchets du Pacifique, ou davantage si nous déployons plus de systèmes. » Cette expérience avec ce prototype est fondamentale.

Vincent Callebaut's Futuristic oceanscapers are floating villages 3D-printed from algae and plastic waste | Inhabitat - Green Design, Innovation, Architecture, Green Building These 3D-printed floating villages could be a means to future energy independence. The structures, envisioned by architect Vincent Callebaut, would recycle ocean waste harvested from international waters as building materials for new, sustainable marine architecture. The composite material would comprise a mix of plastic waste and algae. Biomimetic and completely self-sufficient, these sustainable habitats are a vision of an egalitarian society for environmentally conscious individuals. The project aims to resolve long-lasting tensions between Western governments and African countries when it comes to global energy consumption. Related: Vincent Callebaut Unveils Plans for Futuristic “Flavors Orchard” Farm City in China The inhabitants of these utopian structures, called the People of the Seas, would invent new underwater urbanization processes to mitigate ocean acidification and pollution, while living in a self-sufficient way. Aequoreas villages are not only an architectural proposal.

Lulu dans ma rue : une conciergerie de quartier humaine Depuis quelques mois dans Paris, le 4ème arrondissement accueille sa première « conciergerie de quartier ». Sur sa façade, on peut lire « Lulu dans ma rue » et au guichet, c’est toujours un concierge au franc sourire qui nous accueille. Nous avons interrogé Charles-Edouard Vincent, le fondateur de ce nouvel espace où les habitants du quartier peuvent venir trouver de l’aide. Au quotidien, on peut souvent avoir besoin de quelqu’un pour effectuer une tâche. C’est facile à imaginer pour une personne âgée seule qui n’a par exemple pas assez de force pour porter une charge lourde dans ses escaliers. Facile aussi d’imaginer que l’on ait besoin de quelqu’un pour monter un meuble en kit parce que l’on a pas forcément les bons outils chez soi. Comment vous organisez-vous pour mettre en relation les personnes ayant besoin d’aide ? La démarche est la suivante : il suffit de se présenter au kiosque, l’un de nos concierge réceptionne la demande et trouve le Lulu adapté pour y répondre.

Securing Water for Food : Puralytics Challenge In some agricultural areas of Mexico, farms rely on surface water sources including streams and canals to irrigate crops. Many of these sources contact microbiological contaminants such as E.Coli bacteria, harmful protozoa, and chemicals such as pesticides and herbicides. These contaminants pose substantial risks to farm workers as well as to the crops they cultivate and sell both locally and internationally. Conventional water treatment systems use filters or chemicals to purify water but rarely address all potential contaminants with one solution. Solution To address this problem, Puralytics has developed LilyPad—a solar-activated photochemical water treatment product—designed to break down the harmful molecular bonds of contaminants and chemicals in streams, ponds, ditches, and other waterways near agricultural lands. Goals Expand the number of LilyPad treatment ponds installed and operators trainedScale-up adoption of LilyPad technology among smallholder farmers

実例集 « ビオフォルム環境デザイン室 実例集 住宅(個人/集合) 藤野 / 連の家3 藤野 / 連の家2 西八王子の家 / 書斎小屋 里山長屋 二俣川の家 原村の家 深大寺の家 藤野 / 連の家1 藤野 / 風の家2 藤野 / 風の家1 藤野 / もりの家 水上の家 小林の家 本興寺の家 河口湖の家 足立 エコアパート 三鷹 / 牟礼の家 八ヶ岳山麓の家 北軽井沢の山荘 恩納村の家 商業施設 陸前高田 / 箱根山テラス 蛍雪の宿 尚文 PICA西湖コテージ2 アクティブグランデ PICA西湖コテージ1 レクビューグランデ 恵泉女子学園カフェ PICA表富士キャンプ場BBQ棟 PICA山中湖ヴィレッジ レストラン ホイアン / Uカフェ その他施設 余市エコカレッジ 研修棟 いるかビレッジ カフェ棟 いるかビレッジ / コモンハウス棟 いるかビレッジ / デイケアサービス棟 富士吉田 風の道塾 FAIT DU JOUR Un « éco-lieu » sort de terre à Durfort Premier chantier participatif sur l'éco-lieu de Durfort. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard Au cœur du Piémont cévenol, dans le petit village médiéval de Durfort, David et Elmina se sont lancés dans la création d'un « éco-lieu ». Sur ce site, tous ceux qui souhaitent partager des techniques de culture écologiques et durables sont les bienvenus. Juste après la traversée du village, une petite route étroite bordée de vignes mène à un charmant mazet en pierre. C'est ici que le couple a décidé de construire, avec leur deux jeunes enfants de 9 et 11 ans, son projet de vie. Mais la petite famille ne vit pas encore sur place : depuis plusieurs mois, des travaux de restauration sont réalisés sur la bâtisse. Un terrain « trop grand » Le projet ne s'arrête pas là. L'expérience a commencé ce samedi 30 janvier, sous un beau soleil, avec le premier chantier participatif ouvert à tout le monde. Élodie Boschet

Sweat for Water | Deportivo | PR-byrå och webbyrå i Stockholm | Creative agency in Stockholm Uppdrag Unicef och Gothia Cup ville lyfta barns rätt till rent vatten i samband med världens största fotbollsturnering för ungdomar. Aktiviteten behövde sticka ut på turneringsområdet och helst även få ungdomarna att haja till, för att i nästa steg beskriva bristen på rent vatten i världen och vilka följder den bristen kan få. Lösning Vi föreslog kampanjen Sweat for Water. Centralt i kampanjen var världens första svettmaskin – som vi tog fram tillsammans med den svenska mekatronikern Andreas Hammar. Resultat Svettmaskinen blev snabbt en världssensation.

Related: