background preloader

Les présidents de la République depuis 1848

Les présidents de la République depuis 1848

http://www.elysee.fr/la-presidence/les-presidents-de-la-republique-depuis-1848/

Les débuts de la Troisième République (1870-1914) Auteur : BelisaireVisualisations : 31440Modifié : 11/06/2014 à 20h55 La capitulation d'une armée française à Sedan, le 2 septembre 1870, et la captivité de l'empereur Napoléon III vont être fatal au Second Empire. Le 4 septembre, sous la pression d'un mouvement populaire parisien qui envahit le Corps législatif, les républicains jusque-là hésitants mettent à bas l'Empire et proclament la IIIe République à l'Hôtel de Ville. Le changement de régime en province se fait dans la douceur, exceptés dans certaines grandes villes comme Lyon ou Marseille où l'extrême gauche tente de s'emparer du pouvoir. A la suite de diverses tractations, un « gouvernement de la Défense nationale », en raison de l'invasion prussienne, se met en place, présidé par le général Trochu et dominé par les républicains modérés. La conquête de la République par les républicains (1870-1879)

IIIe République Régime de la France du 4 septembre 1870 au 10 juillet 1940. 1. De 1870 à 1919 1.1. La soudaine proclamation de la république Troisième République (France) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour l'organisation du régime, voir l'article Lois constitutionnelles de 1875. République françaiseTroisième République 1870 – 1940[N 1](69 ans, 10 mois et 7 jours) Les pères de la IIIe République Peu de jours avant l'élection partielle de janvier 1889 à Paris, qui fut un triomphe pour le général Boulanger, Jules Simon, ancien ministre de l'Instruction publique, publiait un petit livre au titre sans équivoque : Souviens-toi du Deux-Décembre. L'auteur était un républicain modéré, un des membres de « la république des Jules » (Favre, Ferry, Simon), comme les a brocardés Henri Guillemin, en raison de leur prudence, de leur conservatisme social et de leur goût excessif de la paix lors de l'invasion allemande de 1870. Malgré cela, cet agrégé de philosophie, franc-maçon et libre penseur, se montre attaché à un républicanisme de bon aloi, que la crise du 16 Mai [1] avait confirmé.

1879 - 1892 [la République contestée] et débat 1892 -1906 : la République s'installe 1906-1919 : [la République se transforme]

Related: