background preloader

Ne plus noter

Ne plus noter
Futur enseignant, dis-moi comment tu comptes évaluer, et je te dirai quel type d’enseignant tu seras. Réfléchir autour des questions d’évaluation est bien une entrée majeure dans les questions fondamentales du métier. Le souci premier pour un enseignant débutant est de parvenir à des résultats fiables, et ceci se traduit souvent par un recours au seul système d’évaluation quantitative. Au fur et à mesure de ma pratique, il m’est rapidement apparu que la fiabilité des résultats n’était jamais garantie, et qu’il était nécessaire de sortir de l’évaluation strictement sommative pour s’orienter vers une évaluation qualitative, favorable aux apprentissages et mieux comprise par les élèves. Aujourd’hui, en tant que formatrice, j’estime qu’apprendre aux futurs enseignants à évaluer les compétences de leurs élèves est un problème majeur : il s’agit de faire prendre conscience de l’enjeu des résultats des évaluations et des modalités définies pour mesurer l’impact de leur enseignement.

http://www.cahiers-pedagogiques.com/Ne-plus-noter

Related:  ÉVALUATION PAR COMPETENCESAnalysesEvaluation par compétences

La notion de compétence en éducation et formation La notion de « compétences » continue à provoquer des polémiques, souvent outrancières. C’est pourquoi l’ouvrage de Bernard Rey tombe à point nommé. L’ouvrage comprend quatre parties. La première revient sur les acceptions de la notion de compétence, en séparant bien son sens économicosocial et son sens scolaire. On pourra contester la vision très négative de la compétence dans le domaine de l’entreprise, mais là n’est pas vraiment le sujet.

Une école française au bord de la crise de notes Recommander cette page à un(e) ami(e) Dans « Les dix mots de l'Ecole » autour de l'innovation pédagogique que François Muller présente sur son site Diversifier, il y a le mot 'évaluer', et ce n'est pas un mot intrus. Au début de cette vidéo qui rassemble des définitions du mot, André de Perretti déplore que cette notion soit dévaluée par les habitudes françaises. Un fléau ? Les mauvaises habitudes françaises, Denis Meuret en parlait déjà en 2009 lors du colloque international du CIEP Un seul monde, une seule école ?

L’évaluation : ressources produites par le groupe thématique de l’académie de Versailles - Réforme du collège Diaporama Le diaporama ci-dessous vise à présenter l’évolution de l’évaluation dans le cadre de la réforme du collège. Déjà présent dans la loi d’orientation, le principe de l’évaluation positive est réaffirmé dans le décret du 31.12.2015 relatif à « l’évaluation des acquis scolaires des élèves et au livret scolaire ». Suite à la publication des arrêtés du 31.12.2015, les nouvelles modalités d’attribution du DNB ainsi que le contenu du livret scolaire sont également exposés dans le diaporama. L’approche par compétence Il est question d’un modèle d’apprentissage basé sur le développement des compétences dans un contexte de formation professionnelle et technique. L’écart est souvent grand entre la formation dispensée au sein des établissements de formation et le milieu du travail. Cet article qui n’est qu’un modeste résumé des travaux de M. Bourdreault vous donnera quelques pistes de réflexions. Crédits photos UQAM. En deux mots un enseignant doit être capable de distinguer les objets d’apprentissage d’une formation, être capable de développer les concepts liés et de les rendre perceptibles et compréhensibles.

- Développer des compétences au collège et au lycée Au collège Anna Marly, nous avons expérimenté il y a 6 ans (année scolaire 2005/2006) une évaluation non chiffrée pour des classes de 6e et 5e. Nous avons malheureusement abandonné au bout de trois années ces travaux pour diverses raisons, voir le billet Bilan de l’évaluation par compétences après trois années . Toutefois, j’ai poursuivi une évaluation basée sur l’acquisition de compétences depuis et ai gardé les trois champs « acquis, en voie d’acquisition et non acquis » que je convertissais en note à l’aide d’un pourcentage d’acquis, ce qui je l’avoue est plutôt long et compliqué à gérer avec un grand nombre d’élèves. Malgré tout, cela fonctionnait avec ses limitations. En effet, reste la difficulté à determiner si un élève est compétent ou pas. Or, avec le recul, on s’aperçoit que pour beaucoup d’élèves (la majorité) les compétences (clès) sont essentiellement en voie d’acquisition.

» Limitations du Acquis, Voie Acquisition, Non Acquis - Développer des compétences au collège et au lycée Au collège Anna Marly, nous avons expérimenté il y a 6 ans (année scolaire 2005/2006) une évaluation non chiffrée pour des classes de 6e et 5e. Nous avons malheureusement abandonné au bout de trois années ces travaux pour diverses raisons, voir le billet Bilan de l’évaluation par compétences après trois années . Toutefois, j’ai poursuivi une évaluation basée sur l’acquisition de compétences depuis et ai gardé les trois champs « acquis, en voie d’acquisition et non acquis » que je convertissais en note à l’aide d’un pourcentage d’acquis, ce qui je l’avoue est plutôt long et compliqué à gérer avec un grand nombre d’élèves.

J'ai testé pour vous Plickers J'ai testé la semaine dernière un nouvel outil gratuit "trop-génial" qui s'appelle Plickers. Pour l'utiliser, le maitre doit être équipé d'une tablette ou smartphone (IOS ou Android) et... c'est tout. [en commentaire 20, on apprend que la connection internet est inutile en classe : il suffit de préparer les questions à l'avance depuis chez soi]

Malette pédagogique Déroulement : Les élèves devinent en remue méninges* ce que les dates et les mots écrits leur apprennent sur vous. Exemple : bleu Egypte Danser Patrice 11 Epinards Ferrari 44 Vélo … Les élèves doivent deviner que : Le bleu est ma couleur préférée J’ai habité en Egypte J’aime danser Mon frère s’appelle Patrice J’habite au numéro 11 Je déteste les épinards Je voudrais une Ferrari J’ai un vélo Ma mère est née en 44 Etc. Remarque : Vous pouvez demander ensuite aux élèves d’écrire des mots et noms les caractérisant. Illustration concrète d’une alternative éducative à l'école : le choix de la Pédagogie Freinet Rien ne change : les ministres successifs de l’Education Nationale dédaignent tout ce que les mouvements pédagogiques alternatifs proposent. Pourtant l’éducation nouvelle n’est pas si nouvelle elle a une histoire, elle ne succède pas à la pédagogie traditionnelle, elle lui est contemporaine. Elle s’inspire d’une longue tradition de pédagogues depuis les humanistes de la Renaissance qui déjà estimaient que « l’enfant n’est pas un vase qu’on remplit mais un feu qu’on allume ». Les ministres croient que l’école a changé (depuis mai 68) et n’ont de cesse de la remettre dans le droit chemin de la tradition alors que les rapports qu’ils commandent à leurs experts ne cessent de constater et de déplorer l’immobilisme du système. Même si la majorité des enseignants ne classent plus leurs élèves, ceux-ci s’en chargent en fonction des notes rendues publiques dans la classe.

Un bon usage de la notation est-il possible ? P. Merle Faut-il renoncer aux notes, comme s'y essaient quelques établissements expérimentaux ? Ni l'institution, ni ses acteurs n'y semblent prêts. Ce qui n'empêche pas d'examiner les pratiques réelles, de les comparer avec celles d'autres systèmes scolaires, de juger si certaines semblent mieux adaptées à l'apprentissage et à la réussite scolaire. Pierre Merle, sociologue, agrégé de Sciences économiques et enseignant à l'ESPE de Bretagne intervenait le 30 avril 2014, dans le cadre des Mercredis de Créteil du CNDP, à l'occasion du cycle « Pour une école bienveillante : renforcer le plaisir d'apprendre » pour une réflexion sur la Notation des élèves : état des savoirs et « pratiques efficaces ». Il entendait montrer que certaines données sont à prendre davantage en considération : renoncer à l'idéal de la note « vraie », admettre la réalité des « biais » d'évaluation qui influent sur les notes, mutualiser et varier les formes d'évaluation pour atténuer leurs effets pervers.

Comment et pourquoi donner des rétroactions aux élèves? Dans la vague des travaux de John Hattie et de l’enseignement efficace, une stratégie d’enseignement apparait en tête de liste : donner des rétroactions aux élèves. Comme cette stratégie peut sembler quelque peu abstraite, il importe de la rendre plus concrète pour les acteurs du milieu de l’éducation. Shutterstock / wavebreakmedia Cet article offre un contenu traduit et adapté librement du guide « How to give feedback to students », conçu par la Australian Society for Evidence Based Teaching. Qu’est-ce que la rétroaction? En enseignement, donner une rétroaction à un élève, c’est lui donner une information après avoir observé comment il réalise une tâche donnée – information qui l’aide à s’améliorer dans l’accomplissement de cette tâche.

Related: