background preloader

Google lance un formulaire pour le "droit à l'oubli" sur internet

Google lance un formulaire pour le "droit à l'oubli" sur internet
"Inappropriées, hors de propos ou obsolète". Ce sont les seules raisons qui pourront justifier la suppression de résultats sur le moteur de recherche Google. Ce dernier s'est plié jeudi à une décision de la justice de l'UE en faveur d'un "droit à l'oubli" en lançant un service en ligne destiné aux citoyens européens. Le géant du web a déclaré dans un communiqué : "Pour se mettre en conformité avec l'arrêt récent de la justice européenne, un formulaire est désormais disponible pour les Européens qui veulent demander la suppression de résultats sur notre moteur de recherche" Une décision sous contrainte La Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) a rendu mi-mai un arrêt favorable au "droit à l'oubli" sur internet en considérant que des particuliers peuvent obtenir sous certaines conditions la suppression de liens vers des pages internet comportant des données personnelles. "Droit à l'information" Une évolution pas anodine pour le mastodonte. Related:  IDENTITE NUMERIQUEDonnées personnellesIdentité numérique

Cour de cassation Diffamation et injures Cassation partielle Demandeur(s) : Mme Catherine X... ; et autre Défendeur(s) : Mme Maria-Rosa Y... Attendu, selon l’arrêt attaqué, que la société Agence du Palais qui avait employé Mme Y..., et sa gérante, Mme X..., ont assigné leur ancienne salariée en paiement de dommages intérêts et prescription de diverses mesures d’interdiction et de publicité, pour avoir publié sur divers réseaux sociaux accessibles sur internet, les propos suivants, qu’elles qualifiaient d’injures publiques :-“sarko devrait voter une loi pour exterminer les directrices chieuses comme la mienne !!! Sur le moyen unique, pris en ses quatre premières branches : Attendu qu’il est fait grief à l’arrêt de rejeter les demandes de Mme X... alors, selon le moyen : Mais sur la cinquième branche du moyen : Vu l’article R. 621 2 du code pénal ; Attendu que pour rejeter les prétentions de Mme X..., la cour d’appel s’est bornée à constater que les propos litigieux ne constituaient pas des injures publiques ;

Formation professionnelle : « Cette fois, nous sommes face à une vraie réforme » « Ce n’est pas qu’une réforme de plus : cette fois, il s’agit d’une vraie réforme » se félicite en préambule Eric Meerschaut, directeur d’Opcalia Ile-de-France, invité par Agora RH en tant qu’intervenant expert lors de cette soirée. Un avis partagé par de nombreux professionnels. Quelles sont les idées fortes de cette loi adoptée le 5 mars 2014 ? D’après Eric Meerschaut, elles peuvent être résumées en quatre mots-clefs : « Responsabilisation » : le système est « plus responsabilisant, à la fois pour l’entreprise et pour l’individu ». « Sécurisation » : la réforme met en place un système de financement tout au long de la vie et qu’il veut garantir la qualité de l’offre de formation. « Simplification » car certaines contraintes qui revenaient aux entreprises seront levées. « Certification » : le nouveau CPF (Compte personnel de formation) est dédié aux formations qualifiantes ou certifiantes. Fin de l’obligation légale : une mini-révolution Entretien professionnel obligatoire Christina Gierse

Données personnelles – défense d'entrer ! Afin de répondre rapidement à des besoins en matière de BYOD, un département informatique configure le téléphone mobile personnel d'un employé pour qu'il puisse s'en servir pour travailler. Dès lors, l'employeur a accès à toutes les informations personnelles stockées sur l'appareil. Les employés tolèreront-ils cela comme le prix à payer pour pouvoir utiliser leur appareil mobile préféré au travail ? Dilemme à l'ère de l'espionnage par le gouvernement Qu'il s'agisse de révélations concernant les écoutes de la NSA ou des plaintes déposées récemment par sept fournisseurs d'accès à Internet (FAI) à l'encontre de l'agence de renseignement britannique GCHQ, les articles sur l'espionnage de la part des gouvernements font la une de la presse. Le respect de la vie privée des utilisateurs, un casse-tête pour les entreprises Que font les entreprises pour limiter les risques ? La gestion des appareils mobiles insuffisante pour permettre au BYOD de garder la cote Quelle solution ?

Droit à l'image et droit de l'image L’utilisation croissante de l’informatique et de l’internet implique une utilisation croissante d'images confectionnées par les établissements ou captées par scanner ou réseau. Introduction Le cadre juridique touchant l’image est complexe, car il fait intervenir plusieurs corpus juridiques : droit pénal, droit civil, droit de la propriété intellectuelle, droit administratif. Les technologies de l’information n’ont dans les faits rien et tout modifié. Après avoir rapidement étudié les risques encourus par les personnes tant morales que physiques (I) qui ne respecteraient pas les droits liés à l’image, les composantes du droit à l’image (II) permettront de déboucher sur une étude plus approfondie du droit de l’image (III). I – Risques juridiques liés l’utilisation illégale ou irrégulière de l’image L’utilisation non autorisée d’images de choses ou de personnes fait courir à l’utilisateur le risque d’être condamné civilement et pénalement. I - 1. L’article 9 du Code civil stipule : I - 2.

« Maîtriser son Identité numérique » - Éducation aux médias Mmes Damas et Perroteau (lycée) / Mme Le Négaret (collège), de la cité scolaire Marie Curie à Sceaux (92) partagent leur séquence sur l’identité numérique. Contexte du projet Permettre aux élèves un meilleur épanouissement est le deuxième axe du projet de l’établissement. En intégrant le CESC, nous nous sommes rattachées à cet élément pour sensibiliser tous les élèves aux conduites à risque sur Internet. Le projet « Internet futé » a pris la forme de plusieurs actions dans la Cité Scolaire du 1 au 14 avril 2014. Objectifs Apprendre aux élèves à maîtriser leur image et leur identité sur Internet, et les sensibiliser aux conséquences d’une identité numérique mal maîtrisée Les initier à l’utilisation d’outils permettant la gestion de son identité numérique Interpeller l’ensemble des élèves de la cité scolaire Marie-Curie sur leurs pratiques numériques Faire le point sur leur culture numérique (droits et les obligations de l’internaute, acquisition d’un vocabulaire adapté). Actions menées

Les données personnelles et la protection de la vie privée à l'heure des nouvelles technologies | Net-iris Introduction Si la notion de données personnelles d'un individu englobe une quantité non-négligeable et importante d'informations plus ou moins nominatives (nom, prénom, âge, sexe, lieu de résidence, loisirs préférés, pseudo, n°client, etc.), force est de constater que bon nombre de personnes ignorent précisément de quoi il s'agit, mais aussi par qui et dans quel but des fichiers sont créés. S'il est aisé d'imaginer que nous sommes tous fichés par l'Etat et les organismes qui lui sont rattachés (sécurité sociale, fisc, police à travers la carte nationale d'identité, la préfecture lors de l'établissement de la carte grise, le Pôle emploi, le médecin, etc.), par son employeur, par des associations indépendantes (club de sport, association à laquelle on fait un don, forum de discussion ou chat, etc.) ou encore par des sociétés commerciales (banque, assureurs, téléphonie, fichiers clients des commerces, etc.), on imagine moins être fichés par des sociétés que l'on ne connaît pas.

UTILISATION DES DONNÉES PERSONNELLES Les données personnelles sont omniprésentes sur internet et leur importance économique est croissante. Pour les services de la société de l’information tels que les moteurs de recherche, les réseaux sociaux, ou les sites de vente en ligne, elles sont devenues indispensables. Ces services, apparaissant comme essentiellement gratuits pour les utilisateurs, ont en réalité un modèle économique particulier : la monétisation des données personnelles des utilisateurs en échange d’un accès gratuit. Depuis les années 1970, la montée en puissance de l’informatique et des nouvelles technologies de l’information et de la communication ont amené les États à prendre conscience de l’enjeu crucial que constitue la protection les données personnelles afin de garantir la vie privée des citoyens. La multiplication des moyens de captation des informations a accentué la possibilité de contrôle des personnes en rendant plus aisée la connaissance de la personnalité des individus par des tiers. Sources :

Google et le droit à l’oubli – Ce qu’il faut savoir La Cour Européenne de Justice a imposé aux moteurs de recherches et en particulier à Google de mettre en application le droit à l’oubli pour les personnes. Google n’a pas tardé à crouler sous les demandes de retraits de liens. Devant cet afflux, la firme de Mountain View a décidé de mettre en place un collège d’experts. L’arrêt de la Cour Européenne de Justice donne le droit à une personne de demander à un moteur de recherches de retirer un lien la concernant de ses résultats s’il propage des informations incomplètes, non pertinentes, obsolètes ou excessives. L’arrêt précise également qu’ils ne sont pas couverts par l’exception journalistique. Google a confié au journal The Guardian que la tâche était immense et particulièrement subjective. La décision de retirer un lien reste pourtant complexe. Les règles de Google Google s’est donc fixé des règles pour déterminer ce qui relève de l’intérêt public. La nomination d’experts indépendants

Quiz : maîtrisez-vous vraiment votre identité numérique ? La maîtrise de l’identité numérique, c’est important. D’un point de vue personnel bien-sûr, mais aussi pour optimiser son employabilité. Les recruteurs sont nombreux à scruter nos traces en ligne ! Avant toute chose, il est important de faire un état des lieux : on peut par exemple chercher son nom sur Google, et regarder les résultats obtenus. Attention aux surprises ! Ensuite, il conviendra de verrouiller correctement ses profils sur les réseaux sociaux, et publier du contenu pertinent là où les recruteurs peuvent s’aventurer. 9 quiz Question 1 Quel élément ne fait pas partie de l'identité numérique ? Les profils nominatifs sur les réseaux sociaux Les articles de blog signés de son nom Les commentaires anonymes sur les forums Question 2 Quelle ville propose le test "Soyez net sur le net" ? Paris Monaco Lille Question 3 Pour supprimer ses données personnelles sur Internet, on peut saisir : La NSA La CNIL Le FBI Question 4 Quel organisme est accusé d'espionner les données des internautes ? Question 5

Canopé académie de Besançon : Identité numérique Ces dossiers thématiques sont archivés, nous attirons votre attention sur leur date de mise à jour. Toute la communauté éducative est concernée par sa présence individuelle ou collective sur internet. Chacun (enseignant, chef d'établissement, élèves, parents) laisse des traces sur internet et cela constitue son identité numérique. Dans tous les cas, cela nécessite pour tous, les éducateurs et les élèves une sensibilisation, une éducation. Avec le développement des services dits Web 2.0, chaque internaute est producteur de contenus et cela le conduit régulièrement à laisser des traces de son activité numérique, au hasard de recherches sur des moteurs, de profils créés dans les applications web, de signatures inscrites au bas des pétitions numériques, de commentaires laissés suite à la lecture d'articles, de renseignements et authentifications complétés lors d'achats sur internet. Identité numérique, mode d'emploi... des éléments d'authentification : numéro d'identification, adresse IP,

Qu’est-ce que l’identité numérique ? Qu’est-ce que l’identité numérique et l’e-réputation ? Cette question se pose aujourd’hui dans le cadre de l'écosystème internet pour les usages individuels et collectifs.Cet ouvrage présente de manière accessible l'état de la recherche sur ces questions et propose un tour d'horizon des enjeux fondamentaux à maîtriser pour pouvoir garder le contrôle sur sa présence en ligne ou sur celle de son organisation.Ce livre s'adresse à ceux qui, soucieux de découvrir la richesse de cette problématique, aux entreprises, organisations et collectivités à la recherche d'une méthodologie et de bonnes pratiques sur ces questions, ainsi qu'à toute personne qui s'est déjà, ne serait-ce qu'une fois, posé la question de savoir si la publication d'une information, d'une vidéo, d'une photographie, d'un statut Facebook, ne risquait pas de lui porter un jour préjudice, à lui, à l'un de ses proches ou à son employeur. Cet ouvrage a été réalisé avec le soutien du Labex Hastec.

Related: