background preloader

DDAY l'Odyssée - L'espace pédagogique - Réseau Canopé

DDAY l'Odyssée - L'espace pédagogique - Réseau Canopé
Related:  S'inspirer2ème guerre mondialeGUERRE 40 45

Maubeuge dans la tourmente Au chaud dans les locaux de la « Frat' », centre social de la Fraternité au cœur de Sous-le-Bois, Jamel est à son aise. Lui ne l'a pas connu gamin, il a grandi à l'Epinette, autre quartier populaire de Maubeuge. Mais il y a passé du temps adulte et sait que ce lieu a souvent beaucoup compté pour les jeunes du quartier. Jamel s'est toujours senti Maubeugeois. En fait, Jamel a toujours songé à revenir dans le Nord. Depuis son retour, Jamel a décidé de s'investir dans la vie de sa ville, lassé de la critique systématique et du fatalisme d’une population résignée. Ils œuvrent aussi à restaurer le sentiment citoyen et la participation, à travers des cafés débats (tant sur l’éducation que l’attachement au territoire, le patriotisme ou les révolutions arabes...). « La jeunesse, notre plus gros potentiel » « Le moteur de tout ça, c'est l'attachement à Maubeuge et à la Sambre en général, plaide Jamel. La clé, pour Jamel et ses amis de la Maison de Loqman, est simple :

Seconde guerre mondiale : du débarquement à l'armistice - francetv ... A partir du 8 avril, et jusqu'à la fin du mois de mai, France 3 Basse-Normandie vous propose de vivre en direct "les veillées", débats publics au cours desquels les témoins évoqueront les rapports entre Français et Allemands, depuis l'occupation jusqu'à la réconciliation. Publié par

Raising the flag, une photographie de Joé Rosenthal, 1945 Histoire / Histoire des Arts Raising the flag, une photographie de Joé Rosenthal, 1945 Le 23 février 1945 le photographe Joé Rosenthal photographie la pose du drapeau américain au sommet du mont Suribachi dans l’île d’Iwo-Jima, alors que des très rudes combats contre les japonais se poursuivent. Ce cliché deviendra immédiatement un symbole de la guerre dans le Pacifique puis l’un des mythes les plus populaires des Etats-Unis. Comment passe-t-on d’un simple cliché au mythe ? A. Il s’agit de la photographie prise par Joe Rosenthal (octobre 1911 – août 2006) le 23 février 1945. quatre sont parfaitement visibles, en train de hisser le drapeau américain qui se détache sur un ciel gris et claque au vent. Les combats commencent le 19 février par le débarquement sur Iwo Jima. La vidéo de la scène Cette photo est publiée à la Une du grand quotidien américain, « the New York Times » date du 25 février 1945, soit moins de 2 jours après que la photographie de Joé Rosenthal ait été prise. B- La polémique

« Le mystère de Grimouville » : petit webdoc, joli succès… C’est un projet qui avait réussi à créer un beau ramdam, y compris sur Le Blog documentaire (voir ici)… « Le mystère de Grimouville », porté depuis les bancs du CFJ par Charles-Henry Groult et Romain Jeanticou, a été publié le 4 avril dernier sur le site de France Bleu (une projection, partielle et gratuite, aura d’ailleurs lieu ce vendredi 23 mai à Paris). Produit par Lumento, le programme a remarquablement entamé sa carrière sur le web, avec des niveaux de consultation peu communs depuis sa mise en ligne. Analyse d’un succès d’estime, par Nicolas Bole. D’accord, on ne va pas faire de Grimouville un exemple, ni un « phénomène ». Déjà parce que l’on est encore loin, si l’on veut comparer ce qui n’est pas comparable, du succès d’audience d’un Norman ou d’un Gangnam Style. 1 – La modestie du projet On ne vous fait pas le coup du « small is beautiful », on vous jure. 2 – Des "webdocs du milieu", oui, mais aussi des "webdocs du bas" de qualité 3 – Un temps de consultation maîtrisé Like this:

2e GUERRE MONDIALE VIDEOS. Le Chant des Partisans a 70 ans: 5 choses à savoir La première version du Chant des Partisans était écrite en russe À l'origine, c'est Anna Marly -une guitariste d'origine russe, réfugiée à Londres pour fuir l'invasion de la France par le régime nazi d'Hitler- qui compose la musique du Chant des Partisans, en 1942. Dans sa première version, l'hymne des résistants s'appelle Le Chant de la Libération et les paroles sont en russe, parfois précédé d'une traduction lorsqu'Anna Marly le chante à la BBC. Une mélodie sifflée pour passer outre le brouillage allemand et se reconnaître dans le maquis Le refrain du Chant des Partisans a, au début, été sifflé par hasard, par "réflexe". "Je sifflais (Le Chant des Partisans, ndlr) d'abord parce que lorsque vous jouez de la guitare, le réflexe normal est de siffloter (...) j'ai donc sifflé le refrain (à la radio) et on a découvert que c'était justement l'air qui traversait le brouillage ennemi", explique Anna Marly lors d'une interview en 1964 (voir ci-dessous). Un chant de résistance international

« Le Grand Incendie » (Samuel Bollendorff & Olivia Colo) Le Blog documentaire s’arrête un moment sur « Le Grand Incendie », le dernier webdocumentaire d’Olivia Colo et de Samuel Bollendorff, que les connaisseurs du genre connaissent comme le père du très étudié « Voyage au bout du charbon ». Cette nouvelle œuvre, présentée et publiée en décembre 2013, aborde la question des immolations volontaires dans l’espace public, en France (une tous les 15 jours). Un documentaire interactif qui n’est pas sans poser questions, de fond et de forme – ce qui, en soi, est déjà une réussite ! Analyse critique donc, par Nicolas Bole. Sorti au début du mois de décembre, Le Grand Incendie, produit par Honkytonk Films et diffusé par France Télévisions, est une mise en parallèle de deux paroles sur un fait de société apparu depuis plusieurs années dans la colonne des faits divers : l’immolation volontaire. Le Grand Incendie – © Samuel Bollendorff Le Grand Incendie – © Samuel Bollendorff / Olivia Colo Nicolas Bole@nicolasbole Like this: J'aime chargement…

La propagande dans les Comics Américains de la Seconde Guerre Mondiale Skip to content ufunk ufunk La Sélectiondu Week-End [77 images] La Sélection du Week-End n°245 Toutes les Sélections du Week-End Featured Cette petite fille de 3 ans se déguise en femmes célèbres pour soutenir sa grand-mère malade Les délicates broderies de Sheena Liam History of Tattoos – Les tatouages du premier artiste anglais en 1889 Giants – Il capture des portraits fascinants des baleines à bosse Quand la pop culture rencontre les peintures classiques Petites Luxures – Des illustrations délicieusement coquines Publiez vos projets sur UFUNK ! Des petites filles et des sex toys – Une campagne extrêmement dérangeante Les articles des lecteurs Disney’s Bastards – Les peintures de Gilen Bousquet Pop Nippon – Mashups et culture traditionnelle japonaise Tous les articles Les vidéos bonus Il recrée le film Terminator 2 dans GTA V Fabriquer des ampoules vintage à la main Toutes les vidéos Un autre article ? La meilleure blague avec un oeuf de Pâques

L’affiche rouge Contexte historique Une opération de propagande d’envergure Constitué et organisé entre la fin de l’année 1942 et février 1943, le réseau Manouchian fait partie du groupe de résistance des « Francs-tireurs et partisans – main-d'œuvre immigrée » (FTP-MOI). Composé de 23 communistes (dont 20 étrangers : espagnols, italiens, arméniens et juifs d’Europe centrale et de l’est), le réseau effectue de nombreux attentats et actes de sabotages contre l’occupant nazi. Le réseau Manouchian tient son nom de son dirigeant : Missak Manouchian. Arrêtés en novembre 1943, ses membres sont jugés lors d’un procès qui se déroule devant le tribunal militaire allemand du Grand-Paris, du 17 au 21 février 1944. 22 des 23 membres du réseau (Olga Bancic, la seule femme du groupe, étant décapitée le 10 mai) sont condamnés à mort et fusillés le 21 février au fort du Mont-Valérien. Réalisée par les services de propagande allemands en France Des libérateurs? Analyse de l'image L’armée du crime Interprétation

Grande Guerre interactive #1 : "1914, dernières nouvelles" L’événement était attendu par de nombreux producteurs – et par Le Blog documentaire… Le centenaire de la Grande Guerre coïncide avec l’arrivée à maturité, parmi les acteurs de l’audiovisuel, d’auteurs et de créatifs capables de développer des propositions interactives qui vont plus loin que le webdoc hérité du CD-ROM. Résultat : l’année 2014 sur le web sera parsemée de webdocumentaires, sites ou applications participatives, que les principaux diffuseurs ont tous savamment pensés et orchestrés. Première chronique avec « 1914, dernières nouvelles », l’une des facettes du dispositif d’ARTE diffusée depuis le tout début de l’année. A tout seigneur tout honneur : dans la course effrénée aux célébrations interactives de la Première Guerre mondiale, ARTE a dégainé le premier en mettant en ligne 1914, dernières nouvelles… dès le 1er janvier 2014 ! Nicolas Bole@Nicolasbole - Grance Guerre interactive #2 : "10 destins-Apocalypse" - 1914, dernières nouvelles : le quiz chansons pop/hip-hop Like this:

Histoire des arts : Captain America, un héros patriotique face à la Guerre du Pacifique. I Captain America, un super héros à l'ancienne. En juillet 2012, les studios Marvel, filiales du groupe Disney, lancent sur les écrans de cinéma Captain Amarica : the fistr avenger de Joe Johnston. Cette superproduction très réussie se déroule durant la Seconde Guerre mondiale. Elle raconte les aventures de Steve Rogers, un jeune orphelin new-yorkais du Lower Eart Side, idéaliste et courageux, que l’armée rejette de ses rangs à cause de sa faible constitution physique. Recueilli par le docteur Josef Reinstein (nom de code Erskine), il devient le cobaye volontaire d’une expérience qui vise à créer un super-soldat grâce à un sérum révolutionnaire. II Les comics américains, entre divertissement populaire et propagande. Le film de Johnston joue habilement avec les origines littéraires de Captain America. III Se souvenir de Pearl Harbor. Le premier numéro de Captain America paraît en décembre 1940. En avril 1942, le jeune Stan Lee assure l’écriture du n°13. Pour aller plus loin :

Related: