background preloader

Infographie : Quelles sont les attentes des...

Infographie : Quelles sont les attentes des...
Le consommateur connecté attend de retrouver autant d’informations en magasin, voire davantage, que sur le net. Comment les enseignes doivent faire évoluer leur offre ? Kiwapp, spécialisé dans la digitalisation des points de vente, apporte son avis en infographie. Quelles sont les attentes des consommateurs en magasin ?

http://www.lsa-conso.fr/infographie-quelles-sont-les-attentes-des-consommateurs-en-magasin,173604#xtor=EPR-75-nl_franchise-20140226

Related:  RETAIL : CROSS CANAL, MAGASIN DU FUTUR, MERCHANDISINGmarketing de service

Magasin connecté: les 10 tendances à suivre - L'Express Aujourd'hui déjà, 87 % des consommateurs recherchent de l'information sur les sites marchands avant de finaliser leurs achats dans leurs points de vente habituels, et 32% vont acheter un article sur internet dès qu'ils ne le trouvent pas dans les rayons. Demain, ces magasins devront se réinventer pour continuer d'exister. Avec un triple enjeu. Primo : attirer, grâce au digital, des clients dans les boutiques.

Decathlon : l'expérience client en magasin se digitalise Qu’elle soit au niveau de ses produits ou de la vente, l’innovation se doit d’être au service du client pour Decathlon. En cette rentrée 2014, l’enseigne sportive préférée des français déploie de nouveaux services digitaux sur l’ensemble des 262 magasins : retrait en magasin des commandes passées sur Decathlon.fr, outil Mobistore et RFID. Les puces RFID pour gérer les stocks et accélérer le passage en caisse Une puce électronique fonctionnant avec le système dit RFID – « Radio Fréquence Identification » – est intégrée à une étiquette collée sur chaque référence. En équipant ses produits de cette puce, il est possible de les suivre à distance, en direct et quelque soient les volumes.

« Au bout du champ » distribue les fruits et... - PGC - Produit de grande consommation La petite boutique d’un peu plus de 20 m² ne se remarque pas au premier coup d’œil, dans cette artère plutôt calme de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine). Au cœur d’une zone résidentielle et face à un parc municipal, « Au bout du champ » explore depuis quelques mois une nouvelle voie de commerce alimentaire, à la confluence des tendances observées chez les consommateurs : des fruits et légumes frais et issus de l’agriculture locale, distribués en libre-service ou commandés sur Internet par les clients, qui les retirent ensuite dans des casiers automatiques, entre 8h et 22h. La boutique est implantée au coeur d'une zone urbaine, rue Camille-Pelletan, à Levallois-Perret (92) Une nouvelle forme de « click and collect » alimentaire encore peu répandue, même si plusieurs initiatives très locales existent. « On a eu l’idée en nous baladant dans un tout petit village, confie Joseph Petit, l’un des deux associés et fondateurs d’Au bout du champ. "Pas dans une logique de volume"

L'Oréal Paris ouvre une troisième boutique Après Stockholm (le 29 août dernier, et Oslo, le 24 octobre), c’est au tour de l’Europe du Sud de se voir doter d’une boutique de 100 mètre carrés. L’ouverture a eu lieu hier soir. L’intégralité des produits de la marque sont proposés, du maquillage aux colorations capillaires. Le magasin propose également des services. Dossier de l'été: Les 30 concepts qui ont... - Grande Distribution et consommation Très grosse actualité dans le domaine des concepts magasins durant la première partie de l'année 2014. Beaucoup de travail côté non al d'abord, autour des concepts de beauté, tous aiguillonnés par l'épouvantail Kiko. Même stimulation en textile avec Primark qui oblige tout le monde à repenser son offre. Les concepts alimentaires ne sont pas en reste avec Whole Food qui a créé l'événement à Brooklin autour de son magasin-serre mais aussi le nouveau Carrefour de Qwarz (Villeneuve-la-Garenne), l'Intermarché version hyper ou encore le Auchan version proxi de Caluire. Des curiosités enfin, dénichées avec notre partenaire Dia-Mart Consulting, comme cette enseigne qui vend de l'eau de pluie au Mexique, Casa del Agua, ou le concept de vente de jeans entièrement automatisé, Hointer.

Monter un réseau de distribution : Quand efficacité rime avec adaptabilité Ceux qui m’ont déjà lue auront compris, je suis amenée à beaucoup voyager dans le cadre professionnel et je réside à l’étranger depuis pas mal d’années. Je vais aujourd’hui partager avec vous une anecdote qui illustre assez bien le titre de cet article. Cette anecdote-ci, m’a été racontée par un ami récemment rencontré lors d’un voyage en Asie. Vous allez voir que la ligne droite n’est pas toujours le meilleur chemin pour arriver à ses fins. Mon ami en question, anglais, avait été mandaté par le ministère laotien de la santé pour monter un projet d’assurance maladie, une sorte de couverture santé locale. Après plusieurs mois de travail entouré d’une équipe de laotiens et d’occidentaux, le projet voyait le jour, l’assurance santé était prête et il ne restait plus qu’à informer la population laotienne de son existence afin de générer les adhésions.

M-commerce : l’achat sur mobile va peser 7... Parfois réticents à changer leurs comportements, les Français vont, semble-t-il adopter, l’achat sur mobile en 2015. C’est en tout cas le principal enseignement d’une étude réalisée par le Centre for Retail Research (CRR) pour RetailMeNot, Inc, dont les résultats ont été publiés le 25 février 2015. Le marché du m-commerce français devrait doubler en 2015, passant de 3,7 à 7 milliards d’euros, soit une hausse de 91%. Une croissance qui se généralise à l’Europe, où les dépenses en ligne effectuées sur mobile pourraient, selon la même étude, atteindre les 44,9 milliards d’euros, contre 23,8 milliards d’euros en 2014 (+89%). Clients équipés et connectés Pour ces clients connectés et pour ceux qui vont le devenir, les opérateurs et les fournisseurs d’applis s’emploient à faciliter l’achat sur mobile.

Google, Amazon, materiel.net, LDLC... Ces... Les sites internet peuvent-ils se passer de magasins ? Si cela agite l'e-commerce depuis des années, le secteur semble depuis peu pencher vers le "non". Les sites sont ainsi de plus en plus nombreux à ouvrir des boutiques ou du moins à montrer leur intérêt pour une présence physique. Une tendance qui s’est confirmée en début d’année, lors du grand salon Retail Big Show, à New York, dont le slogan était "brick is the new black". En substance, les différents intervenants ont expliqué que, après l’ère des pure players, s’ouvrait celle de l’interaction site-magasin. C’est ce qu’a rappelé l’ancien patron de Walmart aux États-Unis, Bill Simon: "Certes, les pure players ont été meilleurs que nous au début, car ils ont su, grâce à la technologie, s’approprier ce qui faisait avant la force des catalogues papier, analyse-t-il.

Une première boutique Google à Londres Google poursuit sa riposte face à Apple en ouvrant sa première boutique, ou plutôt son premier corner, à Londres, en Grande-Bretagne. Une ouverture discrète, aux antipodes des annonces tonitruantes de son concurrent américain. C’est sur Tottenham Court Road, avenue londonienne très commerçante et proche de la Cité de Westminster, que la première boutique Google a ouvert, à Londres, le mercredi 11 mars 2015. Le géant américain a choisi de s’implanter dans un supermarché d’électronique, Currys PC World, à travers un corner aux couleurs vives, emblématiques de la firme de la Silicon Valley. Gadgets et interactions via Google Earth et Google View

Related: