background preloader

Apprendre à écrire ou à coder ?

Apprendre à écrire ou à coder ?
Programmer ou être programmé(e) ? Premier argument en faveur de l’apprentissage du code informatique lors de la scolarité : Syntec Numérique, le syndicat qui regroupe les entreprises du secteur, alerte les pouvoirs publics depuis des années sur les difficultés de recrutement d‘informaticiens correspondant à leurs besoins. L’émergence de structures éducatives hybrides illustre le décalage (ou «mismatch») entre formation et profils recherchés, à l’image de l’école 42, une école d’informatique gratuite ouverte à toutes les personnes âgées de 18 à 30 ans, sans condition de diplômes préalables, lancée à l’initiative du PDG de Free en France. 40 000 candidatures ont été reçues en seulement quelques semaines pour 1 000 admis. D’autre part, la vie des individus, des collectivités comme des entreprises est de plus en plus régie par des algorithmes et des programmes informatiques dont la logique détermine une certaine façon de penser. Apprendre à coder dès le primaire… Exemple d’écriture cursive.

Enseigner le code à l’école ? Vraiment De partout, à travers le monde, l’idée de l’apprentissage du numérique à l’école semble être devenue le nouveau Graal. En France, la Fing (dont je suis employé) et de nombreuses autres associations et organismes ont même déclaré l’éducation au numérique grande cause nationale pour l’année 2014. Mais quel est l’enjeu de cet engouement pour le “tous codeurs ?” Le présupposé part le plus souvent d’un principe simple : le numérique est l’enjeu de nos sociétés de demain, il faut donc apprendre aux plus jeunes non seulement les usages, mais également la programmation, le code, pour qu’ils sachent mieux comprendre le monde de demain et qu’ils puissent trouver de l’emploi dans les métiers du numérique qui peinent déjà à trouver les professionnels dont ils ont besoin. Mais doit-on l’être avec la méthode ? Image : citation extraite de Questions numériques, les controverses, provenant d’un article de Chase Felker sur Slate.com “Peut-être que tout le monde ne devrait pas apprendre à coder”.

Harvard Researchers Build $10 Robot That Can Teach Kids to Code Mike Rubenstein, Harvard University Mike Rubenstein wants to put robots in the classroom. Working with two other researchers at Harvard University, Rubenstein recently created what they call AERobot, a bot that can help teach programming and artificial intelligence to middle school kids and high schoolers. That may seem like a rather expensive luxury for most schools, but it’s not. The tool is part of a widespread effort to teach programming and other computer skills to more children, at earlier stages. Rubenstein’s project grew out of the 2014 AFRON Challenge, held back in January, which called for researchers to design low-cost robotic systems for education in the developing world. He and his colleagues assembled most of the electronics with a pick-and-place machine—a machine that automatically builds printed circuit boards—and in order to further cut costs, they used vibration motors for locomotion and left out a chassis.

Apprendre le code, même à l’école En France, en Europe, dans le monde entier, les initiatives se multiplient pour développer la culture numérique des jeunes et proposer des apprentissages au code. La maîtrise et la compréhension des fondamentaux de l’informatique semblent de plus en plus nécessaires pour éduquer de véritables citoyens numériques éclairés, dans un monde toujours plus connecté. « Les jeunes d’aujourd’hui ont une grande expérience et une grande facilité pour interagir avec les nouvelles technologies, mais beaucoup moins pour créer et s’exprimer avec. C’est un peu comme s’ils savaient lire, mais pas écrire avec les nouvelles technologies » déclarait Mitch Resnick, directeur du groupe Lifelong Kindergarten au MIT Media Lab, dans une vidéo TEDx en 2012. Le code semble souvent inaccessible, comme le soulignait Mitch Resnick dans cette même intervention : « Pour beaucoup de gens, quand ils pensent au code, ils se disent que c’est réservé à une communauté très étroite de personnes ayant cette connaissance ».

Start Developing iOS Apps Today: Setup Start Developing iOS Apps Today is the perfect starting point for creating apps that run on iPad, iPhone, and iPod touch. View this guide’s four short modules as a gentle introduction to building your first app—including the tools you need and the major concepts and best practices that will ease your path. The first three modules end with a tutorial, where you’ll implement what you’ve learned. At the end of the last tutorial, you’ll have created a simple to-do list app. After you build your first app and before you start your next endeavor, read the fourth module. Even though it takes you through every step of building a simple app, to benefit most from this guide, it helps to be acquainted with computer programming in general and with object-oriented programming in particular. Get the Tools Before you start developing great apps, set up a development environment to work in and make sure you have the right tools. To develop iOS apps, you need: To download the latest version of Xcode

"Plus que l'apprentissage du code, c'est la sensibilisation aux cultures numériques qui est importante" Peut-on enseigner le code informatique à toute une nation ? Nous nous posions la question dans un article dédié à la campagne de sensibilisation Year of Code récemment lancée au Royaume-Uni. Ces dernières années, la formation aux langages des machines s'est imposée comme un facteur d'employabilité au sein d’un marché qui fait grise mine. Mais comment procéder pour y éduquer la population ? Est-ce à l'école d’agir ou doit-on laisser la place aux Espaces publics numériques et autres tiers-lieux qui s'y sont déjà dédiés ? Dans leur ouvrage Lire, écrire, compter, coder qui sortira le 28 avril prochain, Frédéric Bardeau et Nicolas Danet questionnent les enjeux de l'apprentissage du code aujourd'hui et s'interrogent quant à la meilleure manière de le faire. Vous êtes co-fondateur de Simplon.co, la "fabrique des jeunes codeurs" ouverte l’année dernière. Nous sommes plusieurs co-fondateurs et nous travaillions tous en communication numérique. Ce n’est pas le propos de notre livre. Absolument.

Introduction to HTML - Web developer guide When you look at a web page in a web browser, you see, at the simplest level, words. These words usually have some style characteristics, such as different fonts, font sizes and colors. In many cases a page also displays images or maybe video. Sometimes there is a form where you can enter (or search) for information, or customize the display of the page to your liking. Often a page contains content that moves or changes while the rest of the page remains the same. Several technologies (such as CSS, JavaScript, Flash, AJAX, JSON) can be used to define the elements of a web page. The HTML specification defines a single language that can be written using the relaxed HTML syntax, but also the more strict XML (Extensible Markup Language) one, and also addresses the needs of web applications. The creator of a web page can use Cascading style sheets (CSS) to define the appearance and layout of texts and other materials. This article provides an introduction to HTML. A brief history of HTML <!

Faut-il enseigner le code informatique à l'école ? LE MONDE | • Mis à jour le | Par Maryline Baumard L'écolier français fera-t-il bientôt des lignes de code à côté de ses lignes d'écriture ? Dans un monde où l'ordinateur prolonge nos cerveaux, la capacité à programmer et plus largement à maîtriser ce qui se passe derrière l'écran est en train de créer une nouvelle élite. A eux les emplois de demain, certes, mais aussi l'usage plus intelligent des appareils courants. « L'informatique façonne le monde moderne. Il faut casser la frontière entre ceux qui sont capables de créer, et ceux qui resteront des consommateurs d'écrans », résume l'académicien et professeur au Collège de France, Gérard Berry. Est-ce à l'école d'enseigner ces langages que l'ordinateur sait interpréter ? Ce débat, qui a longtemps opposé les « geeks » à la France traditionnelle, est en train de prendre une tournure plus politique.

OECD Yearbook Code is the next universal language. In the 1970s punk rock drove a whole generation. In the 1980s it was probably money. For my generation, the interface to our imagination and to our world is software. This is why we need to get a more diverse set of people to see computers not as boring, mechanical and lonely things, but as something they can poke, tinker with and turn around. Here’s what I think: little girls don’t know yet that they’re not supposed to like computers. But their parents know. So when I was studying in school, instead of learning to use computers, I got excited about creating make believe worlds, conjugating French irregular verbs, knitting socks and the philosophy of Bertrand Russell. We’ve made computers smaller and smaller, built layer upon layer of abstraction between the human being and the machine. “It must be magic!” “It’s too complicated!” But it’s not magic and it’s not complicated. And that’s why the language we use is foreign. Other OECD Forum 2016 issues

Académie des technologies Communication de la commission TIC de l’Académie des Technologies - mai 2014 Tous les citoyens doivent recevoir une éducation numérique et informatique, tout au long de leurs scolarité, du primaire au secondaire : cette idée fait aujourd’hui largement consensus, comme en témoignent plusieurs rapports produits récemment. Mais que doit-on enseigner et de quelle manière doit se faire cet enseignement ? Suite aux réflexions menées au sein de sa commission Technologies de l’information et de la communication, l’Académie des technologies, dans une communication : « Le rôle de la technologie et de la pratique dans l’enseignement de l’informatique », bat en brèche quelques idées reçues et prend position pour des contenus et une pédagogie adaptés aux besoins de la société du 21ème siècle. L’enseignement de l’informatique et du numérique doit avant tout permettre à l’élève l’apprentissage de la modélisation et intégrer l’étude des systèmes, un besoin fondamental du 21ème siècle. A lire

Le débat : demain, tous codeurs ? Demain, tous codeurs ? Dans un monde où les outils numériques ont révolutionné la vie quotidienne comme les pratiques professionnelles, la connaissance des langages informatiques peut constituer un précieux atout. Dès lors, faut-il s’y former ? Pour répondre à cette question, nous avons invité quinze experts à nous faire part de leur vision. Avant de retrouver l’intégralité de leurs contributions, voici un petit aperçu des principales tendances qui se dessinent. > La programmation, un enjeu de taille pour maîtriser le monde de demain La plupart de nos contributeurs s’entendent pour dire qu’une compréhension fine du numérique sera essentielle pour évoluer dans le monde qui se prépare. « La nouvelle économie, c’est l’économie de la multitude : sa principale source de valeur est l’activité créatrice de milliards d’individus créatifs, éduqués, équipés et connectés ». Ce qui fait diverger les avis, c’est l’importance accordée à cette évolution. > Enseigner le code ? > En guise de conclusion...

LE CODE : concept de programmation (ressources, outils, concours….) Du 7 au 13 décembre se tiendra l’événement #Hourofcode "Computer Science Education Week" pendant lequel des éducateurs à travers le monde s’engagent à faire vivre à leurs élèves une heure d’activité de programmation. Comment enseigner une Heure de Code : Mode d'emploi Des idées pour cette semaine : L'organisation Code.org propose aux enseignants, de prendre une heure pour enseigner aux enfants les rudiments de la programmation. Une heure pour apprendre à programmer avec la Reine des Neiges Un organisme assurant la promotion de la programmation informatique a conçu un court module d'initiation basé sur le méga succès de Disney « La Reine des Neiges » En savoir plus sur Cursus edu : Le site Web : Une heure de code avec Minecraft NOUVEAU : Le projet « 1, 2, 3… codez !

Enseigner la programmation grâce à code.org Saviez-vous que depuis septembre 2014, toutes les écoles publiques du Royaume-Uni enseignent la programmation aux élèves, et ce, dès l’âge de 5 ans? Cette approche curriculaire changera la façon dont les jeunes voient la technologie. Au lieu d’être de simples consommateurs, ils deviennent des concepteurs, des créateurs. Israël a d’ailleurs bien compris le phénomène puisque la programmation fait partie du curriculum du secondaire depuis près de 20 ans. Et ce pays est maintenant une vraie superstar de startups de technologies. Même si nous n’avons pas l’informatique obligatoire dans notre programme de formation, nous pouvons sensibiliser et amener nos enseignants (et leurs élèves) à la programmation grâce, entre autres, à code.org. Le studio de code.org permet d’apprendre à programmer de façon simple avec un bon soutien directement ligne. Le site n’est pas entièrement traduit, mais vous pouvez contribuer à sa traduction.

Related: