background preloader

La première maison française qui tweete

La première maison française qui tweete
En Bourgogne, un passionné de cybernétique et de domotique a truffé de capteurs sa résidence, devenue la première maison de France qui tweete sur sa vie et celle de ses habitants. Sans tout révéler et pour "donner à réfléchir". Deux étages, un garage en désordre, trois enfants qui courent dans le jardin et des gâteaux qui cuisent dans le four : la maison de la famille Spiquel ressemble à beaucoup d’autres. Impossible de deviner qu’elle passe ses jours et ses nuits à tweeter, à Joigny, une petite ville de 10 000 habitants en Bourgogne. @Hometweethome. @HomeTweetHome est prolixe : depuis l’ouverture de son compte, le 20 janvier 2013, elle a envoyé plus de 4 000 tweets à ses 248 abonnés. Compte Twitter d'@HomeTweetHome. Partout dans la maison, des « capteurs de comportements » ont été installés. Capteur de température dans la cuisine. La salle technique du sous-sol. Mode de vie automatisé Ce mode de vie automatisé comporte une part de souplesse. Jusqu'où aller dans l'intimité ?

Tesla promet une voiture sans conducteur dans un an Dans la Silicon Valley, il n’y a pas que Google qui s’intéresse aux voitures sans conducteur. Tesla aussi. Jeudi 2 octobre, Elon Musk, le fondateur et patron du fabricant de voitures électriques, a précisé son calendrier. « L’année prochaine, une voiture Tesla sera probablement capable d’être sur pilote automatique 90 % du temps. A coup sûr, sur les autoroutes », a-t-il expliqué lors d’un entretien accordé à CNN, assurant aussi que les « véhicules autonomes deviendr[aie]nt sans aucun doute une réalité ». Cela ne signifie pas pour autant que Tesla vendra une voiture sans conducteur dès 2015. Si Tesla se doit d’être un leader dans ce domaine, selon M. Mais pour le moment, c’est Google qui paraît le plus avancé. Les autorités américaines commencent aussi à se pencher sur le dossier. La loi prévoit d’autres obligations, comme un programme d’entraînement des chauffeurs et une assurance couvrant jusqu’à 5 millions de dollars de dégâts. Dernier obstacle : le coût. Photo: Google

Les drones font leur B.A | La foire du drone Les drones peuvent être autre chose que des engins de destruction ou d'espionnage. Le Drone User Group Networking (Réseau des utilisateurs de drones civils) qui fédère plusieurs organisations, a entrepris de mettre à l'honneur les drones de bonne volonté. Bref, les gentils drones. Réuni à Dallas le 15 septembre, il a décerné son premier Prix de l'innovation sociale. Deux réalisations se partagent les 10 000 dollars attribués par les organisateurs. "À mesure que les drones deviennent plus accessibles et faciles à faire voler, nous voyons des particuliers et des organisations à but non-lucratif inventer de nouveaux usages à côté des activités gouvernementales et des grandes applications commerciales" s'enthousiasme Timothy Reuter, fondateur du Drone User Group Networking. L'université de Wollongong (Nouvelle Galles du sud) a mis à l'honneur le 16 septembre deux étudiants à l'origine de la création d'un drone de sauvetage. Signaler ce contenu comme inapproprié

Related: