background preloader

De véritables dépotoirs marins

De véritables dépotoirs marins
La santé des océans du globe est de plus en plus perturbée par une multitude de polluants qui ne cessent d’en accélérer la dégradation. Or peu de mesures ont jusqu’ici été prises pour tenter de protéger ces milieux très riches et essentiels au maintien de la vie sur Terre. Tout l’écosystème marin paie le prix de cette inaction, notamment en ce qui a trait à la prolifération du plastique dans ces vastes étendues d’eau. L’athlète québécoise Mylène Paquette a constaté de ses propres yeux à quel point l’océan Atlantique est jonché de détritus. « Je n’ai pas vu un seul déchet, mais des dizaines et des dizaines. Les seules journées où je n’ai pas vu de déchets, c’est parce que j’étais à l’intérieur de la cabine de mon bateau. J’en apercevais tellement que ça devenait en quelque sorte banal. Amante de la mer, elle se souvient particulièrement d’avoir aperçu beaucoup de morceaux de plastique flottant à la surface des eaux. « Je crois bien en avoir vu tous les jours », souligne-t-elle.

http://www.ledevoir.com/environnement/actualites-sur-l-environnement/407292/de-veritables-depotoirs-marins

Related:  Déchets plastiquesLe plastique dans les océans, le 7ème continent.gafarot

Le plastiglomérat, une nouvelle roche composée de plastique Du plastiglomerat (A) contenant du basalte, du plastique fondu, un bout de corde jaune et vert et un filet rouge, (B) où des morceaux de plastique noir et vert de conteneurs adhèrent à du basalte, (C) avec des pastilles de plastique et des débris ligneux, (D) composé de sable, d'un tube noir, d'un couvercle de bouteille, de pastilles, d'un filet et d'une partie de sac en plastique. © Patricia Corcoran et al., GSA Today Le plastiglomérat, une nouvelle roche composée de plastique - 2 Photos Surnommé « plastiglomérat » par ses rapporteurs, le matériau semi-naturel se compose d'une agrégation de roche volcanique, de sable, de débris de coquillage, de coraux et bien sûr, de matière plastique.

Consensus Scientifique sur les Déchets marins Accueil » Déchets marins » Niveau 1 Contexte - La production mondiale de plastiques augmente et cette hausse s’accompagne d’une augmentation des déchets plastiques. Une partie de ces déchets se retrouvent dans le milieu marin sous la forme de microplastiques, de petites particules de plastiques qui peuvent soit être produites sous la forme de pastilles plastiques, soit être le résultat de la dégradation d’objets plastiques tels que les sacs, les vêtements, les articles ménagers, ainsi que les matériaux de construction et les engins de pêche et d’aquaculture qui sont jetés ou perdus.

Climatologie -> Océanographie -> Les Océans Malades du Plastique Depuis des années, des décharges de plastiques envahissent les mers, dans l’indifférence générale. Or, des études récentes montrent qu'elles menaceraient toute la chaîne alimentaire... Les déchets plastiques représentent deux sources de pollution : ils se dissolvent en particules minuscules - qui contiennent des substances toxiques - et agrègent les polluants présents dans l'eau. REPÈRES : Dès 1997, Charles Moore repère dans l'océan Pacifique une zone d'accumulation de déchets plastiques. En 2010, une deuxième zone est repérée dans l'Atlantique Nord, suivie de trois autres.

Stop aux sacs en plastique Huit milliards de sacs en plastique sont jetés dans la nature chaque année en Europe. Ces déchets plastiques, symboles de nos sociétés de consommation, défigurent les paysages, polluent les eaux et déciment la faune aquatique - oiseaux de mer, tortues, baleines… Obtenons l’interdiction des sacs plastiques dans l’UE ! Les sacs en plastique sont le symbole du gaspillage inhérent à nos sociétés de consommation : chaque Européen en utilise en moyenne 200 par an - soit près de 100 milliards au sein de l’UE ! Ne servant le plus souvent qu'une seule fois, leur temps moyen d’utilisation -20 minutes- est dérisoire comparé aux siècles nécessaires à leur décomposition. Huit milliards de sacs plastiques ne sont pas jetés à la poubelle mais abandonnés dans la nature chaque année. Ils défigurent les paysages, polluent les eaux et forment d’immenses plaques de déchets sur les océans.

Maldives – Misère et ordures, la face cachée du paradis Les îles Maldives sont connues pour leurs paysages de paradis sur terre, d’eau turquoise et de plages paradisiaques. Le photographe Hani Amir nous révèle la face cachée de ce paradis avec une série de photographies prises sur l’île artificielle de Thilafushi. Construite en 1992 pour faire face au problème des déchets cette île de 7 kilomètres de long sur 200 mètres de large, emmagasine 330 tonnes de déchets par jour (chaque touriste visitant l’archipel, en produit a lui seul 3,5 kg par jour), et du coup celle-ci croît de 1 m2 par jour (wikipedia).

L’expédition 7e continent confirme : l’océan est une soupe de plastique L'expédition 7e continent souhaitait rapporter des preuves visuelles de la pollution au plastique des océans, en voici une. Il n'existe pas à proprement parler de continent de plastique, mais les gyres accumulent et dégradent les macrodéchets. On peut observer dix macrodéchets défiler toutes les heures, sur seulement 150 m de long. © Soizic Lardeux, OSL L’expédition 7e continent confirme : l’océan est une soupe de plastique - 5 Photos On estime que 26 millions de tonnes de plastique, soit un dixième de la production totale, finissent dans les océans.

Récifs artificiels : la fin de l'immersion des pneus en mer Des millions de pneus ont été immergés dans les mers et océans depuis les années 1960 avec l'idée d'en faire des récifs artificiels. © baranq, shutterstock.com Récifs artificiels : la fin de l'immersion des pneus en mer - 2 Photos Une partie des 25.000 pneus immergés en Méditerranée entre Cannes et Antibes dans les années 1980 est en train d'être retirée à l'initiative de l'Agence des aires marines protégées, une première pour cet établissement dépendant du ministère de l'Écologie. L'opération pilote, qui porte sur quelque 2.500 pneus et qui se déroule sur un site classé Natura 2000, sera évaluée avant un éventuel retrait de l'ensemble des pneumatiques, en 2016, afin de « restaurer le milieu marin », selon l'agence basée à Brest. Ils avaient été immergés sur ce site, le plus important en France, afin de développer la production halieutique et soutenir la pêche professionnelle artisanale en recréant un habitat artificiel dans une zone qui en était dépourvue. Sur le même sujet

Un gigantesque "continent" de déchets se forme dans le Pacifique Nord 844 752 lectures / 268 commentaires14 décembre 2007 ; révision : 30 mai 2014, 16 h 44 Déchets micro-plastiques sur une plage des Landes, en 2015 (France)© Christophe Magdelaine / www.notre-planete.info - Licence : Tous droits réservés Dans le Nord-est du pacifique, entre la Californie et Hawaï, les déchets produits par les activités humaines et déversés dans les océans sont acheminés par les courants marins vers un nouveau "continent"[1] boulimique dont la taille atteint près de 3,5 millions de km² ! Historique et explications sur ce phénomène qui touche désormais tous les océans du globe. En 1997, le capitaine Charles Moore a été le premier à découvrir cette zone improbable de l'océan Pacifique où les déchets plastiques flottants s'accumulent. Le plastique : principal constituant du "continent" de déchets

Pétition 1 MILLION DE CLICS POUR SAUVER LA MÉDITERRANÉE L'Expédition MED 2010 / 2013 est une grande campagne scientifique et environnementale en Méditerranée, qui mobilise une équipe de chercheurs issus d'une dizaine de laboratoires universitaires européens. Inédit en France et en Europe, ce programme de recherche met en lumière un phénomène alarmant, la présence d'une pollution quasi invisible, susceptible de rentrer dans notre chaine alimentaire : les microfragments de plastiques. La première série d'analyses des échantillons réalisée par l'IFREMER et l'université de Liège, estiment qu'environ 250 MILLIARDS de microfragments de plastiques contaminent la Méditerranée en surface.

Related: