background preloader

Oct. 2015 Analepse et prolepse pour une science du numérique à l’École

Oct. 2015 Analepse et prolepse pour une science du numérique à l’École
L'informatique doit-elle rester un simple outil à l’École? Faut-il ou pas apprendre à « coder » et « programmer » à l’École ? Ces questions qui divisent, Binaire les a posées à Michèle Drechsler. Étant donné la densité des programmes en vigueur, l'intégration de l'enseignement de l'informatique à l’École pourrait-elle se faire au détriment de priorités actuelles ? Analepse pour l'informatique Si la question se pose actuellement et déclenche de nombreux débats à l'ère du B2I (brevet Internet et informatique), il faut se rappeler que l'informatique était introduit dans les programmes scolaires comme nous le montre ce tableau récapitulatif des programmes avant 2008. Synthèse proposée au colloque Eprep 2008. Actuellement, les élèves du primaire et du collège doivent acquérir des compétences et des connaissances dans de nombreux domaines avec l'arrivée du socle commun de connaissances, de compétences et de culture. Un curriculum pour développer une culture numérique ? Programmation à l'école Related:  Points de vue dans des articlesoutils pédagogiques numeriques

Oct 2015 Appropriation de compétences en codage et en programmation et pédagogie pour un usage actif et citoyen du numérique Rappel de la problématique : À l’ère de la multiplication des services, ressources numériques et langages pour les produire, comment L’École peut-elle transmettre aux citoyens de demain, les éléments nécessaires pour appréhender et comprendre ce nouvel environnement ? C’est tout l’enjeu de l’Éducation aux médias et à l’information (EMI): former des « cybercitoyens » responsables, et capables de faire preuve de discernement à l’égard des usages numériques. Au centre de cette ambition, un enjeu pédagogique crucial : rendre les élèves capables de faire preuve du recul et de la responsabilité nécessaires à la mise en pratique intelligente des compétences informatiques et informationnelles qu’ils seront amenés à mobiliser dans leur vie future. Pour répondre à ce défi, les professionnels de l’éducation déploient inventivité et créativité afin de « détourner » ces outils de leur seule dimension technique et d’inscrire leurs usages dans la formation d’un esprit critique. lu : 6183 fois

Popplet : une application tablette indispensable en cours de langue - 6inPartagerinPartager6 Popplet, qu’est-ce que c’est ? Popplet est une application de mind mapping (carte mentale) qui a pour principale fonctionnalité de créer des représentations d’idées sous forme de bulles épinglées sur un « mur multimédia ». La création de ces bulles, appelées popples, est très intuitive et offre la possibilité d’y dessiner, d’écrire et d’y insérer des photos pour établir des plans de projets, des cartes de réflexion, des réflexions linéaires ou des banques d’images autour d’une thématique définie. Disponible en ligne, Popplet démontre cependant tout son intérêt en classe de langue via son application sur l’iPad. Les fonctionnalités basiques de Popplet * zoom et dé-zoom avec 2 doigts * option sur la couleur du fond * possibilité d’agrandir ou rétrécir une popple avec la flèche en bas à droite * option sur la couleur des bordures des popples * possibilité d’insérer des photos dans les popples * connexion avec les autres popples relativement aisée Popplet : Son utilisation

L'actualité des Formateurs Tice du Premier Degré | L'entrée de l'école dans l'ère du numérique ne se fera pas sans formateur ! | Page 2 Des FTICE prennent la parole et parlent de leur travail : CT.TICE à plein temps sur deux circonscriptions, avec des projets départementaux ponctuels. Pour une fois, la semaine commence en douceur avec du travail au bureau : préparation de l’animation TBI/ENR du mercredi de la semaine prochaine (sans cafipemf) et mise en ligne des derniers articles du site de mes circonscriptions sous Typo. Je prends également un temps pour répondre aux nombreux mails en attente, que je n’ai pas eu le temps de faire pendant mon travail du week-end dernier. Direction une école pour une mini formation avec des collègues sur le livret numérique en élémentaire. J’en profite pour vérifier le nouveau serveur installé par un prestataire externe. Retour par la case inspection puis, en fin d’après-midi, animation là encore sur le livret numérique, un hasard, en maternelle cette fois-ci. 18H45 je rentre chez moi, il doit bien me rester quelques mails à traiter encore. 14H00 Je mange enfin.

Fév. 2015 Pour nos enfants : littératie digitale ou science informatique ?. Ressource 2015, 02 Février . La question du mois . Les chercheur-e-s et ingénieur-e-s Inria partagent une culture scientifique en informatique pour aider à maîtriser le numérique (©Elise Tallaind, Inria. Les deux ! L’apprentissage des fondements du numérique et de ses usages n’est pas opposé, mais les deux forment un parcours commun cohérent au service de l’enfant. C’est la formation des enseignants qui est le levier de la réussite de l’introduction de ce nouvel enseignement. Dernière modification : août 2015.

L'Agence nationale des Usages des TICE - Les cartes conceptuelles numériques : des outils pour évaluer et comprendre par Estelle Bouillerce * La carte conceptuelle, appelée aussi carte de connaissances est un graphique de structure hiérarchique dont les nœuds représentent des concepts, et les liens, les relations entre ces concepts. Des étiquettes de mots apposées aux liens permettent de préciser la nature de la relation qui unie les concepts (Martin Davies 2010). Les cartes conceptuelles présentent un intérêt dans divers domaines de l'apprentissage : mémorisation, présentation, travail collaboratif, par exemple. L'évaluation des processus d'apprentissage, La compréhension de l'écrit. Évaluer les processus d'apprentissage Considérant que le point de départ de l'apprentissage est ce qu'une personne sait ou ignore avant un moment d'enseignement (Novak 1977), les cartes conceptuelles constituent un bon moyen de pointer les évolutions cognitives des élèves avant et durant les différentes étapes de l'apprentissage. Contrôler la structuration de la connaissance individuelle et collective Elle révèle que :

Je me prépare au cafipemf… » La soutenance du mémoire Bon, la critique de leçon passée, il faut maintenant me plonger entièrement dans le mémoire. Et, déjà, penser à la soutenance. Lors de notre deuxième semaine de formation, un temps était prévu à ce sujet. Pourquoi une soutenance ? Le but du jeu n’est pas du tout de redire ce qui a été écrit dans le mémoire, mais de montrer que je suis dans un processus de formation, dans une dynamique d’auto-formation, qui se prolongera au-delà de l’examen. J’essaie de me projeter, et je vois bien que si, cafipemf en poche, je me repose sur les lauriers acquis pour sa préparation, je me retrouverai vite en difficulté pour aider des collègues à évoluer eux-mêmes… Il faudra donc continuer, même sans avoir à le prouver à un jury, à me questionner et à faire évoluer mes pratiques. Un plan bien structuré La présentation, avant les questions du jury, doit durer 15 minutes. 1- Trois minutes pour l’introduction : Comment en suis-je arrivée à me poser cette question-là ? 2- Cinq minutes sur la problématique :

Oct. 2015 Comment les chercheurs en informatique partagent leur culture scientifique Les annonces de « grands plans éducatifs au numérique » où les enfants apprendront le « code » (c'est à dire le codage numérique de l'information, comment construire un algorithme et le programmer) se multiplient. Et l'on ne peut que se réjouir que tous nos enfants aient enfin la chance de s'approprier les éléments essentiels pour comprendre et surtout façonner la société dans laquelle ils sont appelés à vivre. Si notre système éducatif a mis du temps à prendre conscience du besoin de transmettre une réelle connaissance de la science informatique et non seulement de ses usages, d'autres n'ont pas tant attendu. Activités débranchées: pour comprendre ce qui se passe dans un ordinateur, on joue avec des objets du quotidien qui en reproduisent certains mécanismes. Pour témoigner de ce travail, ou plutôt de cette passion au quotidien, la Société Informatique de France, sort un numéro spécial de son bulletin 1024 sur la médiation scientifique en science informatique.

BYOD au secondaire : l’exemple d’une implantation aux Pays-Bas Voici comment un établissement secondaire des Pays-Bas exploite les avantages liés au fait que les élèves apportent leur propre appareil mobile à l’école (le « BYOD »), tout en minimisant les inconvénients qui bloquent trop souvent ces initiatives. Le collège néerlandais Bonhoeffer, qui compte 4500 élèves de niveau secondaire, a lancé son initiative mobile en 2011. Comme point de départ, l’établissement a choisi d’accueillir seulement le iPad. Sa flotte atteint aujourd’hui 200 appareils appartenant à l’école et utilisés par les enseignants, et 900 iPads appartenant aux élèves. Ces derniers apportent leur propre tablette (BYOD) dès la première année du cursus. Selon Femke Gerritsen, enseignante et coordonnatrice TIC de l’établissement, « Grâce au iPad, nous pouvons créer un environnement d’apprentissage interactif et intéressant dans lequel les jeunes apprennent, créent et présentent leur travail grâce au multimédia. » par Infobourg.com

Related: