background preloader

Calculée comme la dépense publique, la dépense privée dépasserait 200% du PIB

Calculée comme la dépense publique, la dépense privée dépasserait 200% du PIB
L’affaire semble entendue : la dépense publique représentant en France 57 % du PIB, il ne reste plus que 43 % pour le privé. De quoi justifier l’austérité budgétaire. Le problème est que ce raisonnement est faux. Avec la méthode retenue pour calculer la dépense publique, on peut estimer la dépense privée à plus de 200 % du PIB. L’auteur Christophe Ramaux est maître de Conférences à l’Université Paris I et chercheur au Centre d’Économie de la Sorbonne. La dépense publique est calculée en additionnant quatre grands types de dépenses. Celle de fonctionnement des administrations publiques tout d’abord (392 milliards, soit un tiers des dépenses). Au total, la dépense publique s’élève à 1 151 milliards ce qui équivaut bien à 57 % du PIB (2 031 milliards). La moitié de la dépense publique va... à la dépense privée Calculons la dépense privée avec les même méthode que la dépense publique On obtient au total 4243 milliards, ce qui équivaut à plus de 200 % du PIB. Related:  Gaspillage argent publicLes Financiers

287 – Mauvaise compréhension des dépenses publiques Sachez d’abord, si vous l’ignorez, que la valeur ajoutée des administrations est mesurée essentiellement par les salaires versés. En effet la valeur ajoutée administrative n’est pas, contrairement aux entreprises, la différence entre ce qu’elle vend (ses productions) et ce qu’elle achète (matières premières, sous-traitants…) Travail de décryptage de Robert Joumard d’Attac " La pression ou la part des administrations publiques dans l’activité devrait être mesurée par la part du PIB attribuée aux administrations publiques. Cette part qui s’est stabilisée à 18% depuis une trentaine d’années est beaucoup moins accusatrice pour le public que l’extraordinaire 50 % du PIB, qui sert manifestement des objectifs idéologiques, loin de toute cohérence méthodologique." Ce qui donne le graphique suivant ou l’on voit que la part des administrations publiques (État, Administrations centrales, Administrations régionales et sécurité sociale) est quasi stable depuis les années 1980 : Like this:

Numérique: comment la longue traîne change l'industrie Cet article a initialement été publié sur le site La Tribune. Pendant longtemps Internet a été vu comme un média de plus, il a été utilisé par les annonceurs pour communiquer sur leurs produits et augmenter leur chiffre d’affaires. Mais Internet n’est pas un secteur d’activité, Internet infuse dans toutes les sphères de notre société. Quelles sont les pistes d’évolutions pour l’industrie dans ce contexte ? L’avez-vous remarqué ? L’exemple de la voiture individuelle est frappant : elle permet d’agréger les réponses à différentes contraintes et de les traiter. Tandis que les profils des consommateurs et les usages de la voiture se multipliant, l’offre s’est adaptée : les industriels ont développé une profondeur de gamme de plus en plus importante et, au sein de ces gammes élargies, ils ont proposé des “personnalisations”. La longue traîne débarque dans l’industrie Amazon permet l’accès à un nombre sans précédent d’ouvrages en s’épargnant bon nombre des problématiques logistiques.

Denis Dessus : « Les majors du privé vont devenir opérateurs publics » Une proposition de loi créant des sociétés d’économie mixte (SEM) à opération unique a été adoptée le 7 mai par les députés, après un vote en première lecture au Sénat en décembre 2013. Les collectivités territoriales qui souhaitent passer par un mode de gestion privé de services publics locaux pourront ainsi utiliser ce nouvel outil, « alors que la gestion en régie a montré ses limites et que les expériences passées de partenariat public-privé (PPP) ont suscité de nombreuses critiques quant à leur coût pour la collectivité et aux limites induites par leur mise en œuvre », explique Erwann Binet, député PS et rapporteur du texte présenté par les sénateurs Jean-Léonce Dupont et Hervé Marseille, membres du groupe UDI-UC. La proposition de loi créant un nouveau type de partenariat-public-privé (PPP) n’a pas eu grande presse. Or, le statut de société d’économie mixte à opération unique bouleverse la gestion de services publics. Le texte adopté a été modifié.

« Explosion » des dépenses publiques : propagande et vrais chiffres Alors que l’Elysée réunit samedi le deuxième Conseil stratégique de la dépense publique, Vincent Peillon aurait eu l’idée de proposer au gouvernement de geler pendant deux ans l’avancement des fonctionnaires, révèlent Les Echos. L’économie pour l’Etat ne serait pas négligeable : 1,2 milliard d’euros par an. A peine lancé mercredi, le ballon d’essai a été dégonflé : Peillon a démenti, Les Echos ont maintenu leur information... Certes, les dépenses publiques sont passées de 35% du PIB au début des années 60 à plus de 50% à partir de 1991. En revanche, contrairement à une idée reçue, les dépenses de fonctionnement des administrations publiques (à commencer par les salaires des fonctionnaires) n’ont pas dérapé. La dépense publique (Bercy) Hors protection sociale, la dépense publique est très stable Pour commencer, voici une courbe représentant la croissance des dépenses publiques depuis 1970. La croissance des dépenses publiques (Bercy) Qu’est-ce qui a augmenté ? La dette a triplé depuis 1980.

12 erreurs courantes qui plombent la satisfaction client Comme l'a dit Bill Gates : «Vos clients les plus insatisfaits sont votre plus grande source d'apprentissage.» Aucune entreprise n'est à l'abri de clients mécontents. Mais avant de commencer à apprendre de vos clients mécontents, vous devez d'abord comprendre ce qui conduit à de la satisfaction client et arrêter de faire des erreurs qui nuisent à votre entreprise. Voici 12 conseils sur la satisfaction client à prendre en compte pour vous aider à démarrer. Arrêtez d'ignorer les commentaires des clients Vous n’apprendrez strictement rien si vous ne passez pas à l’action. Utilisez les commentaires pour créer une meilleure expérience pour tous vos clients. Arrêtez de prendre les avis clients comme des attaques personnelles Adoptez une approche holistique en ce qui concerne les retours de vos clients. Apprenez grâce aux feedbacks collectés et assurez-vous que les problèmes pointés ne se reproduisent plus. Arrêtez de promettre trop à vos clients Arrêtez de prendre les clients fidèles pour acquis

Le Monde.fr - Actualité à la Une C'était annoncé comme le mouvements de grève le plus important des trois dernières années en Grande-Bretagne, selon le Guardian. Jeudi 10 juillet, les syndicats britanniques se prévalaient en effet d'un mouvement d'ampleur inédite contre le gouvernement de David Cameron, pour protester contre le gel des salaires et la baisse générale du niveau de vie. Sans avancer de chiffres précis, la presse britannique faisait état de « centaines de milliers » de manifestants. A Londres, le cortège qui s'est rassemblé sous la colonne de l'amiral Nelson, à Trafalgar Square, rassemblait quinze cents manifestants, selon la police. Enseignants, pompiers, employés du métro, agents municipaux et autres employés de la fonction publique étaient appelés à se joindre à la mobilisation, qui n'a pas entraîné de perturbations majeure, notamment dans le métro londonien, où le service était normal. Lire le reportage : Austerity time à Stoke-on-Trent

4623 EUR de prime de chauffage pour les fonctionnaires du Sénat ! - 10/12/2012 On évoque souvent le train de vie des sénateurs, réputé confortable. Devraient-ils cependant envier celui des fonctionnaires du Sénat ? Il y a 1120 fonctionnaires du Sénat, au service des 348 sénateurs. Un administrateur du Sénat toucherait en moyenne 6000 euros nets par mois, un chauffeur 5000 euros, et un huissier 4000 euros. Au-delà de ces salaires confortables, ces fonctionnaires touchent une prime de chauffage. Finalement, la manifestation prévue n'a pas eu lieu. Il faut en effet savoir que cette prime de chauffage annuelle s'élevait à 4623 EUR net en 2011 ! Cette prime de chauffage est indexée sur le cours du pétrole. Le projet prévoit de baisser la prime à 3945 EUR en 2013 et de la supprimer pour les prochains fonctionnaires recrutés. Une réunion de concertation avec les questeurs est prévue mardi 11 décembre. Jean-Marie Perbost - quoi.info

Une société sans croissance: la politique à l’heure de la «grande stagnation» | Slate.fr L’entrée des démocraties occidentales dans une ère sans croissance paraît de plus en plus crédible. Or, le triomphe de l’Etat nation libéral-démocratique et social a été profondément lié aux «Trente Glorieuses». Que peut-on en attendre pour l’avenir de nos régimes politiques? Nicolas Sarkozy se faisait fort d’aller la «chercher avec les dents», tandis que François Hollande la guette désespérément. L’expansion en volume du produit intérieur brut (PIB), soit la fameuse «croissance», a fini par bénéficier dans nos sociétés d’une adoration quasi religieuse. La fin de la croissance apparait bien sûr comme un horizon positif pour certains citoyens de sensibilité écologiste. Les termes du débat sur le caractère souhaitable de la croissance ne sont toutefois pas au cœur de cet article, qui prend plutôt comme point de départ les arguments supportant le caractère probable de sa (quasi) disparition. L’hypothèse de plus en plus sérieuse d’une ère de «grande stagnation» «Winter is coming»?

La Commission européenne adopte l’Accord de partenariat français ! Thématique : Actualités nationales Sous Thématique : Institutions Date : 08 août 2014 La Commission européenne adopte l’Accord de partenariat français ! Le 08 août 2014, la Commission européenne a adopté l’Accord de partenariat français qui valide le champ d’intervention de la programmation 2014-2020 des fonds européens structurels et d’investissement (FESI) : le Fonds européen de développement régional (FEDER), le Fonds social européen (FSE), le Fonds européen agricole de développement rural (FEADER) et le Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche (FEAMP). Ainsi, les interventions des FESI devront répondre à trois grands enjeux : l’enjeu de la compétitivité de l’économie et de l’emploi ; l’enjeu de la transition énergétique et écologique et de la gestion durable des ressources ; l’enjeu de l’égalité des territoires et des chances. Le soutien de l’Union européenne, soit environ 26,7 milliards euros pour 7 ans, interviendra essentiellement en faveur de :

Ce que coûtent (encore) Giscard, Chirac et Sarkozy aux Français - 18 février 2013 Une fois battus ou retirés de la vie politique, les anciens présidents de la République n'ont pas de souci à se faire sur le plan matériel. Elevés au rang d'«ex», ils continuent d'être pris en charge par l'Etat, qui leur assure un train de vie plus que confortable. Une exception très française. Au 77, rue de Miromesnil, dans les beaux quartiers de la capitale, Nicolas Sarkozy reçoit ses visiteurs avec un certain faste. Tony Blair, René Ricol, Alain Finkielkraut, Florence Cassez tout juste libérée... L'ancien chef de l'Etat dispose d'un appartement de 320 mètres carrés, composé de 11 pièces, dont une salle classée monument historique, avec des peintures datant du XIXe siècle. Des informations confirmées par une récente enquête de Mediapart, qui indique que les locaux de l'ancien président affichent un loyer mensuel de 16.341 euros. Nicolas Sarkozy n'a pas regardé à la dépense, et pour cause, c'est la République qui règle la facture. Des privilèges souvent méconnus

L'Argentine dénonce "l'extorsion judiciaire" des fonds vautours Le gouvernement argentin a affirmé vendredi être victime d'une "extorsion judiciaire" de la part de fonds spéculatifs américains et a affirmé qu'il continuerait de rembourser ses échéances de dettes restructurées malgré la décision d'un juge new-yorkais de bloquer ces paiements. "Le jugement de (Thomas) Griesa est une extorsion judiciaire", a dénoncé le ministre de l'Economie Axel Kicillof à l'occasion d'une réunion des ministres des Finances de l'Union des nations sud-américaines (Unasur) à Buenos Aires. M. Kicillof faisait référence à une décision de ce magistrat new-yorkais contraignant Buenos Aires à verser simultanément 1,33 milliard de dollars à deux fonds spéculatifs en même temps qu'elle remboursera une partie de sa dette restructurée arrivant à échéance le 30 juillet. "Dites-moi si la volonté de saisir l'ambassade d'Argentine à Washington n'est pas une volonté d'extorquer le pays ?" Le ministre a affirmé que dans son pays "personne ne voulait d'un défaut de paiement".

Related: