background preloader

Code de l'éducation - Article L511-5

Code de l'éducation - Article L511-5
Related:  BYOD - un sujet de controverse#BYOD

Petit florilège d’extraits rigolos (ou pas) de règlements intérieurs de lycées La lecture des règlements intérieurs des collèges et des lycées est une activité à laquelle je m’adonne à l’occasion, furtivement. C’est presque toujours pour moi une cause de joie et de ravissement. Ces textes ont comme une odeur de vieux parchemin désuet, dussent-ils être disponibles en ligne dans un format numérique. On y trouve, de ci, de là, des paragraphes entiers manifestement mal ou jamais relus qui sentent encore bon les encriers d’hier et les blouses grises. Ils concernent en général le rôle des parents, la notation, les sanctions ou les obligations des élèves… Pour ce qui concerne ce billet, aujourd’hui, je ne m’arrêterai qu’à la lecture de deux points particuliers : ce qui concerne les droits de publication des élèves d’une part, la gestion des appareils numériques des élèves d’autre part. Le droit de publication des lycéens Rappelez-vous, Ravaillac, au lycée Henri IV à Paris, en 2002… L’appareillage numérique des lycéens Allez ! Lycée M. à B. Lycée M. Lycée B. Lycée S. à L. etc.

Jérôme Lagaillarde : Le smartphone en français pour apprendre ? Quand le matériel informatique de l’établissement manque ou défaille, pourquoi ne pas faire appel à celui des élèves ? Au lieu d’interdire les smartphones, ne serait-il pas plus pertinent d’en inventer des usages pédagogiques ? C’est la question, cruciale, du BYOD (« Bring Your Own Device », « apportez votre propre matériel »). C’est le pari lancé et gagné par Jérôme Lagaillarde, professeur de lettres au collège Georges Méliès à Paris. L’usage du smartphone est officiellement interdit dans les collèges : pourquoi avez-vous décidé d’autoriser vos élèves à l’utiliser envers et contre tout ? Il me semblait important d’être cohérent avec la réalité des établissements : la présence des smartphones dans la poche de presque tous les élèves est un fait, malgré l’interdiction. Concrètement, dans quel cadre avez-vous mis en place cette utilisation ? C’est vraiment sur la confiance que j’ai basé cette expérimentation et je ne le regrette absolument pas. Propos recueillis par Jean-Michel Le Baut

ELEMENTS_EXPLICATIFS_projet_de_programme_cycle_4_19_juin2015_439901.pdf L'Agence nationale des Usages des TICE - Le BYOD : pour quel projet pédagogique ? par Karine Aillerie * BYOD (ou BYOT) est l’acronyme de l’expression anglophone « Bring your own device/technology ». Plusieurs traductions francophones ont été proposées, telles que : AVAN (« Apportez votre appareil numérique »), PAP (« Prenez vos appareils personnels ») ou AVEC (« Apportez votre équipement personnel de communication »), retenue par la Commission générale de terminologie et de néologie française. Ce phénomène est apparu aux états-Unis au tournant des années 2000. Il est contemporain de la multiplication des équipements personnels et mobiles, de la diffusion des pratiques connectées dans les divers contextes sociaux (personnels, famille, école, travail…). Concrètement, il s’agit pour l’individu de recourir à ses équipements propres, en contexte professionnel ou scolaire, afin de poursuivre des objectifs professionnels ou scolaires (Alberta Education, 2012). Interroger le potentiel BYOD Une nécessaire réflexion sur l’accès aux ressources Conclusion

Byod en SVT : Transformer son smartphone en microscope Comment faire entrer les SVT dans la vie quotidienne de l'élève ? En utilisant l'appareil photo du smartphone, explique Laetitia Lormier dans un copieux dossier. " L’idée est d’utiliser un adaptateur qui permet de fixer votre smartphone sur l’oculaire du microscope pour faire de jolies photos et ceci rapidement. Il existe un certain nombre de modèles d’adaptateurs proposés à la vente en ligne. J’en ai testé deux d’entre eux, l’un acheté sur Aliexpress.com pour moins de 10 euros (frais de port compris) et livré en 15 jours, l’autre acheté... pour moins de 40 euros et livré en 3 jours." "Fini de prendre 5 minutes pour faire un cliché flou d’un quart du champ visuel de la préparation microscopique. Vos élèves pourront obtenir rapidement des photographies ou des films en couleur et de qualité. L'article

[FADBEN] est son but premier, mais pourtant sans relais institutionnel, ce qui peut être parfois regretté. Dans ce travail, nous avons le souci de partir des besoins des élèves, afin de développer leur culture de l’information, en prenant bien en considération les débats relatifs à l’informatique, au médiatique, à l’information-documentation, dans une mise en œuvre qui postule la complémentarité et la transversalité de ces approches. Ce travail sur les contenus nous paraît essentiel, et rejoint bien sûr les questions soulevées au sujet du statut et de la formation initiale et continue, ainsi que de l’harmonisation des exigences nationales pour la profession. Il s’agit pour nous, en réponse aux questions de Fanny Jaffray sur les propositions que nous pouvons faire au sujet des contenus, en particulier pour l’EMI, de revenir sur la construction de ce curriculum. La question de l’éducation aux médias et à l’information Les liens entre le curriculum en information-documentation et l’EMI Conclusion

BYOD : utilisez les appareils personnels des élèves. | Edupronet Apparu au milieu des années 2000 dans les entreprises, le BYOD, « Bring Your Own Device » (ou AVAN en français pour « Apportez Votre Appareil Numérique ») fait aujourd’hui une percée spectaculaire dans les salles de classe. L’esprit du BYOD est de permettre à chaque utilisateur de travailler partout et à tout moment avec son appareil numérique personnel. Avec cette approche, un établissement scolaire dispose d’un moyen économique de favoriser l’apprentissage numérique des élèves et de leur permettre d’accéder à de nouvelles ressources pédagogiques au sein de la classe. Ainsi, l’apprenant choisi d’utiliser un outil : ordinateur portable, tablette, Smartphone…qu’il maitrise et qu’il peut utiliser à sa convenance en dehors des cours. Cette nouvelle pratique pose évidemment un certain nombre de questions, relatives à la gestion de la classe, à la planification des activités et soulève un réel problème d’équité (quid des élèves qui ne possèdent pas d’un appareil numérique ?). Commentaires

La DSI doit intégrer les nouveaux challenges liés au digital Le point sur quatre domaines qui ont fortement fait évoluer le rôle du CIO, désormais vu comme un Chief Integration Officer. Le monde de l’IT vit des changements majeurs qui ont profondément fait évoluer le rôle du CIO avec l’arrivée de nouvelles technologies. Nous allons aborder quelques éléments mettant en avant cette mouvance en abordant quatre points qui ont fortement fait évoluer le rôle du CIO, désormais vu comme un Chief Integration Officer. Les grands vecteurs de changement de l’IT de nouvelle génération : - Le CloudLa première mouvance que nous avons connue est liée au Cloud Computing : celui-ci a fortement fait bouger les schémas traditionnels et ouvert de nouveaux horizons générateurs de lancements rapides de projets dans de nombreux domaines : CRM, BI, Infra, réseau… Le Cloud a permis de repenser les architectures existantes et d’externaliser le SI dans des datacenters. - Le Big DataLa valorisation des données se positionne aujourd’hui comme un axe-clé pour les entreprises.

FRANCE_rapport_2014.pdf 3014-ecole-numerique-technique-sociale.pdf Le BYOD : entre perspectives et réalités pédagogiques Le BYOD : entre perspectives et réalités pédagogiques Ces dernières années, nous voyons apparaître une nouvelle forme d’intégration des technologies en salle de classe : le « Bring Your Own Device (#BYOD) ». Ce nouveau type de configuration répond à des besoins financiers, mais également éducatifs dans une société où l’enseignement est de plus en plus personnalisé et intégré aux besoins de consommation. En pratique, des enseignants utilisent cette configuration en salle de classe lorsqu’ils permettent à leurs élèves d’amener leurs outils technologiques personnels afin de réaliser des tâches spécifiques. Cette nouvelle approche pédagogique apporte son lot de perspectives et de réalités. Repéré depuis Le BYOD : entre perspectives et réalités pédagogiques | histoire lyonel kaufmann.ch Sur le même thème DOSSIER : Le BYOD : entre perspectives et réalités pédagogiques 2 avril 2015 Dans "Technologie" Aurélien FIEVEZ, Gabriel DUMOUCHEL - Le BYOD 1 juillet 2015 Dans "Méthodes et organisation"

Insulte sur un fonctionnaire article 433-5 du code pénal " Constituent un outrage puni de 7 500 € d'amende les paroles, gestes ou menaces, les écrits ou images de toute nature non rendus publics ou l'envoi d'objets quelconques adressés à une personne chargée d'une mission de service public, dans l'exercice ou à l'occasion de l'exercice de sa mission, et de nature à porter atteinte à sa dignité ou au respect dû à la fonction dont elle est investie. Lorsqu'il est adressé à une personne dépositaire de l'autorité publique, l'outrage est puni de 6 mois d'emprisonnement et de 7 500€ d'amende. " " Lorsqu'il est adressé à une personne chargée d'une mission de service public et que les faits ont été commis à l'intérieur d'un établissement scolaire ou éducatif ou, à l'occasion des entrées ou sorties des élèves, aux abords d'un tel établissement, l'outrage est puni de 6 mois d'emprisonnement et de 7 500 € d'amende ". Protection du fonctionnaire L’article 32, paragraphe 4 de la loi de 1979 dispose: - L’attaque (c.

Related: