background preloader

Video : Système d'information BABOU

Video : Système d'information BABOU

Fiche notion Quels usages concrets du Big Data ? Mieux comprendre la manière dont les entreprises envisagent le phénomène Big Data et dans quelle mesure elles l’utilisent aujourd’hui pour développer leurs activités et renforcer leur compétitivité. Quels usages concrets du Big Data ? Sur la base de plus de 1100 enquêtes menées en 2012 auprès d’organisations de 26 secteurs d’activité différents dans 95 pays du monde entier, l’IBM Institute for Business Value a analysé avec la Saïd Business School de l’Université d’Oxford ces retours afin de mieux comprendre la manière dont les entreprises envisagent le phénomène Big Data et dans quelle mesure elles l’utilisent aujourd’hui pour développer leurs activités et renforcer leur compétitivité. Big Data, uniquement pour les fonctions Marketing et commerciales ? Quel est l’impact des réseaux sociaux dans le Big Data ? Big Data et Datawarehouses Les décisionnaires prennent de plus en plus en compte la valeur des données récentes pour prendre leurs décisions « Métier » quotidiennes et stratégiques.

Gestion : Crédit Agricole S.A. choisit WebRisk, un système d’information performant pour la gestion des risques Effisoft, éditeur de solutions dédiées aux professionnels de l’assurance et de la gestion des risques, annonce que Crédit Agricole S.A. a fait le choix de WebRisk (Système d’Information pour la Gestion des Risques – SIGR) afin de gérer ses programmes d’assurance corporate selon un communiqué de presse Crédit agricole du 2 Mai 2012. La gestion des programmes d’assurance corporate souscrits auprès d’Effisoft par Crédit Agricole S.A. et ses filiales a été déléguée à Crédit Agricole Assurances qui porte les activités assurances du Groupe. En mai 2011, Crédit Agricole Assurances lançait un appel d’offre pour s’équiper d’un logiciel de gestion des risques et des assurances. Les besoins de Crédit Agricole S.A. incluent : La gestion des sites (collecte des valeurs et des surfaces) La gestion des polices groupes Le recensement des achats d’assurance réalisés localement La gestion du programme de construction La déclaration et la mise à jour des sinistres

Notions Big Data, pourquoi les entreprises françaises peinent à se lancer - L'Express L'Expansion Amazon, engagé dans une démarche d'anticipation des achats de ses clients, les innombrables initiatives de Google ou Facebook en la matière : en dehors de ces ogres du web, et de quelques pionniers français comme Crédit Mutuel/Arkéa, les exemples concrets de Big Data ne sont pas légions. Dans son étude "(Big) data : où en sont les entreprises françaises?" Ernst & Young a élaboré un "indice de maturité Data". Parce que les entreprises françaises sont encore indécises? L'étude menée à l'automne 2014 par Fullsix et Limelight auprès d'une centaine de décideurs marketing/communication illustre à elle seule ce décalage entre attentes et réalités. Parce que Big Data = Big Blabla ? Oui et non, relève le président de Fullsix, Marco Tinelli. Parce qu'il s'agit de projets longs et complexes? L'étude d'Ernst & Young identifie 10 freins au développement du sujet en France. Parce qu'on ne sait pas très bien de quoi on parle...

Contexte et finalités "Big Data" is big business. Vraiment ! Big Data. C'est la nouvelle expression à la mode, qui succède au cloud computing dans les dernières tendances high-tech à adopter sans tarder. C'est un ensemble de technologies et de méthodes consistant à analyser, à des fins généralement prédictives, le flot de données produites par les entreprises, les organisations et les individus, mais aussi les objets s'ils sont connectés, dans des volumes et à une vitesse sans précédent. Un concept un peu flou, apparu il y a deux, trois ans, qui englobe les mails, SMS, photos, vidéos, commentaires ou changements de statuts sur les réseaux sociaux, sessions de connexion, relevés d'étiquettes ou de capteurs électroniques, signaux de géolocalisation, etc., envoyés à foison chaque minute partout dans le monde. Volume, varité, vitesse et ... valeur Le big data sera « la nouvelle frontière de l'innovation, de la concurrence et de la productivité », selon le cabinet McKinsey, auteur d'un rapport fondateur sur le sujet en 2011. Le b.a-ba du « Big Data »

le Big Data, un océan de données insécurisées Les données qu’une entreprise envoie dans le Cloud ne sont qu’une partie des informations pour à sécuriser. Oui, pour qu’une stratégie de sécurité soit complète, ce n’est pas un seul type de données qu’il faut considérer mais trois. Parmi les trois types de données, il y a les « Derived Data » ou « données dérivées » qui sont l’un des enjeux majeurs pour un nombre croissant d’acteurs. Ces données dérivées font les choux gras d’acteurs comme Google, Facebook, Pinterest ou encore Apple. Elles sont au centre de la tendance du Big Data. Pour un dirigeant, ne pas maîtriser ces données dérivées, c’est faire courir un risque à plus ou moins courte échéance pour son entreprise mais aussi pour ses employés. données du client ou « Cloud Service Customer Data » Le premier groupe de données, celui qui est le plus évident et immédiat, c’est celui des données du client (« Cloud Service Customer Data »). Ces données appartiennent au client. données dérivées ou « Derived Data »

Le Big Data pour toutes les entreprises Peut-on envisager le Big Data pour toutes les entreprises ? Quels usages peut-on faire de toutes ces données ? Quelles sont les étapes clés ? Bruno Labidoire, Directeur Technique Europe du Sud, chez Informatica a accepté de nous donner sa vision sur le sujet. Le Big Data peut être envisagé pour toutes les entreprises si tant est que le volume de ces données soit conséquent. L’usage de ces données... Changement de paradigme ! D’autres interrogations apparaissent dorénavant, quelles sont les sources de données à disposition, internes, externes, sur Internet ? Les étapes d’un projet Big Data - Identifier la plate-forme utilisée reste la première étape. - Identifier toutes les sources de données potentielles et vérifier la conformité avec les différentes directives légales (vie privée …). - Collecter les informations elles-mêmes. L’Internet des Objets Alors, un tout dernier conseil avant de se lancer dans l’aventure ! Blogger sur iTPro.fr !

Le triomphe de l'Allemagne au Mondial, c'est la grande victoire du "Big Data" Neuer devait encore jouer aux Pogs au lycée Les Allemands ont été sacrés champions du monde et c’est largement mérité. C’est une équipe qui produit un jeu offensif, qui aime faire du spectacle, qui fait vraiment plaisir à voir. Il y a des dizaines et des dizaines d’explications à ce triomphe. Et puis, il y a une raison qui nous intéresse plus que les autres : l’équipe d’Allemagne, depuis des années, mise énormément sur ce qu’on appelle le "Big Data", c’est-à-dire sur la collecte et l’utilisation de données, de statistiques en tout genre. Depuis presque un an, la Fédération de foot travaille avec l’entreprise allemande SAP, qui construit des logiciels. Le concept, en gros, c’est que les joueurs allemands ont des puces dans leurs chaussures, sont entourés d’émetteurs pendant l’entraînement, ce qui permet à des statisticiens de récupérer plein plein de données : le nombre de km parcourus, le nombre de touches de balles, les déplacements… Boateng a éteint Ronaldo grâce à ça Fin de l’aparté.]

Big data : fin de la vie privée? | ETIC 2014 Encadrante :Claire LEVALLOIS-BARTH, Maître de conférences en droit à Télécom ParistechCoordinatrice de la Chaire Valeurs et politiques des informations personnelles Les avancées technologiques récentes ont étendu le champ des informations disponibles produites par l’individu lui-même ou par les machines (web, réseaux sociaux, smartphones, vidéoprotection, capteurs, open data, etc.). A cet égard, le phénomène « Big Data » se caractérise par le volume des informations traitées et leur variété. La nouveauté réside dans l’hétérogénéité des sources et des formats de données (forme structurée ou non structurée telles que les flux d’images de caméras de vidéosurveillance). Au volume et la variété s’ajoute également la vitesse d’analyse de la donnée et de compréhension des relations entre les données. Ainsi, les entreprises, les administrations et les individus disposent à bas cout d’informations combinées, partagées et dupliquées. Plusieurs questions devront être abordées pour traiter ce sujet

Brésil 2014 : le Big Data, l'arme secrète de l'Allemagne au Mondial de football L'éditeur de logiciels SAP a développé une application interactive pour aider l'équipe nationale d'Allemagne à préparer ses rencontres lors du Mondial au Brésil. Sur un grand écran tactile, les joueurs et le staff technique de la Nationalmannschaft peuvent ainsi revoir leurs matchs en accédant à de nombreuses statistiques individuelles et collectives. Au mondial brésilien, l'équipe d'Allemagne pourtant loin de ses terres peut compter sur le soutien d'un douzième homme : le Big Data. Si dans le monde du football et plus généralement du sport professionnel, l'analyse vidéo occupe depuis longtemps une place importante, la solution de SAP - bastisée "Match Insights" - apporte une dimension interactive et permet d'accéder à de nombreuses informations. Un grand nombre de statistiques accessibles en un instant Concrètement, les matchs de l'équipe d'Allemagne sont enregistrés et les différentes données sont analysées puis incorporées dans le logiciel.

Coupe du monde : les prévisions de Bing et Cortana étaient justes - JDN En utilisant des technologies d'analyse mises au point pour Bing, l'assistant virtuel de Microsoft a pu prédire les derniers résultats de la Coupe du monde de football... Les parieurs auraient dû écouter Cortana, l'assistant vocal que Microsoft a mis au point pour concurrencer le Siri d'Apple. Ses prédictions concernant les matchs de la Coupe du monde se sont révélées exactes, et ont pu déterminer tous les vainqueurs des huitièmes de finales. Les prédictions de Cortana sont en fait le résultat de l'analyse de nombreuses données. Les résultats des équipes sont bien sûr passés au crible, mais le type de terrain et la météo sont aussi étudiés. L'avantage de jouer à domicile pour le Brésil, ou même dans un pays voisin pour les pays latino-américains, est également pris en compte. Microsoft a parfois pu présenter Cortana comme utilisant des techniques de machine learning.

Le renseignement français veut créer une liste rouge contre le cyber-espionnage On en reste Babar à l’annonce. Par un élan magnanime qui s’inscrit dans le cadre de l’examen du projet de loi sur le renseignement tendant à élargir la cyber-surveillance, les services secrets français ont fait une concession de taille. Ils ont décidé d’ouvrir une liste rouge pour que vos coordonnées les plus sensibles ne figurent pas dans leurs bases de données à des fins d’espionnage. A l’instar de la liste Pacitel qui permet d’éviter la prospection commerciale par téléphone, la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) va établir un fichier qui permettra à tout citoyen de déposer dans un coffre-fort numérique ses données personnelles qu’il souhaite écarter de toute exploitation au profit de la communauté amicale du renseignement. Nom du code du projet : Bisounours. Une vidéo est disponible en bas de page pour découvrir les dessous du programme Bisounours. Bonus vidéo (YouTube) (Crédit photo illustration : Shutterstock.com – Droit d’auteur : Imilian)

Related: