background preloader

Agression dans le métro de Lille: ce qui a poussé les passagers... à ne rien faire

Agression dans le métro de Lille: ce qui a poussé les passagers... à ne rien faire
Pendant 30 minutes, une jeune femme s'est fait agresser sous les yeux des passagers de la rame de métro.(OLIVIER MORIN/AFP) Nous sommes sous le choc de cette information concernant une jeune femme qui a été agressée sexuellement à Lille dans le métro sous le regard de nombreux passagers par un homme ivre sans que personne ne vienne à son secours, ni n’appelle la police. Malgré ses appels à l’aide, elle a dû se protéger seule comme elle pouvait, fuir hors du métro toujours poursuivie par cet homme qui menaçait de la violer, en plus des agressions sexuelles qu’il avait déjà commises, et ce n’est que dans la rue qu’elle a enfin pu être protégée par un automobiliste qui l’a laissée monter dans sa voiture et par des vigiles qui ont finalement maîtrisé l’agresseur. Pourquoi n'ont-ils prévenu personne ? De nombreux cas semblables Mais est-ce aussi exceptionnel que cela ? Dans le film Chaos, Coline Serreau met en scène une situation similaire. Plus il y a de témoins, moins ils agissent Related:  halfladyAGREMENT THEMETraumatisme

Non le masculin ne l'emporte pas sur le féminin ! "Les académiciens ne savent pas de quoi ils parlent", entretien avec Eliane Viennot (6) Cet entretien, réalisé avant la dernière en date des expressions d'un sexisme linguistique forcené - Julien Aubert persiste et l'Académie française continue de se fonder sur des grammairiens masculinistes des XVII-XIXe siècle -, permet cependant de prendre le recul nécessaire pour saisir pleinement le patriarcalisme linguistique, fort heureusement aujourd'hui périmé, dont Julien Aubert et ses confrères viennent de se faire à nouveau les thuriféraires. Éliane Viennot est professeure de littérature française de la Renaissance à l’université de Saint-Étienne, et membre de l’Institut universitaire de France. Spécialiste de Marguerite de Valois et d’autres princesses de la Renaissance, ses travaux retracent l’histoire des relations de pouvoir entre les sexes en France. Eliane Viennot a répondu par écrit aux questions que Féministes en tous genres lui a posées. Lire les première, deuxième, troisième, quatrième et cinquième parties. Sixième et dernière partie : l’Académie française

Staying Alive | 4 minutes pour sauver une vie Le cerveau des victimes de violences sexuelles serait modifié : ce n'est pas irréversible Image d'un cerveau humain aux rayons X (PURESTOCK/SIPA). Une étude récente menée par une équipe de chercheurs internationaux (allemands, américains et canadiens), et publiée début juin 2013 dans l'"American Journal of Psychiatry", a mis en évidence des modifications anatomiques visibles par IRM de certaines aires corticales du cerveau de femmes adultes ayant subi dans l’enfance des violences sexuelles. Fait remarquable, ces aires corticales qui ont une épaisseur significativement diminuée par rapport à celles de femmes n’ayant pas subi de violences sont celles qui correspondent aux zones somato-sensorielles des parties du corps ayant été touchées lors des violences (zones génitales, anales, buccales, etc.). Et l’épaisseur de ces zones corticales est d’autant plus diminuée que les violences ont été plus graves (viols, plusieurs agresseurs,…). Comprendre les dysfonctionnements sexuels des victimes Des modifications génétiques observées Le rôle de la mémoire traumatique de l’événement

JE M'APPELLE MUKASONGA | Scholastique Mukasonga Mukasonga est mon nom. Ce n’est pas un nom de famille. Au Rwanda, le nom ne se transmet pas d’une génération à l’autre. Le père attribue un nom à chacun de ses enfants. Garçon ou fille, il portera ce nom toute sa vie et ne le transmettra pas à ses enfants. Le nom de l’enfant est choisi par le père en fonction des circonstances: événements familiaux, villageois, nationaux liés à la naissance, relations avec les voisins, position du nouveau-né dans la fratrie etc. Autrefois on donnait souvent aux garçons un nom de bravoure car, selon la tradition, le garçon est d’abord un guerrier. De même, le nom pouvait exprimer la fidélité, la vénération que l’on portait au mwami, le roi sacré qui apportait la prospérité au pays et était garant de la fécondité des femmes et des vaches. On donne souvent des noms en rapport avec la vache, celle-ci étant considérée comme un modèle insurpassable de beauté pour les femmes et aussi de vigueur athlétique pour les hommes. Certains noms s’adressent aux voisins.

Anaïs Lancrenon – Design graphique GÉNÉRALITÉS Page rédigée par le Dr Muriel Salmona ; lire également l'article Traumatismes psychiques : conséquences cliniques et approche neurobiologique des Dr P. Louville et M. Salmona, paru dans un dossier complet sur Le traumatisme du viol dans le numéro 176 de mars 2013 de la revue Santé mentale. Définition Les 2 définitions les plus complètes et les plus reconnues du psychotraumatisme sont : Pour en faire un résumé et une synthèse on peut définir le psychotraumatisme Comme l'ensemble des troubles psychiques immédiats, post-immédiats puis chroniques se développant chez une personne après un événement traumatique ayant menacé son intégrité physique et/ou psychique. Ce sont des troubles psychiques qui présentent une forte prévalence sur la vie entière, de 5 à 6 % pour les hommes, de 10,5 à 13,8 % pour les femmes On distingue deux types de psychotraumatismes : Psychotraumatismes de type I quand l'événement est unique (accident, attentat, incendie, catastrophe naturelle...) Traumatismes intentionnels :

Abolir le système prostitueur pour réaffirmer les droits humains L'abolition est un projet que ses détracteurs enlisent dans la propagande et les faux débats. Remettons les pendules à l'heure: la prostitution n'est ni une forme de sexualité ni une activité économique. La notion de consentement est une arnaque. Le vrai enjeu est le suivant: sommes-nous enfin prêt-e-s pour les changements de société nécessaires au respect des droits et de la dignité des femmes? Les faux débats ont pour argument principal: «Les personnes en prostitution sont consentantes, elles l’ont choisi, il n’y a donc pas de violence!» Or ce n'est pas le consentement qui détermine si oui ou non il y a violence. Des violences omniprésentes, avant, pendant et après l'entrée en prostitution Ce discours bénéficie aux seuls prostitueurs. De très nombreuses personnes prostituées on été d'abord mises en prostitution par un proche, un membre de la famille, un ascendant ou un conjoint. La violence par conjoint est un autre facteur majeur de l’entrée des femmes en prostitution et en pornographie.

Staying alive, le serious game qui peut vous sauver la vie Staying alive, le serious game qui peut vous sauver la vie Oct3 Staying alive est d’un réalisme stupéfiant, proche d’un graphisme à la Sims, Staying alive vous plonge dans une situation de premiers secours plus vraie que nature. Titre : “Stayin alive”URL : : Staying aliveDéveloppeur : ? Pour les joueurs Ce serious game nous plonge directement dans le vif du sujet : Une petite cinématique en 3d très bien réalisée nous montre de façon convainquante un accident cardiaque subit par un homme à son travail.Le gameplay se résume à essayer de sauver en un minimum de temps ce collègue de bureau sujet à une crise cardiaque sous vos yeux. Notes joueurs : Graphisme : 5/5Jouabilité : 5/5Durée de vie : 5/5Fun : 5/5 Pour les marketeurs Serious game oblige, Staying alive n’est pas un jeu à but commercial. Phillips expose aussi son logo sur les défibrillateurs pendant la partie et ce à plusieurs moments clés du jeu : Notes marketeurs Note globale Advergame :

Syndrome de la guerre : lorsque le psychisme ne cesse de rappeler - Shqipe BUJUPI Pour pouvoir déterminer qu'un sujet présente un ESPT ou un syndrome psychotraumatique, les professionnels doivent se baser sur l'apparition de certains symptômes, particulièrement de réviviscences, qui sont repris dans le tableau clinique du DSM IV ou dans le tableau clinique de la psychiatrie française. Différentes symptômes inscrits sous le tableau clinique « syndrome psychotraumatique » nous permettrons de comprendre un peu mieux ce que subissent les victimes et les désordres psychiques qui en découlent. Nous nous appuyons sur le tableau clinique français car il nous paraît plus complet. Il inclut les états pathologiques (n'incluant donc pas le stress adapté ou dépassé qui se sont résolus sans séquelles) de la phase immédiate, de la post-immédiate et de la phase différée et chronicisée141(*). Ce tableau inclut aussi les troubles psychosomatiques, les troubles non spécifiques et une explication plus large sur les troubles de la personnalité qui ne sont pas repris par le DSM IV

feministfrequency Content Warning: This educational episode contains graphic sexual and violent game footage. In this episode we explore the Women as Background Decoration trope which is the subset of largely insignificant non-playable female characters whose sexuality or victimhood is exploited as a way to infuse edgy, gritty or racy flavoring into game worlds. These sexually objectified female bodies are designed to function as environmental texture while titillating presumed straight male players. Full transcript, links and resources available at: ABOUT THE SERIESThe Tropes vs Women in Video Games project aims to examine the plot devices and patterns most often associated with female characters in gaming from a systemic, big picture perspective. FAIR USEThe multimedia clips included in this video constitute a 'fair use' of any copyrighted material as provided for in Section 107 of U.S.

Prendre la photo ou aider les victimes? Des journalistes racontent leur dilemme Vous êtes photographe professionnel, et vous vous retrouvez devant une scène de violence: violence domestique, tabassage en règle, meurtre, attentat... Que faites-vous? Vous prenez des photos? La réponse vous semble peut-être évidente, mais pas sûr que vous réagiriez de la même façon en pratique qu'en théorie. Certains ont pris la photo, et y repensent encore aujourd'hui. «D'un côté, j'étais horrifié, et en même temps j'étais en train de me demander: quelle exposition je devrais choisir? Le photographe se demandait également comment il allait survivre à l'épisode une fois que les hommes se rendraient compte qu'il prenait des photos: «Je pensais, "je cracherai sur son corps, je donnerai des coups à son cadavre, je m'en fiche –je vais survivre".» Mais il n'a pas eu besoin de faire ça, les meurtriers lui demandant à la place de prendre une photo d'eux et de leur victime. «En tant que journaliste, ma réaction était bonne, mais en tant qu'être humain, je me suis vraiment déçu. publicité

Dernier article de Muriel Salmona avec de nombreuses références récentes : Mémoire traumatique et conduites dissociantes" février 2012 Mémoire traumatique et conduites dissociantes Dr Muriel Salmona, in Traumas et résilience, Dunod, 2012 Où comment soigner la mémoire traumatique permet aux victimes de se reconstruire, aux auteurs de renoncer à la violence, et évite la production sans fin de nouvelles violences. Les violences sont une atteinte grave au droits humains fondamentaux des personnes et elles sont à l'origine de graves conséquences sur la santé mentale et physique. La mémoire traumatique des violences et les stratégies que développent les victimes pour l'éviter (conduites d'évitement, de contrôle et d'hypervigilance) ou l'anesthésier (conduites dissociantes) sont à l'origine des principaux symptômes psychotraumatiques. Les mécanismes psychologiques et neuro-biologiques à l'œuvre dans les troubles psychotraumatiques commencent depuis quelques années à être bien connus. La disjonction est aussi à l'origine de troubles de la mémoire sous la forme d'une mémoire traumatique. American Psychiatric Association (1980).

Que reprochent les militant/e/s à JV.com ? [Trigger Warning / Contenu Sensible : cet article contient de nombreux exemples de harcèlement, racisme, misogynie, transphobie, homophobie, lesbophobie, des moqueries des victimes de harcèlement et de viol, des incitations au viol et des incitations au harcèlement.] Quelques définitions importantes : LGBT(+) : Lesbiennes, Gay, Bi, Trans, etc; les personnes non hétéro/cis.Cis : Inverse de trans, personne dont le genre correspond à celui qu’on lui a assigné à la naissance en fonction de ses organes génitaux (ex : une femme née avec un vagin est une femme cis).Genre : Les sciences sociales définissent le genre comme un principe de division de l’humanité en deux groupes distincts, « hommes » et « femmes », et comme un rapport parmi d’autres de pouvoir et de domination. Dans les milieux militants, LGBT+ notamment, le genre désigne une identité qui peut être ou non en adéquation avec le sexe assigné à la naissance. Pour l’instant, comment fonctionne le forum ? « 1. Myroie

Daniel Batson C. Daniel Batson (born March 15, 1943[1]) is an American social psychologist. He holds both doctoral degrees in Theology (from Princeton Theological Seminary) and Psychology (from Princeton University's Department of Psychology). He obtained his doctorate under John Darley and has taught at the University of Kansas. Batson retired from the University of Kansas in 2006 and now holds an emeritus position with the psychology department at the University of Tennessee. He is especially known for his contributions to three fields: the social psychology of altruism, empathic concern, and psychology of religion. Batson on altruism[edit] Batson has become well known for the empathy-altruism hypothesis, which states that "feeling empathy for [a] person in need evokes motivation to help [that person] in which these benefits to self are not the ultimate goal of helping; they are unintended consequences" (Batson & Shaw 1991, p. 114). Batson on empathy[edit] Batson on religion[edit] Bibliography[edit]

Related: