background preloader

Le vrai visage de Manuel Valls

Le vrai visage de Manuel Valls
Related:  Manuel VallsIsrael/Palestine Partie 2

La vraie famille de Manuel Valls : infidélité, une sœur toxicomane, un oncle interné, … Image : Pinatel Le livre d’Emmanuel Ratier devait être explosif concernant notre Premier sinistre de France, Manuel Valls (alias El Blancos) : promesse tenue ! Nous allons vous dévoiler quelques éléments sur la famille Valls qui ne figurent pas dans la biographie officielle. Les informations dévoilées figurent en revanche dans le livre d’Emmanuel Ratier, Le Vrai Visage de Manuel Valls, ou dans des vidéos de l’auteur accessibles via les réseaux sociaux. Son grand-père paternel, Magi Valls, est issu de la très haute bourgeoisie catholique catalane qui a fondé le quotidien conservateur El Mati, interdit par les Rouges en 1936, au début de la guerre d’Espagne, la famille Valls apparaissant sur la liste des suspects comme opposants politiques. Son père, Xavier Valls, n’a nullement fui le franquisme, puisque que le petit Manuel est né en 1962, c’est-à-dire sous le règne de Franco. La sœur cadette de Manuel Valls, Giovanna Valls Galfetti (née en 1963), traversera une longue période désastreuse.

Des soldats israéliens racontent leurs crimes à Gaza La publication de témoignages de soldats israéliens faisant état d’exactions contre des civils palestiniens lors de la récente offensive à Gaza a provoqué un début de controverse en Israël, faisant écho aux nombreuses accusations internationales. Depuis la fin, il y a deux mois, de l’opération «Plomb durci» contre le Hamas, l’armée israélienne n’avait cessé d’affirmer, malgré les témoignages palestiniens et les critiques des organisations internationales, qu’elle avait tout fait pour éviter les victimes civiles palestiniennes. Le procureur général de l’armée israélienne a ordonné l’ouverture d’une enquête, suite à la publication partielle, jeudi, de récits de soldats dans le quotidien de gauche Haaretz (lire ci-contre). Ces témoignages font part de tirs injustifiés ayant provoqué la mort de civils palestiniens, en raison du laxisme des règles d’engagement. «Tirs injustifiés». Amertume. JÉRUSALEM, de notre correspondante DELPHINE MATTHIEUSSENT

Le mauvais quart d'heure de Valls Il est évident qu’il s’en fout du chômage , la compétitivité n’a jamais été la solution au chômage mais plutôt le problème d’un point de vue global car la compétitivité c’est un peu comme la productivité c’est a dire produire toujours plus avec de moins en moins d’employés par contre il est obsédé par la sécurité, le terrorisme et par le fait de parler le plus possible pour qu’il y ait le moins de questions possible.Il fait pitié de se faire faire laminer par le petite Salamé, le niveau de répartie de Valls est proche de la nullité avec ses tremblements on peut soupçonner un avc ou un Alzheimer ça expliquerait beaucoup de choses, quel genre de boulot pourrait faire un type comme ça dans le privé ? J’arrive pas a trouver... Répondre à ce message

Manuel Valls a gagné sa bataille de Poitiers Le Premier ministre a su tirer parti d'un congrès déjà joué pour donner avec force son interprétation de la motion majoritaire et défendre brillamment sa politique. Chacun se demandait à quoi pourrait bien servir le congrès socialiste de Poitiers puisque tout était déjà joué avant même qu’il ne soit officiellement ouvert. Manuel Valls a donné sa propre réponse à cette question. Profitant précisément de cette absence d’enjeu, il a créé l’événement: ce congrès serait le sien! Son congrès, d’abord, car il a donné avec force sa propre interprétation de la motion majoritaire. Contre-pied Le succès personnel du Premier ministre n’allait pourtant pas de soi. Il sait que la très faible popularité de François Hollande et l’avantage que les sondages lui donnent sur ce dernier dans les souhaits de candidature socialiste pour 2017 l’obligent à être d’une prudence extrême et à ne pas jouer, comme Michel Rocard contre François Mitterrand avant 1981, une stratégie d’empêchement. Gérard Grunberg et Telos

Délires communautaires : Ruquier traité d’antisémite ! Impressionnant ! Ci-dessous, on peut voir une longue réponse faite par Laurent Ruquier via son compte Twitter, dans laquelle il se justifie de ne pas être antisémite ! Souvenez-vous des faits : Après un tour de France de la pleurniche, le sioniste Arcady, réalisateur de 24 jours, film sur la mort d’Ilan Halimi, était invité partout pour tenter de faire chialer dans les chaumières. Dans l’émission On n’est pas couché, un échange entre lui et Aymeric Caron aurait été coupé au montage dans sa quasi-totalité, le réalisateur ayant jugé les propos du critique trop « antisémites ». Après cela, on a eu le droit à une avalanche de chialerie en tout genre, autant dire que ça a pleurniché sec ! Un des acteurs principaux du film, Pascal Elbé, s’est même permis l’appel au matraquage de Dieudonné, en toute impunité, sans que cela n’émeuve personne ! On atteint des sommets ! Un comble d’être accusé après ce que l’on a fait pour ce film et la mémoire d’Ilan Halimi qui ne mérite pas ce genre de polémique !

Quand Valls et Bianco font revivre les fractures de la guerre d’Algérie Manuel Valls et Jean-Louis Bianco s’affrontent désormais comme le président du Conseil socialiste Guy Mollet et le trotskiste Pablo en 1956. L’actualité nous ennuie de se répéter mais elle témoigne de nos éternités. Quand Manuel Valls et Jean-Louis Bianco se disputent, flotte, savez-vous, un parfum venu d’antan. Il remonte à soixante ans tout juste, quand la France se battait en Algérie. Cette année-là, la gauche avait deux visages, ceux d’un prof socialiste devenu président du Conseil, Guy Mollet, et d’un trotskiste grec en quête de révolution mondiale, Michel Raptis, on l’appelait Pablo dans cette Quatrième Internationale qu’il dirigeait. Ils ne fréquentaient pas le même monde mais ce qu’ils construisaient nous oblige encore. En 1956, Guy Mollet gouverne et donc fait la guerre. Irréalité enthousiaste vs acceptation déprimée Chacun a ses raisons. On ne plaisante pas avec les idées, ces années-là, ni avec la charge amère du devoir. Gauche qui bégaie Valls-Mollet? Claude Askolovitch

Le Grand rabbin de France par intérim au coeur d'un scandale financier Moeurs et argent. Deux ingrédients au coeur d'une affaire qui éclabousse le service des divorces du Consistoire de Paris, ce lieu où s'organise le culte juif. Le 18 mars dernier, une femme de 28 ans se présente à son audience devant le tribunal rabbinique (le "beth din"). Cela fait cinq ans qu'elle est en attente de son "guet", ce document qui stipule qu'elle est désormais divorcée aux yeux de la religion et qu'elle peut donc se remarier. Dans la stricte tradition juive, seul le mari peut le délivrer. Trois rabbins du service des divorces sont présents à l'audience, ainsi que Michel Gugenheim, qui cumule les hautes fonctions de Grand rabbin de Paris et de Grand rabbin de France par intérim. Une audience filmée en cachette Le frère de l'épouse propose alors de faire un chèque. "Chacun pourra toucher sa part", argue Betsalel Lévy. La famille, qui possède cette somme, signe le chèque. Une mentalité "rétrograde et misogyne" "Un stratagème" pour Michel Gugenheim

Vous avez aimé Claude Guéant ? Vous adorerez Manuel Valls Non, Manuel Valls, le nouveau ministre de l’intérieur, ne fera sans doute pas de déclaration sur l’inégalité entre les civilisations. Il ne faudrait donc pas lui faire de procès d’intention. Il faudrait se garder de toute caricature. Le problème est que Manuel Valls est sa propre caricature, même s’il s’abstiendra, du moins faut-il l’espérer, d’affirmer comme son prédécesseur qu’il y a trop de musulmans en France. Manuel Valls ne représente pas grand-chose dans son parti : il n’a récolté que 5,7 % des voix lors de la primaire d’octobre 2011. Mais Valls a su faire le bon choix : rester au PS tout en combattant tous les principes de la gauche et, finalement, accéder à un poste où il pèsera lourd dans les choix gouvernementaux des prochains mois sur la sécurité, l’immigration, l’islam. C’est sur le terrain de la sécurité que Valls a voulu se faire un nom, en montrant que la gauche pouvait être aussi répressive, voire plus, que la droite. « La première est que M. Ajout 17 mai.

Israël lance des sanctions économiques contre les Palestiniens Par mesure de rétorsion après la récente demande d'adhésion des Palestiniens à une quinzaine de traités internationaux, Israël a annoncé, jeudi, des sanctions financières contre les autorités de Ramallah. Le reversement des taxes collectées par Israël pour le compte des Palestiniens est gelé jusqu'à nouvel ordre, selon un responsable de l'Etat hébreu qui s'est confié à l'AFP sous couvert d'anonymat. Cette décision a des conséquences importantes pour les Palestiniens. Les taxes douanières et la TVA prélevées sur les marchandises transitant par Israël, qui les rétrocède à l'Autorité palestinienne, s'élèvent à quelque 80 millions d'euros par mois. Un montant qui représente plus des deux tiers des recettes budgétaires propres de Ramallah et contribue au paiement de plus de 150 000 fonctionnaires et aux coûts de fonctionnement des ministères. L'Etat hébreu va également plafonner les dépôts bancaires palestiniens dans ses établissements financiers.

Police: comment Valls va gérer l'après-Sarkozy Place Beauvau ou la dictature de l'événement... Avant même de s'atteler à la réforme de la police, Manuel Valls doit s'efforcer de l'apaiser. Le nouveau ministre de l'Intérieur trouve, à son arrivée, un terreau inflammable qui l'a contraint à réserver sa première visite au commissariat de Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis), dès le soir de sa prise de fonction, le 17 mai. Le mouvement de grogne est parti de là, trois semaines plus tôt: un fonctionnaire venait d'être mis en examen pour homicide volontaire après avoir tué un malfaiteur en fuite. Les policiers du département sont alors descendus dans la rue, gyrophares allumés, dans leur voiture de service, pour protester jusque sur les Champs-Elysées. A Nantes (Loire-Atlantique), des manifestations similaires se sont déroulées, après que sept policiers ont été blessés, percutés par deux voitures volées, conduites par des mineurs. Depuis, les policiers ont regagné leurs commissariats. Les "plantes vertes" ont déjà été diminuées

Malaise au Grand Journal à cause d'un t-shirt siglé Palestine ? (VIDEO Invité lundi du Grand Journal de Canal+ pour parler de son ascension de l'Everest, le journaliste Nadir Dendoune aurait provoqué un malaise sur le plateau. La raison ? Un t-shirt siglé Palestine, que la production aurait tout fait pour cacher, à en croire Nadir Dendoune. Nadir Dendoune, censuré à cause d'un t-shirt ? Oui, à en croire un billet de l'intéressé sur le site Le Plus du Nouvel Obs. En effet, dans un long billet posté ce jour sur le site Le Plus du Nouvel Observateur, le journaliste évoque la gêne qu'aurait suscité le fameux vêtement. Or c'est en visionnant le replay de l'émission que Nadir Dendoune se rend vraiment compte du malaise provoqué : "Pendant toute mon intervention, les cadreurs, donc le réalisateur, n’ont proposé que des plans serrés sur moi, donc sans possibilité d'apercevoir le t-shirt en entier, ce qui ne fut pas le cas pour les autres invités, qui ont aussi été filmés en plan large". Regardez :

Il y avait «trop d'intimité» entre Sarkozy et les chefs de la police débarqués, justifie Valls Le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, a justifié jeudi sur BFMTV-RMC le départ de trois hauts responsables policiers, en expliquant qu’ils avaient «trop d’intimité, trop de liens» avec l’ancien chef de l’Etat, Nicolas Sarkozy. «J’ai besoin d’hommes, de responsables en confiance, qui travaillent en confiance», a expliqué Manuel Valls. Les partants «sont des hommes, je crois, de très grande qualité, mais il y avait trop d’intimité, trop de liens entre ces hommes et Nicolas Sarkozy. Frédéric Péchenard (Direction générale de la police nationale) a été remplacé par Claude Baland, le préfet de police (PP) Michel Gaudin par Bernard Boucault, et Bernard Squarcini, le directeur central du renseignement intérieur (DCRI), par Patrick Calvar. Selon lui, l'«honneur» des trois sortants «n’est pas piétiné», expression utilisée la veille par le patron de l’UMP Jean-François Copé. Quant à la prime aux résultats dénoncée par les syndicats, «tout cela va être mis à plat», a dit le ministre.

Une ONG publie une vidéo de l'exécution de Palestiniens Par: rédaction 20/05/14 - 19h02 Source: Belga © Capture d'écran. vidéo La section palestinienne de l'ONG "Defence for Children International" (DCI) a publié mardi une vidéo qui montre, d'après elle, l'exécution de deux Palestiniens. Les images proviennent de caméras de surveillance. Les victimes sont deux jeunes Palestiniens tués jeudi dernier lors d'un affrontement avec des troupes israéliennes à Beitunia, une ville palestinienne située à 14 km au nord de Jérusalem.

Related: