background preloader

“Il faut oublier pour avancer” Simon-Daniel Kipman, Psychiatre et Psychanalyste

“Il faut oublier pour avancer” Simon-Daniel Kipman, Psychiatre et Psychanalyste
Le passé pèse lourd. Bien trop lourd même d’après le psychiatre et psychanalyste Simon-Daniel Kipman. Alors que la société valorise la mémoire, collective et individuelle, lui réhabilite l’oubli. Dans son dernier livre, « L’Oubli et ses vertus », il explique pourquoi désencombrer notre mémoire libère notre pensée. Vous dites que l’oubli est une fonction essentielle de l’image de soi. Une femme qui passerait son temps devant la glace à rechercher la beauté de ses 20 ans se trouverait moche toute sa vie. Au fond, de quoi a-t-on envie de s’alléger ? Notre société nous pousse à accumuler de toutes les manières imaginables. Qu’oublie-t-on principalement ? Cela ne dépend pas de nous. Selon vous, l’oubli est toujours involontaire. Non, l’oubli est inconscient et involontaire. S’alléger d’un drame demande du temps… Oui. Mais le refoulement n’est-il pas un faux oubli, une infection souterraine qui pourra ressortir un jour autrement, par exemple sous forme d’une somatisation pathologique ? Related:  Mémoire et oubli

Comment je me suis débarrassé de moi-même (changement) Patrick Estrade : Quand je dis que je me suis débarrassé de moi-même, je veux dire que je me suis débarrassé de ce mauvais alter ego qui, si souvent, nous accompagne au cours de notre vie, au point de parfois vouloir prendre toute la place, et qui nous pousse à agir contre nous-mêmes, contre nos intérêts, contre nos sentiments, contre notre nature profonde. Personnellement, je ne suis pas devenu un autre au sens propre du terme ; je ne pense pas qu’on puisse changer à ce point-là et ce ne serait de toute manière pas souhaitable. Tout n’est pas bon à jeter. Celui dont je me suis débarrassé était sans dout un homme aimable et respectable dans le fond, un homme avec des qualités, intelligent, sensible aussi. Mais certaines choses de la vie m’étaient restées incompréhensibles ou inaccessibles, soit qu’on m’ait mal renseigné, soit que je n’en ai pas saisi les leçons. Les deux, probablement… Comment peut-on en arriver à vouloir se débarrasser de soi-même ? Comment voyez-vous ce changement ?

<em>Philosophie de l'oubli : existence et rapport au passé. </em> Conférence aux Amis de l'Université, 2014 Philosophie de l'oubli : existence et rapport au passé. Conférence aux Amis de l'Université, 2014 Jean Lombard L'oubli nous menace, il défait ce que nous faisons, il s'en prend à ce que nous sommes. L'Odyssée constitue déjà, dans les débuts de l'histoire de l'Occident, une sorte de premier récit inoubliable de l'oubli. Dès l'abord, on voit la manière étonnante dont le lexique énonce l'oubli. C'est ce que rappelle notamment un épisode tardif de la vie de Kant. Plusieurs interprétations du petit billet griffonné par Kant sont possibles. Cependant, plus que sur le principe du billet, c'est sur l'énoncé lui-même que nous devons peut-être porter notre attention. Une certaine absence : petite ontologie de l'oubli Mais peut-être, dira-t-on, faudrait-il préciser d'abord ce qu'on entend par oubli. Quoi qu'il en soit, tout oubli a une cause et au moins en ce sens il a une existence. Et d'abord la vie des hommes. Léthè, bios, chronos : dialectique de la sauvegarde et de la perte [3] Cf. [5] Cf.

Quatre secrets pour vivre heureux avec soi, les autres, le monde - Pion Paul-Henri Nous trébuchons au fil des ans sur nos souffrances passées non digérées, nos peurs non assumées, notre aspiration à la paresse et l’impression de subir notre quotidien. Voici quatre façons de déjouer ces pièges, de desserrer les freins qui œuvrent en nous, de se maintenir dans le mouvement et de rebondir des contraintes du quotidien. Elles sont mises en scènes en toile de fond par toutes les philosophies, sagesses, spiritualités et relations d’aide sérieuses. Le premier secret vise à se libérer des douleurs passées ; le second à faire la paix avec ses peurs ; le troisième à se sentir vivant ; le quatrième à s’approprier les contraintes du quotidien et à rebondir. 1- osez aller à la rencontre de vos souvenirs quels qu’ils soient. Notre organisme libère, au fil des heures, des pensées relatives à des souvenirs sélectionnés par notre système nerveux selon les contextes traversés. 2- osez explorer vos peurs. 3- chaque jour faites une petite chose nouvelle. 4- restez acteur de votre quotidien.

équilibre acide-base, facteur de vieillissement précoce Quels sont les symptômes d’acidité ? L’acidité est appelée acidité latente, c’est-à-dire qu’elle ne se manifeste pas tout de suite après s’être installée. Elle est insidieuse et évolue à bas bruit. D’où provient-elle ? Notre organisme n’est pas programmé génétiquement pour gérer, c’est-à-dire assimiler, l’alimentation moderne issue de l’agriculture et de l’industrialisation qui sont assez récentes à l’échelle de l’humanité. Il y a une incompatibilité entre nos gènes qui ont peu évolué depuis la préhistoire et notre alimentation moderne. L’acidité, production trop élevée d’acides par l’organisme, est liée à notre alimentation moderne qui est trop riche en aliments acidifiants et pas assez riche en aliments basifiants. Mais il existe d’autres causes d’acidification : Le stress qui augmente l’acidité par plusieurs mécanismes : le stress répété d’une vie moderne trépidante nous pousse à consommer des aliments acidifiants facilement disponibles et qui « calent ».

Accueillir la crise du milieu de vie Elle surgit sans qu’on l’invite, quelque part entre 45 et 55 ans, lorsque nous prenons conscience de n’avoir « qu’une seule vie à vivre et que la fin de cette unique vie approche inéluctablement », explique la psychanalyste Danielle Quinodoz. « Ça m’est tombé dessus, témoigne Nadia, 44 ans. Les enfants grandissaient et je récupérais du temps pour moi. Notre couple battait un peu de l’aile, mais nous étions en train de remonter la pente. C’est alors que j’ai fait une rencontre. À partir de ce moment-là, les fondations sur lesquelles j’avais construit mon existence m’ont semblé obsolètes, inadaptées à mes envies profondes. J’ai été prise d’un sentiment d’urgence : il fallait que je vive “ma” vie avant qu’il ne soit trop tard.» Inaugurée par la constatation des premiers signes du vieillissement, « la crise éclate le plus souvent à la faveur d’un facteur déclenchant qui signe un tournant : l’entrée des enfants dans l’adolescence, une période de chômage, un deuil... S'observer comme un autre

Berlin, capitale sans mémoire Illustration : Anonyme, « 1917 – 1990, fin de l’expérience soviétique », 1990. Affiche, coll. BDIC. Les images présentées dans le portfolio en bas de page sont également issues de l’exposition. Tous droits réservés. L’exposition « Berlin : l’effacement des traces, 1989-2009 » est présentée au Musée d’histoire contemporaine – BDIC à Paris du 21 octobre au 31 décembre 2009. Sommaire des vidéos : Pourquoi avoir choisi le thème de l’effacement au moment même de la commémoration de la chute du mur ? Pourquoi avoir choisi le thème de l’effacement au moment même de la commémoration de la chute du mur ? Pourquoi avoir choisi le thème de l’effacement au moment même de la commémoration de la chute du mur ? Dans quelle mesure peut-on parler d’une politique volontaire d’éradication des traces ? Dans quelle mesure peut-on parler d’une politique volontaire d’éradication des traces ? La société civile s’est-elle mobilisée pour préserver les traces urbaines du passé est-allemand ? Aller plus loin Nota bene :

Chakras et émotions perturbées en association Hello les amis, Aujourd'hui je vais vous parler un peu plus sur le 3ème chakra, celui du plexus solaire qui est tellement tellement tellemeeeeeent important pour nous autres.... Je pense d'ailleurs très sincérement qu'il n'y a pas un mélodien qui ne présente pas de grosses faiblesses a ce niveau C'est un peu comme un dénominateur commun entre les malades environementaux (un parmi d'autres), qui est pourtant extrémement intérésant a décortiquer. D'un point physiologique, il est en laison avec les organes de la digestion: estomac, foie, pancréas, et également les glandes surrénales. Maintenant voila ce qui est a mon sens le plus important: quel est "l'état d'esprit", la polarisation émotionnel qui défini et entretient des troubles persistant a ce niveau? - Je DOIS faire ceci ou cela- Je ME DOIS d'etre la pour les autres- Je DOIS etre a la hauteur, fairece qu'attendent les autres de moi --> rapport de la personne vis a vis des autres: comment se situe t-on par rapport aux autres. Pti gars

15 anti-inflammatoires naturels - Medisite : Les aiguilles de pin Publicité Les aiguilles de pin Page suivante L'huile essentiell... Les jeunes aiguilles du pin sylvestre (Pinus sylvestris) sont récoltées pour leurs vertus thérapeutiques. Tests psychologiques (gratuits) Les tests psychologiques gratuits en ligne présentés ici (aucune inscription requise) ont été développés dans un contexte de recherche en psychologie ou en psychiatrie, ou sont basés sur les critères diagnostiques de conditions de santé mentale. Ils sont souvent associés à des modèles en psychologie que vous pourrez prendre intérêt à découvrir. Ces tests sont présentés dans le but d'informer et de favoriser la réflexion et la connaissance de soi et non pas comme outils diagnostiques. Dernier test Grands classiques populaires Quels sont vos grands traits de personnalité? Ce test de personnalité, l'Inventaire des 5 grands facteurs de personnalité (les "Big Five") évalue 5 grands traits qui constituent "un modèle de ce que les gens veulent savoir les uns des autres". Alzheimer, déficit cognitif léger, démence Amour, couple et sexualité Hétérosexuel(le), bisexuel(le), gai ou lesbienne? Anxiété (angoisse) Souffrez-vous de phobie sociale ? Comment est votre tolérance à l'incertitude? Bonheur (bien-être)

Le procès de Tokyo et la mémoire nationale Les intellectuels et les hommes politiques japonais s’intéressent à nouveau à la « guerre d’Asie pacifique », comme les historiens appellent aujourd’hui la période qui s’ouvre avec l’invasion japonaise de la Manchourie en 1937 et qui se clôt en 1945. De nombreux livres et dossiers de revues, commémorant respectivement la défaite de 1945 et les 70 ans du début de la guerre avec la Chine (1937), viennent apporter leur contribution à un débat qui revient régulièrement dans le Japon d’après-guerre, mais qui a beaucoup évolué depuis une dizaine d’années. Pour mieux saisir cette évolution récente et ses enjeux politiques, commençons par rappeler les termes du débat tel qu’il fut mené après 1945. Dès les années 1950, des historiens comme Ienaga Saburô combattirent les tentatives pour réhabiliter la période impériale et s’appliquèrent à diffuser une vision de l’histoire établie lors du procès de Tokyo [1]. Une justice de vainqueurs ? Les craintes de Ienaga s’étaient révélées justifiées.

Related: