background preloader

[INTERVIEW] Evgeny Morozov: “WikiLeaks doit se renforcer au niveau politique”

Pour Evgeny Morozov, spécialiste de la censure du web, les dernières révélations de WikiLeaks pourraient déboucher sur des législations plus strictes. Et forcer l'organisation à envisager un avenir politique. J’ai interviewé jeudi dernier Evgeny Morozov, un chercheur et blogueur biélorusse, actuellement à Stanford. Il est spécialiste de l’impact d’Internet sur la politique, et de ce qu’on appelle la cyberguerre. Il contribue régulièrement à Foreign Policy et au Boston Standard. Son livre The Net Delusion : How not to liberate the world parait en janvier 2011. Voici donc l’intégralité de l’interview, dont certains passages sont repris ce jour dans le Figaro. Depuis mercredi, le collectif « Anonymous » multiple les cyber attaques contre les sites qui ont laché ou qui font barrage à WikiLeaks. Ces groupes avaient l’habitude d’attaquer des entités comme l’Eglise de Scientologie ou des entreprises. En janvier 2010, Hillary Clinton était le chantre de l’Internet libre.

http://owni.fr/2010/12/14/interview-evgeny-morozov-wikileaks-doit-se-renforcer-au-niveau-politique/

Hacktivisme Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Manifestant anti ACTA, sur sa pancarte le slogan hacktiviste « L'information veut être libre ». Description[modifier | modifier le code] Le "hacktiviste" infiltre des réseaux, toutes sortes de réseaux, et pas seulement les réseaux électroniques, mettant son talent au service de ses convictions politiques, et organisant des opérations coup de poing technologiques : piratages, détournements de serveurs, remplacement de pages d'accueil par des tracts (défacement), etc. La cyber guéguerre des hackers Après avoir humilié Visa.com et Mastercard.com, la mouvance hacktiviste Anonymous fut érigée en incarnation du mal absolu par maintes huiles de la cybersécurité qui n'avaient encore rien vu. Peu après, LulzSec ridiculisa Playstation.com et CIA.gov avant d'annoncer sa fusion-absorption avec Anonymous... effectuée sans la moindre offre publique d'achat. N'est-ce pas une preuve supplémentaire que les valeurs se perdent ? Sous la pression enflammée de cette mouvance sans foi ni loi et de ses prochaines émules, la Matrice était vouée à un inéluctable effondrement. La chasse à l'Anonymous était ouverte. Si vous organisez une ennuyeuse conférence en cybersécurité, promettez à vos invités qu'un membre d'Anonymous interviendra en direct de Gotham City.

WikiLeaks: Bradley Manning en isolement » Article » OWNI, Digital Journalism Suspecté d'avoir transmis des documents à WikiLeaks, Bradley Manning serait aujourd'hui placé en isolement dans une prison américaine. Des conditions particulièrement éprouvantes, pour un individu vierge de toute condamnation. Bradley Manning, le soldat américain de 22 ans soupçonné d’être la “gorge profonde” de WikiLeaks, n’a pas été condamné pour cela, ni pour aucun autre crime. Hacktivistes XEnvoyer cet article par e-mail Nouveau ! Pas le temps de lire cet article ? Classez le dans vos favoris en cliquant sur l’étoile. Vous pourrez le lire ultérieurement (ordinateur, tablette, mobile) en cliquant sur « votre compte »

Les Anonymous sont-ils des terroristes? (LOL) Suspectés d'avoir piraté des millions de numéros de carte bancaire sur le PlayStation Network de Sony, les Anonymous continuent d'alimenter certains fantasmes. Mais sont-ils vraiment dangereux? Invité sur LCI pour évoquer le piratage du PlayStation Network (PSN), une question a failli me faire tomber de mon tabouret: Les Anonymous peuvent-ils commettre des actes terroristes, en piratant des centrales nucléaires par exemple? Les “sans-nom d’Internet” ont beau être issus de la “culture du trolling” - cette taxie du Net qui génère à la chaîne des hordes de commentateurs dont le but ultime est de parler très fort – je ne m’attendais pas à un tel déploiement de moyens sur le plateau d’une chaîne de télévision. Une fois que nos oreilles ont sifflé à l’écoute de cette saillie, il y a deux choix: considérer qu’elle est stupide, ou prendre le temps d’y répondre de manière argumentée, pour éviter que ne se propagent les croyances populaires.

Wikileaks : entre guerre des hackers, censure et espionnage Surprise, surprise: WikiLeaks continue de faire les gros titres de la presse ce week-end, avec notamment:la vieille garde du magazine 2600 qui condamne les apprentis pirates en culottes courtes d’Anon,un employé de la sécurité intérieure américaine qui proteste contre la censure,Julian Assange menacé de poursuites pour espionnage aux États-Unis. 2600 vs. Anonymous

Hacker (sécurité informatique) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Cet article concerne le hacker en sécurité informatique. Pour les autres usages, voir Hacker. En sécurité informatique, un hacker est un spécialiste dans la maîtrise de la sécurité informatique et donc des moyens de déjouer cette sécurité. Certains d'entre eux utilisent ce savoir-faire dans un cadre légal et d'autres l'utilisent hors-la-loi. La science dissèque les Anonymous L'anthropologue Gabriella Coleman, spécialiste reconnue des Anonymous, a été la première à suivre le phénomène. Dans cet article fleuve, elle dresse le portrait de ces nouveaux activistes. Dans cet article, initialement paru en anglais et que nous rééditons, l’anthropologue Gabriella Coleman synthétise ses découvertes et ses analyses sur le mouvement des Anonymous.

"The Jester", le hacker patriote qui aurait piraté Wikileaks Montage réalisé à partir de l’avatar du compte @th3J3st3r sur Twitter On ne sait rien de lui, si ce n’est qu’il aurait servi en Afghanistan comme soldat, peut-être dans une unité spéciale, mais qu’il serait désormais à la retraite. La fluidité de son écriture en anglais et son vocabulaire laissent penser qu’il est Américain. « The Jester » (« bouffon ») tient à garder son identité secrète et pour cause, ses agissements peuvent lui coûter la vie. Il se décrit aux rares personnes qui ont pu échanger des e-mails avec lui comme un « hacktiviste au service du bien », un justicier du Web qui mène une guérilla virtuelle contre les ennemis des Etats-Unis. Nous les enfants du Web Né en 1981 Piotr Czerski est un poète, auteur, musicien, informaticien et blogueur polonais. Il a publié il y a deux semaines, dans le journal local de Poméranie Dziennik Baltycki (cf image ci-dessous), un article qui a des allures de manifeste pour la nouvelle génération. Un article déjà traduit en anglais, en allemand et donc désormais aussi en français (nous avions commencé la traduction de notre côté quand nous sommes tombés sur celle de Paul Neitse dont nous nous sommes permis de reprendre de larges extraits). Entre modèles économiques obsolètes et gouvernements menacés d’archaïsme, le plus important demeure comme souvent la liberté… Il y a fort à parier que nombreux seront les manifestants actuels contre ACTA à se reconnaître dans ces quelques lignes. Nous sommes les enfants du Web

Le site de la CIA hacké, LulzSec revendique Pas sûr que le gouvernement américain apprécie l'esprit taquin des hackers de LulzSec. Le site internet de la CIA, l'agence centrale du renseignement américain, resté innaccessible plusieurs heures mercredi soir, une action revendiquée par des pirates informatiques regroupés sous le nom de Lulz Security ont annoncé l'avoir piraté. Dans les minutes qui ont suivi la revendication, diffusée via Twitter vers 18h00 (23 heures en France), l'accès au site a été rompu. Wikileaks THE FIFTH ESTATE Official Trailer by The Fifth Estate 1 month ago 1,852,127 views L’affaire Cahuzac et ses retombées… qui ne font que commencer ! J’évoque ceci dans la vidéo, mon billet du 20 janvier 2010 : Top 10 du Post des blogs politiques qui montent. J’écris à l’époque : 160.000 accès mensuels ; pour mettre en perspective, aujourd’hui : 303.000 accès mensuels. Sur YouTube, c’est ici.

MegaUpload : la cyberguerre a commencé Dès jeudi soir après l'annonce de la fermeture de MegaUpload par les autorités américaines, les Anonymous ont attaqué certaines cibles symboliques en représailles. Ce n'est pas une première, mais cette fois une cyberguerre a commencé. Mise à jour : Voir notre analyse de l’acte d’accusation WikiLeaks en accusation sur les 250 000 câbles non expurgés Julian Assange au tribunal de Londres, le 13 juillet (Suzanne Plunkett/Reuters). Les télégrammes étaient déjà sur Internet, en version non-expurgée. Mais en décidant, la nuit dernière, de publier à son tour les 251 287 câbles diplomatiques sans biffer les noms de personnes pouvant pâtir de cette publication, WikiLeaks suscite la consternation.

Related: