background preloader

Enseigner le code à l’école ? Vraiment

De partout, à travers le monde, l’idée de l’apprentissage du numérique à l’école semble être devenue le nouveau Graal. En France, la Fing (dont je suis employé) et de nombreuses autres associations et organismes ont même déclaré l’éducation au numérique grande cause nationale pour l’année 2014. Mais quel est l’enjeu de cet engouement pour le “tous codeurs ?” qu’évoquait dernièrement le designer Jean-Louis Fréchin dans les Echos ? Le présupposé part le plus souvent d’un principe simple : le numérique est l’enjeu de nos sociétés de demain, il faut donc apprendre aux plus jeunes non seulement les usages, mais également la programmation, le code, pour qu’ils sachent mieux comprendre le monde de demain et qu’ils puissent trouver de l’emploi dans les métiers du numérique qui peinent déjà à trouver les professionnels dont ils ont besoin. Soit, tout le monde est certainement d’accord avec l’objectif. Mais doit-on l’être avec la méthode ? Personnellement, l’idée me laisse parfaitement dubitatif.

http://www.internetactu.net/2014/04/23/enseigner-le-code-a-lecole-vraiment/

Related:  interferencesEcole numérique 2Apprendre à coder ?

"Plus que l'apprentissage du code, c'est la sensibilisation aux cultures numériques qui est importante" Peut-on enseigner le code informatique à toute une nation ? Nous nous posions la question dans un article dédié à la campagne de sensibilisation Year of Code récemment lancée au Royaume-Uni. Ces dernières années, la formation aux langages des machines s'est imposée comme un facteur d'employabilité au sein d’un marché qui fait grise mine. Mais comment procéder pour y éduquer la population ? Est-ce à l'école d’agir ou doit-on laisser la place aux Espaces publics numériques et autres tiers-lieux qui s'y sont déjà dédiés ? Dans leur ouvrage Lire, écrire, compter, coder qui sortira le 28 avril prochain, Frédéric Bardeau et Nicolas Danet questionnent les enjeux de l'apprentissage du code aujourd'hui et s'interrogent quant à la meilleure manière de le faire.

Une photographie instantanée enthousiaste du numérique au premier degré Au moment où les secousses telluriques nées de la collision de l’école avec le numérique deviennent plus nombreuses, parfois plus complexes à comprendre aussi, au moment où les réactionnaires de toutes engeances nous infligent, via médias autorisés et complaisants, leurs témoignages éculés et apeurés, les Cahiers pédagogiques nous livrent, avec ce hors-série numérique, une photographie instantanée mais enthousiaste de « l’avancement de l’école du premier degré dans l’ère numérique », comme dit le jargon officiel. De loin, mais à l’écoute de ce qui se passe, il ne m’avait pas semblé jusqu’ici que les Cahiers pédagogiques s’étaient résolument engagés sur ce chantier. Alors, oui, bien sûr, il y a des maladresses, beaucoup, des hésitations encore, un peu trop parfois de cette fascination pour l’outillage qui aveugle et fait perdre le sens critique attendu… mais qui fait souvent accéder à l’essentiel, la réussite.

Emmanuel Davidenkoff: Informatique à l'école: veut-on un pays de consommateurs ou de citoyens concepteurs? Cette tribune a été précédemment publiée dans L'Echo Républicain. ÉDUCATION - "Il est urgent de ne plus attendre". C'est le sous-titre, bien peu académique, du rapport que l'Académie des sciences vient de publier sur l'enseignement des sciences informatiques à l'école. En filigrane, une question qui nous concerne tous: nos enfants sont-ils condamnés à n'être que des consommateurs passifs, ignorants, et aisément manipulables de l'ère numérique, ou saura-t-on en faire à la fois des acteurs de la révolution en cours et des citoyens éclairés, capables de dominer la machine et non d'en devenir les esclaves? Le rapport suggère notamment d'initier les enfants, dès le plus jeune âge à la "pensée algorithmique" -leur faire comprendre, par l'expérience, qu'une tablette ou un smartphone répondent à des séries d'instructions pensées et programmées par un être humain.

Et si on supprimait les manuels scolaires papier et les photocopieuses ? Le numérique, ça devrait être obligatoire (1), me demandais-je il y a plus de trois ans déjà sur le ton de la plaisanterie. Je me demande aujourd’hui si cette dernière n’a pas assez duré… C’est vrai qu’on tarde encore, de tous côtés, État comme collectivités locales, à soutenir vraiment l’engagement numérique de l’école, malgré les efforts déjà largement entrepris. Les raisons ont déjà été évoquées ici de nombreuses fois, je n’y reviens pas. Axelle Lemaire veut que les enfants apprennent à coder LE SCAN - Au même titre que «le découpage et le collage», la secrétaire d'État au Numérique veut que l'école apprenne la programmation informatique aux enfants. Parlez-vous le HTML? Il est probable que non. Mais vos enfants ou futurs enfants pourraient bientôt apprendre ce language informatique à l'école. «On apprend l'anglais, le chinois, il faut apprendre à coder!», a lancé jeudi la secrétaire d'État au Numérique, Axelle Lemaire lors d'un chat à 20minutes.fr.

Jusqu’à 5000 tablettes pour les écoliers landais : le pari réussi de MACS Le territoire des Landes fait encore parler de lui ! Après l’opération menée par le département « Un collégien, un ordinateur portable » et après avoir été précurseur en matière d’ENT dans le premier degré, c’est aujourd’hui le déploiement de près de 5000 tablettes, à terme, qui fait écho dans toute la communauté éducative. Pour nous conter cette histoire, deux témoins : Christophe Carayon, responsable de la mission numérique MACS, nous rappelle les aspects techniques de cette mise en œuvre ; et Betty Joie, conseillère pédagogique spécialisée dans le numérique à la mission TICE de l’Inspection Académique des Landes, témoigne des usages déjà observés dans les écoles de la région. « C’est une stratégie à long terme, portée par le Président de l’EPCI, Eric Kerrouche, qui s’est petit à petit étoffée d’outils », explique Christophe Carayon.

Axelle Lemaire, secrétaire d'État au Numérique: «On apprend l’anglais, le chinois, il faut apprendre à coder!» [Le chat est terminé] Merci à tous pour vos questions! Désolé de ne pas avoir pu répondre à toutes. Je partage avec vous le constat que le champ à couvrir est très large: le numérique, ce n’est pas que de la technique! Ca tombe bien, c’est une priorité du président de la République et du gouvernement. 200 facteurs de ranking sur Google - le Guide Détaillé Le mode d'emploi de Google. Détaillé. Il y a quelques jours, je discutais avec quelqu'un qui me demandait quel métier je faisais.

Repères et références statistiques sur l’implantation des tableaux numériques interactifs (TNI) Entre 2005 et 2014, les équipements et les ressources pédagogiques numériques se sont beaucoup développés. La direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP), dans son dernier rapport montre que l'équipement informatique a doublé en dix ans dans les collèges publics. En 2014, le nombre d’ordinateurs ou tablettes à usage pédagogique s’élève à 22 pour 100 élèves, dont 58 % sont en service depuis moins de cinq ans. Dans ce parc, le nombre de postes mobiles reste limité et représente 17 % de l’ensemble. Apprendre le code, même à l’école En France, en Europe, dans le monde entier, les initiatives se multiplient pour développer la culture numérique des jeunes et proposer des apprentissages au code. La maîtrise et la compréhension des fondamentaux de l’informatique semblent de plus en plus nécessaires pour éduquer de véritables citoyens numériques éclairés, dans un monde toujours plus connecté. « Les jeunes d’aujourd’hui ont une grande expérience et une grande facilité pour interagir avec les nouvelles technologies, mais beaucoup moins pour créer et s’exprimer avec. C’est un peu comme s’ils savaient lire, mais pas écrire avec les nouvelles technologies » déclarait Mitch Resnick, directeur du groupe Lifelong Kindergarten au MIT Media Lab, dans une vidéo TEDx en 2012. Le code semble souvent inaccessible, comme le soulignait Mitch Resnick dans cette même intervention : « Pour beaucoup de gens, quand ils pensent au code, ils se disent que c’est réservé à une communauté très étroite de personnes ayant cette connaissance ».

10 moyens de sensibiliser vos enfants au code de manière ludique. Startupeers en est convaincu, si l’alphabétisation de masse a été l’un des plus gros enjeux des XIXème et XXème siècles, l’apprentissage de la programmation est clairement celui du XXIème siècle. Comprendre les tenants et aboutissants du code ainsi que la logique sur laquelle il s’appuie devient indispensable, tant pour utiliser à bon escient les services et outils grand public mis à notre disposition que pour innover et inventer de nouveaux usages. C’est pourquoi sensibiliser les enfants à cette discipline, éveiller leur curiosité naturelle et leur montrer qu’il est possible « d’agir sur la machine » est crucial pour leur donner les clés de leur avenir. Comme nous ne sommes pas tous des codeurs en puissance, Startupeers vous propose d’outils ludiques permettant de sensibiliser progressivement ses enfants aux principes de la programmation. S’éveiller à la logique conditionnelle (à partir de 4 ans) S’initier au code (à partir de 8 ans)

Related: