background preloader

Féminismes et réponse à une question souvent posée : qui sont les "féministes™"

Féminismes et réponse à une question souvent posée : qui sont les "féministes™"
source : Equimauves (il m'a été fait remarquer la très dommageable absence d'Esmeralda...) Le féminisme ™ : Le Féminisme Marque Déposée La semaine dernière, vous avez été nombreu(x)ses à me demander des explications à propos de l'expression "féministe ™" alors que j'étais (encore) en train de gueuler sur Twitter. J'ai donc pensé qu'il serait bon d'expliquer le sens de cette expression une bonne fois pour toutes, d'autant que le moment tombe à pic, puisque divers articles qui se feront parfaites illustrations de mes explications sont sortis ces derniers jours. Comme vous le savez sûrement (ou non d'ailleurs), il existe plusieurs courants de féminismes. (Un peu comme quand vous parlez de "la gauche" ou de "la droite" en fait.) Ce qui permet de ranger tous ces différents courants derrière le terme "féminisme", c'est l'intérêt commun qu'ils ont tous à vouloir lutter contre le patriarcat et la domination masculine. Une manif pro abolition de la prostitution... Osez le féminisme...™!

http://melange-instable.blogspot.com/2014/04/source-ma-ete-fait-remarquer-la-tres.html

Related:  inclusionFéminismeA lire / classer

Féminisme, racisme et harcèlement de rue J’ai reçu récemment un commentaire en réaction à mon article-témoignage sur le harcèlement de rue. J’ai hésité longtemps et finalement décidé de ne pas le publier car il va à l’encontre de mes critères de modération. Je le considère en effet comme raciste, mais ce racisme n’est pas évident pour tout le monde, donc je considère utile de m’expliquer sur ce sujet ici. Le commentaire en question: Je trouve incroyable que, par lâcheté intellectuelle, on ne mentionne pas l’origine culturelle des harceleurs en question. Critique du féminisme universitaire Crédits : Zola, street artist, Montréal Publié ailleurs est une chronique dans laquelle nous vous présentons des articles déjà parus dans d’autres médias, mais que nous trouvons néanmoins pertinents à republier. Celui-ci provient de la section Montreal Sisterhood du fanzine Casse Sociale de mai 2015, édité par RASH-Montréal. Le Montreal Sisterhood est un collectif composé de femmes provenant d’une diversité de milieux, ayant des parcours et expériences très différentes l’une de l’autre.

La science-fiction féministe est le meilleur genre littéraire de tous les temps Je ne sais pas si vous êtes une fille et si vous aimez la science-fiction, mais si c'est le cas, lisez L'Autre Moitié de l'homme. Ce roman de science-fiction, écrit par la défunte Joanna Russ en 1970, se déroule dans quatre mondes habités par quatre différentes femmes partageant le même génotype et dont les noms commencent tous par la lettre J. Il y a Jeannine Dadier, qui vit en 1969 dans une Amérique qui ne s'est jamais remise de la Grande Dépression ; Joanna, toujours en 1969, mais dans une Amérique normale ; Janet Evason, une créature amazone vivant dans un monde nommé Lointemps et uniquement peuplé de femmes ; et Alice Reasoner, ou « Jael », une chef de guerre dans un futur où les hommes et les femmes s'envoient des bombes nucléaires depuis des décennies.

Bad buzz : les féministes sont-elles devenues les femmes-sandwich des marques? Quand on se revendique féministe et que l’on est, comme moi, plutôt active sur les réseaux sociaux, on est souvent confrontée à un dilemme face aux publicités sexistes : doit-on les dénoncer ou pas ? Doit-on manifester son mécontentement ou le taire afin de ne pas faire de la publicité aux marques en question ? La question est complexe d’autant qu’il n’est pas toujours simple d’agir sur le moment avec recul et la tête froide. S’empêcher de réagir, comme beaucoup nous le recommandent voire nous l’ordonnent, c’est un peu la double peine : être choquée, humiliée mais devoir se taire et garder pour soi son ressenti. Je dois avouer que ma position a évolué sur le sujet, en même temps que j’ai vu changer la façon de communiquer des marques.

Réflexion sur l'éducation des filles En tant que maman d’une petite fille et femme féministe, j’ai été particulièrement touchée par le passage sur l’éducation des filles dans le livre « Etre parent en pleine conscience » de Myla et Jon Kabat-Zinn. J’ai envie d’en partager avec vous les grandes lignes : Partout, dans les magasins, dans la presse, à la télévision et au cinéma, les filles sont exposées à des images de la femme qui peuvent profondément affecter leur vision d’elles-mêmes. Homme Blanc Hétéro* : Le niveau de difficulté le plus faible qui existe Une autre traduction sur ce blog…Yeah! Je précise que celle-ci a été plutôt rapide, donc elle est sûrement grandement imparfaite. Toute remarque de correction sera donc bienvenue!

Parlons de droits plutôt que de choix Il existe une tendance, dans le féminisme contemporain, à parler des revendications féministes – et donc à les justifier – en termes de choix. Je reconnais avoir beaucoup employé cette rhétorique moi-même, notamment à propos du port du voile pour les femmes musulmanes. Je suis farouchement en faveur du droit de ces femmes à décider de porter ou non le voile, mais réduire ce droit à un simple choix pose un problème majeur : cela revient à faire dépendre de l’individu une décision qui n’est jamais purement personnelle, mais qui s’inscrit dans un cadre précis et contraignant. Vous avez dit « race sociale » J’écris cet article pour enfoncer le clou. Je suis blanc et communiste libertaire comme l’écrasante majorité des personnes qui ont attaqué ma camarade. Dire ceci est central pour ce qui va suivre. Je précise aussi que j’ai l’appui de ma camarade pour écrire ce texte : elle a jugé qu’il était bon de donner mon avis d’anar blanc sur le sujet, elle a relu ce texte et je le publie parce qu’il lui convient. L’anarchisme et l’extrême gauche en général ont un problème avec le concept de race.

Le féminisme de H à M Il m’aura fallu du temps avant de le publier, cet article. Au regard de ce qui s’est passé la semaine dernière, qui a résonné chez tous les journalistes avec une violence nouvelle, tout a soudain paru bien dérisoire. Bien con même, disons-le franchement. La misandrie ironique ou quand l’humour change de camp – Miroslava Zetkin TW : mention de menaces de viol/mort Il y a quelques temps déjà, j’ai lu un excellent article de Slate intitulé L’essor de la misandrie ironique. La misandrie, littéralement la haine des hommes, serait l’équivalent de la misogynie et est régulièrement lancée comme accusation à la figure des féministes pour décrédibiliser leur parole.

Related: